Lac-Mégantic : un futur centre-ville trop vert ?

L’urbaniste qui a conçu le plan de reconstruction du centre-ville de Lac-Mégantic défend sa proposition en entrevue avec notre journaliste.

Le grand espace de verdure qui occupera la zone incendiée du centre-ville de Lac-Mégantic sera-t-il fréquenté par sa population ? Y entendra-t-on des rires d’enfants ou un silence oppressant ? La Ville a-t-elle les moyens de se payer une passerelle panoramique et une terrasse d’observation des étoiles ?

Si les Méganticois ont généralement bien accueilli le plan de reconstruction qui leur a été présenté le 17 juin dernier, ils se posent encore bien des questions quant à l’avenir de leur centre-ville.

À VOIR AUSSI SUR LACTUALITE.COM :
Le photoreportage «Lac-Mégantic : des gagnants et des perdants» >>

Marc Perreault, l’urbaniste de l’agence montréalaise IBI/DAA dont la Ville de Lac-Mégantic a retenu les services pour ce projet, explique les choix qui ont été faits… et rappelle que le plan final ne sera déposé qu’à l’automne.

*      *      *

La Ville empochera moins de revenus de taxes, si c’est un parc qui remplace les commerces et résidences qui ont brûlé. Que répondez-vous aux citoyens qui s’en inquiètent ?

Il est possible que le centre-ville ne génère pas autant de taxes qu’auparavant. Mais ce que les gens oublient, c’est que le quartier Fatima en générera beaucoup plus, puisque le supermarché Metro, la pharmacie Jean Coutu et la SAQ vont s’y reconstruire.

Ces bâtiments flambant neufs, d’une valeur qu’on n’aurait jamais pu espérer dans ce quartier dévitalisé, contribueront à l’assiette fiscale de la Ville. (NDLR : Ces commerces ayant obtenu un congé de taxes de cinq ans, c’est le Fonds Avenir Lac-Mégantic qui assumera la facture durant cette période.)

La Ville dispose aussi de nouveaux revenus. Les commerçants sinistrés qui louent des espaces dans les condos commerciaux construits par la Ville pour les reloger lui versent des loyers.

plan-megantic-1
Cliquez sur l’image pour la grossir

(Légende de la carte)

En bleu : bâtiments à caractère public ou institutionnel
En rouge : zone commerciale, incluant cafés-terrasses
En orangé : zone mixte, commerces au rez-de-chaussée et logements à l’étage
En jaune : zone résidentielle
En rose : bureaux

Certains craignent que cette forêt urbaine manque de vie…

Les gens qui vivent dans le voisinage immédiat du centre-ville nous ont en effet dit qu’ils auraient préféré que le quartier se reconstruise encore davantage, même s’ils apprécient la percée visuelle sur le lac qu’offre cet espace vert. Il est donc possible que l’on diminue la largeur de cette percée visuelle s’il y a un réel désir de rebâtir.

Mais de nouveaux projets domiciliaires ont déjà vu le jour ailleurs dans la ville depuis l’an dernier, et la croissance de la demande en logement est à peu près nulle à Mégantic. Si personne ne veut reconstruire au centre-ville, je préfère voir un espace vert plutôt que des lots vacants en attente de construction.

La Ville a offert aux propriétaires de terrains de la zone incendiée d’acquérir leurs lots. Quelle est la proportion de gens qui ont déjà cédé le leur ?

La moitié du futur espace vert appartient déjà à la municipalité. Quelques propriétaires nous ont dit que pour eux, il était hors de question qu’ils cèdent leur terrain à la Ville, mais c’est marginal. Et il y a 40 % d’indécis, qui attendent de voir l’offre qui leur sera faite avant de prendre une décision.

Les 39 immeubles toujours debout au centre-ville seront-ils conservés, ou démolis et remplacés par des bâtiments neufs ?  

La décision n’est pas encore prise, car on ne sait pas ce que le gouvernement acceptera de payer. Il faut tenir compte de plusieurs paramètres ; certains immeubles sont contaminés par le pétrole, d’autres non. Pourra-t-on en décontaminer certains et en démolir d’autres ? C’est une question de faisabilité autant économique que technique. Pour l’instant, il n’y a pas lieu de penser qu’on va tout raser et rebâtir en neuf.

Lors de la consultation publique, les gens nous ont d’ailleurs dit qu’ils souhaitaient conserver les bâtiments, et ils nous ont demandé de prendre soin de leurs propriétaires, qui ont été secoués dans tout ça. Mais dans certains cas, même si la population souhaitait garder les bâtiments, ce sont les propriétaires qui ne veulent pas retourner au centre-ville !

Le plan provisoire prévoit aussi beaucoup de nouveaux éléments, comme un marché public et une passerelle panoramique. Est-ce que le gouvernement acceptera de payer tout ça ?

La Ville a un travail à faire au préalable. Nous devons déterminer, avec le plus de justesse possible, le coût de chaque élément et ce qui, selon nous, devrait être financé par le gouvernement — et ce qui devrait être de responsabilité municipale. Si la proposition n’est pas équilibrée, le gouvernement la rejettera simplement.

Les gens de Mégantic ont une belle qualité : ce ne sont pas des rêveurs. Lorsqu’ils ont vu les propositions, ils ont tout de suite dit : c’est trop beau pour être vrai, vous n’allez pas nous bâtir tout ça d’un coup !

Nous leur avons demandé de nous dire ce qu’ils trouvaient le plus intéressant et le moins intéressant parmi ces propositions. Celle du marché public a, par exemple, été très bien accueillie.

Sur d’autres aspects, il faudra effectuer certaines révisions. Au cours de l’été, la population pourra continuer de se prononcer par l’intermédiaire du site Internet de la consultation publique Réinventer la ville.

Nous espérons pouvoir présenter un plan qui va tenir la route sur le plan financier à l’automne.

Un mémorial rappelant la catastrophe sera érigé. Sa forme a-t-elle été déterminée ?

Pas encore. Au cours de la consultation publique, la population a formulé des directives très claires au sujet de sa sobriété et de sa localisation, soit l’endroit où se trouvait le Musi-Café [le bar où se trouvait la majorité des victimes].

Nous avons pris l’engagement de consulter les familles de façon privilégiée pour déterminer la forme qu’il aura.

Le plan prévoit la construction d’un «équipement culturel». S’agira-t-il d’une salle de spectacle ?

Ce bâtiment devra présenter beaucoup de polyvalence. Ce pourrait être une salle de cinéma se transformant en salle de spectacle au besoin. Une partie de cet édifice devrait avoir une vocation muséale. Nous ne voulons pas en faire un musée de la catastrophe, mais les gens qui viendront visiter Mégantic voudront sans doute voir quelque chose sur cet événement historique.

Des gens d’affaires locaux, dont le Groupe Action Mégantic, ont été déçus du plan…

Oui, ils souhaitaient quelque chose de plus grandiose. Mais à l’échelle de Lac-Mégantic, il vaut mieux être plus prudent et d’abord voir l’importance de la clientèle touristique que l’on peut attirer, plutôt que de se retrouver avec un éléphant blanc. Dans ce cas-ci, small is beautiful !

Le futur centre-ville de Lac-Mégantic en animation 3D

La Ville de Lac-Mégantic a rendu publique une animation 3D du plan préliminaire de reconstruction de son centre-ville.

Pour la voir, c’est par ici :

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

trop despaces verts.amenager un espace pour les jeunes pres du centre sportif,exemple pour les planches a roulettes

En cliquant sur la carte pour l’agrandir, on voit qu’un parc pour les planches à roulettes est prévu (numéro 3 sur le plan) près du futur marché public. L’endroit où il serait implanté pourrait changer.

Dans l’ensemble, je trouve que le plan est bien réfléchi, résolument tourné vers un re-développement de la ville…et n’oublions surtout pas que ce dernier est PRÉLIMINAIRE.

Le seul point avec lequel je suis fondamentalement en désaccord est le fait que toute trace de la voie ferrée semble être oblitérée. Sans maintenir les rails tels qu’il le sont, je crois qu’il est fondamental d’en garder une trace, un rappel. Lac-mégantic ne peut tout simplement pas se permettre nier cet élément si étroitement lié à son développement, tant urbain qu,économique et social.

Retirer le souvenir du chemin de fer, c’est également effacer de la mémoire collective ce qui est à la base de cette tragédie, mais qui fait partie de son histoire, avec tout ce que cela comporte.

De plus, quelle serait la signification d’une gare ferroviaire en plein centre-ville si cette dernière n’est plus, ne serais-ce que symboliquement, reliée au chemin de fer? Il serait à mon avis impardonnable de décontextualiser ce témoin privilégié de l’histoire des méganticois, à une époque où le transport ferroviare était nettement plus florissant.

Bien que provenant d’un contexte tout autre, le High Line de New-york constitue un excellent précédent de maintien de « l’esprit du lieu » fortement imprégné du langage ferroviaire. Devons-nous copier ce type d’intervention à Lac-Mégantic? Absolument pas, mais s’en inspirer, certainement.

Méganticois et méganticoises, je vous invite à participer en grand nobres aux consultations concernant le futeur de VOTRE ville. Vos opinions, peu importe votre contexte personnel, contribueront à forger un centre-ville à VOTRE image.