Le riz en plastique, ça existe ?

Des vidéos virales font croire que des fraudeurs vendent du faux riz fait de plastique. D’autres, des œufs artificiels. Vrai ou faux ?

Photo : Pixabay

La rumeur court depuis des années : des entreprises chinoises, indiennes ou africaines vendraient du faux riz fait de plastique. C’est du moins ce que prétendent les adeptes de théories du complot qui font circuler des vidéos devenues virales censées prouver cette fraude.

Malgré tous les contrôles menés dans le monde, aucune autorité crédible — ni agence réglementaire, ni chercheur universitaire, ni grande entreprise — n’a jamais trouvé de riz fait de plastique. Certaines vidéos montrent des granules de plastique qui en sont vraiment, mais qui ne sont pas vendues comme du riz. D’autres affirment que des grains de riz sont faux parce qu’ils brûlent en dégageant une odeur bizarre lorsqu’on les place au-dessus d’une flamme, parce qu’une fois qu’ils sont cuits au four à micro-ondes on peut en faire une boule qui rebondit, ou encore parce qu’ils flottent dans l’eau. Sauf que du riz parfaitement authentique présente ces étranges propriétés !

En 2004, l’agence de presse chinoise Xinhua rapportait avoir découvert sur l’étal d’un marché de Pékin de faux œufs, fabriqués de toutes pièces à partir de diverses substances chimiques plus ou moins comestibles. Depuis, la rumeur fait périodiquement état d’œufs artificiels chinois vendus en différents endroits de la planète.

Tout comme pour le riz en plastique, aucun œuf artificiel n’a jamais été saisi ni repéré par une instance crédible où que ce soit dans le monde. Si un tel produit existe, il n’est sûrement pas fabriqué à grande échelle, surtout que le coût de production d’un véritable œuf n’est vraiment pas élevé comparativement à celui qu’exigerait la complexité de la recette de l’œuf artificiel !

Dans la même catégorie
2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je ne suis pas d’accord, ce n’est peut-être pas vrai ici mais ça existe ailleurs.

Ce genre de fraude existe en Asie. Ayant un ami originaire du Bangladesh, sa mère doit faire attention en faisant ses courses à ne pas acheter d’oeufs ou de riz frauduleux. De plus, il arrive que des billes en plastique soient cachées dans les crevettes faisant piteuse mine pour les « rafraîchir ».

Il est évident qu’au Québec ce genre de pratique n’existe pas ou soit peu répandue: les clients s’en rendrait compte rapidement et la réputation du détaillant serait entachée. Ce n’est pas toujours le cas ailleurs.