Homicides : la faute aux inégalités sociales

Ce n’est pas la pauvreté qui serait à l’origine d’une bonne partie des 650 000 meurtres commis chaque année dans le monde, mais plutôt les inégalités sociales, selon une nouvelle étude du professeur Marc Ouimet, de l’Université de Montréal.

Photo : istock

Ce n’est pas la pauvreté qui serait à l’origine d’une bonne partie des 650 000 meurtres commis chaque année dans le monde, mais plutôt les inégalités sociales, selon une nouvelle étude du professeur Marc Ouimet, de l’Université de Montréal.

Ce criminologue a comparé le nombre de meurtres dans 165 pays en 2010. Comme les taux d’homicides de la plupart des pays développés sont très bas, les chercheurs ont longtemps cru que la criminalité dépendait surtout du niveau de développement économique.

Or, conclut Marc Ouimet, les choses ne sont pas si simples : à quelques exceptions près, le taux d’homicides est plus élevé là où les inégalités sociales sont les plus importantes, et ce, quel que soit le niveau de pauvreté de la population.

À l’échelle de la planète, les informations sur la cause exacte de tous ces meurtres – règlements de comptes entre bandes rivales, drames conjugaux… – restent parcellaires. Marc Ouimet et d’autres chercheurs viennent de lancer une enquête mondiale à ce sujet.

Le palmarès des meurtres

Nombre d’homicides pour 100 000 habitants, par pays, en 2010

Japon …………………. 0,5
Chine ………………. .. 1,1
France ……………….. 1,4
Canada………………. 1,8

États-Unis …………… 5,0
Brésil ……………….. 22,7
Salvador ……………. 66,0
Honduras …………… 82,1
Moyenne mondiale … 6,9
Québec* …………….. 1,06

* L’homicide au Canada, 2010, Statistique Canada (Source : Global Study on Homicide, 2011, Office des Nations unies contre la drogue et le crime)