La dictature des « A »

« Les Québécois passent l’été à voir les mêmes 50 artistes parader dans des émissions interchangeables, rivalisant de propos mièvres et estivaux. Vite, que l’automne arrive, avec sa télé et sa radio consistantes, ses débats d’idées, sa diversité ethnique et culturelle ! », s’exclame Marie-France Bazzo.

Photo : Daphné Caron

À la radio comme à la télé, les émissions estivales ont atteint leur vitesse de croisière. C’est le paysage habituel : dans un contexte détendu et un décor tropical, des vedettes invitent des vedettes. Évidemment, les « A » sont omniprésents. Y a-t-il encore quelque chose qu’on ignore à propos de Guylaine Tremblay ? Lassitude…

Qu’est-ce qu’une vedette A ? C’est l’ingrédient principal d’un talk-show, d’une émission de recettes, d’un quiz, la farine de la galette télévisuelle, l’épice magique qui fera lever la pâte. On a commencé à en entendre parler à Tout le monde en parle en avril 2016. Le chanteur Pierre Lapointe avait alors craché dans la soupe, exposant les rouages de la dictature des A et accusant ce système informel d’aseptiser la télévision.

A pour aristocratie du showbiz, assurément. Les plus grosses vedettes de l’heure, car la vie de A n’est pas éternelle. La roue tourne. On en parle parce que les diffuseurs veulent attirer un maximum de téléspectateurs et, du coup, imposent la présence de ces hypervedettes aux producteurs des émissions.

Il faut dire que nous possédons, au Québec, un star-system très vivant. C’est d’ailleurs une de nos spécificités culturelles ; ce vaste réservoir de comédiens, chanteurs et humoristes adulés du grand public. Ce vedettariat est nourri par les empires médiatiques, qui pratiquent la convergence par l’intermédiaire de leurs différentes plateformes, font la promotion de leurs stars maison comme s’il s’agissait de produits, et les propulsent partout dans l’empire ou dans la tour.

Mais la raison principale de l’omniprésence des A est le fait qu’ils rapportent une hausse de l’audience, donc des parts de marché, donc de la pub, donc de l’argent ! Résultat : la plupart des émissions veulent des A sur leur plateau. C’est exigé ou tacite ; c’est une convention. Je disais à l’instant que nous avons une galaxie de vedettes bien à nous. Certes, mais ce réservoir est toutefois limité. On voit, saison après saison, les mêmes visages favoris mis à toutes les sauces. À la radio, à l’animation des galas, à la une des magazines, dans la publicité, à la télé : se confiant chez l’un, rénovant chez l’autre, hilare dans un quiz. Une recette keto avec ça ? Avec plaisir ! Go les émissions autour d’un îlot convivial ! La gloire est éphémère ; on en profite pendant que ça passe… sauf que ça donne une télé de l’entre soi, de la plogue à l’infini, du babillage. Je me fous de ton voyage en Afrique ; tu m’as déjà tout raconté dans tes stories Instagram…

Nos vedettes sont donc surexposées. Tant mieux pour elles. Mais le public y perd beaucoup. La profondeur de l’écosystème culturalo-médiatique en arrache. On entend et voit peu de diversité, tant en ce qui concerne les opinions que les expériences, l’âge ou l’origine ethnique. Dans la vie, je suis productrice télé, notamment de Y’a du monde à messe, pour Télé-Québec. Ce diffuseur réclame son lot de A, mais est ouvert à la découverte. Nous avons dans toutes nos émissions deux invités peu connus du grand public, qui font des choses étonnantes, qui se démarquent par leur histoire. Ils sont assis près des A, qui ont parfois l’air bien pâles à côté d’eux. Ces personnages uniques se sont révélés, dès la première saison de YAMM, les préférés des téléspectateurs.

Télé-Québec diffuse aussi une série documentaire qui passionne l’auditoire : De garde 24/7, qui raconte le quotidien d’un hôpital, sans vedettes, sinon les soignants, qui sont vite devenus les chouchous du public grâce à leur humanité profonde.

Le public n’est pas dupe. Il est intelligent. Il est curieux, il veut apprendre. Notre responsabilité de producteurs et de diffuseurs est d’ouvrir des horizons. Le public le réclame. Si le milieu n’était pas centré sur son nombril, il entendrait ce cri. Le public a d’ailleurs droit au meilleur ; c’est lui qui, par le truchement de ses taxes, paie pour les crédits d’impôt qui rendent la télévision québécoise possible. Et le meilleur est souvent la découverte.

Pourtant, les Québécois passent l’été à voir les mêmes 50 artistes parader dans des émissions interchangeables, rivalisant de propos mièvres et estivaux. Vite, que l’automne arrive, avec sa télé et sa radio consistantes, ses débats d’idées, sa diversité ethnique et culturelle !

Ben voyons, c’est une joke !

Nous ne sortirons pas sans mal de la dictature de la culture populaire imposée d’en haut et incarnée par les A. Pour en changer, il faudrait beaucoup d’audace de la part des diffuseurs (et un peu de modestie venant des A).

Comme productrice, j’ai soif de défis.

Comme consommatrice de culture et de médias, j’ai faim de découvertes.

À quand la fin du réchauffé ?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

13 commentaires

Bonsoir,

C’est exactement ce que je me disais au sujet de madame Bazzo, Productrice, intervenante à la radio, à la télévision, commente ici et là sur différents médias. Il serait intéressant d’entendre d’autres voix que cette personne. Elle est partout comme exactement elle l’expose dans ses propos. C’est quand même intéressant qu’une femme si intelligente sans prenne à un sujet dont elle même reflète cette réalité. Elle a surement un agenda personnel ?????? Bref, elle a raison mais pour elle même également , lassitude…..

Répondre

Vous avez bien raison, M. Brisson. Mme Bazzo en profite pour passer ses plogues, comme les autres. Télé-Québec a un créneau différent et la chaîne l’exploite bien, en général. Mais la tentation de nous passer des A couve toujours. À force d’être tannés des Maripier, Guylaine et cie, on finit par aller voir ailleurs ou d’éteindre le poste, tout simplement. Parait que la quantité de gens qui se désabonnent du cable ne cesse pas d’augmenter?….

Vous avez bien raison M Brisson sauf sur un point l’intelligence de Mme Bazzo …. À quand la fin du réchauffé, demande -t-elle, à son départ, cela serait un bon début.

Je suis tellement d’accord avec les propos de Marie-France Bazzo et contrairement à vous, j’en redemande. Elle a de la présence d’esprit, une bonne analyse et des opinions toujours bien réfléchies, j’aime à l’entendre et ce, le plus souvent possible. Il y a peu de femmes qui occupent ce créneau, les femmes ont tellement peur de prendre leur place, mais quand il y en a une qui le fait, bon sang qu’on tape dessus.

Très bonne analyse!
J’ai aussi très hâte de découvrir de nouveaux talent!
StevyTurmel

Répondre

Je suis entièrement d’accord avec Mme Bazzo qui ne manque pas d’audace et bravo !! Elle a entièrement raison, du précuit et du réchauffé, on en peut plus et l’on espère de la fraîcheur…

Tellement d’accord ! L’été c’est un désert culturel. À la télé comme au cinéma d’ailleurs.
Vous êtes sans doute une excellente productrice, mais on aimerait vous revoir animer une émission culturelle comme vous le faisiez autrefois à Télé-Québec.

Répondre

Je n’en reviens pas, je tombe des nues: lire de tels commentaires dénigrants sur l’un des plus beaux esprits féminins du Québec! Ouf, ça vole bas par ici. Mais je suis d’accord avec ceux qui croient que bien au contraire, on ne voit PAS ASSEZ Mme Bazzo depuis la fin de son émission Bazzo Tv. Dieu que cette émission nous manque cruellement à la télévision! Chère Marie-France, cela fait des années que j’espère vous voir de retour. Vos invités étaient extraordinaires, c’était comme une bouffée d’air frais dans la semaine. L’été est un désert culturel, certes, et même pendant l’année, il y a trop de futilités, de divertissements insipides… On oublie ce que pouvait être une véritable télévision d’état.

Répondre

En accord avec Madame Bazzo,
C’est pour ça que je n’ai plus le goût de ces émissions, et je ferme mon téléviseur.
J’aimerais, d’ailleurs la voir plus fréquemment.

Répondre

Je suis tout a fait d’accord avec votre réflexion sur les ‘A’ et je me souviens très bien de ce dimanche à TLMEP Pierre Lapointe m’avait
surpris,mais enfin je jubilais d’entendre une vérité.
quoique cela n’a rien changé.
Votre émission du vendredi est rafraichissante et intéressante.
Merçi

Répondre