Élections : on se calme !

Le vote du 7 avril n’est pas un référendum sur l’indépendance du Québec. C’est une élection provinciale, pour élire le meilleur gouvernement possible. Et Pierre Karl Péladeau n’est pas l’invincible dieu Thor, armé d’un marteau magique pour réaliser la souveraineté.

Photo © Graham Hughes / La Presse Canadienne
On ne peut souhaiter que des bâtisseurs d’entreprise se lancent en politique tout en exigeant qu’ils se départent de tout ce qu’ils ont bâti. Dans le cas de PKP, l’Institut de la gouvernance a déjà proposé des balises moins radicales que la vente de toutes ses actions. (Photo © Graham Hughes / La Presse Canadienne)

Le vote du 7 avril n’est pas un référendum sur l’indépendance du Québec. C’est une élection provinciale, pour élire le meilleur gouvernement possible. Et Pierre Karl Péladeau n’est pas l’invincible dieu Thor, armé d’un marteau magique pour réaliser la souveraineté.

Il a beau être riche et déterminé, PKP n’a ni l’expérience politique, ni l’aisance du tribun, ni le charisme des bâtisseurs de nation ou des briseurs de pays. On se calme !

Les obsédés de l’apocalypse péquiste appréhendée et les militants enfiévrés par le messie annoncé devraient prendre une douche froide. Et se rappeler que les sondages continuent de montrer que 6 Québécois sur 10 sont opposés à la souveraineté.

Cela n’empêche pas ces Québécois attachés au Canada de vouloir élire des députés qui auront des solutions à leurs problèmes en matière de santé, d’emploi, d’environnement, d’intégration des immigrants.

Si ces électeurs estiment que les péquistes ont de bonnes solutions, ils seraient fous de s’en priver. Être indépendantiste n’est pas une tare qui empêche de bien gouverner.

Le Québec a connu dans le passé des gouvernements majoritaires péquistes qui ont fait de grandes choses. On a même vu un premier ministre souverainiste de droite — l’ex-ministre conservateur Lucien Bouchard — créer un réseau de garderies à cinq dollars, qui permet aujourd’hui à des milliers de Québécoises de participer au marché du travail et d’enrichir la société.

Péquistes comme libéraux, qui se sont partagé le pouvoir ces 20 dernières années, ont une obsession commune et salutaire : faire progresser le niveau de vie des Québécois.

Comme l’écrit l’économiste Pierre Fortin, le taux d’emploi du Québec a presque continuellement progressé depuis 20 ans. Et c’est beaucoup grâce aux garderies, à l’éducation des filles et aux politiques de conciliation travail-famille.

Depuis la récession de 2008, le taux d’emploi du Québec a rejoint celui de l’Ontario et dépassé celui des États-Unis. Cette évolution est en bonne partie due à l’ascension spectaculaire du taux d’activité des femmes. Bon nombre préfèrent les emplois à temps partiel ? Pourquoi pas. Elles œuvrent aussi à éduquer leurs enfants, les citoyens de demain. Cessons d’y voir un drame.

Si le gouvernement élu le 7 avril est péquiste et majoritaire, s’il décide ensuite de poser une question référendaire, les Québécois en débattront en temps et lieu. Peut-on d’ici là revenir à nos moutons ?

Quelques électeurs se demanderont s’il est bien judicieux de confier encore une fois la Santé à des médecins (Philippe Couillard, Gaétan Barrette et Yves Bolduc). C’est un gouvernement libéral qui a accordé aux médecins des hausses de salaire si importantes qu’elles grèvent aujourd’hui le budget de la Santé sans améliorer l’accessibilité aux soins.

Le Québec a déjà connu de grands ministres de la Santé — la libérale Thérèse Lavoie-Roux, par exemple (1985-1989) — qui n’étaient pas issus de la profession. Des électeurs pourraient être tentés de voir comment une Diane Lamarre (ex-présidente de l’Ordre des pharmaciens) ou une Gyslaine Desrosiers (ex-présidente de l’Ordre des infirmières) affronterait les problèmes du réseau. Voter pour un réseau de la santé organisé autrement, ce n’est pas voter pour « briser le Canada ».

On peut toutefois souhaiter que Pauline Marois dise clairement ce qu’elle ferait d’une majorité, en santé notamment. Pendant que les autres partis multiplient les annonces — l’intéressant plan des libéraux pour contrer l’intimidation à l’école, par exemple —, le PQ se contente de faire parader des candidats.

À LIRE

De jeunes économistes continuent de discuter d’équité entre les générations sur le blogue Économie.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

52 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Enfin et merci.
Quelqu’un qui a une portée irréprochable et certaine, qui dit dans les grandes lignes ce que j’écris depuis des lustres ici et là.
Non rassurez-vous tous et toutes, ne sautez pas tout de suite sur vos grands chevaux, je n’ai pas la prétention de penser que Madame Beaulieu c’est inspirée de mes écrits.
Mais on est pas obligé de se lire ou de se connaître pour partager une philosophie commune.
Des gens qui sont rassurés par les propos de l’auteure, par vos propos Madame, et qui les partagent depuis longtemps, par l’orale ou l’écrit, avec leur entourage, sur des blogs ou ailleurs, ou encore seul dans leur coin sont des millions au Québec et ailleurs.
Sauf que le l’entendre ou le lire de personnages influents c’est toujours réconfortant… plus réconfortant que par son voisin qui nous dit, un peu pour passer à la partie de hockey d’hier au plus vite: « ben d’accord » !
Et en plus, il faut que je rajoute, que sur ce site, les propos de ce genre sont assez rarissimes par les temps qui court !

Si vous pensez de la même façon, ce n’est pas nécessairement rassurant!!! Le double langage quand on parle d’un sujet aussi sérieux que la séparation du Québec du reste du Canada, ça n’a pas sa place!! Si Marois veut gouverner pour un mandat en s’engageant à ne pas faire de référendum, qu’elle le fasse et les électeurs décideront. Non, elle valse, comme vous d’ailleurs. Elle en a fait une belle démonstration avec Holland. Depuis Holland est en chute libre, Marois suivra!

Quelle ambiguïté ! Écrire pour ne rien dire, rien de moins. Alors mettons les points sur les «i». Marois a le mandat de procéder le plus rapidement possible à un référendum et ça tout le monde le sais. Elle n’est même pas capable de s’engager par un OUI ou un NON si elle va mettre la souveraineté comme son principal cheval de bataille …. avec l’aide d’un magnat des médias.

En refusant de confirmer quelle ne fera pas un référendum dans son prochain mandat (de 4 ans), elle confirme les appréhensions de tous. Faut arrêter de prendre les gens pour des valises. Il y a d’autres priorités beaucoup plus importantes qu’un référendum et la souveraineté et ça explique la chute du PQ dans les sondage. Marois s’en va à sa propre perte à cause d’un manque de clarté …. tout comme votre réponse à ce blog !

Le PQ vous a recrutée?

Bien Oui Gaétan, favorable à l’intérêt collectif = propagande. Et favorable à la magouille pour la noble cause… Peu importe, les moyens… Pourvu que l’on gagne, c’est de la lucidité, c’est de bonne guerre … Cela permet aux WINNERS une petite poussée d’hormones après la partie et donne envie de se reproduire !!! ( je sais, vous ne comprenez pas) 🙂

Quand je vois à la télé, des personnes interrogées sur la rue, SOURIRES en coin, répondre qu’il est normal que des étudiants résidant ici, même pour quelques mois, puissent voter… Je comprends bien que personne n’est dupe!!!

Même M. Couillard, avec le même sourire en coin, ne veut pas se dire préoccupé par une faille électorale en affirmant sa confiance en une institution qui avoue ,elle-même, ne pas avoir les ressources et les outils pour faire le travail!!!

Il préfère, sûrement que les militants et les médias continuent de se déchirer sur la souveraineté…. N’y voyez pas la de la malhonnête, c,est de bonne guerre, certains diront….

Pendant ce temps-là, NOUS TOUS gens du Québec, nous ne reflechirons pas collectivement sur l »importance de l’assainissement de NOS moeurs politiques, de NOS conditions d’emploi, de NOTRE systeme de santé et du mieux pour TOUS…

C’EST COMME CELA Q’ON DIVISE UN PEUPLE !!!!!! GOD BLESS YOU ALL….:-)

Il reste qu’on veut un gouvernement qui passe son temps à gouverner plutôt qu’à nous convaincre de l’importance et de l’imminence de l’émergence du pays. Je préfère un gouvernement de gestionnaires à temps plein plutôt qu’une équipe de pédagogues condescendants à l’affût de la prochaine chicane avec Ottawa.

Quand on regarde la couverture de la campagne c’est a se demander si les madias font pas campagne contre le PQ …

Serieusement …

La couverture est tres certainenement desequilibre que ce soit a l’actualite, la presse, voir.ca, urbania ….

Qui a recrute Chantal hebert, Jerome Lussier, … Simon Jodoin … andre pratte, alain dubuc …

le 93,3 … toute la gagne de radio x choi ….

le patron du 98,5 qui fait une pub avec slogan liberal … 1 journee avant la camapgne

Et puis le spin sur le site de radio Canada … les titres etonnants …

————–

Moi quand j’entend un journaliste qui pose en conference de presse a Mme Marois si tenir une referendum lorsque les quebecois seront pres … si c’est clair … et unautre journaliste revenir la dessus … puis un autre …

Je me demande trouble d’apprentissage, probleme de comprehension, trouble mental …. ou manipulation …

N’importe qui … qui prend 2 seconde comprend ce que cela veut dire …

C’est quoi le jeu d’un journaliste qui revient sur la dessus sinon que d’embarquer dans le spin liberal.

————

Francois1 …. ce que moi je me demande c’est par qui vous a recruter …. le PLQ a bien tenter de manipular les courriels du club des ex pourquoi pas des internautes militants … et « benevole » …

Merci Ian. Tiens donc, je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué. Ça aussi c’est réconfortant. Je ne suis pas le seul. Mais jusqu’à maintenant je n’ai pas osé en parler de peur de me faire répondre de voir des complots…

C’est drôle, moi quand je vois des LCN spinner la nouvelle des étudiants ontariens qui demandent leur droit de vote toute la journée d’hier j’ai plutôt l’impression qu’ils essaient de passer un message…

Attention ce n’est pas une élection ordinaire, il s’agit bel et bien d’une campagne référendaire.
Référendaire parce que Pauline « référendum » Marois est en fin de carrière et que son ultime but est de réussir là ou ses prédécesseurs ont échoué.
Avec une majorité péquiste il y aurait à coup sûr un référendum parce que pour les séparatistes de la première heure le temps presse.
Il faut aussi compter avec les « caribous », dont PK « lock out » Péladeau qui vont exiger l’application de l’article 1 du programme.
Ce n’est vraiment pas une élection ordinaire !

Nicole Bourget: à part ceux qui y croit comme vous, si vous êtes sincère évidemment et les adversaires du PQ, qui cognent ce clou à répétition parce que c’est payant de faire peur, qu’elles sont les faits qui vous permettre d’affirmer: « Attention ce n’est pas une élection ordinaire, il s’agit bel et bien d’une campagne référendaire. » À part de le penser, de l’entendre et de le dire, avez-vous des faits? L’entendre n’est pas un fait. Le dire n’est pas un fait. Le prédire n’est pas un fait. L’imaginer n’est pas un fait. Et tout le reste que vous soulignez ne sont pas des faits. Avez-vous des faits ?
Par contre moi, j’ai des faits. Toutes sortes de faits, sur plusieurs sujets.
Je vais vous en parler d’un: la corruption.
Faits: commission Charbonneau: on a entendu parler un peu d’évènements impliquant des péquistes ou le parti québécois mais de beaucoup d’évènements impliquant des libéraux, d’ex-libéraux et le parti libéral.
Faits: descente de l’UPAC: il y a eu deux descentes de l’UPAC dans les bureaux du parti libéral sous la gouverne de Philippe Couillard mais aucune dans les bureaux du parti Québécois.
J’en ai d’autres, mais pour aujourd’hui ce sera mon entrée en matière.
Et vous, avez-vous des faits vous permettant d’appuyer vos affirmations ?

Et donc, avec des faits pour appuyer, je prédis le retour de plus de corruption si le parti libéral est élu. Parce qu’il ne faut se faire l’illusion de croire que nous avons vaincu ce fléau…qui existe depuis toujours. Mais il y a début d’actions pour y faire face. Un autre bon point étant de ne pas élire les libéraux à nouveau.
Faits:
-Des libéraux à Ottawa nous a emmené une commission.
-Des libéraux au Québec nous a emmené une commission.

Et si le oui devait l’emporter? Ne serait-ce la majorité qui l’aurait emporté? Le bien commun? Rassurez vous, c’est beaucoup trop épeurant d’être libre. Le PQ est loin de rentrer majoritaire et il ne convainc personne du succès d’une telle souveraineté.

Nicole, Nicole, laissez votre côté obscur S.V.P. Ne vous sentez vous pas manipulée, comme un pantin par ceux qui vous prédisent la fin du monde…. A moins que VOUS aussi, préférez la magouille institutionnalisée » de bonnes guerres…..:-)

Vous souffrez sans doute, madame, du phénomène Tanguy. Vous avez une crainte maladive de quitter le « plus beau pays du monde ». Vous seriez malheureuse de vivre en Suisse où la population est consulté presque mensuellement sur différents sujets par l’entremise de reférendums. Allez lire un peu. Le PQ n’est pas le parti de Poutine. Bonne fin de campagne et surtout, ne laissez pas la couleur rouge vous aveugler.

Est-ce que vous vous êtes demandé combien d’emploi PK « lock out » Péladeau a aussi créé ?

Quand je vous lis madame Bourget, je réalise que René Levesque avait un peu tort. Nous sommes un petit peuple, pas en nombre, en petitesse, peureux de s’affirmer, de se prendre en main, de perdre, à plat ventre, tremblant devant le débat, et refusant l’engagement. Mon chèque de pension, mes montagnes rocheuses, mes versement de péréquation de l’Alberta. Rassurez vous madame Bourget, les peureux ont gagnés, nous resterons Canadian. Je ne suis pas pessimiste, ça fait 40 ans que j’y crois mais les chances sont passées et les Couillards savent sur quel air de violon vous endormir et sur quel tambour vous effrayer.

Bien dit mais avec le virage qu’on a vu dans les intentions de vote avant le débat des chefs moi j’ajouterais : Élections : Québécois, on se réveille !

Je trouve navrant cette tendance indiquant que de nombreux québécois sont encore prêts à faire confiance au PLQ, réveillons nous ! Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle suivant lorsque je constate cette réalité.

Le 7 avril les québécois vont « engagé » pour un mandat de 4 ans « l’entrepreneur le plus important » pour eux, soit un gouvernement pour les représenter, une équipe pour s’occuper de leurs affaires, pour solutionner les problèmes reconnus, pour planifier et orienter leur avenir, une équipe qui ne perdra jamais de vue qu’elle devra prioriser les intérêts de ceux qui l’engageront le 7 avril.

Mais si on se fie à ces sondages, ils nous prédisent que les québécois risquent de choisir majoritairement l’équipe la pire qu’ils n’ont jamais eue, le PLQ, celle qui les a trahi à maintes reprises, celle qui revient avec sensiblement les mêmes joueurs, la même vision, les mêmes plans de match, l’équipe qui a permis, favorisé et profité du régime de corruption que nous décrit la Commission Bastarache et maintenant la Commission Charbonneau comme un roman savon.

La stratégie du PLQ est simple, et il faut leur concéder ça, elle marche si on en juge par les résultats des sondages : Le PLQ travaille à, comme ils le disent eux mêmes dans leurs mots, » Créer, inventer, « the ballot question » / soit la question que les électeurs auront dans la tête en complétant leur bulletin de vote » et le PLQ a décidé que cette question serait : « Est-ce que je veux un référendum oui ou non ». Ce n’est bien sûr pas une élection référendaire, mais parce que c’est le seuil thème qui au yeux du PLQ peut faire diversion et leur permettre de fouler les québécois, ben ils misent tout là-dessus.

Pour cette élection, il y a deux choses importantes pour le PLQ:
1) Gagner cette élection pour pouvoir continuer leur travail de sape des québécois, parce qu’ils n’ont pas autre chose à proposer
2) Faire en sorte que les québécois assimilent bien la « ballot question » qui devrait les inciter à voter PLQ
le reste peut être du maquillage, du réchauffé, du n’importe quoi, ça n’a pas d’importance pour eux, l’important pour eux c’est de reprendre le pouvoir pour utiliser le Québec / le modeler à leur façon, le bilan de leurs 9 dernières années au pouvoir nous donnent une très bonne idée de ce que ça peut donner.

Comment ils s’y prennent pour arriver à leurs fins ? C’est désarmant de simplicité, et ça marche ! parce que les québécois sont naïfs. Ils placent un hypnotiseur, un Messmer (P.Couillard) devant, celui qui a le plus de visibilité et celui-ci ramène continuellement sa « ballot question » : « Référendum. référendum, référendum… », les troupes derrière la répètent ad nauseam, les journalistes avec un petit penchant PLQ répètent aussi, les jours passent, les québécois mijotent là-dedans et le jour du scrutin…

Mais RÉVEILLEZ-VOUS Québécois ! Messmer vous entraine sur son terrain et ce terrain et ce n’est pas pour favoriser vos intérêts qu’il le fait.

Entre deux séances d’hypnose, vous avez peut-être remarqué les ressemblances entre P.Couillard et J.Charest (même allure, même ton et genre de discours, mêmes tactiques). Vous avez peut-être remarqué aussi les formules creuses et arguments faiblards utilisés pour défendre les plans de match qu’ils proposent pour solutionner les problèmes. Mais je ne peux croire que les séances d’hypnose que le Messmer du PLQ et ses « cheer leader » vous imposent vous font oublier qui ils sont vraiment ces Libéraux, ce qu’ils ont fait et laissé après leur dernier passage au pouvoir.

Oui, on se calme vous avez raison Mme Beaulieu, on se réveille, et surtout on ne se laisse pas enfirwapper par cette stratégie du PLQ, par cette équipe qui nous a clairement démontré qu’on ne peut lui faire confiance pour voir aux intérêts des québécois, le Québec ne peut se laisser affaiblir d’avantage avec une telle équipe, ses buts et façons de faire.

Pas une élection référendaire!! Bien sûr!! Mais de porter un parti au pouvoir qui n’a qu’une seule idée en tête, soit de séparer le Québec du reste du Canada, ça ne fait pas très sérieux quand on parle d’élire un bon gouvernement!! Une chef qui change de langage du jour au lendemain, un PKP flamboyant pour la séparation, son nouveau pays et maintenant qui veut jouer au bon gestionnaire à l’intérieur de la fédération Canadienne!!! On ne partage pas votre naïveté! Marois refuse de s’engager à ne pas faire de référendum durant ce mandat?? Qu’avez vous à rajouter?

« Péquistes comme libéraux, qui se sont partagé le pouvoir ces 20 dernières années, ont une obsession commune et salutaire : faire progresser le niveau de vie des Québécois. »

Ah oui en augmentant le fardeau fiscal chaque année?

Éric, renseignes-toi, lit ce que la majorité des économistes d’envergure écrivent sur ce qu’il faut faire dans une économie qui se relève d’une sévère récession…. Les mesures d’austérité ne servent qu’à sauver garder les intérêts des banques….Ce sont surtout des mesures de relances économiques et de soutien à l’emploi qui sont nécessaires.

Et non, ce n’est pas vrai que le budget économique d’une société se traite comme un budget familiale…. Méfiez-vous de ceux qui utilisent cette analogie.. Ils vous méprisent sûrement…

En passant, il y a TROIS nouveaux banquiers au PLQ…. USA que l’on s’en vas!!!! 🙂

Ben oui, pour payer les 478 millions de dollars que les Québécois paierons aux médecins, plus 178 millions pour les radiologistes, plus ??? millions pour les super cliniques, plus ??? millions qu’ils enverront dans les paradis fiscaux. Tout ça négocié par le docteur Barette, le docteur Couillard et le docteur Bolduc.

Au dernier débat des chefs, il me paraissait clair que concernant le maintien de nos politiques sociales, tous les partis étaient à peu près sur la même longueur d’onde. Mais pour cela, il nous faut une croissance économique plus forte qui, dans la réalité démographique que nous vivons, passe par une immigration importante et la levée des nombreuses barrières à la croissance des entreprises. Le PQ, par sa charte des valeurs, combat l’immigration et, par ses politiques économiques, nous transporte loin en arrière avec l’État-entrepreneur, qui est loin d’apporter un bouffée d’air frais à nos entreprises, surtout les PME. Son approche à Anticosti est ridicule, presque artisanale. L’électrification est d’un dirigisme désuet, qui dicte aux entreprises les projets à suivre. De plus, le « fakir » économique du PQ, Pierre-Karl Péladeau, est un entrepreneur tout droit sorti de la cuisse de l’État-entrepreneur (achat de Vidéotron grâce à la Caisse de dépôt, don d’un amphithéâtre et prise en charge des risques par une municipalité, en échange de promesses vides, nomination à à la présidence d’Hydro-Québec pour répondre à son « souhait de servir »! ). Le PQ est dépassé par la réalité du nouveau millénaire et ne peut plus compter que sur des baby-boomers au bord de l’extinction (je les précède, né en 1941). Dans le nouveau cours d’Histoire » nationale », on passera vite, je l’espère, sur les dernières années de son existence.

Étant dans la catégorie que vous qualifiez de: » baby-boomers au bord de l’extinction » je vous ferai remarquer qu’un des pays les plus prospères, la Norvège, en est rendu là entre autre parce que ses politiciens ont su intervenir et orienter le développement d’un des secteurs les plus importants de leur économie, l’exploration et l’exploitation de leur pétrole, plutôt que de laisser des investisseurs étrangers planifier le développement de cette industrie.

Nous le savons très bien maintenant, la façon de faire du PLQ est tout le contraire, J.Charest lui-même l’a bien formulé à Sherbrooke le soir de son élection en 2003 en répondant à un journaliste qui lui demandait : Q: avec l’économie vous allez faire quoi ? R: là-dessus nous allons écouter le monde des affaires, et les années suivantes nous ont clairement montré ce que ça voulait dire. J’ai plus confiance à un gouvernement qui intervient pour orienter le développement du Québec dans les directions qui lui seront favorables, qu’un gouvernement qui comme le PLQ se limite à dérouler des tapis rouges à des investisseurs étrangers et les laisse le planifier à leur façon en maximisant leurs intérêts à eux.

Je vous ferai humblement remarquer que c’EST le PQ qui a amené à l’avant-scène le référendum, avec « l’aide » de leur nouvelle recrue PKP.

Le PQ est tellement pogné avec ce référendum qu’il ne sait plus où donner de la tête. On a d’un côté la Goupil qui s’époumone à nous dire qu’elle ne serait pas présentée si elle avait su qu’il pourrait y avoir un référendum pendant un premier mandat majoritaire du PQ et PKP qui brandit son poing en nous déclarant que s’il n’y avait pas eu de promesse de référendum, il ne serait pas présenté…

À travers ça, on a Lisée et toute la clique des pseudo-intellos qui se disent ouvertement pressés d’en faire un et Pauline Marois qui niaise avec le puck…

Vous croyez vraiment que PKP est là pour réduire les listes d’attente??? Et vous y avez cru lorsque les Larose, Laviolette, Landry et al se sont prosternés devant le pire employeur du Québec?

Les VRAIES affaires, c’est que la SEULE et UNIQUE chose qui retient tous ces éléments ensemble c’est un RÉFÉRENDUM sur la SÉPARATION du Québec et RIEN d’autre.

…et ça veut faire un pays…

Je ne le vous fait pas dire!! Le PQ avec Marois qui parle de pays au jour un de la campagne et Péladeau à son arrivé!

Vive le Québec, L-I-B-R-E !

Vous voulez des élections volés ? Vous voulez de la tricherie ? Vous voulez de la corruption ?Vous voulez enrichir les médecins ? Vous voulez plus de privé en santé ? Vous voulez que les plus riches et les compagnies transfert leurs revenus fait au Québec et au Canada dans les paradis fiscaux ? Vous voulez que le Canada décide quel parti gouvernera le Québec ?
Votez pour le parti libéral et pour Philippe Couillard !

Sir Decelles, Je suis avec Vous… Mais on se calme… Vous faitesd le jeu des Perroquets-Epouvantails…

Comment des gens peuvent-ils encore prétendre, HONNÊTEMENT, que ce ne soit pas évident que, compte tenu des sondages clairs indiquant que les 2/3 des Québécois ne veulent pas pas de référendum, actuellement…. Mme Marois ne veut pas, non plus, tenir de référendum….??? CE NE PEUT PAS être à l’avantage de son Parti de le faire !!! ET Pas pour un maudit bon bout de temps. ( Legault aussi l’a dit !!!! 10 ans pour sa part)

Est-ce que quelq’un peut vraiment croire que la volonté de la population puisse à ce point changer à l’intérieur d’un seul mandat ?????
Le temps viendra avec la reprise économique et avec des politiciens plus honnêtes que NOUS devons continuer de surveiller en EXIGEANT des rêgles claires pour empêcher la magouille…

La première règle est de se débarrasser de la vermine libérale… CEUX QUE JE PLAINS, ce sont ceux qui croient devoir voter pour un parti de PROFITEURS, tout en les connaissant très bien, afin d’éviter un éventuel fin du monde….

De plus, ils croient devoir faire du « »Quebec Bashing » », ils croient devoir insulter et mépriser leurs concitoyens. Ils croient que le succès de leurs semblables pourrait nuire à leur cause.

LEURS CAUSES !!!! Moi je vois des colonisés jouant les pantins, pour ceux qu’ils considèrent leurs maîtres tout en espérants des privilèges ou de plus gros « restants de table » ????

Ils me désoleraient même s’ils devaient être rénumérés pour jouer les Perroquets….

Nous prenez-vous pour des valises? Marois commence sa campagne en parlant de faire du Québec un pays, d’utiliser la monnaie Canadienne. Péladeau s’amène, il dit vouloir faire du Québec un Pays le poing en l’air!!! Et après ils voient leur popularité diminué dans les sondages et ils essaient de détourner l’attention, disant qu’ils tiendront un référendum quand les Québécois seront prêts!!! Ça veux dire quoi PRËT??? Si le PQ remporte les élections moi je suis prêt et je suis Québécois de souche!! Je voterai NON, mais je veux un référendum pour qu,on en finisse!! S’il y a une majorité dans le même bateau que moi, est-ce que Marois fera un référendum???? Ou essaiera-t-elle de faire des magouilles pour prouver que le Canada ça ne marche pas?? S’il vous plaît soyez respectueuse de notre intéligence Madame Beaulieu et Madame Marois!!

Einstein, le vrai, aurait compris cela autrement j’en suis certain.
Par exemple, il aurait compris que Couillard = Privatisation de la santé et de quoi d’autres…mais il dit qu’il est pour le public = double discours.
Il aurait aussi compris en se fiant sue les deux descentes de l’UPAC aux bureaux du parti libéral depuis que Philippe Couillard en le chef = c’est la même équipe que sous Jean Charest = Corruption !
Quoi d’autres ?
C’est déjà assez pour faire peur.

VIVE LE QUÉBEC, LIBRE !
Pour pouvoir élire le parti qu’on désire au Québec sans l’intervention des canadiens des autres provinces !

Si ce caricaturiste n’était pas associé à un journal clairement fédéraliste il aurait pu illustrer la scène suivante :
Un Québec à l’intérieur de sa cage nommée « Fédération canadienne » avec l’écriteau suivant dessus -> ESSAYEZ DE VOUS EN SORTIR POUR VOIR !

Les peurs??? Quand on a des convictions on a pas peur de les défendre!! J’aime beaucoup plus l’approche à Parizeau qui dit , faisons un référendum et nous défendrons notre point durant la campagne. Pas essayer de faire des manigances en hypocrytes comme Marois

Ça veut dire quoi prêt? Ça veut dire: quand ils vont avoir une très bonne chance de gagner. Tous simplement. Qu’est-ce qu’il y a de si difficile à comprendre là-dedans? Pour nous convaincre, il va falloir qu’ils travaillent très fort. Donc, il va falloir qu’ils améliorent considérablement la situation économique de la province, etc. Mais c’est tant mieux. C’est ce qu’on veut. Laissons-les travailler très fort pour nous convaincre. En ce moment, un référendum de passerait pas. Et le PQ ne peut plus se permettre d’en perdre un. Mais, qu’est-ce qu’ont les gens à avoir si peur. Laissons-les travailler à nous montrer qu’ils ont raison. De toute façon c’est nous qui décidons. Je ne vois pas ce qu’il y a de si glorieux à dire au reste du Canada qu’on ne peut vivre sans eux!

Si personne ne veut de la souveraineté, alors pourquoi le PQ continue à marteler le sujet. La réalité c’est que malgré tous les beaux discours et les autres idées intéressantes que le PQ peut avoir, ce qu’on retient de leur message et ce que les gens dans le reste du Canada et dans le monde entendent, c’est « nous sommes un parti souverainiste et on va faire la séparation du Quebec ». INSTABILITÉ ET ÉCONOMIE ne vont pas de pair.

Voter pour le PQ c’est comme s’engager dans un relation de couple ou le coinjoint nous dit dès le départ, « tu sais mon cheri, j’ai de beaux projets, mais mon veritable objectif c’est de me séparer de toi’. Personne ne veux de ca!!!

Ce qui est clair, c’est l’hypocrisie du PQ. Au PQ on parles de la souvaireneté pour gagner des votes et on n’en parles pas pour ne pas en perdre.
Si j’étais séparatiste, je vorterais pour Quebec Solidaire, eux disent qui ils sont, ne s’en cachent pas et en sont fier. Le PQ a l^quelques lecons a apprendre.

« Si personne ne veut de la souveraineté, » 40 % sans en faire la promotion, en la cachant comme le fait le PQ selon vous, avec toutes les peurs qui nous sont balancées, avec l’intervention de tout le canada et les provinces aussi pour nous condamner et nous faire peur: ça égale personne ?
Vive le QUÉBEC, L_I_B_R_E !

Ce que je trouve le plus déplorable de cette campagne c’est, encore une fois, la polarisation des idées, la manipulation honteuse des 2 vieux partis PQ, PLQ, qui, par manque d’imagination brandissent encore une fois les mêmes scénarios depuis des décennies : l’indépendance, la séparation, le copinage, la corruption !!!

Est-ce le peuple Québécois est si naïf pour se laisser berner encore une fois ? J’en ai bien peur, si l’on en croit les sondages.

J’ai toujours eu un fond « Nationaliste » mais depuis la venue de PKP, j’éprouve un malaise profond envers ce Parti. Quelles sont nos options ? Jusqu’à présent ce qu’on nous propose c’est, des idées « remâchées », la bonne vieille peur, bref rien de neuf, du vent quoi !!!

Je trouve dommage que le message de M. Legault ne passe pas, il n’a malheureusement pas le charisme voulu.

À comparer entre
– Le PQ : Soif démesurée de pouvoir de Mme. Marois, agenda caché, arrogance et suffisance de certains ministres, grande complicité avec les syndicats, la venue de PKP et,
– Le PLQ : Continuité de la vieille pensée de M. Charest, même discours, corruption, expulsion de Mme. Houda-Pépin, l’arrivée de M. « l’Arriviste » par excellence : Dr. Barrette, et,
– La CAQ : Ils sont les seuls à démontrer du courage et proposer des pistes de solution pour effectuer des coupures dans le « gras » : Commissions Scolaires, Agences de Santé, Hydro-Québec pour ne nommer que ceux-là

Nous avons besoins de nouvelles idées, de nouveaux défis et je ne crois plus à la sincérité des 2 vieux partis

Jamais je n’aurais cru en arriver là mais je vais donner une chance à M. Legault !

Merci , pour un article des plus clairs sur le sujet, je n’ai pas voter PQ mais croit néanmoins que l’histoire du terrorisme référendaire est aller beaucoup trop loin ,c’est historiquement la carte jouer par les parties qui convoite le pouvoir mais la c’est prendre un peut les gens pour des idiots,ceci dit on en voit encore après plus de trente ans qui embarque encore

Vous voulez donner une leçon d’humilité aux arrogants péquistes que sont les Lisée, Marois, Drainville, Duchesnes et autres qui croyaient qu’il leur suffisait de claquer des doigts pour que le peuple du Québec leur accorde LEUR majorité?

Votez CONTRE le PQ et envoyez ces outrecuidants dans l’opposition pour au moins 4 ans: votez stratégique. Votez LIBÉRAL!!!

Vous ciblez le mauvais parti, celui qui a besoin d’une sérieuse leçon d’humilité c’est plutôt le PLQ avec ses arrogants par excellence : Les Moreau, Fournier, Hamad, Paradis, Boulet, Tanguay.. qui sont de vrais pros de l’arrogance et de la langue de bois qui ont bien appris leur leçon de leur gourou J.Charest et qui se font une gloire de ce comporter comme ça. Coquille vide peut difficilement se faire valoir autrement, mais pas ce genre de monde là qui peuvent travailler pour faire avancer le Québec.

Élisons Fournier dans Saint-Laurent, le ministre libéral qui a combattu le plus ardemment la mise sur pieds la commission Charbonneau !

Enfin,des propos censés! Le texte ne dit pas nécessairement de voter pour le PQ. Mais il modère les opinions. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui croit que le PQ va faire un autre référendum s’il n’a pas de forte probabilité de le gagner? L’option indépendantiste peut-elle se permettre de perdre un autre référendum. Et d’ailleurs, de quoi avez-vous peur? S’il y a un référendum, vous n’aurez qu’à répondre non! Personne ne se rend compte que les autres parties politiques utilisent la stratégie de la peur simplement pour gagner les prochaines élections?

Madame Beaulieu,

J’ai d’habitude beaucoup de respect pour vos opinions mais dans ce cas-ci, le jupon semble dépasser de la robe. Vous avez raison de prétendre que le parti Québécois nous a déjà donné de bons gouvernements. Ce n’est pas le cas cette fois-ci. Et non, vous avez tort: il s’agit bel et bien d’une élection référendaire. Madame Marois ne veut et ne peut pas promettre qu’elle ne fera pas de référendum: ce serait mentir à la population. De son côté, PKP ne s’engagerait pas en politique pour user ses culottes comme ministre. Le PQ trompe la population quant au référendum, de la même manière qu’il a créé un problème de toutes pièces avec la charte. À trop vouloir le pouvoir, peu importe la manière, on fini par se faire rattraper. Je ne reconnais pas là le parti de René Lévesque. Pauline aura ce qu’elle mérite!