La nouvelle cuisine de Mario

L’été a apporté à l’ADQ près de 7 000 nouveaux membres. Cet automne, les adversaires du jeune chef feront tout pour gâter la sauce.

Tombera, tombera pas ?
Beaucoup de conversations de bord de piscine, de tables de pique-nique et de perrons de chalet auront tourné cet été autour de la popularité de l’Action démocratique du Québec et de son chef. Le soufflé mitonné par Mario Dumont – qui aime bien les métaphores culinaires – allait-il s’écrouler sous les vents de l’automne ? « Ça ne va pas durer, m’affirmait un militant péquiste. Il a atteint un sommet trop vite. Et Bernard Landry a du ressort. »

« Il est bien parti », soutenait plutôt un ex-militant libéral, désabusé par le manque de vigueur nationaliste du PLQ. « S’il continue à dire que les Québécois ne sont pas obligés de parler Constitution, s’il promet d’accorder plus d’importance aux choix individuels, d’offrir les services publics de façon plus humaine, il ne lui restera qu’une chose à faire pour devenir premier ministre : inviter des candidats d’envergure à se joindre à lui pour pourvoir les postes de ministre de son futur gouvernement. »

On y travaille. Selon Marc Snyder, vice-président du parti et responsable du recrutement des candidats, l’ADQ a trouvé cet été un « gros nom » pour le ministère des Finances ou celui de la Santé. Qui ? Et pour lequel des deux ? Snyder ne le dira pas ! Du moins pas avant cet automne.

Les leaders dits « régionaux » ont aussi répondu à l’appel. Le maire de Mirabel, Hubert Meilleur, a adhéré à l’ADQ. Un conseiller municipal de Saint-Hyacinthe, Bernard Sauvé, également. À lui seul, au cours de l’été, ce dernier a vendu 500 cartes de membre. Au total, en trois mois, de mai à la fin de juillet, l’ADQ a recruté 6 716 membres. Pour un parti qui disait au début de l’année avoir 10 000 « membres et sympathisants », ce n’est pas rien !

Mais l’ADQ a besoin de plus que ces cartes de membre à cinq dollars pour faire face aux prochaines élections. Une campagne provinciale de financement s’annonce d’ailleurs pour l’automne. Et certains jours de juillet, la permanence du parti était aussi grouillante d’activité qu’une pâtisserie de village à l’aube d’une journée de noces.

Qui aurait cru il y a six mois que Mario Dumont, 32 ans, susciterait autant d’émoi ? Unique député depuis huit ans d’un parti marginal, le jeune père de famille de Cacouna s’interrogeait sur son avenir. Lorsque, le 1er mai 2002, L’actualité remit en couverture sa tête de « gérant » de Future Shop (« Le résistant de Cacouna »), il y en eut beaucoup pour soupirer d’ennui. Quelques semaines plus tard, le 17 juin, des candidats de l’ADQ remportaient trois des quatre élections partielles. De plus, un sondage révélait que un Québécois sur deux voulait voir l’ADQ former le prochain gouvernement.

Être candidat de l’ADQ ne semblait soudainement plus une hérésie. Léon Courville, ex-numéro deux de la Banque Nationale, donnait discrètement des conseils à Mario Dumont. Le Beauceron Marcel Dutil, de Canam Manac, ne faisait plus de secret de son appui. « Jusqu’en mars, on était une PME », dit Marc Snyder, qui n’a pris que deux jours de congé cet été. « Maintenant, on est une grande entreprise. Avec des besoins de régie interne un peu plus importants ! »

Si Marc Snyder, 33 ans, aime les comparaisons d’affaires, Mario Dumont préfère les images culinaires. Il a déjà répondu à des journalistes qui le houspillaient sur sa position constitutionnelle que la question nationale « marinait ». (L’image est habile, car on peut aussi en conclure qu’on la cuira bientôt, aussitôt que la marinade aura fait son œuvre !)

Mario Dumont, qui a déjà mitonné des grands-pères au sirop d’érable et du risotto au parmesan à l’émission Infoman, à Radio-Canada, apprécierait sans doute cette autre métaphore d’un vieux libéral : « En perdant Dumont et son groupe, en 1992, le Parti libéral a perdu son sel. Ces jeunes-là étaient porteurs des valeurs phares du PLQ. Sans eux, plus personne ne sait ce que le parti incarne. »

La popularité de l’ADQ est-elle la simple réaction de mauvaise humeur d’un électorat qui y réfléchira à deux fois avant de confier l’État à une bande de députés inexpérimentés ?

Pour tenter de répondre à cette question, L’actualité a demandé à deux ex-conseillers politiques – l’un péquiste, l’autre libéral – de nous dire ce que leur parti doit faire pour retrouver la faveur des électeurs.

Trouver le commentateur libéral ne fut pas simple. Plusieurs personnes refusèrent, après réflexion. Finalement, John Parisella, ancien conseiller de Robert Bourassa, releva le défi. Conscient qu’il allait « se faire des ennemis », nous a-t-il dit.

John Parisella, tout comme Jean-François Lisée, ex-conseiller de Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard, prend au sérieux la popularité de l’ADQ. Et tous deux pressentent que, sous un discours « à droite », Dumont est l’héritier d’une tradition québécoise qui « gouverne au centre ». De là la menace. Réelle. Tangible. Car Mario sait cuisiner. Reste à savoir s’il pourra résister aux assauts de ses adversaires – qui voudraient bien gâter la sauce – et préserver l’harmonie dans sa cuisine, où bon nombre de nouveaux marmitons se bousculent. L’automne sera épicé.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie