Guerre et paix… et sexe

Nous apprenions il y a peu que le Viagra fait désormais partie de l’arsenal du parfait agent de la CIA. En Afghanistan, la distribution des petites pilules bleues a beaucoup fait pour rallier à la cause américaine un chef tribal d’un certain âge dont le village occupait une position stratégique. Détail important : les chefs tribaux afghans sont polygames. Les avancées pharmacologiques peuvent avoir un effet bœuf sur leurs relations multimatrimoniales et faire bien plus pour leur humeur qu’une cargaison de lance-roquettes ou une douzaine de montres Rolex.

Les questions de guerre et de sexe sont inextricablement liées. Les femmes furent de tout temps les victimes collatérales des conflits, le viol étant le lugubre compagnon du pillage et de la violence — lorsqu’il ne fait pas partie de la stratégie des assaillants. Tenir en laisse la libido des soldats fut toujours un défi pour les généraux éclairés. Napoléon tolérait qu’un groupe de prostituées suivent sa Grande Armée dans sa conquête de l’Europe. On les surnommait « les troupes légères du sentiment ». En France occupée, les nazis régentaient les maisons closes (rebaptisées « unités sanitaires »), vérifiaient la pureté raciale et la santé des employées, et désignaient les établissements réservés aux officiers ou aux simples soldats. Dans la guérilla cubaine, le Che exécutait sommairement ses soldats coupables d’avoir violenté des paysannes.

Le phénomène n’est pas seulement associé aux combats. Freud avait bien noté le lien entre l’instinct de vie et l’instinct de mort, et beaucoup ont constaté l’augmentation de l’activité sexuelle dans les périodes où la mort rôde : la chute de Rome, la montée du fascisme en Allemagne, l’occupation de la France. Même le plus grand événement démographique de l’histoire humaine, le baby-boom, est l’expression d’une volonté collective, instinctive, de sortir d’une période meurtrière en faisant fleurir la vie.

Le sexe est aussi un puissant outil de manipulation et de motivation. Les vendeurs de voitures ne furent pas les premiers à s’en rendre compte. Le KGB était passé maître dans la technique dite du « piège au miel ». En visite dans la capitale soviétique, le diplomate/officier/homme d’affaires/journaliste réus sissait avec une étonnante facilité à séduire une jolie Russe au bar de son hôtel. Le lendemain, un agent du KGB lui montrait des photos de ses prouesses de la veille. L’Occidental piégé devenait informateur soviétique, sous peine de voir les clichés atterrir dans la boîte aux lettres familiale. Le mécanisme ne fonctionnait pas à tous coups. Un diplomate britannique aux idées larges avait ainsi commenté les photos qu’on lui présentait : « J’adore ces deux-là. Envoyez-les à ma femme ! »

Il n’est pas indispensable que l’acte sexuel ait lieu. La simple promesse du contact charnel est un puissant levier. C’est du moins l’opinion des terroristes islamiques, qui promettent à leurs futurs martyrs de trouver au paradis 70 vierges « aux yeux noirs » (ou 72, selon les versions) pour assurer leur repos éternel. On trouve dans YouTube un clip vidéo, très populaire sur les chaînes arabes, montrant la chose de manière assez chaste (taper « virgins of paradise »). On trouve aussi cet autre où un mollah enthousiaste explique combien douce est la peau de ces vierges qui vous jetteront sur leurs coussins, vous embrasseront et vous offriront même — car ce sera enfin permis — du vin !

L’argument sexuel peut être utilisé à plusieurs niveaux : c’est un langage universel. Un officier de la CIA avait imaginé une opération, jamais mise à exécution, qui vaut la peine d’être rapportée. Dans un conflit, l’aviation américaine aurait lâché, comme par erreur, des provisions au-dessus des troupes soviétiques. Dans les boîtes, des paquets de condoms étiquetés : « Taille moyenne — Armée américaine ». Déballant la chose, les Soviétiques auraient constaté que les condoms étaient beaucoup trop grands pour leur propre attirail. Cruellement heurtés dans leur viri lité, ils auraient eu moins d’ardeur au combat. C’eut été non pas, selon l’expression de l’époque, l’érection du communisme, mais, au contraire, la débandade.

Et encore…

Progrès notable de l’égalité des sexes chez les terroristes islamiques : leurs mollahs affirment que de beaux hommes accueilleront au paradis les femmes devenues martyres pour la cause. Cependant, ils n’en précisent pas le nombre, alors qu’il y aura 70 vierges pour les hommes. À quand la parité ?