La nouvelle mission des musées

J’aime l’art, mais je me demande de plus en plus si les administrateurs de musée aiment les gens comme moi.

Photo : Christian Blais pour L’actualité

Bien des gens — et j’en suis ! — sont déroutés devant la crise qui secoue présentement le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC). Il est question de congédiements nombreux et inexpliqués, d’employés inquiets, de donateurs furieux, d’un ministre du Patrimoine interpellé et d’une direction qui parle la langue de bois, tout cela en raison d’un plan stratégique intitulé Transformer ensemble.

Vu l’état des lieux, on comprend que le premier mot compte davantage que le deuxième ! Et la transformation recherchée n’a rien de banal. Pour reprendre l’expression de la directrice par intérim Angela Cassie, en entrevue à la radio de Radio-Canada il y a quelques jours : « Nous sommes ici pour créer des expériences d’art transformatrices. »

Qu’est-ce que cela signifie ? En gros, que les musées ont désormais pour vocation de nous montrer comment juger une œuvre selon des critères non pas artistiques, mais plutôt de justice avec un grand J.

J’ai bien dit « les musées », car au Canada comme partout, la marche à suivre dans le milieu a pour nom « décolonisation ». Les rencontres du Comité international pour la muséologie se tiennent même sous ce thème depuis trois ans. Le MBAC est simplement à l’avant-garde du mouvement.

On peut en voir pour preuve le fait que Mme Cassie n’a ni diplôme en art ni travaillé auparavant dans ce domaine. Lorsqu’elle a été embauchée en janvier 2021, elle arrivait du Musée canadien pour les droits de la personne de Winnipeg. La toute nouvelle directrice du MBAC, Sasha Suda, lui avait donné le mandat de s’occuper d’inclusion et, sur cette base, d’élaborer une stratégie pour le musée.

Lorsque Mme Suda est soudainement partie travailler à Philadelphie, il y a quelques mois, Angela Cassie s’est retrouvée catapultée à la tête du MBAC. Elle a néanmoins poursuivi la réforme entreprise par Mme Suda, qui avait congédié des membres de la direction du musée dès sa nomination en 2019. À la mi-novembre, Mme Cassie a à son tour mis à la porte quatre professionnels d’expérience.

Du coup, les médias se sont intéressés à l’affaire. Le Musée des beaux-arts du Canada a beau donner peu d’informations, le Globe and Mail estime que de 30 à 40 personnes sont parties depuis trois ans.

Ce n’est pas accidentel : dans le nouveau monde muséal, il s’agit non seulement de revoir les collections, mais aussi de changer la manière même de gérer les établissements. L’expertise est tassée au profit de valeurs à porter et à suivre sans critiquer — d’où le mouvement de personnel au MBAC.

Le visiteur, lui ? Bof ! Il s’habituera. Sinon, tant pis. Car le visiteur habituel rentre mal dans le cadre de ce grand rebrassage : il est vieux et blanc, alors qu’on le veut désormais issu de la diversité.

Je me sens directement concernée.

J’adore fréquenter les musées d’art. Pour moi, aucun voyage ne peut se concevoir sans faire un tour dans tous ceux que je croise, et il m’est fréquemment arrivé de me déplacer dans le but précis d’aller voir une exposition. À Montréal, je garde l’œil ouvert pour ne pas manquer les œuvres qui m’attirent, dans les musées, les maisons de la culture ou les galeries d’art.  

De temps en temps, j’achète des œuvres aussi. Outre le plaisir que j’en retire, j’estime que c’est une responsabilité citoyenne d’encourager les artistes quand on en a les moyens. (Finances obligent, je reste quand même raisonnable !)

Qu’est-ce que je recherche ? Une source d’admiration. L’imagination, le renversement de perspective, l’hyperréalisme : tout ce que permet la formidable créativité humaine, qu’elle soit faite de beauté ou de provocation. Et je chéris la liberté des artistes comme individus. Je n’attends pas d’eux qu’ils portent le poids de toute une civilisation ou d’une analyse sociologique.

J’aime surtout qu’un lieu rende possible cette rencontre entre un artiste et moi. Mais je ne veux pas qu’on me tienne la main pour s’assurer que je ressens bien ce qui est attendu.

Concrètement, cela signifie que je ne vais pas aller voir une exposition qui souligne à gros traits le machisme de Picasso, comme il a été de mise à Québec l’an passé ainsi qu’à Paris cette année. Picasso est un monstre, Picasso est un génie. Il n’est pas un humain modèle, mais son œuvre le dépasse, nous dépasse, et c’est elle qui m’intéresse.

Autre exemple : mes vacances dans l’Ouest l’été dernier m’ont permis de constater que qui dit musées canadiens dit maintenant art autochtone au premier plan. Fort bien. Mais on y souligne tellement l’incompréhension des Blancs à l’égard des œuvres présentées que j’ai perdu toute envie de me procurer un jour un masque haïda, issu d’un art dont la beauté me fascine depuis mon premier passage en Colombie-Britannique il y a des années.

Le message est bien rentré : je ne suis pas digne de l’objet. Mais est-ce que ça aide les artistes autochtones ? Pas sûre…

Encore une anecdote ? Il y a quelques semaines, je suis allée au Musée des beaux-arts de Montréal pour voir les photographies de Diane Arbus. À l’entrée de la salle, une mise en garde était affichée : les titres associés aux photos étaient ceux d’origine, on s’excusait donc que certains soient désormais inappropriés pour nos yeux d’aujourd’hui.

J’ai soupiré fort puis, tout le long du parcours, j’ai cherché les titres choquants. Preuve de mon esprit obtus : je n’ai pas trouvé. Mais quelle distraction durant ma visite ! Et il m’a semblé puissamment ironique qu’une photographe qui s’est efforcée de montrer la réalité crue — des pauvres, des marginaux — soit maintenant présentée avec un enrobage de précautions en raison des mots qu’elle employait. Misère !

Je sais bien qu’en ce moment, le milieu culturel et intellectuel occidental est obsédé par l’idée de changer les mentalités, ce qui profite à toute une industrie de formation à l’inclusion et à la diversité. À chaque époque ses curés — et comme à toutes les époques, les masses se moquent dès qu’ils ont le dos tourné.

Dans le cas des musées, la « moquerie » est facile. L’exposition donneuse de leçons ne me convient pas ? Je n’irai pas. Il y a d’autres manières de profiter de la vie.

Mais quelle pitié pour les artistes contemporains soumis aux nouveaux codes du bon goût et pour les grands collectionneurs grâce à qui les musées ont bâti leur réputation et qui voient maintenant ceux-ci lever le nez sur leurs prêts et leurs dons.

J’ai quand même un reste de bonne foi : je suis moi aussi disposée à contribuer à la décolonisation en cours ! Je peux prendre sous mon aile tous les Picasso, Gauguin, Rembrandt qui pèsent sur la conscience des directions de musée, le temps que chacun retrouve ses esprits. Et j’ai beaucoup de patience.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Merci madame Boileau ! Vous exprimez tout à fait ce que je ressens devant cette nouvelle mode de « décolonialisme » dans les institutions culturelles.

Répondre

Bonjour madame Boileau,

Vous nous entretenez d’un sujet, à la limite, triste aujourd’hui. Mme Bazzo en parlait hier dans sa chronique de La Presse. Le vieux, l’ancien, l’hier et l’avant, c’est du passé qu’on ne veut plus voir. Il faut en parler, la cohabitation est possible. Bonne journée

Répondre

Excellent article, comme tout ce qu’écrit Mme Boileau. Cependant, il y a une coquille : c’est de Diane Arbus qu’il s’agit, et non de Diane Airbus.

Répondre

Madame,
Quel plaisir de vous lire ce matin. Tout ce que je ressens et constate (et je ne suis pas la seule, bien sûr) de la préoccupante mouvance actuelle dans les musées me désole.

Vous réitérez ce qu’on a entendu ces derniers temps, mais c’est soumis avec tant de finesse. Cette approche est rafraîchissante à l’heure où, sans subtilité, on nous force à adopter une vision reniant tout contexte historique, social ou culturel.

Merci de votre chronique.

Chantal Hétu

Répondre

Bravo, bravo. ENFIN, une dose de gros bon sens ! Je suis tellement fatiguée de tous ces discours sans discernement au nom de la diversité, du bannissement de tant de trucs. Tannée de cet environnement dit « évolué » qui renie à qui mieux mieux l’histoire, la réalité biologique et tutti quanti. MERCI !

Répondre

Nous avons éprouvé le même agacement profond que celui de Mme Boileau lorsque nous avons visité des expositions dernièrement. Nous imposer une vision du monde, nous endoctriner, est-ce devenu la nouvelle mission des musées? Nous sommes bien conscients de toutes les injustices subies par certaines minorités, visibles ou non, mais ce n’est pas en démontrant une telle intolérance et un tel dogmatisme qu’on convaincra les gens d’adhérer. De grâce, laissons aux amateurs d’art leur sens critique, leur plaisir, leur liberté d’évaluer par eux-mêmes ce qu’ils voient…cessons de les infantiliser car ils sont en général très capables de faire une lecture adéquate et juste des œuvres, sans morale et sans interférence indue. Rien de plus choquant que d’être d’emblée mis dans la catégorie des gens qu’il faut mettre en garde et « décoloniser ». Ça nous rappelle les bons temps du communisme et de ses camps de rééducation. Et ça enlève l’envie de mettre à nouveau les pieds dans certains musées.

Répondre

Excellent article, merci de vous exprimer sur ce sujet.

Il y a deux absurdités dans ce phénomène.
Premièrement, ce sont les contribuables qui paient pour ces changements dans la culture et les musées et il n’est pas certain que la majorité approuve.
Deuxièmement, beaucoup beaucoup d’artistes se trouvent exclus des aides financières car ne correspondent pas aux critères de cette » diversité » et/ou de ce nouveau « bon goût » moralisateur imposé. La diversité devrait inclure tout le monde mais ce n’est pas le cas. C’est plutôt une « exclusivité » qui est appliquée. Faire de l’art et en vivre est difficile pour tous les artistes sauf une infime partie. C’est vrai que les institutions ne peuvent pas subventionner tout le monde et c’est normal d’avoir des critères. Mais il faut rester honnête envers la population et les artistes et, très important, laisser la liberté de création à ces mêmes artistes.

Répondre

Les collectionneurs qui achètent de l’art créé par les artistes qui fonctionnent totalement libres de leur création sont extrêmement importants, surtout dans le contexte actuel. Acheter une œuvre est non seulement une acquisition de patrimoine vivant afin de pouvoir côtoyer l’art dans son quotidien, mais également une prise de position quant aux esthétiques, aux démarches de création qu’il.elle souhaite voir continuer d’exister à travers le temps… Les collectionneurs font partie intégrante de l’histoire de l’art et des changements sociaux.

Merci madame Boileau. Nous aussi, nous en avons ras-le-bol. Riopelle sera-t-il le prochain ‘homme blanc médiocre’ aux yeux du MBAC. Ouf.

Répondre

Vous avez tellement raison, et ce phénomène de décolonisation à tout prix a envahi également les universités où de nouveaux curés sévissent !

Répondre

Excellent texte. Mme Boileau fait état de la situation au MBAC. Pour ceux que ça intéresse, il en va de même de l’autre côté de la rivière au Musée canadien de l’histoire. C’est aussi tragique. Quelle tristesse de voir nos grands musées nationaux sombrer alors qu’ils ont tant à offrir.

Répondre

Tout à fait d’accord. Les musées veulent donner des leçons de vie, nous faire « feeler cheap « ! Je connais de jeunes adultes qui sont dégoûtés par le paternalisme révisionniste du MBA de Montréal et qui ne veulent plus y mettre les pieds !

Répondre

Je croyais qu’il y’avait déjà sir le territoire canadien des musées dédiés spécifiquement aux autochtones, musées à la fois archéologiques (avec les artefacts) qu’historiques, qu’artisanales que certains autres voués aux collections d’artistes autochtones de notre époque. Est-ce à dire que ceux-ci ouvrirons aussi leurs portes pour démontrer leurs ouvertures à toutes les autres cultures des communautés canadiennes de toutes origines sans avoir vraiment à contribuer? Les considérez-vous ,si intéressé aux cultures des autres pour ce faire? Où faites vous le choix de nous en gavé de force pour sauver les apparences de ce qui n’est pas en notre esprit de personnes dites non autochtone.

Répondre

Je me sens comme vous! Parce qu’en finalité ces gestionnaires n’inventent rien, ils ne font que détruire sous l’égide des « formidables », la nouvelle secte de certains administrateurs qui croient pouvoir penser à notre place. Et tout niveler, partout, pareil mais vers le bas….La politique s’invite maintenant au Musée U détriment de ses usagers! Grande grande tristesse.

Répondre

Bien dit Madame! Riopelle s’en foutait pas mal des curés! Borduas aussi d’ailleurs et ils ont révolutionner l’art avec un grand A dans les années 60? Il y a 60 ans de ça? Ma question est la suivante? On fait quoi avec les curés pseudo vertueux d’aujourd’hui? Ils proviennent souvent d’un milieu anglo-saxon aussi mais pas tous, mais collectivement, on fait quoi avec ces moralisateurs débiles?

Répondre