Journal des temps inédits : Les tricheurs

À cause d’eux, on rogne les libertés individuelles. Les citoyens solidaires, qui sont la vaste majorité, se sentent floués.

Photo : Daphné Caron

Hier, je suis allée à la pharmacie à pied. Comme la plupart des gens qui marchaient (le tiers étaient masqués), je faisais des détours pour respecter la consigne sanitaire des deux mètres de distance. Ça donne des ballets sur les trottoirs, dans la rue, des sourires de connivence avec les passants croisés. Deux femmes venant en sens inverse, je m’écarte. Et là, vlan ! Je me fais engueuler comme du poisson pourri par la plus âgée, qui m’accuse quasiment de racisme puisque je m’écarte d’elle. Wô ! Qu’est-ce qu’elle n’a pas compris, elle ? Sait-elle, voit-elle que le Québec est touché par une pandémie ? Sous quelle roche, dans quel monde vit-elle ? Je ne peux m’empêcher de penser qu’elle doit encore organiser des partys de famille dans son logement.

Un entrepreneur a tenu il y a une quinzaine de jours le mariage de sa fille au Crowne Plaza, près de l’aéroport, devant 185 personnes, dont plein de visite venue de New York. La veille, Québec avait ordonné la fermeture de certains lieux et demandé de limiter les sorties à l’essentiel. Croyait-il que son fric lui garantissait l’immunité ?

Lionel Perez, le chef de l’opposition à Montréal, a célébré chez lui les fiançailles de sa fille alors que son fils avait la COVID-19. Un musicien jouait dans l’entrée du garage. Des passants se sont arrêtés. Peut-être pas le meilleur exemple à donner pour un élu.

Des groupes de badauds de tous âges et de toutes conditions (pas que des locataires pauvres sans cour arrière) envahissent le parc La Fontaine ou le mont Royal, s’assoient à trois sur les bancs exigus, se taponnent, marchent bras dessus bras dessous. L’argument des démunis dans un deux et demie ne tient plus : pour le bien de la population, tous doivent faire preuve de jugement et de discipline.

Autant de gestes d’incivisme crasse, d’imbécilité au temps de la COVID-19. Collectivement, nous faisons des efforts qui nous pèsent et qui nous élèvent. Les plus touchés sont ces malades, cancéreux et autres, dont les opérations pressantes se voient reportées pour faire de la place aux gens atteints du coronavirus. Pendant ce temps, des tricheurs égoïstes propagent le virus, entravent la lutte collective et mettent le reste de leurs concitoyens à risque. À cause d’eux, on fermera les parcs, on rognera les libertés individuelles. Les citoyens solidaires, qui sont la vaste majorité, se sentent floués. La délation guette. « Ça va bien aller. » Peut-être, mais ça se fera ensemble. On commence à entrevoir des failles dans la solidarité. Ce n’est vraiment pas le moment. Le pire est à venir.

Les commentaires sont fermés.

Avoir une tribune comme la vôtre équivaut à avoir un porte voix. Si vous traitez les gens d’imbéciles, ne jouez pas la vierge offensée, étonnée de recevoir une pluie d’insultes en retour! Vous aurez donné le ton!

Si j’ai bien compris, la « pluie d’insultes » venait d’une personne qui n’a pas compris les messages des autorités en ce qui a trait aux mesures à prendre pour limiter la propagation de la pandémie. C’est bien l’autre personne qui a donné le ton. Il reste toutefois un fait : ceux qui se fichent de propager un virus qu’on sait être mortel en défiant les règles publiques sont aussi dangereux que les meurtriers. À bon entendeur, salut !

Paquin,
D’abord, Mme Bazzo qualifie ici d’imbéciles non pas les personnes, mais les gestes. Elle se garde une petite gêne que probablement la grande majorité silencieuse aurait déjà perdu à sa place. C’est ce qu’on voit avec le nombre de dénonciations qui augmente.

Si vous jugez légitime qu’on puisse lui envoyer une pluie d’insultes pour avoir dénoncé des comportements qualifiés d’incivisme et d’imbécilité, c’est soit que vous n’avez rien compris à la tragédie en cours, soit que vous essayez de défendre vos propres comportements imbéciles et d’incivisme crasse. Vu l’immense majorité prête à accepter le respect de mesures aussi contreignantes, je mettrais ma main au feu que votre avis est partagé par très peu. Et avec si peu d’appui, vous réaliserez bientôt j’espère qu’on ne discute pas ici de choix selon des opinions et des jugements de valeur, mais bien du respect du gros bon sens, de constats scientifiques, du bien commun ET DE LA VIE DES GENS!!!

Il est plus que temps d’appliquer de vrais moyens coercitifs pour se protéger de tels irresponsables.

« Restez chez vous, sauvez des vies ». DITES-MOI, PAQUIN, LEQUEL DES 6 MOTS DE CETTE PHRASE-LÀ N’EST PAS CLAIR?

M. ou Mme le modérateur, j’ai émis une opinion et elle n’a pas été éditée, pourrais-je savoir pourquoi ? Trop crue mais véridique peut-être ?

Les plus populaires