La chute de l’empereur bouffon

Laissez-moi espérer que la connerie qu’il a badigeonnée dans tous les recoins de l’univers pendant son mandat de quatre ans, non, ce n’est pas la norme. Et que oui, l’être humain est bon.

Crédit : L'actualité

Laissez-moi être naïve deux minutes. Laissez-moi espérer que le monde que l’on a connu pendant des années existe encore. Laissez-moi me souvenir de nos problèmes d’avant. Avant ces quatre années interminables couronnées de la cerise, cette pandémie que l’on savait que l’empereur bouffon ne saurait gérer. Nous sommes dans une période sombre où chacun a désormais la responsabilité de l’énergie qu’il transporte. La responsabilité de choisir entre l’espoir et sa propre noirceur. Nous nous sentons suspendus, en attente. Et peut-être qu’une partie de cette attente sera résolue ce soir.

Rêvons, rêvons qu’existe encore cette île où nous résidions naguère, avant que le monde ne bascule dans ce sempiternel spectacle grotesque. Rêvons que la compétence reprendra le pouvoir, que le simple gros bon sens, la bonté de base seront à nouveau présents en politique. Au quotidien, dans les rues, dans notre train-train, l’humain est somme toute raisonnable. Somme toute empathique, pourvu d’une raison, pourvu de réflexes qui l’amènent naturellement à se tourner vers son prochain. Quelqu’un tombe, tu l’aides à se relever. Le courrier du voisin arrive chez toi, tu le lui apportes. On tient la porte, on laisse passer, on sourit, on dit bonjour. Merde ! On est courtois. On connaît la différence entre le bien et le mal. Nous sommes une majorité à avoir appris ça dans l’enfance. À avoir été suffisamment aimés ou à être assez résilients pour mener une vie simple et même ponctuée de plaisirs. On sait être bons.

Parmi nous nagent cependant les requins. Ils sont moins nombreux que nous, mais ils sont là. Et depuis quatre ans la décence minimale a complètement foutu le camp, et c’est pour ça que ça nous rend fous. Enflure médiatique oblige, et par la position puissante de notre principal intéressé, la connerie a été badigeonnée dans tous les recoins de l’univers, si bien qu’à ce stade-ci, un mandat plus tard, on dirait que c’est la norme.

Mais je refuse. Je refuse de voir cet accident devenir le monde. Le monde, ça n’est pas ça. En dessous de toute cette indécence, il existe encore des milliers de bonnes personnes qui réfléchissent mieux dans ce capharnaüm. Ces gens sont là. Ils sont encore là. Les vous et moi. Les gens qui s’aiment. Les gens qui se renseignent, qui s’éduquent, les curieux. Les gentils. Les drôles, les courtois, les respectueux. Ils sont là. Ils sont là et ils ont le droit de vote.

Que ça soit pour maintenant ou plus tard, laissez-moi rêver. Et croire que tous ces gens ont la force de faire avancer le bateau, de pousser la porte vers un monde meilleur.

Laisser un commentaire

Il fait du bien de lire votre texte aux aurores après avoir parcouru des journaux dont je me disais qu’ils peignaient le portrait d’un monde fou. Et oui, rassurez-vous, il existe encore et toujours des gens de bien qui pousseront la porte de toutes leurs forces vers un monde meilleur. Et souhaitons de tout notre cœur encore sain que l’on détrône l’empereur fou dont son adversaire disait « qu’il était temps qu’il fasse ses valises et retourne chez lui. »

Répondre

Franchement, comment pouvez-vous être si incultes? Peut-être que sa personnalité qui parle franc vous dérange, mais cet homme a donné à son peuple en 4 ans plus que les derniers hypocrites.

Répondre

Incultes ? Le président Trump qui « parle franc » ? Elle est bien bonne celle-là. On sait quand Monsieur Trump ment, c’est quand il ouvre la bouche ! Les preuves de ses « menteries » abondent et sont incontournables et seules les autruches ne voient pas l’évidence. C’est comme nier que la terre est ronde alors qu’on est allé sur la lune… Ça c’est sans parler des atrocités qu’il a commises, par exemple en séparant les enfants de leurs parents pour le crime d’avoir traversé la frontière. L’histoire va le juger très durement.

La seule consolation dans toute cette affaire c’est qu’on ne vote pas pour un président d’un pays étranger et, si on veut se rassurer, on regarde ce qui se passe dans notre cour car quand on se regarde, on se désole mais quand on se compare, on se console !

« … une personnalité qui parle franc… » Vraiment??? Il ment depuis sa naissance ! À tout et à tous, même à son plus GRAND amour, c’est à dire lui même!

Quel triste individu…
Mais être perdant derrière un « slow » Joe, quelle honte.
Dans les dents le bouffon…J’espère

Répondre

Ça fait tellement de bien de lire ça ce matin! Oui, gardons espoir en l’humain. Je commence à me décourager. Espérons que le vent tournera.

Répondre

Si le résultat des élections ne nous plait pas demain,
sautons la guerre civile
et allons directement à la réconciliation.

Vivre en société c’est comme vivre en famille où on peut se détester mais on peut vivre ensemble sans se détruire.

Après tout les démocrates ne sont pas bon pour faire la guerre et les républicains n’ont jamais été civils. Bill Maher.

Répondre

Moi aussi je refuse. Je suis du nombre qui souhaite plus de bienveillance, plus d’éducation, plus de courtoisie, plus de gentillesse. Comment faire croître ces bons sentiments, là est la question! Je ne suis ni pratiquante, ni adepte des religions et des églises, outrée des sévices pratiqués par certains ecclésiastes, mais il fut un temps, pas si lointain ou l’église catholique servait de rempart entre les hommes et les calamités, apportait un pansement sur les écorchures de la vie, sur la peur, la crainte de la mort et de la maladie, la proue du navire dans la tempête, un refuge et une écoute pour les déprimés et angoissés, des réponses parfois discutables aux fléaux, à l’inexplicable, au monde chaotique mais des réponses et des pistes pour le mieux vivre ensemble et entretenir la bienveillance les uns envers les autres. Ce temps est révolu, mais ne faudrait-il pas reconstruire des havres de paix de l’âme, valoriser la vie en communauté, l’entraide plutôt que l’individualisme (moi, mes droits) ? Celui qui dirige présentement la destinée des états désunis américains cultive la division, la haine, la peur de l’autre. Biden propose une voie de secours à la société américaine. Souhaitons-leur ce nouveau dirigeant pour un meilleur avenir pour tous.

Répondre

À part une économie, déjà sur un élan avant qu’il ne soit élu, il faut reconnaître qu’il a quand même accentué ce regain jusqu’à ce que la pandémie vienne montrer sa très grande faiblesse côté Gros Bon Sens.
Je me réjouis en espérant son départ encore possible à cette heure-ci (midi), mais je ne suis pas friand de la mentalité ¨Démocrate¨ non plus. La tendance naturelle de ce parti est elle aussi (tout comme Trump) de favoriser les mieux nantis.
La faiblesse du système américain, c’est l’absence d’un troisième parti qui pourrait tendre à équilibrer les excès des deux partis éternels depuis la constitution américaine, les Démocrates et les Républicains.

Répondre

La bouffonnerie a assez durée.Nous avons tous un grand besoin de réconfort.d`optimisme et de bienveillance en ces temps de pandemie.Je crois à l« ìntelligence de nos voisins Yankees pour que le cirque redevienne sain et équilibré.

Répondre

Je ne suis pas d’accord avec vos propos de bouffonne. Il faut vivre sur un nuage pour se dire que le monde d’hier est l’idéal…n’êtes vous pas aux faits que la misère prend du terrain et que les riches en font une récolte.
61% des américains disent que leur situation s’est améliorée depuis l’arrivée de Trump à la présidence, du jamais vu dans l’histoire américaine.
Le combat de cette homme est le trafic humain, vous savez ce fléau qui est passé sous silence dans nos médias. Comment pouvez-vous être aussi vil envers un homme qui aime sa patrie et que ces mêmes patriotes adorent. Tout ceux qui le détestent sont aveuglés par la haine et sont guidés par cette dernière ce qui ne donne pas les plus beaux résultats de respect et d’amour.
Votre article sent la haine.

Répondre

@ Stella
tRump fait ressortir ce qu’il y a de pire en nous.

Obama est celui qu’on voudrait être, mais tRump est celui que nous sommes dans le fond,

Un petit aperçu de ceux qui ont travaillé avec lui et démissionné, n’en pouvant plus, et ce sont des « républicains »;
…la profondeur de la malhonnêteté de tRump est stupéfiante
…tRump est une menace pour la stabilité du pays…
…au lieu d’unir il divisent les citoyens..
…tRump est en guerre avec la moitié des citoyens du pays, ceux qui ne votent pas pour lui…
… il est temps qu’il débarrasse le plancher il risque de nous entraîner dans une guerre civile…
…de la part de Tillerson,, il est un Fu¢˚π © moron.

Comme si ce n’était pas assez d’être un menteur, un voleur (il vole sa propre fondation de charité pour ses propres intérêts) (il s’est fait poursuivre par les étudiants qui se sont fait arnaquer par son Université Trump) , un hypocrite avec les chrétiens, il a installé à la tête de l’EPA, NOAA. DOE des guidounes de l’industrie du pétrole pour réduire leurs budgets et saboter tous les règlements de protection de la santé et de l’environnement.

Des centaines de Républicains disent pourquoi ils vont voter pour Biden:

https://cleantechnica.com/2020/11/02/hundreds-of-normal-republicans-say-why-theyre-voting-for-joe-biden/

Joe Biden a ses qualités et défauts comme tout être humain normal, tRump n’est pas normal et je comprends Léa Stréliski.

Ho ! Stella! Allume ton étoile brille dans ta nuit, ouvre tes yeux au bon sens et tu verras qui est Trump.