La légalisation du cannabis expliquée

Qu’est-ce que la légalisation du pot ? Qu’en pensent les Canadiens ? Quel bilan dressent le Colorado et l’État de Washington après avoir assoupli les lois ? Les réponses dans cette vidéo.

Le Canada est l’un des pays où l’usage du cannabis est le plus élevé au monde, et ce, même si l’herbe y est prohibée. Après l’Uruguay, le Colorado et l’État de Washington — entre autres —, sera-t-il le prochain à légaliser la marijuana ?

C’est du moins ce que souhaite le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau. Ce sera un enjeu à surveiller aux prochaines élections fédérales, cet automne.

Mais d’ici là, qu’est-ce que la légalisation du cannabis ? Qu’en pensent les Canadiens ? Quel bilan dressent le Colorado et l’État de Washington un peu plus d’un an après avoir assoupli les lois ?

Les réponses dans cette vidéo.

[brightcove id=’4273286700001′ width=’800′ height=’450′]

À voir aussi :

Les vidéos L’actualité 101 >>
La légalisation du cannabis rapporte gros au Colorado >>
Place au cannabis médical… pour les enfants >>
Légalisation du cannabis : une ruée vers l’or vert ? >>
Place au Cannabiz ! >>
Uruguay : le «meilleur pays du monde» ? >>

Les commentaires sont fermés.

Explication claire. Merci mesdames,Catherine Marineau-Dufresne et Mathilde Roy. PS: j’aurais voulu aussi, savoir « un peu » , sur le bilan que font les pays européens qui ont légalisé ou » tolèrent » le cannabis. Car ça fait plus que 11mois …chez eux , contrairement aux États Unis .

Ça alors, du côté des arguments pour, « contrôle de la qualité » vient avant « endiguer le marché noir » !

J’ai beau être nettement moins éloigné, autant idéologiquement que géographiquement, du Parti libéral du Canada que de l’ex-Parti communiste italien, il n’empêche que nos ennemis communistes, comme le le sénateur Girolamo Li Causi ou le député Pio La Torre (assassiné par la mafia) étaient des personnages d’une autre trempe que Trudeau junior et même, chose plus surprenante, que nos amis du Colorado, chez qui on s’attendrait à trouver un esprit plus « tough on crime ». Dans les années 1980-90, en Italie, la branche « law and order » de la gogauche – car il y en avait une, comme c’est exotique ! – avait un plan élaboré et surtout, une raison bien précise pour légaliser la drogue. Des gens comme le célèbre réalisateur Francesco Rosi s’étaient fait l’écho de cette idée.

Légaliser la drogue (enfin, certaines drogues), c’est une opération pour attaquer la mafia. La drogue est LA source de revenu la plus importante du crime organisé. Légaliser la drogue, c’est lui ôter d’immenses ressources. Et c’est dans cet esprit, pour cette raison prioritaire, que ça doit se faire. Présentement, avec les ahuris du Bloc Pot récupérés par le Parti libéral fédéral, ce n’est pas du tout l’esprit de la chose. Le jour où on légalise la drogue, c’est d’abord et avant tout l’aboutissement d’une opération policière et juridique très élaborée pour couper l’herbe (si vous excusez le jeu de mots) sous le pied de la racaille homicide des différentes mafias, motards et cie.

Alors qu’en fait, c’est la même chose qu’il s’agit de faire – légaliser la marijuana – l’esprit de la chose, par contre, n’est pas le même. Or, les raisons pour lesquelles on fait une chose peuvent être aussi importantes que la chose elle-même. Je trouve que Trudeau, que les Conservateurs attaquent pour sa consommation de drogue, rate l’occasion d’une magistrale réplique « law and order », qui lui permettrait de rivaliser avec le Parti conservateur sur un terrain dont il croit avoir le monopole, et qui plus est, avec une idée forte que des conservateurs ne peuvent pas suivre. Je suis sûr que ça pourrait rapporter à M. Trudeau des électeurs de plus… tant qu’il ne fait pas la gaffe de mentionner le PCI, bien entendu !! (Ne dites à personne que je vous ai parlé du sénateur Li Causi, c’est un secret).