Immigration : la différence québécoise

L’immigration est mieux perçue au Québec qu’ailleurs au Canada, selon de récents sondages sur la question.

Photo : Daphné Caron

Selon une opinion courante au Canada, les Québécois seraient moins bien disposés envers les immigrants que les autres Canadiens. Cette croyance est plus répandue que jamais depuis l’adoption par l’Assemblée nationale de la Loi sur la laïcité de l’État, en juin 2019. La Loi réaffirme les libertés de conscience et de religion, mais circonscrit leur manifestation dans la sphère publique. Le port d’un signe religieux est désormais interdit au Québec à certaines personnes dans l’exercice de fonctions d’autorité. Un sondage Léger de septembre dernier a révélé que cette loi a gagné l’appui d’une majorité de Québécois (64 %), mais seulement d’une minorité d’autres Canadiens (38 %). Comme beaucoup d’immigrants arborent des signes religieux, il est tentant d’y voir une preuve que les Québécois seraient plutôt fermés à l’immigration, tandis que les autres Canadiens y seraient plutôt ouverts.

Cette supposition est erronée. Elle est catégoriquement contredite par les récents sondages de la société torontoise Environics sur l’attitude des Canadiens à l’égard de l’immigration. Les questions posées ont porté sur cinq dimensions cruciales du phénomène : la démographie, le soutien financier, la sécurité publique, l’économie et la culture. Le tableau ci-contre compare les réponses des Québécois avec celles de la population des neuf autres provinces. On y constate que les Québécois sont moins nombreux que les autres Canadiens à penser qu’il y a trop d’immigrants au pays, qu’ils pèsent trop lourd dans le budget de l’aide sociale ou qu’ils font augmenter la criminalité. Sur le plan économique, 79 % des répondants au Québec conviennent d’un effet positif de l’immigration, soit le même pourcentage qu’ailleurs au Canada. Enfin, la moitié des Québécois comme des autres Canadiens sont d’avis que trop peu d’immigrants adoptent les valeurs d’ici.

Sources : Sondages Environics, avril et octobre 2019

Les données du tableau indiquent donc que le fort appui du Québec à la Loi sur la laïcité de l’État ne l’empêche pas d’afficher une opinion plus favorable à l’immigration que la moyenne des autres provinces dans trois dimensions sur les cinq étudiées, et une opinion semblable dans les deux autres dimensions. Environics souligne d’emblée ce résultat. Elle conclut sans détour que « l’opinion publique sur les immigrants est aussi positive, sinon plus positive, au Québec que dans les autres régions du Canada ».

Comme il n’y a que 2 000 répondants par sondage, on ne peut estimer les résultats pour chaque province ou chaque région métropolitaine en particulier sans faire exploser la marge d’erreur. Limitons-nous donc aux quatre plus grandes provinces et aux deux grandes métropoles. Il en ressort que la Colombie-Britannique, région de forte immigration récente, présente la même disposition favorable envers les immigrants que le Québec. L’Ontario vient ensuite, mais l’Alberta traîne loin derrière, au point qu’Environics appuie explicitement sur le fait que « c’est en Alberta que les perceptions négatives sur l’immigration sont les plus marquées au pays ». En ce qui concerne les métropoles, Montréal exprime une opinion nettement plus favorable à l’immigration que Toronto. Au Québec, l’attitude quant à l’immigration est moins positive en région qu’à Montréal, mais elle ressemble à celle de Toronto.

L’immigration est donc mieux perçue au Québec qu’ailleurs au Canada. Le nombre d’admissions annuelles doit augmenter, bien sûr, mais modérément, et bien plus pour des raisons sociales et humanitaires qu’économiques. Disons de 50 000 à 51 000, puis 52 000, et non pas de 50 000 à 55 000, puis 60 000, etc., comme on le recommande en certains milieux. Ce serait économiquement inefficace et politiquement téméraire. Économiquement inefficace, parce qu’il n’y a aucune preuve scientifique concluante que le volume global d’immigration a un effet quelconque sur le vieillissement de la population, la rareté de la main-d’œuvre ou la croissance du revenu par habitant. Mieux vaut travailler sur la composition de l’immigration que de s’employer à augmenter la cible générale à l’aveugle. Ce serait aussi politiquement téméraire, parce que cela risquerait d’amplifier la résistance sociale et de donner la main haute à des dirigeants populistes qui n’auront d’autre objectif que de fermer complètement le Québec à l’immigration. Il faut travailler sans relâche à apaiser les appréhensions de nos concitoyens au sujet de l’immigration, mais il faut en même temps être conscient qu’aller trop vite pourrait nous faire reculer au lieu d’avancer.

Les plus populaires