Îles de la Reine-Charlotte : c’est la fin

L’appellation « îles de la Reine-Charlotte » disparaîtra bientôt de la carte !

L’appellation « îles de la Reine-Charlotte » disparaîtra bientôt de la carte !
Photo : David Nunuk/All Canada Photos

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé en décembre que cet archipel de plus de 150 îles, au nord de la province, s’appellerait désormais uniquement Haïda Gwaii.

Découvertes en 1787, les îles de la Reine-Charlotte ont été nommées ainsi en l’honneur de la femme du roi George III, qui régnait sur l’Empire britannique à l’époque.

Haïda Gwaii, qui signifie « îles du peuple » en langue autochtone, a commencé à faire partie de l’usage courant dans les années 1980, pour que soit reconnue l’importance de la nation haïda, qui y vit depuis 10 000 ans.

L’archipel de 10 000 km2, ayant échappé à la dernière glaciation, est parfois surnommé les « Galapagos du Nord » en raison de sa faune et de sa flore uniques. Des montagnes enneigées côtoient des fjords, des forêts et des plages de sable fin. Les Haïdas, qui vivent du tourisme et de l’exploi­tation des ressources naturelles, constituent le tiers des quelque 6 000 habitants de l’archipel.

Le président du Conseil de la nation haïda, un militant politique, sculpteur, médecin et chanteur traditionnel du nom de Guujaaw, s’est dit heureux de ce « geste symbolique très important ». La Ligue monarchiste du Canada a quant à elle dénoncé la disparition d’une « part importante du patrimoine canadien ».

Le changement d’appellation sera officiellement entériné au cours des prochains mois.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie