Inflation sur le gril !

Le carnivore québécois pourrait être surpris par le prix de la viande qu’il déposera sur son gril cet été. 

Les accommodements raisonnables, un sujet trop brûlant pour l'été ? Le ministre Drainville semble trouver qu'il sera plus propice à la fraîcheur de l'automne...
Photo : iStockphoto

Le carnivore québécois pourrait être surpris par le prix de la viande qu’il déposera sur son gril cet été. Selon les chiffres de l’Institut des aliments de l’Université de Guelph, en Ontario, le prix du bœuf a grimpé de 15 % par rapport à l’an dernier. Celui du porc, de 17 %.

Les causes de cette augmentation ? Deux catastrophes qui ont frappé les États-Unis, mais qui ont des répercussions jusque sur le marché canadien : la diarrhée épidémique dans le cas du porc et la sécheresse en Californie dans celui du bœuf.

« La diarrhée a décimé une génération entière de porcs. Il faut maintenant refaire les troupeaux, un processus qui prend des mois », explique Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politi­ques agroalimentaires à l’Université de Guelph.

Du côté du bœuf, la sécheresse a acculé à la faillite nombre de producteurs de l’Ouest américain, incapables de faire face à l’augmentation des prix du grain, causée par le temps sec. Résultat, moins de bœuf sur le marché… et des prix à la hausse.

Sylvain Charlebois a tout de même de bonnes nouvelles pour la saison chaude qui vient : les oranges, les pommes, les pommes de terre et… la crème glacée seront moins chères que l’an dernier !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Crème glacée moins chère? La même logique ne du grain cher s’applique pas aux vache laitières?