La course aux langues

 

Le bilinguisme est en hausse partout au Québec. De 1991 à 2001, le nombre de personnes se disant capables de converser en français et en anglais a bondi de 35 % à 41 % — et jusqu’à 57 % dans l’île de Montréal.
Les anglophones sont, de loin, les champions du bilinguisme. Les deux tiers d’entre eux sont bilingues. Dans la région de Montréal, plus de la moitié des allophones sont trilingues ou polyglottes.
À l’inverse, 63 % des francophones du Québec sont unilingues. Et 42 % des francophones de l’île de Montréal ne savent pas parler l’anglais…

De plus en plus bilingues…

Francophones bilingues
1991
2001
Au Québec
31%
37%
Région métropolitaine de Montréal
45%
50%
Île de Montréal
51%
57%
Chez les 15-19 ans
42%
Chez les 20-24 ans
54%
Chez les 25-29 ans
54%
Canada moins Québec
81%
85%

 

Anglophones bilingues
1991
2001
Au Québec
58%
66%
Région métropolitaine de Montréal
60%
68%
Île de Montréal
57%
66%
Canada moins Québec
6%
7%

… et trilingues

Francophones trilingues
1991
2001
Au Québec
2%
3%
Région métropolitaine de Montréal
4%
6%
Île de Montréal
6%
9%

 

Anglophones trilingues
1991
2001
Au Québec
9%
11%
Région métropolitaine de Montréal
11%
14%
Île de Montréal
12%
16%

 

Allophones trilingues
1991
2001
Au Québec
47%
50%
Région métropolitaine de Montréal
48%
52%
Île de Montréal
47%
50%
Canada moins Québec
5%
6%

 

Allophones pouvant soutenir une conversation en français
en 1996
en 2001
Au Québec
69%
73%

 

Allophones pouvant soutenir une conversation en anglais
en 1996 en 2001
Au Québec
66%
69%

(Sources : Office québécois de la langue française et Statistique Canada)

Une loi payante

Pourcentage de l’économie québécoise sous contrôle…
étranger
anglophone
francophone
en 1961
13,6%
39,3%
47,1%
en 2003
10,0%
22,9%
67,1%

(Source : Institut C.D. Howe)