Jésus-Christ, un mythe?

Deux chercheurs américains expliquent pourquoi il est permis de douter de la véracité des messages rapportés dans les Évangiles.

jesus-largeJésus n’a jamais existé. Bart Ehrman, grand spécialiste américain du Nouveau Testament, lance ce gigantesque pavé dans la mare alors que de nouvelles découvertes liées à la science de la mémoire jettent le doute sur l’existence de l’un des piliers de la religion catholique.

Curieux à propos de la véracité des messages rapportés dans les Évangiles — pour la plupart écrits plusieurs décennies après la date présumée du décès de Jésus —, Bart Ehrman a tenté de déterminer si la mémoire orale permettait effectivement de transmettre des faits efficacement, sans que le message central soit modifié avec le temps.

Auteur de l’ouvrage Jesus Before the Gospels: How the Earliest Christians Remembered, Changed, and Invented Their Stories of the Savior (Jésus avant les Évangiles: comment les premiers chrétiens ont conservé, modifié et inventé leurs récits du Sauveur), le chercheur s’appuie sur le fait que la mémoire est une faculté qui oublie pour affirmer qu’il est impossible que Matthieu se souvienne exactement des paroles du Christ lors du Sermon sur la montagne, par exemple, alors qu’il en a écrit le compte rendu 50 ans plus tard.

Pour prouver ses dires, Bart Ehrman fait référence à plusieurs expériences psychologiques où des participants, interrogés à propos d’un événement, se mettent rapidement à «inventer» des souvenirs pour, entre autres, adopter un point de vue qui leur convient. On n’a qu’à penser aux «foules de musulmans du New Jersey célébrant les attentats du 11 septembre 2001», un faux «souvenir» évoqué par Donald Trump et dont se souviennent pourtant ses partisans, malgré le fait que cela ne se soit jamais produit. Idem pour le principe antédiluvien du téléphone arabe, dont le message final est bien souvent très différent de l’énoncé d’origine. Ou les témoins oculaires, dont la fiabilité laisse à désirer. Soudainement, l’idée de Jésus marchant sur l’eau ressemble davantage à une histoire embellie qu’à un véritable miracle.

Aux yeux de Bart Ehrman, cette tendance naturelle à la mutation des faits au fur et à mesure que ceux-ci sont transmis confirme que les Évangiles sont remplis de souvenirs «transformés» — et donc faux.

D’ailleurs, les premiers chrétiens semblaient au courant de ce risque. Ce n’est pas pour rien que Paul, dans son Épître aux Galates, prend la peine de souligner que ses enseignements ne lui sont pas parvenus par un chemin tortueux, mais plutôt directement «par la révélation» de Jésus-Christ.

Selon des anthropologues, les souvenirs communs d’un groupe sont encore plus sujets à modifications. Si un membre dominant du groupe offre une version différente des faits, cette interprétation n’est souvent pas contestée par les autres membres et est adoptée telle quelle.

Toujours au dire du chercheur, des détails particuliers sont souvent ajoutés aux histoires bibliques, puisque ce sont ces «petits plus» qui leur confèrent un aspect véridique.

Plus on s’éloigne des Évangiles présentés dans la Bible — dont le contenu a été «officialisé» aux IVe et Ve siècles —, plus l’existence du Christ est remise en question. L’exemple du procès intenté par Ponce Pilate et la crucifixion qui a suivi est révélateur. Selon l’Évangile de Pierre, déclaré «non authentique» par les autorités chrétiennes, ce n’est pas ce préfet de Judée qui a signé l’ordre d’exécution de Jésus, mais plutôt le roi Hérode. D’autres textes parlent plutôt d’un Christ décédé à l’aube de la cinquantaine, ce qui situerait sa mort vers les années 40 de notre ère. Or, Pilate aurait été renvoyé à Rome en 36 ou 37…

Autre exemple, pour les Nazoriens, secte de chrétiens de la première heure dont l’existence est évoquée par des chercheurs du IVe siècle de notre ère, Jésus est mort un siècle avant les Évangiles bibliques, soit vers 70… avant Jésus-Christ!

La majeure partie du Nouveau Testament est aussi dénuée de preuves historiques de l’existence du Christ. Les lettres de saint Paul, fortes de près de 20 000 mots, mentionnent Jésus à plus de 300 reprises, mais jamais pour parler de sa vie, de ses actions ou de ses souffrances. Paul ne fait pas non plus référence au Christ en s’appuyant sur le témoignage d’un autre apôtre.

Un autre chercheur biblique, l’Américain Richard Carrier, auteur d’On the Historicity of Jesus: Why We Might Have Reason for Doubt (L’historicité de Jésus: pourquoi il est permis d’avoir des doutes), avance l’hypothèse que la période de la vie du Christ correspond à une époque de profonds changements religieux dans ce qui est aujourd’hui Israël. Entraînés dans une révolte populaire contre l’élite du Temple de Jérusalem, plusieurs groupes ont opposé une réponse religieuse à cette lutte. L’un de ces groupes aurait eu l’idée d’un être céleste fait de chair, tué par les forces du mal dans un sacrifice dépassant les rites juifs de l’époque, puis revenu d’entre les morts, et qui réapparaîtra bientôt pour sauver les fidèles.

Comme le veulent les théories sur l’«amélioration» de la mémoire, cette idée du Christ a rapidement été «embellie» pour attirer davantage de croyants, croit Richard Carrier.

L’idée que le Christ ne serait qu’un mythe gagne en popularité chez les athées et les agnostiques, mentionne Bart Erhman. Si elle réussissait à gagner des adhérents chez les chrétiens, «cela porterait un coup» à la foi catholique, dit-il.

(Texte publié dans Maclean’s, adapté par Hugo Prévost)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

111 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Un ami musulman et un autre de confession juive m’ont dis que Jésus que l’on reconnaît dans la religion Catholique était mentionné dans leurs écrits. Pour eux Jésus était considéré comme un prophète. Aurait il imaginé toute ces histoires de trois confessions différentes? J’en doute. Et en fait le doute fait bien parti de la foi Chrétienne….

à 67 ans, je suis croyant mais aussi laique. Les religions sont des inventions humaines qui ont mené invariablement à des manifestations de violence au cours de l’histoire. Les religions ne sont que le fruit de l’imagination.

Je suis d’accord avec vous pour les religions. Mais le Christ a été et est toujours l’homme Dieu le moins religieux qui ait existé. La preuve, ce sont les religieux de son temps qui l’ont crucifié. Mais il est revenu à la vie!

BIZZZARE ! Vous êtes croyant… et vous ne croyez pas. Il me semble que, si vous croyez que les religions sont des inventions humaines… qui mènent invariablement à des manifestations de violence…. vous n’êtes pas croyant. Ou alors donnez nous la définition nouvelle du CROYANT, même s’il est laïque.

On peut croire en une puissance supreme et creatrice, vivre librement sa spiritualite sans tomber dans le piege des religions

Normal ces deux autres religions viennent elles aussi du même amalgame de vieilles légendes mésopotamiennes et de la religion Chrisna qui existait depuis mille ans et avait besoin d’un nouveau souffle. Mise à part ce que les templiers ou Rome ont ajouté pour rendre ces textes plus crédibles, il n’y a pas une seule partie de la bible qui ne soit pas un simple copié/collé de l’une de ces histoires. Ça fait vraiment longtemps que plusieurs historiens ont mis à jour tout ces mythes qui avec le temps sont devenu les cancers de l’humanité. Et comme tout cancer ces religions ont la vie dure et se propage en détruisant ce qui pourrait être la vrai humanité.

Historiens plus récents dont les livres sont encore disponibles: Jean Bottero, Mario Liverain, Israel Finkelstein et Neil Asher Silberman.

N’importe quoi… le jour ou tu fait la rencontre personnel avec JÉSUS, cela change ta vie ! Et tu comprend et vraiment qu’Il est vivant et que cela n’est pas une histoire de religion, mais plutôt une histoire de relation ! Pour moi il m’es beaucoup plus facile de croire en Dieu, Jésus-Christ et le St-Esprit que de croire à l’évolution ! Quand tu fais l’expérience JÉSUS ta vie change, Il ne laisse personne indifférent ! La preuve avec cet article…

« Pour moi il m’es beaucoup plus facile de croire en Dieu, Jésus-Christ et le St-Esprit que de croire à l’évolution »
Effectivement l’être humain recherche la facilité et n’a pas le courage d’admettre qu’il n’est même pas un grain de sable dans cette univers. Ceci dit je crois sincèrement qu’il y a quelque chose qui nous dépasse mais certainement pas toutes ces contradictions. Oui les différentes religions contiennent de belles histoire de partage, d’amour et de relation. Mais pourquoi baser sa vie sur un mensonge ?

Jésus était Juif et sa religion était le judaïsme.
Il n’aurait jamais dit » avec moi, voici une nouvelle religion, le Christianisme « .

Une forme exaltée, sinon intégriste de Judaïsme.
Il n’a jamais contesté le Judaïsme, il s’en ait pris aux prêtres
qui instrumentaient sa religion.
Souvenez-vous de sa colère contre les marchands du temple.

marcher sur l’eau tout le monde peut le faire c,est la volonté et la pensé . marcher sur le feu c’est impossible NOn je l’ai fait un soir avec 30 autres personnes dons 3 enfants de 8 et 10 ans, les flèches(lances) longues et pointues comme une aiguille que les moines du tibet se couche dessus et les ointes sonr sur la gorge ils ne se font pas mal,c’est la volonté et pratique, la foie, croyer et préparerz-vous mentalement et vous réussirer.

en religion il est important de douter surtout quand les livres saints sont falsifiés, imagines au hasard le Coran remanier a plusieurs reprises, arrivé a un point tel qu’il ne connaissaient plus l’ordre chronologique des textes et ont fini apr les classer du plus petit au plus grand!!!!

Faudrait changer le mot catholique pour chrétien dans le texte puisque les autres religions chrétiennes sont aussi visées par cette étonnante « révélation »

Erreur, je suis Anglican et notre confession ne reconnaît pas le nouveau testament mais que la Bible. C’est la même réalité pour les Protestant, les Luthériens, le Calvinisme, les Maronites, les Coptes et les Orthodoxes dits de l’Est qui compose près de 80% de cette confessio.

Il n’y a aucune mention dans le Coran, des histoires hallucinantes sous le règne de Jésus, le Coran n’inclus que trois courts passages sur un « homme » qui aurait été rassembleur et prêchait la bonne parole, sans plus.

Les évangiles sont écrits durant le Moyen Age lorsque la peste faisait rage en Europe où les historiens dénotent la disparition de 24 millions de personnes en Europe.

L’Église Catholique grâce à ses scribles s’en servit pour formuler des histoires détaillées de la vie de Jésus pour redresser le manque grandissant de moralité qui perdurait depuis l’Empire romain où tout était permit.

Un groupe d’historiens ont découvert il y a 80 ans que les scribes étaient payés selon le nombre de mots qu’ils écrivaient, ils étaient employés par le vatican pour traduire les dites Évangiles en latin et Italien. Il transparaît que les scribes ne faisaient pas que traduire mais concoctaient des histoires pour être mieux payés. Cette réalité fut découverte lorsqu’il y eut une vérification des anciens écrits avec le nouveau Testament. Une histoire d’à peine 2,000 pages (soit environ 250 par âpotre relatant les mêmes histoires) qui se termina en un Nouveau Testament de plus de 1,500 pages (en latin).

Le nouveau testament servit par la suite à des massacres par plusieurs papes de nombreuses communautés non catholiques, notamment durant les croisades. Ce mouvement populaire coïncide avec la vente des indulgences par la religion Catholique qui voulait s’enrichir et dominer le monde. Ils furent brûlés sur le bucher jusqu’en 1600 mais continuèrent jusqu’à la tombé de Louis XV1 et Marie Antoinette furent guillottiné à la fin des années 1700. C’est grâce à la révolution française qui abolit la monarchie et se tournèrent contre la papauté qui les ont cravaché durant plusieurs siècles.

C’est sous le pape Alexandre VI que le shisme fut déclaré par Martin Luther qui découvrit la vente d’indulgence lors de son passage à Rome qui en quelques sortes, réveilla plusieurs citoyens qui se tournèrent vers la religion de Luther, les Anclicans et les protestants pour ne nommer que ces derniers.

@Roger W. En tout cas, vous, vous reconnaissez que votre religion est une invention humaine. Si Jésus est un mythe, ce n’est pas en nous ensevelissant sous une tonne de détails plus ou moins crédibles que vous allez y changer quelque chose.

Les schismes ont divisé des populations jusqu’alors unies et ont provoqué des bains de sang. Martin Luther, un égoïste de première classe, n’a pas de quoi être fier.

Aujourd’hui, l’humanité est de plus en plus divisée en groupes religieux. Bannissons les religions et unissons-nous sous ce que nous avons tous en commun : le fait d’être des humains.

Puisque vous prétendez que le Nouveau Testament n’en fait pas partie, de quels livres sont composés selon vous ce que vous appelez la Bible?

@ Wentworth Roger,

Sauf erreur de ma part les différences qui existent entre les églises orthodoxes et le catholicisme reposent essentiellement sur la « doctrine » et non spécifiquement sur la « bible » — qui signifie : le livre -, versus le « Nouveau Testament » que certains traduisent plutôt comme une « Nouvelle Alliance » puisque c’est la Torah (les lois) qui scelle initialement la « Première Alliance » sans laquelle le « Nouveau Testament » n’aurait aucun fondement.

De la même façon la doctrine luthérienne diffère de la doctrine catholique, tout comme elle diffère également de la doctrine orthodoxe. Pour les catholiques le schisme avec les orthodoxes n’est pas absolument irréconciliable. En revanche la doctrine luthérienne est parfaitement inconciliable avec le catholicisme.

Pour les orthodoxes les plus traditionalistes : catholiques et protestants sont des hérétiques.

Comme pour les pratiquants de la Sunna (les musulmans sunnites) : les juifs, les chrétiens de toutes obédiences, les bouddhistes, les chiites et les pratiquants des religions indouistes sont des mécréants ; tout comme les athées sont des chiens d’infidèles qui iront tout droit en enfer.

La Révolution Française n’est pas à proprement parler une révolution spirituelle tournée contre le catholicisme, c’est une révolution sociale et politique qui met fin à l’absolutisme monarchique et non spécifiquement à la monarchie comme certains le croient.

Quoiqu’il en soit, la Révolution Française avec la Terreur menée au nom de « l’Être suprême », n’a absolument rien à envier aux Croisés en termes de massacres y compris contre sa propre population.

Louis XVI a été condamné à la peine de mort par un Grand Jury (les députés de la Convention) par une faible majorité (361 voix : oui, ce qui correspondait arithmétiquement exactement à la majorité absolue, ni plus ni moins) pour : « Conspiration contre la liberté publique et attentats contre la sûreté générale de l’État ». C’est pour cette raison qu’il fut guillotiné le 21 janvier 1793 et non pour avoir été un roi catholique et pratiquant.

Pas plus d’ailleurs les vertueux luthériens n’on quoique ce soit à envier aux catholiques au chapitre des persécutions et de l’exploitation éhontée de l’homme par l’homme.

Bien au contraire, le protestantisme a trouvé le moyen de classifier et de hiérarchiser les humains spécifiquement en fonction de l’appartenance religieuse. Cette triste réalité est d’ailleurs partie intégrante de l’histoire du Canada.

Alors rien n’indique fondamentalement que la bonté et la pratique du bien ait grand-chose à voir avec quelque religion que ce soit 🙂

Effectivement, ce Jésus historique ressuscite et donc devient Christ. Il faut faire la distinction entre ce Jésus de Nazareth historique qui nous est ramené par la connaissance et/ou la reconnaissance des faits… Le Jésus ressuscité soit le Jésus-Christ nous amène à un autre niveau… celui de la croyance, celui de la foi. Et le christianisme naît parce que Jésus ressuscite, parce qu’il devient Christ. Le vocable « catholique » apparaîtra plus tard dans l’histoire… et vous faite bien de faire cette nuance…

La question n’est point tant de savoir si le Christ a existé, mais plutôt de savoir s’il est possible qu’un messie puisse exister ou si cela n’existe de toute façon pas. Ce qui intéresse les chercheurs et ici ces auteurs, c’est de savoir si un certain Jésus né quelques part vers Nazareth a vraiment existé ou bien pas en ce temps-là.

Ce qui est avéré en cette occurrence, c’est que le village de Nazareth a bien existé. Il existe toujours d’ailleurs. Ce qui est avéré encore, c’est que ce village était bien habité voici quelques 2000 ans. Ce qui est parfaitement sûr – puisque ce village était habité -, c’est qu’il est bel et bien né à cette époque un certain nombre d’enfants. Et s’il était resté un registre d’état-civil, on pourrait conjecturer que l’un d’entre eux au moins aurait très bien pu s’appeler Jésus en l’occurrence Yeshoua, qui était un prénom commun à cette époque-là.

Donc est-il possible qu’un certain Yeshoua soit né quelque part dans la région de Nazareth ou peut-être en route vers Jérusalem, à ce moment-là ? Bien que la chose ne soit pas à 100% prouvée, la chose est admissible d’un point de vue strictement historique.

Ainsi par exemple, supposons que je fasse un bon jusqu’en 2066 et que j’écrive qu’il n’acquît quelques part en 2016, dans la région de la Capitale fédérale un enfant prénommé William. Il est assez probable que je ne me tromperais pas. Cela signifierait-il pour autant que ce William né en 2016 soit un futur messie ?

Supposons pourtant que les années suivant 2016, marquent au Canada le début d’un nouvel éveil religieux, que ce nouvel éveil soit le point de départ d’une nouvelle religion, que cette nouvelle religion soit messianique et que les protagonistes de cette nouvelle religion attribuent à un certain William le titre de messie. Il faudrait bien en conclure qu’en 4016, s’il serait difficile pour les historiens futurs de prouver que William fut bien le messie, bien qu’on puisse conjecturer qu’en 4016 il soit assez facile pour eux de prouver qu’un William aura bien existé.

Disons que de prouver en 4016 qu’un William ordinaire a bien existé en 2016, cela n’a strictement aucun intérêt. Aussi si un Jésus a bien existé voici quelques 2000 ans ; prouver maintenant ou ne pas prouver qu’il ait bien existé, s’il appert que c’était un homme ordinaire…. Cela n’a évidemment pas le moindre intérêt non plus !

— À ce titre un Yeshoua au moins en ce temps-là devrait certainement avoir existé.

Pour les juifs, un messie c’est celui qui reçoit l’onction (le baptême pour les chrétiens) par un prophète de Dieu. C’est pour cette raison – puisqu’au fond le christianisme est une sorte de clone du judaïsme –, que le Baptiste Jean entre en scène. En administrant l’onction à Yeshoua, il lui confère symboliquement la charge et la responsabilité d’être « Le Messie ».

Un messie est donc un homme (ou une femme) à qui une autorité religieuse transfère symboliquement une autorité sur l’espèce humaine. C’est le rôle qui encore aujourd’hui est conféré aux reines et aux rois. Ce qui signifie en d’autres termes que Jean aurait été prophète tandis que le Christ quant à lui, ne le serait pas.

Jean ayant baptisé beaucoup de monde, rien ne peut démentir qu’il n’ait pas oint un homme prénommé Yeshoua, il se peut-même qu’au regard des usages de l’époque ce prénom ait été un pseudonyme ou un patronyme. Ce qui poserait la question de savoir si Jean avait une quelconque autorité pour administrer l’onction…. Dont celle de pouvoir proclamer le nouveau messie.

Autorité qu’il n’avait pas reçue de la part des prêtres juifs et moins encore d’Érode le roi de cette époque-là qui n’avait que faire qu’on lui désigne un successeur et un concurrent.

Il n’en reste pas moins que le premier siècle de notre ère eut un historien juif vivant et romanisé (c’est un fait avéré) : Flavius Josèphe qui fait mention – dans le chapitre notamment traitant de la « guerre des juifs » -, à plusieurs reprises d’un certain « thaumaturge », donc d’un guérisseur. À noter que le Frère André canonisé depuis peu était aussi un thaumaturge.

Alors est-il possible qu’il y ait bien eu à cette époque-là en Judée un guérisseur et se peut-il que ce guérisseur se soit appelé ou fait appeler Yeshoua ? C’est alors par la suite que le mythe s’est construit, lorsqu’on voulût faire de ce guérisseur le Messie, le roi des rois dans l’au-delà. — Qui sait ? Et… pourquoi pas ! Qui peut dire ou ne pas dire avec certitude que le Frère André (qui se prénommait Alfred, lequel a quant à lui bel et bien existé) qu’il n’était-il pas lui aussi l’un d’entre eux ?

— En conclusion : Jésus l’être humain, devrait certainement avoir dû exister selon moi ; quand la question reste encore de savoir qu’est-ce qui confère aux uns la divinité et l’éternité, … tandis qu’aux autres absolument rien et l’anonymat ?

NB : Dans l’antiquité, le prénom ou le patronyme de Yeshoua était celui qui était souvent donné aux Grands prêtres d’Israël. Ceci expliquant peut-être cela !

Jesus-christ est venue pour ceux qui doute pour que justement ils aient la Foi en lui pour ceux aussi qui ce croyant sage tombe ainsi dans le doute de leurs propre sagesse qui n appartient pas a la Foi en lui puisque il a
dit heureux celui qui croit sans avoir vue, les savants qui ne l ont pas vue ne croit pas non plus en ses miracles ils n ont pas la Foi, pour croire en jesus-Christ il faut etre heureux de croire en lui s est la Foi sa veut dire que s est la Foi des aveugles qui redonne la vue dans le doute s est pas possible par la foi tout devient possible…

Toutes les religions sont des béquilles qui empêchent de voir notre réalité d’êtres mortels, on ne meurt pas on change de dimension!!!! Franchement c’est n’importe quoi. On meurt point final.

Rien ni personne ne meurt, vous le verrez bien lorsque çe sera votre tour. A votre place,mje ferais la,paix avec Jésus Christ avant votre décès,m’ont Dieu seul sait la date, l’heure et les circonstances. C’est sérieux l’éternité, çe n’est pas une petite vapeur de vie sur terre! Je prie pour que Jésus Christ se manifeste dans votre vie ,

Les imprécisions de dates m’importent peu.
C’est le message qui compte pour moi : « Aimez-vous les uns les autres » .

qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence » (Luc 19:27)

« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère » (Matthieu 10:34–35)

Aimez-vous les uns les autres… Si vous êtes d’accord avec moi.

En pleine semaine sainte… Le timing est tout trouvé pour installer le doute chez les croyants. La religion a beaucoup d’autres avenues à explorer que l’angle historique. Pour moi, la paix de l’âme, la fraternité et la charité entre les hommes et les femmes, l’espérance en l’homme au sens de l’humanisme développé par nos religions (aimer son prochain comme sois-même) sont des éléments à méditer en cette semaine sainte. Je fais donc un clin d’œil à Bart Ehrman, ce grand spécialiste … Mais ma croyance continue, même avec un peu de mystère sur l’historicité du Christ venu sur la terre.

Rien de nouveau, De tout temps Dieu et Jésus ont été contestés, surtout par des personnes qui refusaient d’accepter la supériorité divine et la création du monde par Dieu.

Pour qui le présent sujet interroge,
je vous suggère une lecture.
Le roman érudit ne conteste pas l’existence du Christ,
mais l’interprétation que font les évangilistes de ses dires et faits

« L’ultime secret du Christ »
José Rodrigues dos Santos

La méthodologie de Bart Ehrman est contestée. Je vous propose de lire la critique de Michael J. Kruger, Président et Samuel C. Patterson Professor of New Testament and Early Christianity à la Reformed Theological Seminary, Charlotte, NC. http://michaeljkruger.com/bart-ehrmans-worldview-problem/

Je vous propose une autre lecture, Comment Jésus est devenu Dieu, de Frédéric Lenoir. L’historicité de Jésus n’est pas remise en question.

Il est assez surprenant que des athées et des agnostiques s’attarderaient à vouloir démontrer que Jésus Christ n’a pas existé. La croyance au néant, comme la croyance à un dieu tout puissant pour l’instant demeure au niveau de « la foi ».
Une théorie demeure une théorie tant qu’elle n’a pas été démontré.

Être athée ou agnostique n’est pas du tout la même chose! Les agnostiques affirment que nous ne sommes pas en tant qu’être humain en mesure de comprendre et de saisir tout du fonctionnement de la vie, de la nature, de l’univers etc, donc ils s’abstiennent d’affirmer quoi que ce soit à ce sujet. Par contre, rechercher la vérité historique n’est pas contraire à l’agnosticisme!

Prouver »scientifiquement » que Jésus-Christ est un mythe ne nous avancera pas à grand chose… Malgré Darwin, 40% des Américains croient toujours que le ciel et la terre ont été créés en six (6) jours… À mon avis, examiner comment le mythe du Christ a servi les tyrans, les dictateurs, les premiers ministres ou les aspirants à l’investiture présidentielle américaine, voilà qui serait beaucoup plus utile.

Les chercheurs sont de toute évidence juifs ou athées. Alors, voilà ce qui résous l’objectivité de cette recherche ….

Est-ce que ç’aurait été plus objectif si la recherche avait été faite par des croyants?

@ Jacques Lafond,

À ma connaissance Bart D. Ehrman n’est pas juif, c’est un universitaire spécialiste des études sur le « Nouveau Testament », pas plus que n’est juif Richard Cevantis Carrier qui effectivement est athée ; défend plutôt les « lois naturelles » ; il conteste en effet l’historicité de Jésus de Nazareth.

D’une manière générale les juifs ne se sont pas prononcés sur l’historicité du Christ. Ce dans quoi ils n’adhèrent pas, c’est au caractère purement messianique du Christ. À noter que dans le judaïsme un messie est d’abord un roi. Son pouvoir est donc circonscrit dans le temps, il ne peut se confondre directement avec la nuit des temps. En revanche certains admettent que le Christ historique ait pu recevoir des dons de guérisseur. Être guérisseur est considéré comme un don de Dieu.

Ainsi les juifs s’administrent très bien sans messie depuis un certain temps, puisque ce qui prévaut avant toutes choses : ce sont d’abord les lois. Ce qui anime la foi des juifs, c’est l’espérance qu’il puisse exister un sens dans la vie ; laquelle pourrait s’achever par l’accès en une sorte d’au-delà (un verger) dans lequel puisse se retrouver les âmes aimées. En d’autres termes un fois morts, nous pourrions retrouver peut-être sous une autre forme notre papa et notre maman. Quoiqu’il en soit, toute leur vie durant les juifs n’auront aucune certitude que cela sera. Et personne ne peut confirmer si cela sera ou ne sera pas.

Ce qui caractérise le judaïsme, c’est qu’on ne nait pas juifs. Certains meurent juifs tandis que d’autres pas. Qui sait si celui qui connut le supplice de la croix n’est pas mort tout comme un juif lui aussi finalement ?

Voici une opinion, non un fait. Il est impossible de le prouver. D’autres chercheurs vont démontrer autre chose. La foi, c’est bien plus que l’histoire, la science, la psychologie et toutes les connaissances humaines. Pour moi, impossible que Jésus n’ait pas existé. Impossible que la foi qui se transmet depuis 2000 ans ne soit basée sur autre chose que la résurrection de Jésus. Impossible que tous les miracles, inexpliqués par la science, et pas si loin de nous (rappelez-vous le Fr André…), soient tous supercheries ou en attente d’une explication rationnelle scientifique. Impossible que l’hostie changée en tissu cardiaque vivant soit expliqué un jour par la science… et je pourrais continuer des heures… mais rien ne convaincra un athée ou un agnostique qui ne veut pas croire!

Pensez que Jésus ait ressuscité, marché sur l’eau, transformer l’eau en vin, multiplier le pain et autres miracles, n’a rien avoir avec la science mais avec l’imbécilité qu’on nomme foi.

Sans compter qu’il est né d’une mère vierge qui l’a conçu avec un Saint-Esprit…

Ça commence à faire beaucoup d’interrogations non?

C’est sans doute prouvé scientifiquement que les personnes qui ne partagent pas nos croyances sont des imbéciles.

Dire que les religions ont propagées l’amour du prochain, c’est y aller pas mal fort. Ce serait plutôt désolations, obscurantisme, violence. Voila plutôt le legs des religions. Dieu existe peut être mais les religions ne sont que bêtises humaine.

Tu as raison Daniel, » LA BÊTISE HUMAINE » ça explique beaucoup de choses que l`humain fait et qui nuit à notre évolution, comme les religions, l`argent, les fabricant d`armes et les guerres et j`en passe.

« désolations, obscurantisme, violence. Voila plutôt le legs des religions ».
Pas tant des religions que de leur hiérarchie, leur église.
Dès lors que l’empereur romain Constantin 1 a déclaré la religion catholique supérieur à son pouvoir, il a conféré à l’église un pouvoir politique incarné par l’apparition du Saint Empire Romain Germanique.
Cette décision devant servir à unir les peuples d’Europe, conquis par Rome, contre les invasion Mongol et Ottomane.
De cette politisation est né toutes les erreurs historiques, les guerres de religion et lutte de pouvoir entre les rois européens et le vatican.
La religion est devenu politique.
Même ici au Québec, notre société il y a 50 ans était a touot fin pratique une société intégriste chrétienne. Ça il faut avoir les cheveux blanc pour s’en souvenir.

Il existe aussi un excellent livre intitulé « Le Zélote » de Reza Aslan qui discute de la réalité religieuse dans cette région à l’époque du Christ et discute en détail la notion de « Messie » et ce qu’elle signifiait pour les contemporains de Jésus.

Juste à regarder la nature, les hommes, l’évolution il exixte un Architecte, un Créateur pour si bien harmoniser la Vie, j’en ai au un doute !!! Le reste ???

Un Architecte, un Concepteur existe : juste ouvrir les yeux et regarder tout ce qui existe, l’évolution, tout le prouve . Je crois en Dieu !!! Le reste ???

Ce Monsieur n’est certainement pas au courant que plus de 500 personnes ont vu le Christ ressuscite. Il n’est certainement pas au courant des textes qui ont été retrouvé, çe qui prouve que le christianisme n’était pas une tradition orale et il oublie que les apôtres étaient des hommes intelligents, probablement plus qu’il l’est lui-même et qu’il n’aurait pas sacrifie leur vie pour des histoires incertaines. Il y a beaucoup de preuves tangibles de l’existence du Christ, Dieu fait homme. Je suis surprise que le magazine l’Actualite que je çroyais un magazine sérieux, publie un texte qui démontre aucune recherche sérieuse de la,part de son auteur. Chef de la rédaction, révisez votre éthique, car vous perdez des plumes en publiant des pseudo-chercheurs qui ne font aucun travail de recherches. Car, des preuves il y en a des tas, alors je conclue que ce type n’a rien d’autres à faire de sa vie que de s’assoir derrière son ordi et pondre de tels textes qui n’ont aucune base serieuse.

Comme vous dites Mme Tremblay si c’ est vrai ; il faudrait peut-être le prêcher en chaire et ça presse ! et surtout prouvé comme vous dites que le christianisme n’ était pas une tradition orale!

« il oublie que les apôtres étaient des hommes intelligents, probablement plus qu’il l’est lui-même et qu’il n’aurait pas sacrifie leur vie pour des histoires incertaines. »
Passons rapidement sur les niveaux d’intelligence dans ce débat.
Pour ce qui est de sacrifier sa vie pour ses convictions religieuses, rien de plus facile.
Contre la promesse d’un paradis après la mort, les églises ont convaincus les laïcs de partir en croisade et de profiter d’une absolution de tous leurs crimes.
Mais, vous me direz que cela est de l’histoire ancienne.
Mais encore aujourd’hui, au nom de la religion on se donne la mort et on fait des victimes innocentes avec des ceintures ou des valises bourrées d’explosif.
Les motivations des croisés étaient-elles si différentes des kamikazes contemporains ?

Heu… Comment dire? Arrêtez la drogue, Agnès. Ou prenez en plus, je ne sais pas, mais il y a un problème de dosage.

le probleme des évangiles c’est qu’elle n’ont pas été créées pour prouver l’existence de jésus!!! vouloir prouver le fait qu’il est éxisté ou pas est une perte de temps, la seule chose c’est que des prédicateurs comme jésus qui péchaient la fin monde ou autre doctrine etait assez courant, lui ou un autre quel est le problème? une chose est sure c’est qu’il y a eu des juifs hellénisés dit « gentils » qui ont formés les premiers chrétiens, après que le personnage et le message est été déformé a des fins politique c’est autre chose….

La religion a été et est, de tous les temps, l’opium du peuple. Les gouvernements favorisent la pratique de religions pour maintenir les populations dans l’ignorance. L’Islam en est la preuve. Tous les pratiquants de toutes les religions sont des naïfs ou des hypocrites. Je connais des capitalistes qui vont à la messe tous les dimanches, mais qui égorgent leur prochain avec des pratiques financières douteuses. La meilleure façon d’exploiter un autre humain consiste à lui faire croire que s’il tue ses semblables, il ira forniquer avec des vierges dans l’au-delà. Comme tous les hommes aiment le sexe, ils sont prêts à se faire exploser la tronche pour baiser dans le ciel. Maudite belle invention pour l’État islamique cette religion ! Vive Allah et toutes les foutaises qui avilissent la nature humaine…

Mme Singler, MM. Vachon, Durocher j’abonde totalement dans le sens de votre propos respectif et ma foi m’a toujours été d’un soutien incomnensurable. Oui Seigneur je crois et merci de nous être si present….

Bonjour à tous,

Je connais bien les positions de Bart Ehrman et je me permets de nuancer: Prof.Ehrman utilise une approche

d’historien pour cette question et selon ses recherches il peut affirmer qu’un leader charismatique nommé « Jésus » a

existé, mener un groupe de diciples et a été crucifié. Et donc bien au contraire, il dit que Jésus est hors de tout

doute un personnage historique, tout comme St-Pierre et St-Paul. Par contre c’est la « divinité » de Jésus qu’il nie:

Jésus n’a pas ressuscité et n’a pas fait de miracles.

Richard Carrier est un autre spécialiste important aux USA. Il utilise lui aussi une approche d’historien et c’est

plutôt lui qui affirme que Jésus n’a pas existé (www.richardcarrier.info)
Pour le Prof.Carrier et d’autres, Jésus était un personnage mythique, non physique, mais réel, qui a été imaginé pour réponde à la destruction du Temple de Jérusalem, la clé de la religion Juive de l’époque et pour répondre à la déception des Juifs. On avait besoin d’une religion 2.0 si vous voulez. Pour Carrier St-Paul est un personnage historique et leader de cette « nouvelle religion ».

Kenneth Humphreys est le représentant d’un 3eme groupe plus « cyniques » pour qui non seuleument Jésus n’a pas existé, mais pour qui le Christianisme a été fabriqué de toutes pièces pour exploiter et manipuler la population (www.jesusneverexisted.com) Pour lui même St-Paul, dont on a tout de même les lettres, n’a pas existé.

ça ne laisse plus beaucoup de personnages historiques reconnus par tous: Hérode, St-Jean Baptiste et Ponce Pilate.

Notez que les 3 hommes se connaissent évidemment et se livrent un « combat de mots ».

Je vois invite à aller voir les nombreuses vidéos des 3 spécialistes sur Youtube.

Merci!
Philippe C.

bon commentaire, je connais très bien le Dr Ehrman et Carrier et chacune de leurs positions sont défendables.Si vous avez suivi le débat de 2 ans entre Carrier et Ehrman je crois que Carrier a présenté les meilleurs arguments. Vous pourriez ajouter a votre 3e groupe les Joesph Atwill (Ceasar’s Messiah) et Acharya S.

Pour ma part ma position se rapproche plus de celle de Robert M. Price et Robert Eisnman, C’est tout a fait possible qu’il y a eu un Jésus èa la base de la secte mais que les événements entourant sa vie sont plutôt inconnu et tout ce que nous pouvons savoir vient de ce que nous connaissons des disciples de Jacques le Juste et l’Église de Jérusalem et qui n’a pratiquement aucun lien avec l’histoire des Évangiles qui selon toute vraisemblances sont le prduit d’une réécritures d’histoires de l’ancien Testament. Utlisant la technique de Pesher avec plusieurs sources dont le Midrash les scribes du Nouveau Testament on fait ce que nous retrouvons dans les traditions rabbiniques du »Haggadah »

Oh, comme il y a des « chercheurs » et autres « érudits auto-proclamés » qui sont impatients à se rendre intéressants, de nos jours encore ( il y en a toujours été ainsi, semble-t-il… ). La croyance ( ou l’incroyance ) en quelque chose, ou quelqu’un, c’est bien important pour celui ou celle qui croit, ou qui ne croit pas. Ce n’est évidemment pas parce que quelqu’un « croit » que Dieu existe, ou qu’il n’existe pas, que cela le fait exister, ou n’appartenir qu’au domaine de « l’imagination humaine » pure et simple. Cela n’a strictement aucun rapport. Et tenter de « prouver hors de tout doute », en faisant appel aux « lumières de la science », demeure une aventure aussi futile que monstrueusement orgueilleuse. Le plus loin qu’une saine réflexion ( telle celle de Shakespeare ) peut nous conduire, à mon avis, ressemble à quelque chose comme : Qu’une chose existe ou qu’elle n’existe pas, qu’est-ce qui est le plus « normal »? l’existence ou le néant? le mouvement, ou l’immobilité? la chaleur, ou bien le froid total? ce monde a-t-il toujours existé, ou a-t-il eu un commencement? a-t-il été « créé », ou s’est-il créé tout seul? existera-t-il « toujours », ou aura-t-il une fin, « au bout du temps »? Qui peut répondre à cela, je vous le demande? Ces phalanges d’écologistes qui semblent rivaliser entre eux pour nous culpabiliser, et nous prédire les pires catastrophes — et qui semblent y trouver une inépuisable source de contentement : visibilité oblige ! — Ces quelques scientifiques pressés d’affirmer que « rien de ce que nous n’avons pas réussi à prouver hors de tout doute, selon les meilleurs standards de la science actuelle, ne peut exister… » Et pourtant, ces mêmes scientifiques ne cessent de découvrir de nouvelles étoiles, des mondes de plus en plus lointains et mystérieux, qui manifestement « n’existaient pas », il y a à peine quelques années… puisqu’ils ne les avaient pas encore « découverts »… Et dire que, dans l’état actuel de nos capacités, comme de toutes celles que l’on peut espérer acquérir avant très très longtemps, il leur apparaît toujours impossible de nous rendre un jour à l’étoile la plus proche de notre Système solaire… Alors, décider nous-mêmes si Dieu existe ou n’existe pas, quelle stupidité, quel manque de vision ! À chacun de « croire » ou « ne pas croire », mais chercher à démontrer ceci ou cela, en ce domaine, c’est avoir bien du temps à perdre, et à faire perdre à nos congénères…

Pas le premier ni le dernier à tenter de prouver que Jésus est un mythe. Avec la foi et la raison, nous pouvons croire que Jésus a existé, qu’il est mort sur la croix et ressuscité, qu’il est Dieu incarné pour nous sauver. Ce site de de l’Église catholique de France répond a beaucoup des questions sur le sujet: http://jesus.catholique.fr/questions/jesus-a-t-il-vraiment-existe/
Belle montée vers Pâques.

Quelle crédibilité accorder à un texte dont on présente l’auteur comme étant Brian Bethune et dont on dit à la fin qu’il s’agit d’un « texte publié dans Maclean’s, adapté par Hugo Prévost »?

Marché sur l’eau, c’est facile si tu sais comment faire, ta foie, ton esprit et ta volonté J,ai marché sur le feu !0 cordes de bois d’érable étendue en une ligne et au moment ou la flamme est de 4,5 pouces on commence à marcher sur une distance de 15 pieds de long.jeme suis brûlé au pieds droit, où on a des problè,mes ex foie, intestin, cou coeur les points faibles , On a des brûlures caron a pa complètement confiance, on se brûle, J’ai traversé 6 fois de suite ce soir là m^me les 3 enfants l’on fait Ils ont attendu plusieurs minutes avant de le faire , j’ai demandé ;a un jeune 10 gars si il voulait me tenir la main et on traverse,ok tout est fais une femme pareil jel,ai guidé et ell a réussi encore mieux que moi pas dd brûlures

Prenez les moines tibétins qui se couchent sur des longues lances plantées dans le sol et appuyées sur la gorges 32 lances pointues comme de épingles ,aucune blessures c’est incroyable, DANS LA VIE IL Y A DES MIRACLES à tous les jours,des choses incroyable arrivent et souvent sans blessure et cespersonnes auraient du être morte, Prenez le réhanimation cardiaque, 20 min 45 minutes un homme tomv=be sur le trottoir et 15 pompiers infirmière et medecin tente de le réhanimer, apres 98 minutes ils arrêtent tous ,Ils ont tout donné et voila quelques secondesla victime se mets à toussé elleestrevenu à la vie, un homme tombé dans un russeau près d’un petit pont, les secours arrivent ils ne voient pas de chauffeur il sortent la jeep de l’eau et le chauffeur est assis sur son si`ge attaché ,,il le réhanime apràs 45 minutes etle voila en vie. La foie peut tout si on là assez forte en nous, il suffit d’y croire.un brûlé ,il est au téléphone avec ses souliers à clous (autrefois) le tonnerre( foudre) tombe etil est frappé partout le corps il sort par ses pieds ses souliers sont soudés sur le plancher de bois franc sur les clous. Il est déclarer mort. `l<h[opital il le place dans le corridor pour le descendre 'a la morgue, ]ca fait une heure qu'il est mort, son ami vient levoir les médecins lui disent il est dans le corridor, il arrive près de la civi;ere er il voit le drap se soulever par moment,il relèeve le drap et il coure dire au docteur qu'il est en vie, eux ne le crois pas,ils arrive èa la civièere et voient bien qu'il est vivant ,il aperdu 90% de ses capacité générals et il a survécu un ans plus tard il pouvait marché etdeux ans plus tard en tout il avait commencé travailler, en voulez -vous d,autresil y en a des centaines

pourquoi ne pas croire sans faute. sans preuve ceux qui ne crois pas sont enragé pour ne pas y croire,prenez les ovni j’en ai vu deux fois la premierère fois on était 20 personnes à regarder durant 10 minutes une lumière rouge, une lumière blanche en ligne disont 8 ou 9 lumières, elle est partie à toute vitesse en faisant un cerle de 5 à 6 milles et elle s’est arrêté et a descendu ce qui nous semblaient par terre, sans aucun bruit ,ni sifflement ni traînée de vapeurs blanche etc, Marché sur l,eau situ as la foie tu peux ,j’ai marché sur le feu de bois d’environ 12 pouces de bois et flammes, je me suis brûlé au pieds droit seulement, ou j’avais des bobos dans mon corps ex, dos cou estomac , manque de foie un peu aussi mais j’ai marché 6 fois la longuer de 15 pieds de suite même 3 enfants de 8 à 10 ans c,est vrai juré craché, Jesus c’est vrai pour moi.

comme le dit le dicton populaire des croyants, « il est grand le mystère de la foi »!!! ça explique tout

C’ est bien beau tous ces commentaires édifiants, mais qu’ en est-t’ il de Mohamet et son Coran des Juifs et leur Shoa ! Qu’ en est -t’ il de tous les groupuscules religieux ( Chiite,Sunnite, Wabaniste, Baptiste, Jéovah, Anglicans, Presbitériens, protestants, Assidiques, ect…, ect… ) Oui la religion c’ est bon pour les bonnes personnes! Mais c’ est mauvais pour la grande majorité du monde car ça crée des conflits récurants à travers le monde!

Peut-on douter de l’exactitude des récits évangéliques sur Jésus? Oui comme on peut douter de tout! Exemple en mathématiques: le premier théorème d’incomplétude de Gödel établit qu’une théorie suffisante pour y démontrer les théorèmes de base de l’arithmétique est nécessairement incomplète, au sens où il existe des énoncés qui n’y sont ni démontrables, ni réfutables. Alors si l’arithmétique est incertaine que dire de l’Histoire en général et des évangiles en particulier…..
Cependant, avant de rejeter ces textes, il serait utile d’en examiner les conséquences sur notre histoire justement: C’est le Christianisme qui, en proposant une vision ou l’humain est premier à travers l’enseignement transmis de Jésus : ex » 1er commandement tu aimeras le Seigneur ton Dieu et ton prochain comme toi-même » etc.. , a permis à la civilisation de se développer comme jamais ce n’était arrivé…. n’est-ce donc pas la preuve certes indirecte que le chemin est bon? Les éléments pris séparément sont réfutables, des erreurs ont eu lieu également, mais considéré globalement, le Christianisme a été bénéfique au genre humain à ce jour (inutile de me sortir la liste des exceptions habituelles, le jugement est global).
Bonne soiréee

Faut-il pleurer, faut-il en rire, ça fait presque deux milles ans que certains essaient de se débarasser de ce personnage encombrant qui leur demande de changer leur cœur et de se mettre à aimer leurs prochains et surtout les petits, les faibles, les pauvres, pour arriver à bâti un monde qu’il appelle le Royaume de Dieu. ¨ca dérange en titi dans notre monde de consommation centré sur le nombril et les satisfactions individuelles.
Pour le manque de sérieux d’esprit critique de MM Bethume et Prévost, je suis d’accord.
Pour les erreurs de MM. Ehrman et Carrier, je manquerais de place ici.
Pour le reste, je vous gage ma chemise qu’on parlera plus longtemps de Jésus de Nazareth que de MM Ehrman et Carrier

ces possible kil doute parske ces un homme mai cela n enleve en rien la veracité de l existance de jc car toute les confession lea mentionne ds leur ecrits dc kil nou eskuz car il ve se fair une pub et cree un best sell sur okun fondemen

Les humains sont très pressé de créer des héros et des dieux, qu`ils s`empresse de tuer, afin de leur faire dire après leur mort tout ce que les tordus veulent bien faire entendre au peuple, ce que les dieux ont dit et qui font leur affaire et ainsi asservir le peuple, les religions et les partis politiques en sont des exemples. Je crois que le Christ a existé, c`était probablement un humain qui est devenu populaire par sa parole qui critiquait les riches et les dirigeants haut placé du temps, c`est pour cela que la haute classe et les commerçants ont payer un de ses amis pour le vendre et le faire crucifier. Étant donné qu`il avait été très populaire de son vivant et que le peuple l`aimait, les ministres, les grands prêtres de même que les haut dirigeants ont la merveilleuse idée de le faire ressusciter et de dire à qui veulent l`entendre, » il va revenir un jour pour nous sauver et régler tout nos problèmes », une belle histoire qui dure depuis 2000 ans…. je pense que des « Christ » il en existe réellement depuis le début de l`humanité jusqu`à nos jours, ils travaillent dans l`ombre pour faire évoluer l`humain, et pour ceux qui essaient de crier leur message et de se faire entendre haut et fort… ils se font sont crucifier eux aussi….une belle histoire hein…Le Christ des évangiles a dit, « aimez vous les uns et les autres » on est loin de tout cela sur notre belle planète.

ET DI DIEU EXISTAIT, FINALEMENT? La science, comme la foi, a ses limites, non? La science peut bcp de choses, mais elle ne peut pas remonter au-delà du big-bang. Parce qu’une fraction de seconde avant celui-ci, il y a un mur, qui n’est pas un mur théologique ou idéologique, mais un mur scientifique, accepté par une immense majorité des savants et qui s’appelle le « mur de Planck. Ce mur constitue la limite de nos connaissances sur ce qu’il y avait avant le big-bang. Comme la science ne peut pas savoir ce qu’il y a au-delà de ce mur, elle ne peut prouver que Dieu existe…ni prouver qu’il n’existe pas.

Avec du recul, il semble que certains hommes qui entouraient Jesus, dont Pierre, ont voulu reprendre le contrôle absolu de l’héritage spirituel de Jésus. C’est comme ça que les évangiles, comme une propagande pour revenir en arrière a manipulé le message de Jésus pour revenir plus près de la tradition juive et c’est ce qui donne l’impression que ça sonne faux.

Comment pourrait-on croire que le même homme qui s’entourait de femmes aurait demandé à son successeur de refuser d’en engager au sein de son Église pour transmettre la bonne parole?

Comment est-ce que celui qui abhorrait les vendeurs du temple en serait venu à accumuler plus de richesses que bien des pays dans son QG?

Il faudrait remettre tout ça en perspective avec l’évangile de Marie de Magdala

On voit que cette personne n’a jamais fait l’expérience de l’Esprit Saint. Le Christ historique est prouvé par des sources indépendantes de la bible. Ça prend quelqu’un qui veut absolument croire le contraire pour nier qu’il a été historiquement de passage sur la terre. Je crois que ce qui a été décrit relatif au rappel de la mémoire humaine est fondé jusqu’à un certain point. mais pas comme un absolue pour conclure et nier l’existence du passage de Jésus historique et en chair. Les personnes qui témoignent peuvent arriver à des variantes dans leur descriptions des choses. Comme exemple de quel couleur était l’auto? Un dit que c’est bleu, l’autre qu’elle était noir et un autre qu’elle était rouge, Cela n’enlève pas le fait qu’il y avait un véhicule automobile. Il ne faut pas oublier qu’on ne peut pas avec notre petite intelligence humaine reconnaître et connaître Dieu dans ce qu’il est. Pour cela il nous faut l’Esprit Saint. C’est Lui qui nous ouvre l’intelligence et l’Esprit.. Un critère pour reconnaître que c’est de l’Esprit Saint c’est la non contradiction du message révélé. Il ne faut jamais oublié que c’est Dieu qui se révèle dans son myst;ère qui nous échappe et ne nous est pas accessible par notre intelligence humaine, et ce avec la meilleur volonté du monde. On peut avec notre raison humaine comprendre qu’il a un Dieu derrière tout la création et que cette dernière en est la manifestation, mais cela prend de l’humilité. Ce qui est le plus important c’est que l’on ne peut pas le connaître Lui-même dans ce qu’il est et son plan de salut pour chaque homme. Cela Il devait se révélé lui-même. Il s’est révélé comme un Dieu d’Amour qui donne sa vie et qui sert. Scandale pour nous qui sommes retourné et centré sur nous-même dans notre grossière orgueil et égoïsme. Mais par miséricorde Jésus est venu nous en libérer et il le fait. Nos faiblesse ne le scandalise pas et il ne nous condamne pas. Il veut nous en libérer. C’est nous qui voulons ne pas les Lui donner…..et le diables non plus. Ce texte nous en ait un témoignage. On rejette Dieu et on l’empêche d’agir dans nos vie et après on le blâme! La terre entière et tout ce qu’elle comprend changerait car Jésus est vainqueur de tout mal, si on Le laissait agir dans chacune de nos vies et si on lui donnait la gouverne de nos vies…Mais cela nécessite un acte de reconnaissance et de confiance….et peut sont prêt à le faire..??? Alors continuons à nous arracher les yeux. Que Dieu vous bénisse et vous garde. Qu’on le rejette, qu’on le nie cela ne change en rien que nous sommes tous en lui, qu’il nous aime tout et comme il aimerais qu’on se tourne vers Lui et qu’on Lui donne sa chance…si on le fait on comprend des choses qu’on ne comprenait pas avant et la vie même au milieu de grandes souffrances devient paisible et il y a une joie profonde qui ne s’efface pas. Jésus est venu nous révélé ce qu’il avait dans le coeur et ce n’est qu’avec notre coeur qu’on lui donne sa chance. Je vous le souhaite à tous.

Il n Y aura plus de guerre quand les religions seront disparues…

Pas sûr. Les religions peuvent être des vecteurs de guerres entre les états, mais l’humains est capables de plus d’imagination pour justifier sa convoitise.
Les puissances Européennes n’ont pas massacré l’Afrique et l’Amérique du sud par soucis religieux; mais par convoitise et recherche. Pour des biens matériels, pas divins du tout.

Les religions, institutionnalisées ou non, disparaîtront en même temps que les humains. La guerre disparaîtra quand tous les humains auront changé leur cœur de pierre en cœur de chair. Chacun a beaucoup de pain sur la planche.

Très bonne idée de faire un tel article en plein ou la barbarie arabe-islamistes prends de plus en plus d’ampleur!… Bonne idée de dire que probablement, ce serait le prophète arabe qui serait le supposé Messie… Je ne peux mettre en doute ce qui est dit ici, je n’ai pas cette prétention. Dans toute les religion je crois, il y a eu des gens pour et les silencieux-contre!… Avec Jésus, je sais que son livre est amour et paix, c’est la force de ce livre d’histoires tandis qu’avec d’autres, je sais que si je ne suis pas comme eux, ils vont vouloir m’exterminer ou assimiler… Je suis un profane mais je sais que le livre de Jésus, vrai ou faux est une histoire rassembleuse dans un but pacifique. Ceux qui n’ont pas Jésus, les autres religions. Jésus et le prophète arabe sont les fils de Dieu et sont différents!… En 2016… Je ne connais pas de fous-aliénés qui se font sauter au non de Dieu!?!?!? Y’en a t-il eu? Oui, les croisades ou il semble que c’était très violent… Mais en 2016, le catholicisme, la chrétienté n’ont tués personne à ma connaissance au non du Père céleste. Je me répète, je ne suis qu’un profane qui n’aime pas le timing choisi pour pondre un tel article… Ou est le but? y’a t-il un but?

» Mais en 2016, le catholicisme, la chrétienté n’ont tués personne à ma connaissance au non du Père céleste. »
Puis-je vous suggérer le conflit en Irlande; c’est pas si vieux que ça.
Conlit politico-religieux entre protestants et catholiques sur fond de nationalisme.

Ce qui dérange ce n’est pas l’historicité de Jésus mais la résurrection.

La mémoire est aussi une faculté qui se souvient et le contexte de l’époque était certainement plus favorable à des « prouesses » mnésiques (voir l’entrevue citée plus bas).

De plus ces explications n’expliquent pas pourquoi, selon les Évangiles, que les disciples se soient rassembler de nouveau après s’être dispersé après l’arrestation, la flagellation et la crucifixion de Jésus. Que c’est-il produit pour que des disciples désillusionnés se rassemblent de nouveau pour finir leur vie en martyr?

Les juifs dans le Talmud ne nient pas l’existence de Jésus tout comme l’historien juif Flavius Josèphe, né vers 37. Sans compter Papias vers 125 qui affirme que Marc a bien rapporté les paroles de Pierre qu’Irénée de Lyon a confirmé plus tard en 185. Sans compter les plus de 5 000 manuscrits anciens. Les premières persécutions chrétiennes sont rapportées notamment par Tacite en 115 et Pline le jeune vers 111.

Entrevue avec Bruce M. Metzger, maîtrise de la faculté de théologie de Princeton, dans « Jésus la parole est à la défense », Lee Strobel. :

« Je vais être franc. Quand j’ai appris qu’il n’existait plus d’originaux du Nouveau Testament j’ai été très sceptique. Je me suis dit : s’il ne nous reste que des copies de copies, je me demande comment on peut croire à la moindre ressemblance entre le Nouveau Testament d’aujourd’hui et le texte des origines. Qu’avez-vous à répondre à cela?

– Cette question se pose pour d’autres passages de la Bible et pour d’autres documents qui nous sont parvenus depuis l’antiquité. Mais le Nouveau Testament, surtout par comparaison avec d’autres écrits antiques, bénéficie de la survivance d’un nombre exceptionnel de copies.

– Pourquoi est-ce si important?

– C’est que plus on a de copies concordantes – surtout si elles proviennent de milieux gréographiques différents – plus on peut, en les recoupant, avoir une idée du document original. Leur concordance ne peut provenir que de leur appartenance à une famille généalogique remontant jusqu’aux manuscrits.

– D’accord, je comprends que des copies nombreuses et d’origines variées soient une aide. Mais l’âge des documents? Il compte aussi, non?

– Parfaitement. Et cela joue en faveur aussi du Nouveau Testament. Nous avons des copies qui remontent jusqu’au premières générations après la rédaction des originaux, alors que pour d’autres textes, cinq, huit ou dix siècles ont pu s’écouler entre l’original et la plus ancienne copie rescapée. En plus des manuscrits grecs, nous possédons également des traductions assez rapides des Évangiles dans d’autres langues, en latin, en syriaque, en copte. Outre celles-ci, nous avons ce qu’on pourrait appeler des traductions secondaires faites un peu plus tard, par exemple en arménien et en gothique. Et beaucoup d’autres extrêment variées : géorgienne, éthipienne…

– En quoi nous sont-elles utiles?

– Parce que même si nous ne possédions aujourd’hui aucun manuscrit grec, nous pourrions réellement reproduire le contenu du Nouveau Testament en mettant bout à bout les informations contenues dans ces traductions réalisées assez tôt. En plus de cela, même si nous avions perdu tous les manuscrits grecs et les premières traductions nous aurions encore la possibilité de retrouver le contenu du Nouveau Testament grâce à la multiplicité des citations figurant dans les commentaires, sermons, lettres et autres premiers pères de l’Église. […] La quantité de matériaux néotestamentaire est presque embarrassante, par rapport aux autres œuvres de l’antiquité, dit-il. Après le Nouveau Testament le témoignage manuscrit le plus abondant concerne l’Iliade d’Homère, qui est la bible des Grecs anciens. Il en existe de nos jours moins de 650 manuscrits grecs. Ils nous sont parvenus à partir de copies du 2e et 3e sièlces ap. J.C.. Quand on réfléchit qu’Homère a composé son épopée autour de 800 av. J.C., on s’aperçoit que le laps de temps est très long. »

Réponses de Craig L. Blomberg, titulaire d’un doctorat en études néo-testamentaire de l’université d’Aberdeen, du libre « Jésus la parole est à la défense » de Lee Strobel :

« Les livres – en réalité des rouleaux de papyrus – étaient relativement rares. Par conséquent, toute l’éducation, tout le savoir, le culte, l’enseignement des communautés religieuses, tout se faisait oralement. Des rabbins étaient renommés pour avoir mémorisé la totalité de l’Ancien Testament. »

« L’étude des cultures de tradition orale montre qu’il existait une certaine liberté de varier dans certaines parties des récits faits en diverses occasions, dans ce qu’on gardait, ce qu’on laissait de côté, ce qu’on paraphrasait, ce qu’on expliquait, et ainsi de suite […] n’importe quelle récitation d’une tradition sacrée pouvait varier de 10 à 40% d’une fois à l’autre. Mais il existait des points d’ancrage inaltérables, et la communauté avait le droit d’intervenir pour corrige le conteur s’il se trompait sur ces aspects essentiels du récit. […] Ces 10 à 40% de variation correspondent assez exactement aux taux de variation relevé dans n’importe quel passage des Évangiles synoptiques. […] Ce que je veux dire, c’est qu’une grande partie des ressemblances ou différences entre les synoptiques s’explique probablement en supposant que les disciples, et autres premiers chrétiens, avaient appris par cœur la plupart des paroles et des actes de Jésus, mais qu’ils se sont sentis libres de rapporter ces informations sous différentes formes, tout en préservant toujours le sens de ce que Jésus avait enseigné ou fait. »

« Si on voulait vraiment développer cette analogie [téléphone arabe] dans le contexte des garde-fous de la société du 1er siècle, il faudrait que, tous les trois joueurs, on fasse dire la phrase à voix haute en demandant à la première personne du cercle si le texte est toujours bon, pour le rétablir en cas d’erreur. La communauté contrôlerait en permanence ce qui est dit et interviendrait pour apporter des corrections en cours de route, ce qui préserverait l’intégrité du message. Et le résultat s’écarterait beaucoup de ce jeu d’enfant. »

« On les voit rapporter les paroles et les actes d’un homme qui les appelait à pratiquer un degré d’honnêteté qui ne cédait en exigence à aucune autre religion connue. Et ils ont accepté de vivre leur foi jusqu’à, pour 10 des 11 disciples restants, connaître une mort atroce, ce qui dénote un grande force de caractère. »

« Simon Greenleaf de la faculté de droit d’Harvard à proposé l’appréciation suivante : « Il y a suffisamment de discordance pour démontrer l’absence de connivence entre eux, et en même temps un tel accord sur le fond, que cela montre qu’ils étaient tous les narrateurs indépendants d’un même grand compte rendu. Du point de vue de l’historien classique, le spécialiste allemand Hans Stier est également d’avis qu’un accord sur le fond accompagné de divergences de détails, est un signe de crédibilité, parce que les faux comptes rendus ont tendances à être uniformément harmonisées. « Tout historien, a-t-il écrit, reste particulièrement sceptique à partir du moment où un événement extraordinaire est rapporté dans des récits dépourvus de toute contradiction. »

« Les deux biographies les plus anciennes d’Alexandre le Grand on été écrite par Arrien et par Plutarque plus de 400 ans après la mort d’Alexandre en 323 av.J.C., et pourtant les historiens les considèrent comme globalement dignes de confiance. Oui, une part de légende s’est bien développée avec le temps à propos d’Alexandre, mais seulement au cours des siècles qui ont suivi ces deux écrivains. Autrement dit, les cinq premiers siècles ont gardé l’histoire d’Alexandre à peu près intacte, et la part de légende a commencé à émerger dans les cinq siècles suivants. Donc, que les Évangiles aient été écrits 60 ou 30 ans après la vie de Jésus représente un laps de temps négligeable, en comparaison. Il n’y a pratiquement pas de quoi en faire un débat. »

« Voyez, par contraste, ce qui s’est passé pour les évangiles apocryphes fantaisistes qui ont été écrits beaucoup plus tard. On a choisi des nos de personnages célèbres et exemplaires pour en faire les auteurs fictifs : Pierre, Marie, Jacques. Ces noms-là avaient bien plus de poids que ceux de Matthieu, Marc et Luc. Aussi, pour répondre à votre question, il n’y avait aucune raison de faire de ces trois personnes moins respectées les auteurs des Évangiles si ce n’était pas vrai. »

« Si l’on veut être assez convaincant pour susciter la foi, la théologie doit découler d’une histoire exacte. Et puis, il existe un indice implicite important qu’il ne faut pas négliger. Réfléchissez au style des Évangiles. Il est simple et responsable, accompagnée de détails fortuits, avec un évident souci d’exactitude. On n’y trouve pas les fioritures incongrues et les éléments mythologiques flagrants de beaucoup d’autres œuvres de l’antiquité. Il paraît tout à fait clair que le but des auteurs des Évangiles était de rapporter des événements réels.»

J’ai déjà eu ce discours, avec un ami ultra religieux, concernant le bouche à oreille qui difforme ou le temps qui nous fait oublier/embellir les choses de l’évangile. Il m’a dit que les gens n’avaient pas besoin de se souvenir puisque dieu leur insufflait les paroles à écrire…

Quoi dire de plus… C’est décourageant.

La religion est une façon comme une autre de vouloir contrôler et manipuler les individus au même titre que les régimes politiques.

Il y a du bon et du mauvais.

Les religieux ont permis à la langue et aux traditions françaises de continuer d’exister après que la France ait lâchement abandonné la Nouvelle-France. Ils ont été les seuls ramparts contre l’anglicisation et ils ont permis à une certaine élite de s’instruire et de faire progresser les francophones.

Par contre, dans plusieurs occasions, la religion a été une source de malheurs et de désolation.

Tout à fait juste pour la protection de la langue et pour une certaine élite.
Également pour la désolation. Au Québec, l’Église a combatu l’instruction
obligatoire pour tous le plus longtemps que partout ailleur au Canada.
Voyez comment les religieux intégristes musulmans contrôlent leurs sociétés; par l’ignorance.

Je ne parlais pas de la désolation créée au Québec mais plutôt de celle provoquée par les guerres de religion dans le monde à différentes époques. M’enfin…

Pour ce qui est de l’Église et la province de Québec, je crois qu’au final, elle a généré plus de bien que de mal. Il ne faut pas oublier de placer le tout dans le contexte de l’époque et surtout, ne pas juger des résultats avec nos valeurs actuelles.

Que ce soient le Ministère de l’Éducation ou celui de l’Instruction publique, il n’en demeure pas moins qu’il a toujours été sous la seule responsabilité des Québécois et que si ceux-ci ne considéraient pas l’Éducation et l’Instruction comme prioritaires, c’était LEUR choix à l’époque.

Je me suis toujours demandé depuis que je suis tout petit, d’où vient la date dont on vit, spécialement si on découvre que Jésus n’a jamais existé . Si tel est le cas, le calendrier Maya va peut-être refaire surface!

Le point de départ du système de datation du calendrier Maya, correspond à la création du monde actuel dans la mythologie maya.
Donc, une autre référence divine. Pas vraiment plus simple ou sûr: les Maya avaient plus de 40 Dieux
La corrélation avec notre calendrie place cette création au 11 août 3114 av. J.-C.
Le problème avecle calendrier Maya, c’est qu’il avait une date de préremption, en quelque sorte.
Une fin. Pas une fin du monde, mais une fin de cycle.
Mais, il ne s’est plus trouvé le moindre Maya pour nous présenter le cycle suivant.
J’ai le malheur de vous apprendre, peut-être, que le calendrier Maya souhaité ne verra oas le jour, le mois ou l’an 1

Pouvez-vous nous dire combien coûte les religions au Québec?
Octrois, taxes financement de toutes sortes.

Vous devriez avoir honte. Il y a bien quelqu’un qui a construit votre maison, fabriqué votre voiture, vos vêtements. Vous reniez le fait qu’il y ait un créateur unique. Abraham, Moïse, les Israélites, le Temple de Salomon vous pensez que tout ça est faux? Vous devriez avoir honte. La seul chose que Dieu demande est de croire en lui. Le problème est que nous avons trop de beauté autour de nous pour réaliser et louanger notre créateur. C’est tout simplement trop grand et trop beau pour l’humain. Vous faites réellement fausse route car oui il a bien un créateur unique. Prier, louer, lire les écritures et mettre en pratique ce que vous apprenez au fil des lectures c’est ce que je vous souhaite. Il faut le chercher et vous le trouverez.

OUPS ! Le livre de Ehrman NE DIT PAS que Jésus n’a pas existé, mais que les histoires le concernant ont été enjolivées, modifiées ou inventées. Toute une différence!!! Ehrman a même publié un ouvrage en 2012 contre ceux qui doutent de l’existence de Jésus ( Did Jesus Exist? The Historical Argument for Jesus of Nazareth) . Ah oui, quant aux histoires ou paroles de Jésus, beaucoup d’entre elles qui figurent dans les évangiles ont d’abord été colligées dans un texte beaucoup plus proche de Jésus que les évangiles ont utilisé pour présenter Jésus selon leurs points de vue respectifs.

Wow, il manque des sources ici et j’ai été lire sur Bart Ehrman et la question ici, est-ce l’espoir de voir tomber la religion catholique, quand nous lisons le dernier paragraphe du texte. Même selon le même M Ehrman, il reconnaît que Paul aurait connu Jacques, l’un des frères de Jésus… Sans parler de l’Évangile de Thomas qui est plus proche et du fameux document Source Q qui aurait été écrit en araméen, soit la langue utilisée proche du temps de Jésus. 3 des 4 Évangiles seraient inspirées de ce premier texte en langue araméenne…
C’est spécial comme certains auteurs athées font fi de certains « d’éléments » pour en arriver à leur fin. Je peux les comprendre pour la religion catholique, pour le reste je crois que Jésus a existé et a tenté d’apporter un enseignement à l’humanité.

Les deux personnes qui disent que Jésus est un mythe n’ont jamais vécus une expérience spirituelle. Si elles auraient vécu çà elles ne parleraient pas et n’écriraient pas ce qu’elles ont écris. Je ne veut pas être a leur place au moment et surtout après leur décès. Elles vont voir que Dieu Père, Dieu Fils, Dieu St-Esprit sont là. Si elles ne me croient pas elles devraient achetez le livre « Le ciel existe pour de vrais », et aussi voire l’expérience de Dre Gloria Polo. Je veux aussi dire que le ciel le purgatoire et l’enfer existe pour de vrais. Les mort éminentes çà existe pour de vrais aussi. Je veux dire aussi qu’il y a seulement un voile qui nous sépare des personnes
qui ont quitté leur vie sur terre pour le « Ciel ou le Purgatoire ou L’enfer. »

Cela fait maintenant plusieurs annee et plusieurs couler d’encre pour prouver que Jesus a jamais exister. Pourquoi je pas faire la meme chose avec les autres religions comme celle des Mulsuman ou bien Boudha. Je trouve cela plutot lache de vouloir toujours faire cela avec une religion qui accepte tout les mots sans rien dire plutot que d’etre vraiment juste et faire les meme demarche egale avec toutes les religions et demontrer que le tout est vraiment de la foutaise. Pour devenir tous des sans loi et sans fois. Moi je prefere etre une Personne qui crois sans etre obliger de voir…

Que vous avez donc raison M. Ghislain Massicote! Bravo!
Les médias sont toujours en train d’éclabousser la chrétienneté, car ils savent que nous n’auront pas recours à la violence comme le font les Musulmans un peu partout dans le monde. Ceux qui n’aiment pas ce que je viens d’écrire et bien, vous n’aimez pas des faits qui sont véridiques.

A quand un article sur Mohamed, un mythe? Vous ne le ferez pa parce que vous avez peur de la réaction des Musulmans. Si cela est bon pour pitou, cela est bon pour minou, une très belle expression très imagée propre aux francophones d’ici.

Je connais très bien le travail des Dr. Ehrman et Carrier quoique leurs hypothèses sont très différentes. Carrier fait une bonne analyse des preuves historiques. Les premiers écrits étant de Paul, sa vision gnostique ne permet aucunement de déterminer l’existence de Jésus. Pour Paul Jésus est un être céleste qui ne peut être connu que par les écritures et révélations divines. Pour Ehrman qui a écrit Did Jesus Exist? Croit pour sa part qu’il y a effectivement une personne humain qui se nomme Jésus sur les quelle les Évangiles mythologiques sont basé mais que ceux si sont légendaires. Si on prend en considérations les théories de théologiens et archéologues tel que Robert Price et Robert Eisenman, il est possible qu’il y ai eu un Jésus; nous avons des preuves d’un culte de Jésus dirigé à Jérusalem par Jacques dont les disciples s’appelait les Ébionites. Paul en fait référence dans ses épitres. Mais ce que nous savons des premiers Chrétiens est très différent de ce qui est écrit dans les Évangiles. Pour les premier Chrétiens de Jérusalem il n’y a pas d’immaculé conception, ni de sacrifice en rémission des péchés ni de résurrection physique. Ces premiers Chrétien rejettent la plupart des dogmes qui formeront quelques siècles plus tard l’orthodoxie Nicéenne qui mènera à la fondation de l’Église Catholique Romaine. Pour les Ébionites Jésus est perçu comme le Messie Juif, l’élu de Dieu qui est censé unir tous les juifs et les mener vers un retour à l’observance strict des lois mosaïques. Dans ce sens et ce que nous voyons aussi dans les écrits de Paul il y avait un profond différends entre la théologie paulinienne et ce qui était enseigné par l’Église de Jérusalem. Paul étant vu comme un hérétique et un apostat de la loi. Paul ayant éliminé pratiquement tous les obligations du Judaïsme dans la conversion des païens. Il est clair que pour les Chrétiens de Jérusalem, il était inacceptable que le messie juif déclare que les lois de Moise ne sont plus vraiment importante. Pour conclure la position la plus rationnelle se résume à cette citation de Robert M. Price : ‘’Si il a eu un vrai Jésus, tout ce que nous savons de lui est probablement perdu et ne sera jamais découvert.’’

Je crois que qu’il y eut un « Jésus », un homme plus intelligent que les autres, un philosophe qui a observé la nature humaine. Il a enseigné une nouvelle façon de voir les choses. Il nous a transmis un enseignement où l’amour entre les humains est plus important que tout, afin que l’humanité puisse vivre ensemble dans l’harmonie. C’est cet enseignement qu’il est important de retenir. Tous les « détails » décrits dans le Nouveau Testament n’est qu’accessoires. Il est venu sur la terre pour nous sauver de quoi ? De nous-mêmes. Il est venu nous dire comment vivre. Mais l’homme, étant ce qu’il est, a tout fait de travers. On voit le résultat encore aujourd’hui.

Déjà que l’article du Maclean’s donnait une couverture favorable à la thèse mythiste, l’Actualité s’est surpassée en republiant une version condensée qui (1) comporte de nombreuses erreurs de logique, (2) démontre que l’auteur ne maîtrise aucunement la méthode historique, et (3) qu’il n’a aucune notion relative aux sources premières et secondaires derrière les discussions concernant ‘le Jésus historique.’
La thèse mythiste (théorie selon laquelle Jésus n’a pas de caractère historique et ne serait qu’un mythe) est un peu comme les théories négationnistes qui renient le génocide mis en œuvre contre les Juifs durant la 2eme GM. Ce n’est une question d’être confessionnel ou séculier; c’est une question de méthode historique.
Je vous renvoie à mon blog dans lequel je commente l’article de l’Actualité, je démontre ses erreurs et j’expose la faiblesse de la thèse mythiste.
http://blogdemacaron.blogspot.com/2016/03/paques-et-le-journalisme-sensation.html
L’Actualité s’embarrasse avec du journalisme à sensation ignorant.

la thèse mythiste est accepté dans les milieux académiques. Le Dr. Richard Carrier historien spécialisé en histoire antique et les origines du christianisme a écrit 2 ouvrages sur la questions qui ont obtenu l’approbation du ‘’peer review’’ académique. Raphael Lataster a obtenu sa maitrise de l’Université de Sydney en analysant les théories anhistoriques sur Jésus avec la conclusion que l’existence de Jésus est plutôt improbable.

La thèse mythiste n’est pas si extrême que vous semblez croire. Un grand nombres de théologiens du NT la considère valide. Même Thomas L. Brodie qui a reçu son doctorat des mains de Benoit XVI la défend.

Cette citation de Philip R. Davies (professeur émérite d’étude bibliques de l’université de Sheffield) résume bien la situation : « recognition that his existence is not entirely certain would nudge Jesus scholarship towards academic respectability. »

‘’La reconnaissance que l’existence de Jésus est incertaine donnerait enfin de la crédibilité académique aux champs d’études de Jésus’’

M. Bart, comme tout ce qui touche la science, qui change de peau à tous les 10 ans, quelqu’un d’autre que vous, preuve scientifique à l’appui, nous informera, dans quelques années, que les Évangiles sont parfaitement fiables. Du reste, il est parfaitement possible qu’au jour du jugement, Jésus doute de vous. Que la science soit louée !

En fait les données archéologiques des 100 dernières années d’excavations en Israël et en Égypte ont clairement démontrer que l’ancien testament était pour citer le Dr. Herzog de l’Université de Tel-Aviv: »la bible est une reconstitution légendaire écrite au 6e siècle AEC de l’histoire d’un peuple qui ne s’est jamais produite.

La position concernant la nature légendaire de l’ancien testament fait consensus depuis plus de 20 ans. Alors il est permis de douter de la véracité des récits du NT également. Prenant en considération que le NT ne contient aucun texte qui a été écrit par un témoin direct ni indirect de Jésus. Et que toutes les histoires concernant Jésus dans les évangiles peuvent être retrouvé dans des traditions rabbinique qui précède la fondation du Christianisme de plusieurs centaines d’années, il est permit de s’interroger sur l’authenticité des narratives proposés par celles-ci.

oui et après! pour un agnostique qui réfléchit, ce qui est important est le symbole pas la lettre, mais encore faut ‘il le voir.