Fils et filles de Radisson

Radisson, Brûlé, Des Groseilliers ont dépassé leur peur de l’autre. Ils sont notre tradition autant que les clochers !

L’écrivaine Hélène Pedneault plaidait récemment, dans un excellent texte publié dans Le Devoir, pour que les Québécois – et les pouvoirs publics qui dépensent leurs impôts – investissent de façon plus créative dans la symbolique identitaire. Un fort joli concept en ces temps où bien des gens s’inquiètent de l’identité québécoise.

Indiquer où sont enterrés l’écrivaine Anne Hébert et quelques autres grands de notre histoire – pour que les gens puissent y emmener leurs enfants – est une tâche peu coûteuse et assez simple. (Le ministère du Tourisme pourrait produire une carte.) Ajouter sur les panneaux routiers les noms amérindiens de certains lieux est une autre bonne idée, déjà plus coûteuse mais ô combien rassembleuse. Qu’un panneau, à la sortie de l’aéroport Trudeau, indique à quelle distance se trouve le centre-ville de Montréal, c’est normal. Ce serait encore mieux s’il donnait la même information pour Trois-Rivières, Québec… et pourquoi pas Natashquan, comme le propose Hélène Pedneault ? Le « 1 298 km » rappellerait aux gens combien ce pays est vaste. Et combien il a fallu de courage et d’audace aux premiers arrivants pour s’y aventurer.

Car depuis quelques mois, la peur semble au programme de bien des émissions radiophoniques et conversations de salon. Mais de quoi au juste avons-nous peur ? Des accommodements que la société pourrait consentir à quelques musulmans ou à quelques juifs, largement minoritaires ? Cela menacerait l’identité, la tradition ? Il faudrait donc se replier derrière la palissade ?

Et si on relançait plutôt l’esprit d’entreprise et de découverte des coureurs des bois, comme Nicolas Perrot ou Jean Cadieux ? Eux aussi sont notre tradition ! Pourquoi ne nous référons-nous qu’à la société conservatrice et religieuse d’après la Conquête ?

Nous sommes aussi les fils et les filles de Pierre-Esprit Radisson et de Médard Des Groseilliers !

Comme nombre des premiers Français émigrés en Nouvelle-France, ces jeunes hommes étaient de pauvres citadins fuyant un monde de contraintes sociales et religieuses qui les condamnaient à la misère. Dans le Nouveau Monde, où ils arrivaient, le prestige ne s’acquérait pas par les liens du sang. Un destin pouvait être forgé. Il était le fruit du talent, du travail, du mérite. Chose impossible en France. Mieux encore, les jeunes Français d’ici qui franchissaient la palissade de bois des forts découvraient une culture où l’enfer n’existait pas (les Amérindiens n’y croyaient pas), où les femmes participaient au pouvoir politique, où elles étaient libres, même, de se donner à qui elles voulaient, quand elles voulaient, jusqu’au jour où elles choisissaient un mari. Ah, l’égalité des femmes, si on y tient tant, c’est peut-être à cause d’elles ! Les « Sauvages » faisaient preuve d’hospitalité et de tolérance à l’égard de ces Blancs laids, poilus et bedonnants, qui ne savaient pas maîtriser leurs émotions ! (Merci, Georges-Hébert Germain, de nous raconter tout ça dans Les coureurs des bois, aux éditions Libre Expression.)

De l’union de ces Européens hardis avec les Amérindiens allait naître une culture nouvelle, fondée sur la tolérance et la liberté individuelle – des mots qui, depuis quelques mois, dans la bouche de certaines personnes, résonnent malheureusement comme des injures. Tolérer des différences ? Religieuses ?

Étienne Brûlé, Médard Des Groseilliers, Pierre-Esprit Radisson ont certainement eu peur, eux aussi… de l’autre. Un Iroquois en armes est plus effrayant qu’une femme voilée qui demande à voir un médecin de sexe féminin. Pourtant, ces explorateurs ont lancé leur canot vers l’avant.

L’identité québécoise n’est pas faite que de terres et de clochers, elle l’est aussi de la folle audace et de l’appât du gain qui motivaient les coureurs des bois, ainsi que des valeurs des Amérindiens qui les ont influencés. Elle pourrait être faite un jour de tout ce que nous emprunterons aux nouveaux arrivants et que nous québéciserons, si nous avons le courage de ne pas nous enfermer dans nos traditions ! (Le sirop d’érable ne fut-il pas amérindien avant de devenir… québécois ?)

Nous sommes les fils et les filles d’Étienne Brûlé et de Pierre-Esprit Radisson. Tant qu’à faire dans la symbolique identitaire, pourquoi pas celle-là ?
—-
À LIRE
Le bien beau livre de Georges-Hébert Germain Les coureurs des bois : La saga des Indiens blancs, aux éditions Libre Expression.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie