Écoportrait : les Québécois prennent la pose

Les habitudes de consommation de la société québécoise ont fait du chemin dans les dernières décennies. Mais malgré les nombreuses injonctions à consommer mieux, et de manière responsable, quelques habitudes ont la couenne dure.

De notre partenaireLogo partenaire

Parfois parce que certains comportements sont plus ardus à modifier. D’autres fois par manque d’information. Sans compter que cette dernière n’est pas toujours claire.

Chez les consommateurs conscientisés, deux questions demeurent donc :

En faisons-nous assez? Le faisons-nous de la bonne façon?

Le Fonds de solidarité FTQ, en collaboration avec Léger, s’est penché sur la question en menant une enquête auprès de 1 002 Québécois âgés de 18 ans et plus, afin d’en apprendre plus sur nos habitudes de consommation et notre écoresponsabilité.

En résulte l’écoportrait, un questionnaire qui permet de mesurer à quel point nous passons de la parole aux actes et de comparer nos comportements à ceux de l’ensemble des Québécois.

Voici un survol de quatre secteurs où de petits changements font souvent une grande différence.

Les transports

Électrification des transports, transports actifs, transport en commun : voilà autant de notions qui font graduellement leur place dans la société qui, reconnaissons-le, entretient encore une profonde et solide relation avec l’automobile.

Même si les Québécois demeurent fortement attachés à leur voiture (93 % des ménages en possèdent une*), une part grandissante de la population, surtout chez les 18-35 ans, affirme que posséder une voiture va à l’encontre de ses valeurs environnementales.

Fait intéressant : au Canada, 50 % des véhicules électriques sont vendus et immatriculés au Québec*.

Attachez votre ceinture et faites votre écoportrait !

Comparez-le ensuite à celui des Québécois.

L’alimentation

L’appétit pour les découvertes culinaires, la valorisation des produits et des terroirs locaux ainsi que la disponibilité d’aliments de partout dans le monde ont propulsé le savoir-faire québécois en matière de gastronomie ces dernières années.

Tout n’est pourtant pas rose dans le secteur de l’alimentation. Le transport sur de très longues distances de certains aliments, le gaspillage et le suremballage sont autant de problématiques auxquelles sont confrontés l’industrie alimentaire et les consommateurs.

Malgré tout, des solutions s’invitent à la table. Le mouvement locavore, qui favorise une alimentation de proximité, est une autre option pour réduire l’impact environnemental de nos repas, en plus de stimuler la vitalité économique des communautés.

Les Québécois sont d’ailleurs 48 % à affirmer avoir augmenté leur consommation de fruits et légumes produits localement dans la dernière année*.

Passez à table et faites votre écoportrait !

Comparez-le ensuite à celui des Québécois.

Les habitudes d’achat

Les concepts de consommation locale et d’achat responsable s’installent désormais dans les habitudes d’achat des Québécois. Mais une majorité de Québécois (55 %) considère qu’il en coûte plus pour consommer de façon responsable*. Le prix demeure donc le principal facteur décisionnel dans le processus d’achat.

L’avènement de ce qu’on appelle la mode éclair (fast fashion en anglais) a élevé ces dernières années l’industrie de la mode au deuxième rang des plus polluantes au monde, après l’industrie pétrolière. Avec ses prix alléchants et son marketing agressif, cette mode éclair pousse les Québécois à consommer 4 fois plus de vêtements qu’il y a 20 ans*. Et la quantité de vêtements dont on se débarrasse suit la même tendance, évidemment.

Attachez votre tuque et faites votre écoportrait !

Comparez-le ensuite à celui des Québécois.

La gestion des déchets et le gaspillage

Le recyclage est bien implanté dans les habitudes des Québécois et le compostage s’installe un peu partout.

L’utilisation de sacs réutilisables est largement répandue dans les commerces, et certaines bannières en alimentation permettent aux clients d’apporter leurs contenants réutilisables. Bref, s’il est un secteur où l’on pourrait croire que les Québécois ont fait des progrès en adoptant des habitudes écoresponsables, c’est bien celui de la gestion des déchets et du gaspillage.

Qu’en est-il vraiment?

Ne gaspillez pas votre temps, faites votre écoportrait.

Comparez-le ensuite à celui des Québécois.

* Source : L’écoportrait des Québécois

Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques en collaboration avec l’annonceur. Les journalistes de L’actualité n’ont joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Dans la même catégorie
1 commentaire
Laisser un commentaire

On reste sur notre appétit, surtout à la fin. Aussi, on a fait un raccourcis douteux. Ce n’est pas nécessairement parce qu’on pense qu’acheter responsable coûte plus cher (fait quantifiable) que le prix est DONC le facteur décisionnel dans le choix des consommateurs… Il se peut que ce le soit mais on ne peut faire un lien direct et on ne nous fournit pas les chiffres…

Répondre