Faire pousser les bonnes habitudes

Dans le quartier Centre-Sud, à Montréal, la rencontre improbable entre l’école primaire Champlain et l’organisme Cultivons pour donner du sens à l’avenir, mis sur pied par Fondaction, permet à des familles de mieux s’alimenter.

Illustration : Sébastien Thibault

Présenté parLogo partenaire

L’histoire qui suit est celle d’un lauréat de la deuxième édition des Prix de l’impact social, qui récompensent des entreprises et des organismes québécois qui travaillent de façon méthodique à changer le monde. L’inititative Cultivons pour donner du sens à l’avenir a reçu le prix dans la catégorie Philanthropie stratégique. Pour lire tous les récits inspirants, c’est ici.

Une école primaire « adoptée » par un fonds de travailleurs… pour aider les enfants à manger mieux ? Étrange idée, à première vue. C’est pourtant ce qui s’est passé en 2018, quand Fondaction a adopté l’école Champlain. L’été suivant, les familles des élèves ont pu récolter près de 140 kilos de légumes et se cuisiner des repas équilibrés ! 

Mais reprenons l’histoire du début. À l’école Champlain, au cœur du quartier Centre-Sud à Montréal, les équipes pédagogiques remarquent que certains élèves arrivent avec des boîtes à lunch peu garnies, souvent sans fruits ni légumes, et elles veulent agir. 

De son côté, Fondaction, le fonds de travailleurs de la CSN, entreprend son initiative Cultivons pour donner du sens à l’avenir et fait installer des jardins dans le quartier, mis à la disposition d’organismes d’aide alimentaire. 

Puis, au printemps 2018, le Réseau réussite Montréal, un organisme qui encourage la réussite et la persévérance scolaires, lance le mouvement Adoptez une école. 

Et hop, Fondaction « adopte » l’école Champlain ! Vous devinez la suite ?

C’est la rencontre parfaite : l’école est située dans un quartier où vivent des communautés défavorisées. « Ces milieux sont souvent des déserts alimentaires. Les parents n’ont pas de voiture, ils vont au marché du coin, et les bons fruits et légumes y sont plus rares », explique Christine Bessette, conseillère en communication à Fondaction.

Le programme Cultivons pour donner du sens à l’avenir a permis d’installer 32 bacs de culture dans la cour de l’école Champlain, qui ne sont pas seulement destinés aux enfants, mais aussi à leurs parents, qui peuvent y cueillir gratuitement des légumes lorsqu’ils le veulent. « Quand on permet aux enfants de goûter des aliments bons pour eux, s’ils retournent à la maison et qu’ils n’en ont pas plus, on n’atteint pas nos objectifs de changer les comportements », poursuit Christine Bessette.

En plus de donner accès à une alimentation saine, le potager a d’autres vertus. L’année dernière, Armando, 10 ans, qui ne parlait que l’espagnol quand il est arrivé à l’école, s’est découvert une grande passion pour le jardinage. « Il était très talentueux. Son professeur a commencé à le valoriser en l’appelant “le jardinier en chef” et le petit garçon s’est complètement transformé », raconte Christine Bessette. Armando est devenu plus confiant et il a commencé à apprendre le français grâce au vocabulaire du potager !

Fondaction met en place le même programme à l’école Sacré-Cœur de Québec et compte l’étendre à la province, dit Christine Bessette. « Notre rêve serait que toutes les écoles en milieu défavorisé du Québec puissent avoir un jardin ! »

Laisser un commentaire