La mari dans tous ses états

Produire, vendre et consommer de la marijuana sera légal au Canada à compter du 1er juillet 2018. L’aventure en quelques chiffres.

(Photo : iStockPhoto)

6 milliards

Revenus prévus qui seront générés par la vente de cannabis en 2021, selon le groupe financier Cannacord.

675 millions

Revenus potentiels, en taxes, pour les gouvernements du Canada et des provinces la première année, selon l’Institut C.D. Howe, groupe de réflexion économique et social situé à Toronto.

9 $

Prix de vente optimal pour un gramme de cannabis, recommandé par l’Institut C.D. Howe. Du cannabis trop abordable en favoriserait la consommation, alors qu’au contraire un cannabis trop cher aiderait le marché noir à se maintenir.

4,6 millions

Nombre projeté de consommateurs (assidus et occasionnels) de marijuana au cours des 12 premiers mois suivant la légalisation. Ce nombre comprend les consommateurs actuels ainsi que les nouveaux.

1,3 milliard

Valeur boursière, en dollars, de Canopy Growth (symbole boursier : WEED), un des leaders de la production et de la distribution du cannabis médical au Canada.

9,6 millions

Budget, sur cinq ans, de la campagne de prévention du ministère de la Santé du Canada contre la conduite avec facultés affaiblies par la drogue.

30 grammes

Quantité de pot qu’il sera permis de transporter sur soi.

4

Nombre de plants qu’il sera permis de faire pousser à la maison pour consommation personnelle.

42

Producteurs autorisés de cannabis à usage médical au pays en ce moment. Ottawa prévoit en augmenter rapidement le nombre.

18 ou 19 ans

Âge légal pour consommer de la marijuana, selon la province de résidence. L’Association médicale canadienne avait recommandé de fixer l’âge minimum à 21 ans, en raison des répercussions de la mari sur les cerveaux encore en développement.

14 ans

Peine maximale d’emprisonnement que risque une personne arrêtée pour vente de cannabis à des mineurs.

0

Les emballages ne devront comporter aucune couleur vive ni design attrayant pour les jeunes. Aucune publicité ne sera permise.

SAQ cannabis ?

Ottawa va approuver et réglementer la substance, mais ce sont les provinces qui auront la responsabilité de la distribution et des prix. Québec optera-t-il pour le privé ou pour une société d’État?

Les commentaires sont fermés.

Tous ces chiffres me donnent le tournis.

C’est quand au juste la dernière fois où vous avez vu des prévisions faites par des organismes gouvernementaux se réaliser tel quel? Hein?

Je vais vous faire une prédiction: la vente par l’État de cannabis ne règlera rien aux problèmes budgétaires des gouvernements. RIEN! Tout comme la vente d’alcool, les tickets de loterie et autres n’a réduit ou annihilé notre dette collective. Pire, ça fera en sorte que nos gouvernements trouveront d’autres « besoins » à combler dont nous ne soupçonnons même pas l’existence et se serviront de l’argent neuf comme levier pour nous endetter encore davantage, comme il le fait d’habitude.