Éducation : l’arabe à la petite école

Pour une quatrième année, c’est l’arabe qui est la langue d’origine la plus enseignée dans le cadre du Programme d’enseignement des langues d’origine, devançant l’espagnol et le tamoul.

Photo ©Adam Kazmierski / Getty Images
Photo ©Adam Kazmierski / Getty Images

Mieux un enfant connaît sa langue maternelle, plus il aura de facilité à apprendre le français, estime le ministère de l’Éducation du Québec, qui investit près de deux millions de dollars par année dans le Programme d’enseignement des langues d’origine (PELO). En ce moment, plus de 6 000 élèves du primaire suivent des cours pour améliorer leurs connaissances de leur langue maternelle. Ceux-ci sont offerts gratuitement, à l’école même, souvent le midi ou après les heures de classe. Le programme est également ouvert à tout élève désirant apprendre une nouvelle langue.

À la commission scolaire de Montréal (CSDM), c’est l’arabe qui, pour une quatrième année, est la langue d’origine la plus enseignée dans le cadre du PELO, devançant l’espagnol et le tamoul. « Ce programme facilite la bonne intégration des familles à la société québécoise, en tissant des liens durables entre les parents et l’école », dit Brigitte Lemay, conseillère pédagogique à la CSDM.

Les commentaires sont fermés.

Je ne comprend tellement pas cette démarche, mais alors là, pas du tout!!!
Étant moi même une immigrée, je vois pas en quoi l’apprentissage de sa langue maternelle favorise l’apprentissage du français….
Et qu’en plus le gouvernement investisse des montants d’argent dans un tel programme me dépasse , alors que la langue française est si mal maîtrisée par les jeunes québécois! Les parents immigrants sont largement outillés pour transmettre assez de connaissance de leur langue maternelle pour pouvoir communiquer avec leurs familles et leurs pairs…
Qu’on favorise l’apprentissage du FRANÇAIS m’apparaît essentiel à l’intégration des immigrants, alors que d’encourager la langue maternelle restreint le cercle et « getthorise » les ethnies sur leur terre d’accueil. Les parents transmettent les traditions, l’histoire et la langue aussi…ça fait partie de notre rôle patrimonial. Dans cette ère de coupures budgétaires, il serait temps de réévaluer nos besoins réels et de prioriser justement notre terre d’accueil car ,après tout , nous l’avons choisie en pleine connaissance de cause et savions que le français était la langue officielle. Et j’espère sincèrement qu’elle le demeurera!

je raconte mon experience quand nous sommes arrives au canada il ia 10 ans mes enfants etait ages de 12, 7 et 2 ans les plus agees on reussi ses etudes jusqua cegep memme remarcablemente (une de elles etait championne de dicte dans la region au primaire) mais le plus jeune parlais memme pas sa langue maternelle puis il a eut de la dificulte jusqua redubler le 4eme anne de primaire maintenant apres des annes de soutien de la parte de diferentes intervenants et beaucoup de demarches pour les avoir je pense que ca aurai etait beaucoup plus simple et moins dispendieux pour la comission scolaire avoir acces a un simple course de langue maternelle (comme se fait d’ailleurs dans la norvege ou la reussite scolaire est quasiexcellent), ironiquemente a l’ecole nous ont toujours dit « parlez en francais avec lui a la maison » et evidentement notre francais est tres limite mais en plus les parents inmigrants o pas en general sont egalemente outilles pour transmetre assez de connaissance de leur langue maternelle memme les francophones et la « getthoisacion » des etnies est un fenomen multifactoriel, et l’aprentisage de n’importe quelle langue peut se faire pendant le procesus d’integration de l’immigrant (comme arrive aux etats unis avec les immigrants illegaux depuis decennies) et pour finir sont deux les langues officielles au Quebec ,desole pour mon francais aproximatif ( i am better in english et mi español es todavia mejor).

1- Je ne comprend pas pourquoi, vous n’avez pas pu, au Québec, comme vous pourriez le faire n’importe où dans le monde, comme dans votre pays, apprendre votre la langue maternelle, au minimum orale, selon vos coutumes qui vous sont propres à votre plus jeune.
2- Il n’y a pas 2 langues officielles au Québec, mais seulement une: le français.
3- Je ne comprend pas en quoi, apprendre à bien parler et écrire sa langue maternelle à l’école peut améliorer l’apprentissage de la langue dans un nouveau pays…lorsqu’on y est déjà surtout. L’apprentissage d’une nouvelle langue est comme l’apprentissage de sa langue maternelle par un enfant. L’enfant au début, ne sait ni parler, ni écrire, il ne comprend aucun mot…dans aucune langue. Il apprend et comprend graduellement, puis acquiert du vocabulaire et sa compréhension grandit. Arrive un jour ou il apprend à écrire dans sa langue maternelle, la langue dont jadis il ne connaissait et comprenait aucun mot.
Je ne vois pas ce qu’il y a de différent pour apprendre une nouvelle langue, surtout si cette nouvelle langue lui est parlée au minimum 6-7 heures chaque jour à l’école et par ses camarades.
Un jour mes enfants dont la plus vieille avaient 4 ans ont été gardés chez mes voisins qui étaient Pakistanais. La dame, ne parlait qu’un peu l’anglais mais pas mes enfants à cet âge là. La dame ne parlait pas du tout le français. Alors elle leurs a parlé qu’en Pakistanais comme à tout les autres membres de la maison et tout les autres membres de la maison aussi. En quelques semaines, mes enfants comprenaient tout ce qu’ils devaient comprendre pour que cette dame puisse communiquer avec eux…à cet âge et commençaient à dire des mots aussi dans cette langue.

C’est complètement IDIOT, INSENSÉ. Je ne crois aucunement en cet avancé que cela favorise l’apprentisage du français au contraire. Encore un accommendement inutile. Une dépense qui serait bien plus acceptable serait d’enrichir leur cours de français durant ces heures offertes qui en plus leur sont offertes gratuitement. L’apprentissage de leur langue appartien aux parents de ces enfant. Qui donc prend ce genre de décision imbécile.