Journal des temps inédits : Détester Montréal

Les régions ont enfin trouvé un prétexte sanitaire, un exutoire à leur méfiance, devenue haine, envers la grande Montréal.

Photo : Daphné Caron

Donc, M. Legault est venu à Montréal au 62e jour du confinement et a décrété que si elle ne portait pas le masque à Montréal-Nord et dans le métro, la pas fine, elle ne serait pas déconfinée à la Saint-Jean. J’ai ressenti le soupir de satisfaction du Bas-Saint-Laurent jusque dans mon cou, j’ai entendu un cri de triomphe saguenéen monter jusqu’au Stade olympique.

Depuis que le premier ministre a commencé à évoquer un déconfinement en deux temps, il y a quelques semaines, on sent bien ce gouffre qui s’élargit entre Montréal et les régions. Montréal, le cœur de la pandémie au Canada, une des villes les plus touchées au monde par habitant. Montréal la sale, l’étrange, la olé olé, et maintenant, Montréal l’infectée, avec ses CHSLD en décrépitude, ses immigrants souvent travailleurs du milieu de la santé, ses minorités religieuses su’l party…

Le Dr Arruda le pressentait en parlant des trois Québec : celui des CHSLD, celui des régions et celui de Montréal. Pour une foule de raisons, les régions ont été relativement épargnées par le virus et tiennent à le rester. La concentration de foyers de contagion en ville s’explique en partie par des raisons sociodémographiques : le (très) grand Montréal attire près de la moitié de la population du Québec ; les familles qui ont voyagé pendant la semaine de relâche y sont nombreuses ; les vieux, les travailleurs du système de santé, les pauvres y sont concentrés. Les autorités locales ont géré très mollement la crise. Le gouvernement caquiste, peu représenté dans le 514, ne s’y est pas intéressé assez tôt. Le résultat est là, catastrophique, terrible, honteux, et il faudra un jour tenter de le comprendre dans ses moindres détails.

Alors, les régions, qui ont toujours jugé Montréal condescendante, hautaine, trop toutte, ont enfin trouvé un prétexte sanitaire, un exutoire à leur méfiance, devenue haine : « Montréal est infectée ! Qu’elle reste chez elle ! » Maires aux barricades, pétitions enflammées, tribunes médiatiques incendiaires : c’est maintenant le schisme.

En fait, Montréal n’a jamais été sciemment arrogante. C’est juste que, comme toutes les grandes métropoles, elle croit se suffire à elle-même. Il est vrai qu’on y trouve de tout, en abondance, du meilleur au pire. Elle est le poumon économique, financier, culturel du Québec. Le reste du Québec a pris ce fait pour du mépris envers ses valeurs, son mode de vie. Des majorettes radiophoniques de Labeaumeland on fait leur carrière là-dessus.

Les différences entre métropoles et provinces existent partout dans le monde, parfois folkloriques, parfois clivantes, mais les nôtres deviennent haineuses, en ce moment. Comme si Montréal n’était pas le Québec. Comme si les filles et fils de l’Abitibi venus à Montréal pour y étudier (et y rester), comme si la diaspora des Îles, les Beaucerons d’origine n’étaient pas devenus aussi des Montréalais. Le vieux fond de méfiance villageoise, la mentalité d’assiégés entretenue par les radios poubelles, accélérée par la crainte (normale et légitime) de la contamination, voit son heure de triomphe arrivée. « Montréal l’impure ne viendra pas chez nous ». La haine est ostentatoire.

Mais cette haine est aussi un piège. Sans touristes étrangers et bannissant bruyamment les Montréalais, les régions, pourtant historiquement accueillantes, vont souffrir économiquement. Lorsque la pandémie s’atténuera, plusieurs Montréalais pourraient ne pas avoir envie de se frotter à cette détestation provinciale. Assurément, le 514/450 se relèvera. Il y a ici une telle force, un tel dynamisme, tant de ressources. Montréal se remettra à voyager, mais peut-être pas de préférence au Québec. Qui a envie d’être pris pour un ennemi ?

Au fond, ce que révèle cette détestation de Montréal, c’est que le Québec ne s’aime pas. Nous sommes TOUS Québécois. C’est ensemble que nous pourrons nous reconstruire. Ou pas.

Vous avez aimé cet article ? Pendant cette crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre. Plus que jamais, il est important de nous soutenir en vous abonnant (cliquez ici). Merci !

78 commentaires
Laisser un commentaire

Et si la crise sanitère avait touchée Gaspé? Ou Boucherville? Est-ce que les citoyens de Montréal auraient réellement envie de nous voir débarquer? Je trouve malheureux que, encore aujourd’hui, les gens des régions (finalement, tous ceux qui n’habitent pas Montréal…) soient encore perçus comme des arriérées qui ont peur des « étranges ». Oui, nous avons été passablement épargnés. Tant mieux pour nous. Nous pouvons reprendre notre économie dans la mesure du possible. C’est dommage pour les zones plus durement touchées, mais pour l’intérêt du quebec en entier, j’aprouve le déconfinement par zone. Inutile de pénaliser l’ensemble du quebec, lorsque beaucoup d’endroits n’ont pas de cas de covid.
Et oui, je crois qu’il est raisonnable de vouloir rester protégé. Pas toute la vie, mais d’attendre que la situation soit sous contrôle dans les régions touchées.

Répondre

Je suis natif du Bas Saint-Laurent et j’ai vécu à Montréal quelques années pendant mes études et c’est une ville que j’ai apprécié. J’aime y retourner à l’occasion et je respecte grandement sa grandeur. Je suis touché par ce qui arrive dans la métropole comme beaucoup de personnes qui vivent comme moi en région. J’ai de la difficulté à comprendre votre article et ce ton incendiaire à propos des régions. Nous avons la chance d’avoir été épargnée par le fléau et c’est normal que certaines personnes soient un peu frileuse à l’idée d’ouvrir les barrages. Mais je crois que nous voulons tous reprendre un peu de vie normale et lorsque le moment sera propice, nous serons heureux de revoir les touristes québécois ou autres revenir en région. Vous êtes la bienvenue…

Bonjour le problème n’est pas de voir les gens de Montréal en région mais tous est fermé pour pas que la contagion ce propage a Montréal pourquoi risqué de tous contaminé les place qui sont épargné ??

Répondre

Bonjour
C’est quoi toujours cette même rhétorique sur Québec-Montréal, region versus Montréal. Est ceque ça va finir cette oerception fausse et complètement ridicule. Possible svp de se tenir au fait. Arrêter le bashing inutile. C’est triste de lire ça.

Répondre

Entièrement d’accord. J’ajouterais même ville vs banlieue; certains montréalais ont une bien mauvaise opinion des banlieusards. Qu’on respecte la réalité, les goûts et les choix de chacun. Qu’on oublie les animateurs de radio qui entretiennent un complexe vis-à-vis de Montréal, ainsi que les bien penseurs montréalais qui regardent la banlieue et le reste de la province de haut.

Je tiens également rassurer les autres québecois qu’à Montréal, du moins sur la rive-sud, on vit à peu près normalement, on est loin de l’hécatombe. C’est sur qu’on fait attention et qu’il y a des foyers de contamination, mais nous ne sommes pas 4 millions de porteurs du Covid- 19.

Bonjour! Je suis de Montréal. Je comprends parfaitement bien que les régions non infectées comme le bas St-Laurent tiennent à rester sans nouveaux cas. Je ne le prends pas personnellement et je trouve ça désolant que les médias chechent à semer la zizanie entre les Québécois.

Répondre

Je suis de votre avis. Non seulement je les comprends mais je suis entièrement d’accord avec eux. Et ça fait partie de notre responsabilité de respecter ça et de ne pas monter ça en chicane de clocher. Ce qui serait tout à fait ridicule.

Tout à fait d’accord! Une guerre créée et alimentée de toute pièce par les médias! Une aubaine! Par vos propos, madame Bazzo vous rejoignez ceux que vous dénoncez…
Une résidente de région qui adore Montréal et les Montréalais, chez eux et chez nous.

@Lorraine Minier : que votre commentaire est juste! J’ai demeuré à Mont-Royal pendant des années, je suis native de la « région » mais j’aime Montréal et mon cœur saigne devant sa situation. Mais de tels propos aujourd’hui n’ont pas leur raison d’être.

Franchement, c’est clairement de la paranoia. La moitié des gens des régions ont vécu à Montréal et y ont encore beaucoup d’amis et de la famille. Comment dire de telles bêtises sans être complètement déconnecté du Québec des régions. C’est clair que vous êtes montréalaise avant d’être québéçoise et que vous mélangez vos propres sentiments. Je suis vraiment, mais vraiment déçu de vous lire aujourd’hui. Vous me faîte honte!

Répondre

MmeBazo
Je vous lis et suis tellement étonné de lire la bassesse de vos propos . Une femme que j’admirais pour la qualité de son intelligence . Je ne croyais pas sincèrement que vous utiliseriez cette crise pour alimenter ces conflits et les demoniser au point de menacer les régions d’être priver du tourisme montréalais . J’ai peine à croire. Comme si les régions se levaient la nuit pour se réjouir de ce qui se passe à Montréal . Vous drainez vraiment vers le bas ,

Répondre

Je me trouve chanceuse de vivre en Abtibi-Témiscamingue, par les temps qui courent. Je ne suis certainement pas haineuse envers ceux qui sont touchés de plein fouet par ce foutu virus. À mon avis, les gens qui vivent dans des régions qui sont moins affectées par la pandémie ressentent surtout de la crainte à l’égard des Montréalais, plutôt que de la haine.

Répondre

Je suis désolée de constater que votre point de vue dans cet article soit si éloigné de la réalité. Est-ce si difficile de comprendre que notre système de santé ne suporterait pas un très grand nombre de malades de la covid-19 ? Et que c’est la principale raison pour laquelle des barrages routiers avaient été mis en place. Si nous recevons des voyageurs de la GRANDE MÉTROPOLE il sera difficile de leur demander de s’isoler 14 jours avant de visiter notre magnifique coin de pays , alors n’est-il pas vrai de dire que nous irons tout droit à notre perte sans compter que notre population est très vieillissante en région ? Est-ce un crime de vouloir protéger notre population de moins en moins nombreuse et de plus en plus vieille ? Si votre étroitesse d’esprit ne vous permet pas de comprendre ceci et que vous préférer pratiquer le nombrilisme dans ce cas nous n’avons pas besoin de votre visite nous préférons nous en passer
merci à vous
Stéphanie
BAS-SAINT-LAURENT

Répondre

Je pense que vous venez de donner raison à madame Nadeau en écrivant ces lignes…

La relâche. Seules les familles de Montréal ont voyagé? Vraiment? Dans mon milieu de travail (une petite ecole secondaire) en région, le tiers des enseignants ont voyagé. Pourtant 17 cas, donc 2 seuls actifs en ce moment.
Ce qui fait que nous détestons Montréal, c’ est votre attitude condescendante, peu importe la situation.

Répondre

Et votre attitude condescendante à vous les régions, nous ne l’aimons pas plus.

Allo! Moi je me suis réfugiée chez ma mère en « région » (tsé, cet endroit unifié qui est défini comme tout ce qui n’est pas Montréal?) depuis le début du confinement, mais j’étudie normalement à Montréal. La plupart de mes ami.e.s sont encore là-bas (mon chum aussi!). Plusieurs d’entre eux viennent de « région » également. J’ai vraiment hâte de les voir et eux aussi ont hâte de venir, mais ils sont autant conscients que moi qu’ils mettent les gens qu’ils aiment à risque en passant d’une zone chaude à une zone froide (c’est la même raison pour laquelle je ne vais pas voir mon père qui habite dans une région encore moins touchée que la mienne). Je fais confiance au jugement de mon entourage et je sais qu’ils vont prendre les précautions nécessaires lorsqu’ils vont venir dans le coin s’ils en ont la chance. J’espère sincèrement qu’ils vont pouvoir venir profiter de l’air frais eux-aussi. Et malgré ce que Mme Bazzo semble prétendre savoir sur les gens de « région », j’aime bien Montréal. Je n’ai absolument rien contre les Montréalais, de toute façon, ce serait con de les mettre tous dans le même panier, non? En tous cas, j’espère que malgré cet article plein de généralisations et d’autres sophismes, les Montréalais vont quand même voyager au Québec cet été. Je pense qu’encourager l’économie et le tourisme québécois devrait être plus important que de punir les restaurants, auberges, camping, de la Gaspésie, de Charlevoix, de l’Estrie (et les autres aussi) parce que quelqu’un s’est senti mis de côté par les pétitions des « régions ». On n’a pas besoin de plus d’encouragements pour que les gens se divisent, surtout pas en ce moment. Merci d’utiliser votre pouvoir d’influence de façon plus responsable!

Répondre

Marie-France, je t’adore, mais je lis ton article, et le poil me lève sur les bras. Franchement, il faut vraiment ne pas vivre en région pour écrire un tat d’inepties pareil. Excuse-moi de te tutoyé mais tu viens dans mon salon Bas-Laurentien et tu oses me dire tant de faussetés alors je te réponds au « Tu ».
De un, les gens des régions ne détestent pas les gens des villes, nous sommes toujours accueillant. Ce que nous craignons c’est le virus, qui jusqu’à présent nous a sommes toute épargné. Virus qui voyage par les humains qui se déplacent, par vous, gens des villes, qui êtes des vecteurs. Savais-tu ma belle Marie-France qu’ici au Bas-Saint-Laurent, le pourcentage de gens âgés est beaucoup plus élevé qu’ailleurs au Québec. Qu’en général il en va de même pour de nombreuses régions éloignées..
De deux, nos infrastructures médicales sont beaucoup moins performantes en région, qu’en ville. Je ne compte plus le nombre d’amis proches et moins proches qui doivent se rendre à Montréal où à Québec pour des soins. Nos hôpitaux peuvent gérer les trucs réguliers, mais de nombreuses interventions, traitements, greffes…ne peuvent se faire ici. Deux des cas les plus graves que nous avons eues en région ont même été transférés à Québec pour avoir des soins plus pointu. De plus, nous vivons une énorme pénurie de main-d’œuvre, le système de soin manque cruellement de personnel partout au Québec, ici, c’est pire.
De trois, tu parles des régions et des villes comme deux mondes séparés qui vont se bouder, comme deux enfants qui se chicanent dans la cours d’école. Pourtant la ville est peuplée de nombreuses personnes des régions, qui on choisit de vivre en ville pour le travail, qui y est restés après les études car leur programme ne se donnait pas ici. Tout comme les régions sont peuplées de gens qui comme moi, ont quitté la ville pour élever leur enfants dans un coin où l’air est pure, pour voir ses enfants courir sur les grèves du fleuve Saint-Laurent, jouer avec les oursins et les coquillages. Ce choix a un prix, celui de savoir qu’il y a ben des chances pour que nos jeunes nous quittent un jour pour aller se scolariser dans les grands centres, qui offrent plus de programmes de formation.
Puisqu’on parle de ce que Montréal offre de plus, que la plupart des régions, en plus de soins de santé plus variés et spécialisés, de la chaleur et de choix de formation diversifiés. Montréal offre un accès à des grands musées, des spectacles extraordinaires, des comédies musicales, du théâtre à l’année, des cinémas, Imax 3D, la ronde, des Escapes Games originaux, de qualités. Des galeries d’art, des centres d’artistes et surtout des clients qui achètent l’art. Pour les enfants, quand je restais en ville, le nombre d’activités était phénoménal, musée pour enfants, parc à balle, Lazer Quest…. Vous avez du transport en commun abordable et performant, des Bixies, des voitures … les aéroports alors que nous on a même perdu une grande partie du service d’autobus interrégional et le coup est tout sauf abordable pour une petite famille qui voudrait se rendre en ville en autobus. Vous pouvez manger des plats de partout dans le monde à tous les jours, à des prix abordables en plus. Si tu savais comme nous manque la soupe Tonkinoise du Pho Non do à 5$ à côté de mon appartement sur St-Denis, coin Jean-Talon, les légumes et fruits frais du Marché Jean-Talon, l’indou, le Libannais et sa sauce à l’ail…. Nous avons quelques bons restos ici, dont celui de Colombe St-Pierre entre autre, mais il est seulement en haute saison. Puis nos revenus étant plus maigres, que si on vivait en ville, donc, on sort moins souvent. Oui, parce qu’ici les salaires, ne montent pas comme celui des grands centres. Tout monte, le prix des maisons, des denrées, mais pas les salaires. Bref, je pourrais continuer ainsi longtemps, mais tu as compris le principe.
N’en reste pas moins que la plupart d’entre nous choisissons et rechoisissons la région éloignées pour y vivre, y travailler, y élever nos enfants, nous émanciper. Parce que le fleuve la forêt, la montagne, le champ des oiseaux, le renard, l’ours, l’original, les paysages grandiose, la vue à 360° vaut plus que tous les services qu’offre la ville. Mais surtout la paisibilité d’esprit, le calme, l’absence de bouchons de circulation. Parce que le silence et le bruissement du ruisseau, de la rivière qui nous rafraîchit l’été, prend soin de notre santé mentale si précieuse. Et sache Marie-France que l’on comprend bien que vous vouliez vous aussi vous baigner dans la rivière Trois-Pistoles, marcher à marée basse le long du Saint-Laurent, descendre la rivière Mitis sur un pneumatique « gratis ». Vous aussi vous avez besoin de ventiler, quitter l’ile, vous sauver de la pandémie. Sans parler de tous les gens qui vivent en ville et qui ont hâte de revoir leurs familles, leurs amis, qui vivent en région. On comprend tout cela et on vous accueillera, comme on l’a toujours fait, parce qu’on est « de-même » nous autre en région. Puis les régions accueillent les gens des villes depuis toujours, c’est une respiration naturelle chez l’humain, une valse entre la vie citadine et la campagne. Comme nous avons besoin de la ville pour faire des bains de culture, vous avez besoin des régions pour vous aérer.
On aurait juste aimé un petit répit, répit bien mérité parce qu’on a suivi les consignes à la lettre, et qu’on a bien scoré avec presque pas de cas et de mort. T’sé une petite récompense, histoire d’aller faire un calin à nos amis, un souper avec nos parents. Histoire de prendre une puff de soleil, sans craindre que le virus ne soit partout. Tu sais ce soleil qui nous offre la chaleur de ses rayons, si peu longtemps ici en région. Puis nos écoles viennent à peine d’ouvrir, on aurait apprécié, avant que le virus entre avec leurs porteurs des villes, voir un peu, comment ça évolue dans les écoles. Nos boutiques aussi viennent d’ouvrir, nos commerçants s’ajustent à peine et up, vous allez arriver.
Fac c’est ça, on ne vous déteste pas, on est triste de lire que vous allez punir les régions en ne venant plus. Vous dites : « Montréal se remettra à voyager, mais peut-être pas de préférence au Québec. Qui a envie d’être pris pour un ennemi ? » Vraiment, c’est triste de lire que vous n’avez pas encore comprit que ce que l’on craint, c’est le virus. Peut-être que si Montréal avait craint, comme nous craignons ce virus, vous n’auriez pas eu autant de cas et de mort. C’est aussi ce laxisme, que l’on a vu, de la part de bon nombre de Montréalais, que nous craignons.
Sur ce, on ne sera pas moins amie lorsqu’on se recroisera dans la cours d’école. Cette pandémie nous invite toute à réfléchir sur notre société. Comme tu le dis si bien : « Nous sommes TOUS Québécois. C’est ensemble que nous pourrons nous reconstruire.»

Répondre

S.v.p. Un jour, le Québec devras se parler, il faut cesser tout ça, les médias aiment accentuer les peurs et le mépris chacun à leur façon. Présentement, les régions et le grand Montréal se retrouvent face à la même situation qui prévalait au début de la pandémie entre le monde et le Québec en entier. Qu’avons-nous appris des voyageurs qui ont apporté ce virus de pays plus ou moins lointain? Qu’elles ont été nos erreurs? Comment ne pas les reproduire? Plus l’on laisse les tribunes aux minorités de gens méprisant de part et d’autres, plus le mépris devient contagieux. Arrêtons, prenons un grand respire et le temps de réfléchir avant de parler.

Répondre

Tres bien dit Marie France.L’apres Covid va etre terriblement dur economiquement pour tout le monde.. pas juste pour les region a cause d’une baisse du tourisme.Le Quebec est redevenu avec les annees, et ce grace au libre echange un fournisseur de matiere premiere que nous exportont avec souvent tres peu de transformation et presentement cette demande est en chute libre. Plusieurs usines se retouvent avec leurs carnet de commandes vide.il va tous falloir se serrer les coude en tant que resident du Quebec dans les mois a venir.

Répondre

Heu Marie-France, c’est quoi ce délire? Un complexe de persécution montréalais dans toute sa splendeur? Oui, effectivement des gens des régions hors Montréal ont des craintes. Et c’est tout à fait normal étant donné la situation. Rien à voir avec une haaaaine de Montréal la méchante. Tu mélanges les oranges et le steak haché! Inverse une micro seconde la situation. Et tu retrouverais exactement le même sentiment chez les Montréalais. C’est plate oui, il faudra apprendre à vivre tous ensemble bien sûr. Mais ce n’est pas une raison pour en profiter pour passer en douce ses propres préjugés anti région n’est ce pas?

Répondre

Que de préjugés sur les régions dans cette chronique ! Le Nouveau-Brunswick ferme sa frontière avec le Québec pour l’été : détestation des Québécois ? Pas du tout ! Juste un réflexe normal quand on a pu échapper à une crise qui sème la mort partout. Idem pour les régions vis-àvis Montréal. Désigner la Capitale «labeaumeland» et l’assimiler au territoire des radios-poubelles ? Méprisant. La réalité : Radio-Canada est le poste le plus écouté à Québec aux heures de grande écoute. Instiller que les Montréalais ne voudront plus visiter les régions québécoises ? Menace enfantine (si t’es pas fin j’irai plus te voir). Décidément Madame Bazzo, ce n’est pas votre meilleure celle-là. Beaucoup s’en faut !

Répondre

Bien dommage de lire un tel mépris venant de montreal envers les régions. Oui, je parle bien du contraire. Nous petites régions qui faisons les frais depuis 2 mois de cette pandémie (comme vous d’ailleurs), sauf que nous sommes beaucoup plus fragile. La population ici (BSL-Gaspesie) est beaucoup plus âgé que la population de Montréal et donc plus à risque, mais en plus de cela nos ressources sont beaucoup moindre que les votres. Notre système de santé depuis le nouveau CISSS a écopé. Pour un simple bras cassé, oublier d’aller à l’hopital ou clsc de votre MRC et non ville vous devez vous rendre à Rimouski minimum 1h de route. Imaginé que le virus se propage de la meme façon que Montreal. Des villages fantômes pourrait se former tres rapidements puisque le nombre de lits disponibles est peu nombreux mais aussi que notre main d’oeuvre est déjà rare. Nous vous aimons Montréal, mais respectez notre milieu fragile et nos populations vulnérables. Comprenez que ce n’est pas de vous que nous nous méfions, mais plutôt du porteur invisible que vous pouvez être. Respecter les règles et si vous venez nous rendre visite, nous serons bien heureux de vous voir, mais après 14 jours.

Merci

Le BSL et la Gaspésie

Répondre

Un article de madame Bazzo bien à propos.
Je voulais simplement dire qu’il existe encore des gens dans les régions qui, malgré la situation difficile de la métropole, continuent à l’aimer et souhaitent revoir ses citoyens le plus tôt possible.
De Matapédia-et-les-Plateaux.
Mario

Répondre

Matapédia et les Plateaux. Vous voyez, il n’y a pas que Montréal qui a son plateau. 😉

Franchement elle y va fort avec ses mots elle propage elle même la honte. Voyon de dire des affaires comme sa. Ont ne veux pas la guerre avec Montréal 😖 tout à fait stupide et ridicule sont affaire. Ont veux seulement ce protéger le temps de l’accalmie. Ferez-vous peut-être l’effet miroir Mme ❓❓❓mettez-vous dans notre peau. Vous ne voudriez pas sauver la vie de vos proches vous ❓❓❓Mme Bazzo nous demandons des excuses de votre part ‼️et j’ajouterai que nous sommes une régions très accueillantes avec toujours un sourire et une joie de vivre pour tout ceux qui passent dans notre belle région………

Répondre

Toi même Marie-France, tu ne semble pas beaucoup aimé l’entièreté du Québec d’après ce que témoigne ton article…
Labeaumeland, vraiment, à mon avis ça aussi ça témoigne d’un grand clivage entre toi et nous (nous étant ceux qui n’habitent pas la GRANDE Montréal).
C’est évident que la grande était bien mieux servie par les libéraux.

Répondre

Ce sont toujours les grandes gueules qui laissent croire à un sentiment généralisé. Heureusement, beaucoup de gens des régions aiment Montréal et sont attristés par tous les malheurs qu’elle traverse présentement. J’aime mon Québec d’un bout à l’autre et ses habitants quels qu’ils soient.

Répondre

Se plaindre en écrasant les autres avec une vision tout sauf nuancée, rien de constructif selon moi. Ce n’est pas parce que j’habite à « Labeaumeland » que je n’aime pas Montréal, sa diversité, son unicité. Je ne comprend pas qu’un article comme celui là ait sa place dans L’Actualité. On doit se serrer les coudes dans un temps comme celui que nous vivons, avoir de l’empathie et savoir se mettre dans la peau de l’autre. C’est de cette façon qu’on pourra en sortir grandi.

Répondre

. Montreal est une belle grande métropole dont tout les québecois ont raison d’être fière .C’est a Montréal que l’on retrouve la majorité de l’élite Québecoise (dont vous faite parie). Par contre elle n’évolue peut-être pas très bien. Un des pricipale problème, c’est que trop de Montréalais on inversé l’équation et pense, a tort, qu’il font partie de l’élite parce qu’ils sont a Montréal. Cette mentalité a mené inévitablement a des décision guidé par l’ignorance et souvent freiner l’évolution du Québec. Prenons pour exemple Hydro-Québec, pour ne citer que celle-la, qui par une centralisation massive et INUTILE a littéralement siphoné les régions de milliers d’emplois, saccageant ainsi leur économie. Résultat , elles sont presque toutes réduites a survivre principalement du tourisme, comme si leur seul potentiel était de servir de résidence secondaire et donc d’être traité comme citoyen de deuxième classe. Evidement, tout cela ne peut que diviser les citoyens du Québec. La crise du COVID 19 exacerbe et accelère bien des choses et entre autres cette division. Et comme le disait sagement M Lebigot, il faut arreter de traiter cette situation de facon politique , économique et régional mais d’abord comme un problème de santé.

PS :Malheureusement dans notre histoire il n’y a pas eu suffisament de visionnaire pour permettre un dévelopement sensé du Québec. Immaginé le dynamisme incroyable et a tout les niveaux (économique, culturel, social, sportif, agricole, gastronomique,etc) , si plutôt que de se retrouver avec pres de 5 millions de personnes agglutinées sur et autour de cet ile (avec tout les problèmes que ça implique), qui soit dit en passant a été choisie a l’époque principalement pour des raisons de navigation ou l’automobile n’existait pas, nous aurions, a la place 1M de population a Québec, 500m a Chicoutimi, 500m a Rimouski, 500m a Baie-Comeau, 500m a Gaspé. Mais non, on s’entête toujours a bourré l’ile. Cette belle métropole finira peut-être par nous engloutir tous économiquement et culturelement si on n’y vois pas assez vite.

Répondre

Madame Bazzo, j’ai habité Montréal pendant 8 ans et je vis en région depuis 30 ans! Je vous suis depuis des années et je vous apprécie! Mais cette fois-ci, je pense que n’allez pas bien! Que votre vie à Montréal actuellement est très difficile et qu’au lieu de regarder ce que vous pourriez faire pour regagner un peu de paix intérieure, vous attaquez des gens qui vous aiment et qui se nourrissent habituellement votre travail!
Sincèrement, vous inventez quelque chose qui n’existe pas présentement! Les régions, Québec et Montréal ont surtout besoin d’être unis et de s’entraider au lieu de se diviser! Prenez soin de vous Madame Bazzo et revenez enrichir l’espace publique avec vos dons plutôt qu’en essayant de mettre de la zizanie là où il n’y en pas!

Répondre

Comme bien des gens qui commentent ici, je suis abadourdi de votre perception des choses. Erronée et inutilement alarmiste, votre « analyse » tombe dans une généralisation sans nom. Nous sommes tous dans le même bateau, certains doivent ramer plus fort, mais si on veut absolument generaliser, nous sommes d abord solidaires et empathiques.

Mais quelle haine ente Montréal et les régions? On se calme! Même à Québec, où Radio-Canada est la radio la plus écoutée, ne vous en déplaise, il n’y a pas de culture de « haine » contre Montréal. Décidément, vous agissez exactement comme vos ennemis imaginaires…

Répondre

C’est là qu’on voit que la solidarité des Québécois est plutôt un peu élastique . mais à la défense des citoyens des régions je dirais que la situation est tellement exagérée de la part des journalistes qui bien souvent eux-mêmes ne demeurent pas à Montréal . Les journalistes ne semblent pas capables d’expliquer que la problématique se trouve presque exclusivement dans les résidences pour personnes âgées et leur personnel et que curieusement la concentration de résidence pour personnes âgées se trouve à Montréal. Si on se promène à Montréal aujourd’hui en dehors de ces résidences, on va voir que là majorité de Montréal vivent comme à l’habitude avec la distanciation sociale et quelques masque dans les endroits où il y a plus de monde .Je crois en fin et que les décideurs des régions aurais besoin d’être mis en quarantaine pour reprendre un peu le récit pri je crois en fin et que les décideurs des régions aurais besoin d’être mis en quarantaine pour reprendre un peu leirs esprits, et favoriser le désir des touristes d’aller faire un tour chez eux lorsque ce sera possible quand on sait qu’il y a généralement pas autant de foule que cela,car ça coûte souvent plus cher d’y aller que d’aller faire un voyage dans le sud ou même en Europe,et aussi la difficulté de se loger dans des sites intéressants.Je crois en fin que tout le monde doit respirer par le nez même en portant un masque

Répondre

N’oubliez pas par contre qu’en dehors de Montréal, il y aussi tous ses amoureux qu’elle est tranquillement entrain de mettre à la porte. Les familles et les jeunes de classes moyennes incapables de devenir propriétaires, les artistes qu’elle pousse encore plus sur ses pourtours, etc. Exilé depuis 1 an de Montréal, la déprime de l’avoir quittée s’accentue encore plus avec la pandémie qui nous empêche de l’approcher. J’aimerais que le reste du Québec lui ressemble plus, mais c’est probablement utopique.

Répondre

Ce que je lis dans votre texte c’est une haine et un mépris incommensurables pour les régions!
Si vous avez tout, pourquoi êtes-vous si souvent en mauvaise position? Routes congestionnées, nids de poules innombrables, transports en commun sous financés et continuellement inefficace, etc.
Est-ce notre faute si des quartiers de votre ville concentrent la pauvreté?
Vous représentez 50% de la population mais 90% de ses problèmes?
Alors qu’on s’est toujours fait regarder de haut, comment voulez-vous qu’on ne rechigne pas de temps en temps?

Répondre

Bonjour,
Enfin j’ai lu un bon texte partial qui nous donne un peu d’espoire qu’il ya des personnes pense au immigrants et au habitant de là grande région de MONTRÉAL .
ON VOIT TOUT EST ON SAIT BIEN ANALYSER ET LIRE À TRAVERS LES DISCOURS OU LES MOTS D’INSERTITUDES SONT LA BASE DE SE QU’ON NOUS ANNONCE CHAQUE JOUR: ( on est pas sûre , il est souhaitable , on attends encore , on veut bien Mais , Si …….seulement Si……
.j’aurai du , on travail et on espère ,etc …..
Assis lions de Montréal qui se bas seul dans cette malheureux situation , pas avec ces paroles que ca va aider la situation est la changer pour ne pas devenir incontrôlable
On a besoin d’action concrète , et la présence sur place et de l’aide urgente pas des discours et des réponses au question qui n’ont rien avoir avec la situation de Montréal ,
A la fin après 2mois le gouvernoument viens à Montréal pour sauver sa face avant que sa explose et met la condition de ouvrir montreal s’il voit qu’on met les masques et respecter le 2 mêtre ?
Donc c’est la faute à nous les montréalais pars qu’on met pas de masque
Qui nous informer que les masques ne sont pas nécessaires ?
Qui a fais un appel pour vider tout les stocks des marchand à Montréal et à acheter tout l’inventaire des pharmacies jean couru , et les autre places
Pourquoi au début on bonus annoncé de respecter 1 mêtre ensuite non c’est 2metre maintenant
Il ya plusieurs question et un bilan à faire pour que cela ne se répétera pas dans le future et que ce gouvernement ne prend pas partie .d’une région et négligé une autre . Attention les montréalais vont garder ça en mémoire :
N’OUBLIE JAMAIS MONTREAL 2020
Le malheur on nous blâmes , mais on va acheter les masques fabriquer dans les rejoindre qui nous rejette .
En vous remerciant Madame Marie -France ,
Agréer tout notre respect et votre courage de parler et la réalité
Merci .
Lotfi

Répondre

L’idée c’est qu’il faut isoler les zone d’éclosion pour éviter la propagation. Trump dit aux chinois de rester chez-eux, Le nouveau-Brunswick ferme les frontières avec le Québec, Rob Ford dit aux Québécois de rester chez-eux, etc. C’est pas de la haine c’est une précaution contre la contagion jusqu’à ce qu’il y ait un vaccin. Si un Beauceron revient de l’étranger qu’il s’isole même s’il n’est pas Montréalais. Mme Bazzo d’habitude vous posez les bonnes question. Mais cette fois-ci votre réponse est hors de propos.

Répondre

Comment faut-il comprendre cette notion de « haine » énoncée par madame Bazzo ? Comme une réaction soudaine des régions ? Comme une forme d’antipathie assez forte pour que les régions désirent intensément la mort de Montréal et des Montréalais ? Ou bien est-ce l’expression d’une forme d’antipathie que les rats des champs éprouvent naturellement pour les rats des villes ?

Bref, une situation bien connue et documentée depuis Jean de la Fontaine au moins, laquelle se manifeste à peu près partout sur la planète… et qui sait sur quelle qu’exo-planète habitée ?

Pas de quoi fouetter un chat ! Et puisque je parle de chats, j’ai ouï dire que ce félin pour aussi adorable qu’il soit, qu’il n’apprécie guère qu’on le caresse dans le sens inverse du poil. Si nous nous exerçons à cette façon perverse de traiter nos animaux de compagnie favoris, il ne faut pas probablement s’émouvoir, si l’animal grogne, voire donne de la griffe pour exprimer son insatisfaction.

Ne serait-il pas de meilleur aloi, d’exprimer sainement notre amour pour les régions, de dire combien nous leur sommes redevables qu’elles soient là aussi pour nous et combien nous aimons les gens de tous les terroirs pour les bienfaits qu’ils nous apportent, leur gentillesse, ou encore ces paysages qu’ils préservent pour eux, pour nous, pour les touristes, pour toutes les générations futures.

Merci à toutes ces personnes dont l’apport enrichissant fait tout ce que nous sommes.

Cela n’aurait-il pas ou ne devrait-il pas avoir — quand on y pense — un bien meilleur goût ?

Répondre

Quel article des plus hypocrites. C’est une opinion que ni la plupart des gens de la région ni la plupart des Montréalais ne partagent. Je crois bien qu’il y a un consensus d’une certaine solidarité et prudence en gardant les distances. Je n’accuserais jamais Montréal d’être une ville infectée et pas bonne, c’est tout le contraire. Ça n’a pas de sens de tourner les gens les uns vers les autres avec ce genre d’article d’opinion. WTF!

Répondre

Quelle haine et qul mépris pour les « régions ». Et quel préjugés. J’habite Québec et je ne vois nulle part la « Montréalophobie » qu’elle décrit. Mme Bazzo, est-ce que vous allez bien?

Répondre

Les habitants des régions ont raison d’être méfiant des Grands-Montréalais si le déconfinement de la région de Montréal se faisait trop rapidement. Les spécialistes des maladies contagieuses craignent l’effet désastreux qu’aurait une deuxième vague de la COVID-19 sur l’ensemble de la population. Est-ce qu’il faut parler de haine généralisée à cet égard, je crois que non, pour certaines personnes probablement.

Les gens des régions hors de Montréal, devront toutefois se rappeler que ce ne sont pas les Montréalais qui décideront de s’« autodéconfiner », mais ce sera la décision d’un gouvernement pour qui ils n’ont pas voté, mais qui est cependant bien établi dans leurs régions.

Répondre

D’une montréalaise de souche qui a fait le choix de quitter pour la région. Montréal ce n’est pas les gens de région qui viennent pour étudier et y reste … c’est le résultat d’une immigration non assimilée qui en a complètement changée la face . Je l’ai quitté parce que je ne pouvais plus y vivre chez moi. En région j’y suis et j’y reste! Et Montréal c’est tout sauf le Québec. Allez y traitez moi de xénophobe je m’en fou!

Chère madame, sur le site de l’Actualité vous pouvez mettre vos propres commentaires sans qu’il soit nécessaire de le mettre en réponse d’un autre. En lisant votre commentaire, je ne vois aucun lien avec le mien et je juge inutile d’y répondre.

Faut surtout pas oublier que c’est Montreal qui avait élu les libéraux de Couillard et Barette qui ont mis notre système de santé en péril en coupant partout. C’est pas de la faute à Legault s’il n’y que des députés libéraux (et solidaires) à Montréal

Répondre

Mechante panique Etant résidant de La Gaspesie Tout ce que les gens ont demandés c’était de retarder le deconfinement jusqu’à temps que MTL sois sous contrôle pas plus compliqué que Ca .Mechante polémique et faiseux de nouvelles avec Pas grand chose et d’alimenter les chicanes de fond de cour

Bonjour Mme Bazzo,

Pour avoir fait mes études de haute couture à
l’école Cotnoir Capponi, ecole aujourd’hui disparue, j’ai ensuite enseigné dans différentes écoles de mode de Montréal. J’ai vecu le mépris des Montréalais pour la petite fille de la campagne, les consanguins, les pauvres idiots, les habitants de la campagne. Es ce votre karma, je l’ignore. J’ai aussi rencontré des gens très sympathiques. Je vais pas pleurer sur le sort des Montréalais

Répondre

Quelle interprétation bisée. Les québécois ne déteste pas Montréal. Les gens des régions souhaitent vous revoir dès que les conditions le permettront. De la même façon qu’.on souhaitait que les frontières (USA) soit fermées ou que les vols d’avions en provenances des régions contaminées sont arrêtés, les gens des régions non ou peu contaminées souhaitent qu’on attende que les conditions soient meilleures avant d’ouvrir la circulation. Aune haine la dedans

Répondre

Dommage ce rendez-vous manqué!qui traite de la haine des régions envers Montreal.Un effet miroir d’une démonstration inverse et le piège de la généralité J’espere que cette montée de lait vous a soulagé. J’ai de très bons amis de chalet au Saguenay qui viennent de MTL!

Répondre

Mme Bazzo je vous aime bien mais l a vous vous êtes perdue dans vos propos,
les Montréalais sont nos frères et sœurs pères, mères peut-être sa donne quoi d’infecté toute la province ? pensez donc avec votre cœur plutôt qu’avec la haine au cœur .

Répondre

Bonjour

Mme cet article reflète votre opinion et c’est votre privilège. Mon opinion à moi est que ce texte est un exemple parfait de la condescendance de Montréal envers les régions.

Salutations.

Répondre

Marie-France je t’aimais bien… avant cet article! Tu es complètement déconnecté! Tu contribue à créer le fossé que tu dénonces avec tes écrits dans cet article. Les agents d’immeuble ici, reçoivent plein d’appels ces jours ci pour ce qui sera le retour à la terre le plus incroyable des 50 dernières années. Comme je suis DG municipal, je suis en train de me demander comment je vais répondre aux nombreuses demandes de gens de MTL qui viendront pour vouloir s’établir afin de devenir autosuffisant. Et tu sais quoi? On va bien les accueillir cette bande de « mouriâlais » qui vont avoir besoin de temps d’adaptation. On va les coacher et leur faire partager nos valeurs. Car on le sait ils vont en avoir besoin. Oui Montréal s’est creusé un fossé d’arrogance qui lui revient dans les dents maintenant, mais nous sommes un peuple uni. On vous attends ,pas avec une brique et un fanal, mais avec plein d’amour. Le BSL vous attends

Répondre

Arrêtez de le prendre personnel, on veux juste en finir avec cette sacré pandémie. Arrêtez, d’en plus, vous victimisez. À vous voir collés les uns sur les autres pour voir « un gros avion » ou encore en troupeau à vous dorez la couenne sur le Mont-Royal…. Qui voudrait voir venir une bande d’insouciants (peux importe leur code régional) briser leur petite victoire ? Gagné à force de privation et d’efforts collectif. Pensez vous qu’a vous voir aller, on peu croire une seconde que vous resterez 14 jours à l’écart dans votre chalet en région ? 🤦🏻‍♀️ Et parlant d’être solidaire..
Si les gens de la grande regions de Montréal boudent plutôt que de nous visiter une fois la situation stable… Questionnez votre sens de la solidarité. On fera pas des articles pour se plaindre, nous.

Répondre

Dans votre article, c’est vous qui semblez mépriser les régions, et non le contraire. Oui nous voulons nous protéger, mais nous ne détestons pas les montréalais pour autant. Vous devriez repenser au mépris que vous utilisez dans votre article. Est-ce que des gens vous ont nommer cela ou c’est votre propre perception? Je trouve que vous nous diminuez beaucoup.

Répondre

Pardon ? Est-ce que j’entends vraiment que Montréal souffre de ce que les régions pensent d’elle ? Mme Bazzo vous pensez réellement que l’opinion « des régions » se limite aux quelques personnes entendues dans un quelconque Voxpop. Tenter de protéger notre région n’a rien à voir avec ce que l’on pense de Montréal, on tente seulement de traverser la crise de notre mieux. Ceci dit nos ressources et l’âge de notre population font que nous croisons les doigts très fort pour maintenir au plus bas le
nombre de cas chez nous. Mais quel drôle de texte…

Répondre

Les régions ne meprisent ni ne haissent Montreal, elles se protegent comme Montreal aurait du faire mais a refusé par indiscipline, par défiance ou inconscience. Croyez vous que Montréal ouvrirait grand les bras à des touristes du bas saint Laurent si nous étions à fort % contaminés ? Votre façon de parler des régions démontré sans aucun doute, que le mépris au Qc voyage bel et bien de Montréal vers les régions
À vous lire, on comprend que les gens hors Montréal sont trop caves pour se faire une idée autrement qu’en ingérant les propos d’une radio qui vous déplaît. Le coeur de l’économie du Qc comme vous dites, est également le gouffre financier dans lequel des millions de Québec voient l’argent de leurs impôts être dilapidé pour toujours plus de routes, toujours plus de ponts, toujours plus de transports en commun alors que ces régions en manquent cruellement
Les caves des régions comme vous sous entendez, apportent beaucoup plus à Montréal que le simple tourisme de la construction apporte à ces régions. Restez chez vous Montréalais et arrêtez de dilapider nos taxes et nos impôts et en échange nous nous passerons de votre visite en juillet, par la suite nous ferons nos comptes à savoir qui perd et qui gagne .

Répondre

Ne me compter surtout pas comme montréalais! j’habite le 450 et suis certains que la plus part qui y habite ne s’identifie pas a l’ile de mtl .4milion de résidents, ce n’est seulement que pour faire vivre cette ville centre avec nos taxes, mtl c’est seulement l’ile 1.6 million et ils voudrait diriger tous le Quebec!!!vivement un troisième lien q’on occupe le territoire plus intelligemment…c’est la seul façon de demeurer francophone. fier de ne pas être montréalais….. bonne journée des patriotes.

Répondre

Bonjour Madame Bazzo,
C’est avec tristesse et déception que j’ai lu votre texte ce matin. D’après vous, les régions, qui ont toujours jugé Montréal condescendante, hautaine, trop toutte, ont enfin trouvé un prétexte sanitaire, un exécutoire à leur méfiance, devenue haine.
Je suis de la Gaspésie, j’écoute les radios de la région et je suis branché, comme la majorité des Gaspésiens, au moins une fois par jour sur un des réseaux nationaux d’information. Au tour de moi, je ne sens pas la haine dont vous parlez. Nous avons à ce jour 27 cas actifs de Covid dans ma région et les nouveaux cas sont rarissimes. Il est donc possible que d’ici deux ou trois semaines, il n’y ait plus de cas recensés. Alors vous comprendrez que certains aimeraient conserver le territoire fermé du moins pour un temps. La population n’est pas méfiantes par rapport aux Montréalais, mais une partie est craintive vis-à-vis la perspective que la Covid s’installe en force chez nous. Je ne suis pas de ceux qui prônent la fermeture, mais j’y ai quand même songé.
Bien sûr, il y a les radios poubelles et certains maires qui aimeraient bien que la région demeure fermée. Mais il y a aussi des élus qui sont prêts à recevoir les Montréalais, surtout qu’une bonne partie d’entre eux sont des natifs de la région qui reviennent une fois l’an revoir parents et amis. Personnellement, je me vois très mal leur fermer la porte.
Montréal et les régions sont tous deux essentiels au développement du Québec. Si Montréal est le poumon économique du Québec, les régions en sont les poumons tout court. C’est dans les régions du Québec que les citadins viennent respirer. D’autres diront que Montréal est le moteur économique du Québec. Dans ce cas les régions en sont l’essence. Les régions éclairent, réchauffent et nourrissent les Montréalais. Nous sommes complémentaires, mieux, nous sommes essentiels l’un pour l’autre.
Il est contre-productif à mon sens de s’engager comme vous le faites dans ce genre de diatribe polarisante et d’ainsi nourrir ce climat malsain de méfiance que vous évoquez. Mais, ce n’est pas une première. Depuis la publication du rapport Higgins, Martin et Raynaud, dans les années 70, ce discours refait surface de temps à autre dans l’espace public. Il y a quelques années, le président de la Banque National, André Bérard, déclarait « Les régions qui n’ont que du travail saisonnier à offrir à leur population doivent se résigner à fermer ». En septembre 2006, à la barre de l’émission « Il va y avoir du sport » vous y alliez de l’affirmation suivante : « Y a pu d’argent pour les frais de santé, y a pas assez d’argent pour avoir une éducation à la hauteur de ce qu’on souhaite tous. Jusqu’à quel point, on parle pour parler, jusqu’à quel point faut-il subventionner les régions? ». Comme si Montréal ne recevait pas sa part de soutien financier de nos gouvernements nationaux. Malheureusement, des personnes dans certaines régions du Québec ont fait l’amalgame Bérard-Bazzo-Montréal et ont développé, comme vous l’écrivez, une certaine méfiance à l’égard de la métropole.
Vous avez, Madame Bazzo une audience qui devrait vous inciter à plus de prudence dans vos propos. Vous avez la chance de pouvoir faire réfléchir, de proposer des solutions, d’expliquer, de questionner. Mais, malheureusement, pour l’instant, vous êtes plus intéressée à polariser qu’à solidariser.

Aurélien Bisson
Bonaventure
18 mai 2020

Répondre

Bonjour Madame Bazzo,
C’est avec tristesse et déception que j’ai lu votre texte ce matin. D’après vous, les régions, qui ont toujours jugé Montréal condescendante, hautaine, trop toutte, ont enfin trouvé un prétexte sanitaire, un exécutoire à leur méfiance, devenue haine.
Je suis de la Gaspésie, j’écoute les radios de la région et je suis branché, comme la majorité des Gaspésiens, au moins une fois par jour sur un des réseaux nationaux d’information. Au tour de moi, je ne sens pas la haine dont vous parlez. Nous avons à ce jour 27 cas actifs de Covid dans ma région et les nouveaux cas sont rarissimes. Il est donc possible que d’ici deux ou trois semaines, il n’y ait plus de cas recensés. Alors vous comprendrez que certains aimeraient conserver le territoire fermé du moins pour un temps. Ils ne sont pas méfiants par rapport aux Montréalais, mais ont une certaine crainte vis-à-vis la perspective que la Covid s’installe en force chez nous. Je ne suis pas de ceux qui prônent la fermeture, mais j’y ai quand même songé.
Bien sûr, il y a les radios poubelles et certains maires qui aimeraient bien que la région demeure fermée. Mais il y en a aussi plusieurs, élus et citoyens, qui sont prêts à recevoir les Montréalais, surtout qu’une bonne partie de ces derniers sont des natifs de la région qui reviennent une fois l’an revoir parents et amis. Personnellement, je me vois très mal leur fermer la porte.
Montréal et les régions sont tous deux essentiels au développement du Québec. Si Montréal est le poumon économique du Québec, les régions en sont les poumons tout court. C’est dans les régions du Québec que les citadins viennent respirer. D’autres diront que Montréal est le moteur économique du Québec. Dans ce cas les régions en sont l’essence. Les régions éclairent, réchauffent et nourrissent les Montréalais. Nous sommes complémentaires et essentiels l’un pour l’autre.
Il est contre-productif à mon sens de s’engager comme vous le faites dans ce genre de diatribe polarisante et d’ainsi nourrir ce climat malsain de méfiance que vous évoquez. Mais, ce n’est pas une première. Depuis la publication du rapport Higgins, Martin et Raynaud, dans les années 70, ce discours refait surface de temps à autre dans l’espace public. Il y a quelques années, le président de la Banque National, André Bérard, déclarait « Les régions qui n’ont que du travail saisonnier à offrir à leur population doivent se résigner à fermer ». En septembre 2006, à la barre de l’émission « Il va y avoir du sport » vous y alliez de l’affirmation suivante : « Y a pu d’argent pour les frais de santé, y a pas assez d’argent pour avoir une éducation à la hauteur de ce qu’on souhaite tous. Jusqu’à quel point, on parle pour parler, jusqu’à quel point faut-il subventionner les régions? ». Comme si Montréal ne recevait pas sa part de soutien financier de nos gouvernements nationaux. Malheureusement, des personnes dans certaines régions du Québec ont fait l’amalgame Bérard-Bazzo-Montréal et ont développé, comme vous l’écrivez, une certaine méfiance à l’égard de la métropole.
Vous avez, Madame Bazzo une audience qui devrait vous inciter à plus de prudence dans vos propos. Vous avez la chance de pouvoir faire réfléchir, de proposer des solutions, d’expliquer, de questionner. Mais, malheureusement, pour l’instant, vous êtes plus intéressée à polariser qu’à solidariser.

Aurélien Bisson
Bonaventure
18 mai 2020

Répondre

Gériboire de marde de dinde, de simonac, maudits chiâleux contre le monde chic de la grand ville! Laissez-les donc v’nir nous tirer des piasses su nos galeries de paysans édentés! Pour une fois qu’y lâchent les Europe pour nous fére l’honneur de v’nir marcher dans not’ fumier pis nos carcasses de homard pourrittes! On va pouvoir s’installer l’électricité pis des toilettes en d’dans!

Répondre

En tant que bas-laurentien, je confirme la crainte de la contamination de plusieurs personnes en région, avec la levée des barrages. Mais « haine ostentatoire », « soupir de soulagement » venu de chez nous….ça ressemble plus à de la paranoïa qu’à une lecture objective de la réalité. Le confinement vous fait voir le Québec à travers un prisme très étroit et vous amène à écrire cet article plein de démagogie.
Quand au « schisme » dont vous parlez, il existe depuis bien longtemps, mais vous feignez de vous en rendre compte seulement maintenant. Nonbrilisme vous dîtes? Je vous invite à vous trouver un chalet par chez nous, à respecter votre quatorzaine et à venir constater par vous-même que la situation que vous écrivez ne reflète pas la réalité de nos régions.

Répondre

Et vous vous prétendez sociologue ? Selon vous il y aurait plus de vieux et de pauvres à Montréal qu’en région. Eh bien, il y a longtemps que vous avez visité notre arrière-pays dévitalisé où l’on ferme les écoles par manque d’enfants et où, prétendument, une forte proportion de gens vivent de leur pension de vieillesse et du supplément de minimum garanti. Oui des personnes des régions critiquent Montréal sur le web, mais qu’est-ce qu’on ne critique pas sur le web ? Oui des élus des régions demandent le report du démantèlement des barrages, et ils n’ont pas tort puisque la pandémie à Montréal ralentit moins rapidement que prévu d’où d’ailleurs le report par M. Legault de plusieurs mesures de déconfinement à Montréal même. Pourquoi ne pas avoir accepté ce même report pour les barrages. Madame Bazzo, votre intelligence émotionnelle a carrément dérapé. Je pense que vous devriez prendre des vacances mais oui, comme vous dites, pas en région.

Répondre

J’ai de la difficulté à comprendre votre opinion. Le taux de covid est nettement plus élevé à Montréal, c’est actuellement un fait. Il est normal que les régions qui ne sont pas ou peu touchées doivent être protégées, ça n’a rien à voir avec des opinions personnelles! D’une même façon, les provinces maritimes ont fermé leurs frontières avec le Québec… ce n’est pas de la haine, c’est un cours d’épidémiologie 101 que vous devriez suivre d’ailleurs!

Répondre

Bonjour Mme Bazzo

Vous faites une analyse pernicieuse de la situation , quand les régions ont peur de l’ouverture des barrages entre elles et le grand Montréal c’est du point de vue de la pandémie. Les Montréalais sont et seront toujours les bienvenus on leur demande seulement de respecter les consignes de la santé publique. Vous feriez de même si la situation était inversée, c’est ce qu’on appelle ¨l’effort collectif » ! Savez-vous ce que c’est? Je suppose que vous allez marcher dans Montréal-Nord ou Hochelaga-Maisonneuve!

Aujourd’hui peut-on dire que M Legault n’aime pas les new-Yorkais puisqu’il vient de dire qu’il ne veut pas les voir débarquer à Montréal. Je suis convaincu que c’est l’opinion de bien des Montréalais…,.et je peux les comprendre.

Est-ce que les New-yorkais devraient bouder Montréal? À vous entendre je dirais oui. Détrompez-vous je ne vous envie nullement de vivre dans une ville où vous avez tout à porter de main, les embouteillages, les problèmes de déneigement, la pollution, les égouts désuets, la pénurie de logements et plus encore.

Mme Bazzo nous sommes en pandémie, ce sont des gens qui comme vous regardent les régions de haut qui donnent une mauvaise réputation aux Montréalais.

Ceux qui viennent profiter régulièrement de notre nature le font , en grande majorité, dans le respect de notre mode de vie, tout comme moi quand je décide de faire du tourisme à Montréal ou que je vais y voir un spectacle, visiter un salon ou participer â un Congrès. J’adore y aller à l’occasion mais je n’y vivrais pas et ça c’est plus important que votre mépris.

Répondre

C’est toujours ce bon vieux dicton de la paille dans l’oeil!
Habituellement mes amis et moi, sommes toujours heureux d’aller faire une escapade à Montréal jusqu’au moment où une fois rendu on dénigre notre lieu de résidence. Ces « régions » où on ne connaît rien, on a sans doute pas le câble, ni l’eau courante. C’est malheureux, mais faut pas être surpris.

Répondre

Mme Bazo n’est pas objective. Les élus municipaux de la région Bas-Saint-Laurent l’ont pourtant précisé: par crainte de voir le secteur de la santé (ex. chsld, hôpitaux) débordé et à court de main-d’oeuvre advenant des éclosion de covid-19 dans les établissement pour aînés (la région compte un fort pourcentage de gens âgés), ils souhaitaient ouvrir la région d’abord aux propriétaires de résidences saisonnières, tout en leur demandant une quarantaine volontaire par précaution. Quel article décevant, ce n’est pas du journalisme et ce texte n’amène rien de positif ni constructif en déformant la réalité.

Répondre

« Alors, les régions, qui ont toujours jugé Montréal condescendante, hautaine, trop toutte, ont enfin trouvé un prétexte sanitaire, un exutoire à leur méfiance, devenue haine : « Montréal est infectée ! Qu’elle reste chez elle ! »

😳

On se calme ma grande… On est susceptible en mausus au Québec. On a le « isme » facile. On parle des vieux, on fait de l’agisme, on se déguise, on fait du racisme, on siffle une fille, on fait du sexisme, elle se fâche c’est une féministe.

Là les régions font du Montréalisme??

Les Montréalais qui pensent que les régions « on toujours jugé Montréal », sont probablement les mêmes pour qui la plus lointaine « région » visitée est probablement la Beauce ou n’importe quelle ville à 1heure en dehors de Montréal la magnifique et sont ignorants de ce qu’est la réalité des petites régions.

« Vous voulez pas qu’on viennent vous infecter? Tant pis pour vous bebiles de régions on viendra pu jamais d’abord! On pensait que vous étiez accueillants bla bla bla …»

C’est quoi ça coup donc??? Pour le moment on a juste rien à vous offrir pis on est pogné avec des minis hôpitaux, calmez vous la non-hospitalité…!

J’ai toujours bien aimé cette femme mais celle là je la comprends pas..?

Répondre

Mme Bazzo
Il y a une énorme faille en moi quand je lis cet article… j’ai vécu 13 ans à Montréal, une ville que j’adore et à laquelle je m’identifie… Je suis de la Gaspésie où je suis revenue … je reviens à Montréal régulièrement. Presque tous mes vrais amis y résident… Amis qui viennent vivre chez-moi l’été… Cet été, ils ne viendront pas… parce que je leur ai demandé. Mes parents sont âgés, ma grand-mère est toujours vivante et je la chéri… Comme beaucoup de gens dans ma région. C’est une région avec une population âgée. Nous sommes simplement inquiets de nos proches. Nous sommes également inquiets de notre économie…Ce n’est finalement pas une haine de Montréal, à mon sens et à beaucoup d’autres…, c’est une inquiétude légitime. Notre population est, disons-le, vieillissante donc vulnérable. Quand la population entière d’une région ( avec tout son savoir et son savoir-faire) équivaut à la population d’un quartier d’une grande métropole… Oui, nous sommes en droit de poser des questions légitimes. Ne croyez-vous pas? De la part de quelqu’un qui vous suis depuis très longtemps…

Répondre

Dans un journal et écrit par une journaliste, on ne devrait pas lire une généralisation : « Le monde eux-autres ils détestent Montréal ». Tout comme les montréalais ne détestent pas les régions, puisqu’ils sont souvent originaires des régions. Et l’autre banalité est de dire : « on n’ira pas vous visiter ». Même si le tourisme aide toutes les régions, encore plus Montréal, vous êtes libres. Nous serons heureux de vous accueillir, nous continuerons d’être humains. Pourquoi on ne veut pas qu’une région infectée vienne nous visiter présentement, d’abord parce que les régions ont été fermées. Pour notre bien, parce qu’on nous aimait, on était mal équipés. Il ne fallait pas être infectés parce qu’on n’avait pas assez d’hôpitaux. Après s’être enfermés dans nos maisons parce qu’on était en grand danger, il faudrait maintenant s’infecter pour être immunisés. Il y a 51 malades de la Covid-19 dans la région Saguenay–Lac-St-Jean, moins que 5 dans les 2 MRC plus au nord. Il faudrait combien de malades et de morts pour devenir immunisés. La colère d’être empêchés de circuler dans une région, nous l’avons vécu avant Montréal. Nous n’avons jamais menacé de ne pas visiter Montréal et Québec cet été, par punition et vengeance. Je vis dans un village de 800 personnes avec seulement un poste d’essence. Je ne vais pas à l’épicerie à 15 km de distance, je commande. C’est difficile depuis 2 mois. Même les frères et soeurs dans le village ne viennent pas à la maison. S’il le faut absolument, on se voit à 6 pieds pour quelques minutes seulement. Après tous ces sacrifices, vous voulez avoir le plaisir de voyager, pour nous rendre le service de nous donner une maladie mortelle. On a le droit de dire qu’on n’en a pas envie, au moins ?

Répondre

Les guerres de clochers existent parce que certains décident encore de les nourrir. En ce qui me concerne, j’ai autre chose à faire 🙂 les guéguerres entre régions, c’est tellement dépassé pour moi. Nous avons tous une place, un rôle à jouer. Et pour le moment, tous le monde a la même mission: rester à la maison!! 🙂

Choisissons plutôt de cultiver altruisme et la solidarité, plutôt que d’alimenter la haine.

Répondre

C’est tout à fait normal que les gens en région soient effrayés de la contagion à Montréal. Les régions ne sont pas équipées comme Montréal pour faire face à la pandémie et ce serait catastrophique si des éclosions survenaient en milieu éloigné, notamment dans les petits hôpitaux régionaux, qui très rapidement deviendraient submergés par la crise. Je vis à Laval mais suis originaire de Baie-Comeau. Là-bas il y a seulement 6 lits de soins intensifs à l’hôpital régional. S’il y avait trop de cas graves, on parlerait alors d’évacuations médicales vers les grands centres. On peut deviner que la situation pourrait se détériorer très rapidement. Ce n’est pas du tout une question de haine envers Montréal. C’est une question de survie, et c’est surtout une question de réalisme; les ressources médicales étant limitées. Les gens en régions ne détestent pas Montréal, pas du tout. Je le sais, j’y ai passé 30 ans de ma vie (Côte-Nord et Bas St-Laurent). Présentement, les gens ont peur. C’est tout. Il ne faut pas confondre les choses.

Répondre

Moi pas eu de problème avec votre article , j’avais juste un souhait (Que vous emportez Jic Lajoie avec vous en voyage ailleurs et je l’ai encore

Répondre

Voilà un texte qui n’a pas sa place en tant de crise, qui ne fait qu’attiser le négatif, aucune solution, rien de positif dans ce texte!! Seulement la frustration d’une personne qui déforme la réalité!! Je suis du bas St-Laurent et j’adore Montréal, et tout ce qui s’y passe, j’aime y aller de temps en temps, et de la parenté, des amis, des gens près de nous tous y habitent et tout est bien. Nous sommes tristes de voir des gens souffrir, qu’on soit de n’importe-où, c’est juste normal d’avoir de l’empathie….Il n’y a pas lieu d’un tel article de haine, l’heure n’est pas à l’écriture ou à la publication d’article apportant la discorde entre nous au Québec, bien au contraire, c’est le temps de s’entraider, de rester unis…. la vérité c’est seulement que les gens dans certaines régions ont été épargnés, plus que d’autres, et que Malheureusement Montréal est l’endroit où il y a le plus de cas, les régions ont simplement peurs, et demandais l’ouverture graduelle pour se protéger…une semaine, peut être deux semaines plus tard, le temps qu’il y est une amélioration….rien à voir avec la haine ou le mépris de quoique ce soit!!! Très mauvais message que ce texte apporte, les frontières de nos voisin proche, le Nouveau-Brunswick, n’ont pas ouvert, et je les comprends, ils attendent que les choses se calme au Québec, pour se protéger, non pas qu’ils ne nous aiment pas, seulement par peur, et c’est bien normal. Alors, pour tous ceux qui habitent Montréal, on est de tout coeur avec vous, ne croyez pas que les gens des régions n’aiment pas Montréal et les gens qui y habitent en lisant les écrits exagéré d’une seule personne….bonne chance et ont vous souhaite que toutes cette crise passe, on se le souhaite à tous…. et qu’on puisse voyager d’un bout à l’autre du Québec et encourager très rapidement les commerces du Québec au complet!!!

Répondre

Tellement inutile ces propos. Un vrai piège à con que celui qui oppose la ville et le reste du Québec. Madame Bazzo est tombé dans le piège après avoir entendu quelques réactions épidermiques. Eh! oui, le monde à peur, c’est une pandémie comme on à jamais vu, tout le monde cherche à se protéger mais rien à voir avec la haine et un prétexte sanitaire. Quand on parle de pandémie, on est surtout pas dans le supposé prétexte sanitaire comme mentionné dans le texte de M.F.Bazzo on est dans l’urgence et la survie. Aimer le Québec n’est pas l’apanage de quelques personnes. Quand aux tribunes incendaires, aux déclarations incendiaires, aux brûlots et propos gênants que nous avons tous entendu, je peine encore à croire que M.F.Bazzo à avaler tous ces propos sans faire la part des choses, et nous ressortir tous ces clichés éculés. Comme vous n’avez pas encore compris qu’il ne s’agit pas de Montréalais ni de Montréal. Il s’agit d’un virus dont tout le monde essaie tant bien que mal de ne pas côtoyer peut importe d’où il viendra. Vous parlez de haine dans votre texte mais vos propos envers nous les régionaux, ressemble beaucoup à ce que vous dénoncez. L’arroseur arrosé Madame.

Répondre