La vie en solo… dans les livres et à l’écran

Mal du siècle, la solitude ? Visiblement, cette idée a la vie dure, même chez les auteurs et les réalisateurs. En effet, pas facile de trouver des histoires complètes qui célèbrent le quotidien avec uniquement son propre soi ! Néanmoins, en fouillant un peu, on tombe sur quelques titres où des personnages semblent plutôt bien s’accommoder de cette solitude, quelle qu’en soit la forme.

La vie en solo… dans les livres et à l’écran
Photo : J. Furniss/WireImage/Getty

Mal du siècle, la solitude ? Visiblement, cette idée a la vie dure, même chez les auteurs et les réalisateurs. En effet, pas facile de trouver des histoires complètes qui célèbrent le quotidien avec uniquement son propre soi.

« Dans la littérature, la vie en solo est plus souvent une obligation pénible qu’une source de bonheur ! » constate Martine Desjardins, auteure et chroniqueuse littéraire à L’actualité.

Néanmoins, en fouillant un peu, on tombe sur quelques titres – certains récents, d’autres plus anciens – où des personnages semblent plutôt bien s’accommoder de cette solitude, quelle qu’en soit la forme.

LIVRES


 

Les rêveries du promeneur solitaire
(écrites entre 1776 et 1778)
Jean-Jacques Rousseau

Composées de 10 chapitres, ces Rêveries se veulent des réflexions sur le bonheur, sur la nature profonde de l’Homme et de son Esprit, sur la quête d’une vie paisible et sur la relation fusionnelle qu’on peut développer avec la nature. Il est question, dans la « Neuvième promenade », de l’amitié et des relations sociales avec les autres.

 


 

 

Walden dans les bois (1854)
Henry David Thoreau

Ce récit raconte les deux ans, deux mois et deux jours que l’auteur a passés seul dans une forêt. Thoreau y évoque les effets positifs de la vie en solitaire et les rencontres qu’il a faites dans ce bois, notamment celle d’un jeune bûcheron canadien-français tranquille et solitaire, comme lui.

 

 


 

Racontars arctiques
(écrits entre 2004 et 2008)
Jørn Riel

Dans ces 10 recueils non dénués d’humour, l’auteur danois raconte des petites histoires d’hommes qui vivent parfois seuls, parfois à deux, à l’époque de l’exploration du Groenland (entre 1900 et 1950). Ces trappeurs solitaires quittent parfois leur refuge et leur silence pour aller visiter un ami… en n’oubliant pas, dans leurs expéditions, de traîner avec eux leurs bouteilles de tord-boyaux.

 

 


 

 

Le gourmet solitaire (2005)
Jirô Taniguchi

On nous présente, dans cette bande dessinée, un homme d’affaires qui préfère vivre seul et qui apprécie plus que tout goûter à des plats dans divers restaurants pour faire renaître en lui des souvenirs enfouis… ou susciter des rencontres furtives.

 

 


 

L’élégance du hérisson (2006)
Muriel Barbery

Renée, personnage central de ce succès d’édition, est veuve et concierge d’un immeuble bourgeois. Cultivée, elle vit seule et sereine avec son chat, Léon, et sa montagne de livres. Elle se lie d’amitié avec certains voisins et chérit la solitude autant qu’elle la craint.

 

 


 

Mange, prie, aime (2008)
Elizabeth Gilbert

Divorcée à 31 ans, dépressive et désemparée, l’auteure plaque tout et reconstruit sa vie : elle part découvrir la bouffe en Italie, la spiritualité en Inde et le bonheur en Indonésie. « À travers une mosaïque d’émotions et d’expériences culturelles, elle a su conquérir le cœur de millions de lectrices qui ont aimé pleurer et rire avec elle. Et qui rêvent de changer de vie, elles aussi… », résume le site Amazon.fr.

 

Dans les romans policiers, il est coutume pour les inspecteurs, détectives et autres commissaires de vivre seuls pour mieux se plonger dans leurs complexes enquêtes. On pense par exemple à :

Hercule Poirot (héros de l’auteure anglaise Agatha Christie)
Kurt Wallander (personnage créé par le Suédois Henning Mankell)
Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander (du Suédois Stieg Larsson dans la trilogie Millenium)
Adam Dalgliesh (de l’Anglaise P.D. James)

 

ESSAIS

Les nouvelles solitudes
Marie-France Hirigoyen
Hachette Livre, 2008

Les territoires de l’intime
Robert Neuberger
Odile Jacob, 2000

Les célibataires
Pascal Lardellier
Le Cavalier bleu, 2006

Pour ne pas vivre seul(e) : Figures et déguisements de la solitude
Michèle Declerck
L’Harmattan, 2008

Inventer le couple
Philippe Brenot
Odile Jacob, 2003

 

SUR LE WEB

On Not Living with a Partner : Unpicking Coupledom and Cohabitation
Sasha Roseneil (Université de Leeds, Royaume-Uni)

Publiée dans le Sociological Research Online en 2006, cette étude s’intéresse aux gens qui n’habitent pas avec leur partenaire et explore la diversité des formes de relations dans la société d’aujourd’hui (par exemple, les gens en couple qui préfèrent vivre séparés).

The Living Alone Guide
(en anglais seulement)

Avec beaucoup d’humour, l’édition américaine du magazine féminin Marie Claire présente sur son site un guide complet à l’intention de la femme moderne qui habite seule, mais « avec style ». Au menu : des recettes chic pour une personne et des observations humoristiques sur la vie en solo (« Pour : pas de vaisselle sale d’une autre personne dans votre évier ; contre : bon Dieu, toute cette vaisselle sale qui traîne est bien la vôtre ? »).

 

TÉLÉ ET FILMS

Vivre en solo
Documentaire de Doïna Harap
Québec, 2003, 52 minutes

Vivre seul
Documentaire de Chloé Hunzinger
France, 2006, 52 minutes

Sex and the City
Des quatre new-yorkaises de la populaire série télé, Samantha (incarnée par l’actrice Kim Cattrall), croqueuse d’hommes notoire, est celle qui a le plus besoin de vivre seule pour se sentir parfaitement heureuse. Dans le premier film inspiré de la série, elle en viendra même à rompre avec son amant, Smith (avec qui elle emménage quelque temps), effrayée de partager son quotidien avec quelqu’un d’autre que sa bien-aimée personne.

Seinfeld
Jerry, Kramer, Elaine et George, quatre célibataires dans la trentaine, occupent tous un appartement en solo à New York. Leurs activités principales : saboter leurs relations amoureuses et se réunir chez Jerry ou au café pour entretenir leur cynisme à l’égard du quotidien de la vie. Pour plusieurs, Seinfeld a été la première série télévisée « postmoderne » depuis Monty Python’s Flying Circus.

James Bond
Mis à part l’épisode Au service secret de Sa Majesté (1969) dans lequel Bond, interprété par l’acteur australien George Lazenby, se marie avec Teresa di Vicenzo (assassinée le jour même de leurs noces!), le célèbre agent 007 vit pleinement sa vie de célibataire, où se succèdent néanmoins, l’espace d’une ou deux soirées, plusieurs conquêtes…

 

* * *
Vous connaissez des livres, des films ou des séries télévisées (d’ici ou d’ailleurs) où il est question de la vie en solo perçue de manière positive, mais qui n’ont pas été nommés dans cette liste ? Partagez-les avec nous en utilisant la boîte Commentaires au bas de cette page !