Il faut sauver les venins

Le toxicologue hongrois Zoltan Takacs, sommité mondiale dans l’étude des venins, lance un cri d’alarme : la destruction des habitats des espèces venimeuses, la forêt amazonienne notamment, menace l’élaboration des médicaments de demain. 

Selon lui, plus de 20 millions de toxines sont encore inconnues et doivent être protégées. «Réduire la biodiversité revient à arracher les pages d’un livre avant même de l’avoir lu», estime-t-il. Voici six bestioles peu rassurantes dont les venins sont soit déjà utilisés en pharmacie, soit porteurs d’espoir pour des traitements à venir. M.B.

1. Monstre de Gila

Grâce à une protéine prélevée dans la salive du monstre de Gila, le Byetta permet aux diabétiques de type 2 de rééquilibrer chaque jour leur niveau d’insuline. La capacité de ce lézard géant de jeûner pendant des mois intéresse aussi les spécialistes de l’obésité.

Photo : 123RF
Photo : 123RF

2. Araignée banane

C’est l’araignée la plus venimeuse du monde, mais une de ses toxines, qui a pour effet de dilater les vaisseaux sanguins, pourrait traiter les dysfonctions érectiles.

Photo : Alamy
Photo : Alamy

3. Jararaca

La morsure de cette vipère du Brésil peut entraîner une chute de pression mortelle. Un dérivé de son venin entre dans la composition du Capoten, utilisé contre l’hypertension.

Photo : Blickwinkel/Alamy
Photo : Blickwinkel/Alamy

4. Échide carénée

Les proies de ce serpent meurent d’une hémorragie. L’Aggrastat tire parti des propriétés anticoagulantes du venin pour prévenir la formation de caillots sanguins.

Photo : Hitendra Sinkar photography/Alamy

5. Cône mage venimeux

Malgré son aspect inoffensif, ce mollusque possède un dard venimeux dangereux pour l’homme. Le cône est à l’origine du Prialt, un analgésique plus puissant que la morphine.

Photo : Aprker/Smallislander
Photo : Aprker/Smallislander

6. Scorpion «rôdeur de la mort»

Une toxine de ce scorpion a pour particularité d’adhérer seulement aux cellules cancéreuses. Des scientifiques veulent y ajouter un produit fluorescent afin de créer un «colorant à tumeur», qui permettrait de mieux repérer les cellules malignes lors d’opérations et ainsi d’épargner les tissus sains.

Photo : Mancini
Photo : Mancini
Les commentaires sont fermés.

je souffre de fibromialgie accompagnée d’une polineuropathie vient un temps ou les pieds me brules tellement que je voudrais ne plus être là mon
médecin essai plein de médicament la morphine pendant plus de 10 ans des crêpes de toutes sorte et rien ne peu m’enlever ce mal à l’effet de brulure peut-être que vous pouvez quelques choses pour moi .J’aimerais avoir votre opinion sur ce mal qui me rends folle.