Forum économique mondial : parlons cybercriminalité

Les élites financière et politique de la planète, réunies au Forum économique mondial, à Davos, du 22 au 25 janvier, discuteront de cybercriminalité et de désinformation en ligne. 

Illustration : Alain Pilon

Les élites financière et politique de la planète, réunies au Forum économique mondial, à Davos, du 22 au 25 janvier, discuteront de cybercriminalité et de désinformation en ligne.

C’est la première fois que ces sujets trouvent leur place parmi les 10 tendances qui influenceront le monde cette année, aux côtés notamment des tensions sociales au Moyen-Orient et de l’accroissement des inégalités dans le monde.

Robert Guerra, conseiller principal au Citizen Lab, centre affilié à l’Université de Toronto qui s’intéresse entre autres à la cybersécurité, explique pourquoi.

Comment la désinformation sur Internet est-elle devenue une préoccupation des leaders mondiaux ?

En avril dernier, une rumeur sur les réseaux sociaux annonçait que Barack Obama avait été blessé dans des explosions à la Maison-Blanche. Quelqu’un avait piraté le compte Twitter de l’Associated Press. En quelques minutes, les marchés boursiers sont devenus fous. Le Dow Jones a plongé de 140 points. Avoir une bonne compréhension des plateformes de communication comme Twitter et Facebook est aujourd’hui impératif.

Que peut-on attendre de cette discussion ?

Le seul fait qu’on aborde ces enjeux à Davos, même de façon très générale, est une bonne chose. Le problème avec ce Forum, c’est qu’un cercle restreint d’invités débattra de questions qui touchent tout le monde. J’ai bien hâte d’entendre les représentants du Canada s’exprimer, puisque ce sont des enjeux rarement abordés par notre gouvernement, un des plus opaques au monde sur la question de la surveillance sur Internet.

Doit-on s’inquiéter de l’intensification de la cybercriminalité ?

Oui. Tout le monde peut en être la cible. Une attaque électronique n’est plus un concept abstrait. À la maison, la télévision, le téléphone et le système d’alarme sont souvent branchés au câble du fournisseur d’accès à Internet. Nous utilisons le Web tous les jours pour des transactions économiques. Mais les gens font souvent plus d’efforts pour protéger leur voiture que leur vie sur Internet.

* * *
Illustration : Alain Pilon