Inuits : dépassé, le partage ?

De plus en plus d’Inuits profitent de la popularité de Facebook pour y mettre en vente le produit de leur chasse ou de leur pêche. Un sacrilège, selon bien des gens de la communauté.

caribous
Photo : Mark Newman/Getty Images

De plus en plus d’Inuits profitent de la popularité de Facebook pour y mettre en vente le produit de leur chasse ou de leur pêche. Un sacrilège, selon bien des gens de la communauté.

Ça va à l’encontre des «valeurs inuites», dit James Panioyak, président de l’Organisation des chasseurs et trappeurs Ekalututiak, au Nunavut.

«Pourquoi vendre la nourriture que vous obtenez gratuitement ? Vous devriez l’échanger comme le faisaient nos ancêtres», écrit un internaute de Pond Inlet sur la page Facebook Country Food Exchange.

Traditionnellement, les Inuits partagent la nourriture qu’ils chassent et pêchent. De nombreux villages ont même un congélateur communautaire — de la taille d’une grande remise — où chacun peut s’approvisionner gratuitement en cas de besoin.

Sur la page du groupe Inuit Country Food Sell/Swap, un lagopède (proche parent de la perdrix) était récemment offert à 20 dollars, tandis qu’un paquet de 11 kilos de viande de narval se vendait 70 dollars.

Une membre de Kuujjuaq Sell/Swap proposait quant à elle un grand filet de poisson fumé pour 40 dollars.