Le blocage québécois

La souveraineté est devenue un projet inoffensif, sans substance, déplore Gabriel Nadeau-Dubois. « Nous sommes un peuple fier, qui a déjà vu grand. Or, nous semblons l’avoir oublié… »

Gabriel Nadeau-Dubois est titulaire d’une maîtrise en sociologie. Tête d’affiche du mouvement de grève étudiant, en 2012, il est chroniqueur à la radio et dans les médias écrits, et auteur d’un essai percutant, Tenir tête (Lux Éditeur, 2013). (Photo: Raphaël Ouellet)
Gabriel Nadeau-Dubois est titulaire d’une maîtrise en sociologie. Tête d’affiche du mouvement de grève étudiant, en 2012, il est chroniqueur à la radio et dans les médias écrits, et auteur d’un essai percutant, Tenir tête (Lux Éditeur, 2013). (Photo: Raphaël Ouellet)

Depuis plus de quatre ans maintenant, dans les salons du livre, lors de conférences ou dans la rue, les gens me posent la même question: doit-on voir la grève étudiante de 2012 comme une victoire ou comme une défaite? Après tout, me fait-on systématiquement remarquer, les libéraux ne sont-ils pas revenus au pouvoir? N’ont-ils pas poursuivi, voire radicalisé, leur politique d’austérité?

Ce sont des questions embêtantes, mais légitimes, et il est normal que les avis divergent sur le bilan à faire de cette mobilisation sans précédent. Ce n’est cependant pas sans raison si certains sont encore dubitatifs quant aux effets réels du mouvement de 2012. Dans le déchaînement des passions politiques se révèlent souvent des vérités qui dérangent, et dans le cas qui nous occupe, le sentiment général a été celui d’un Québec divisé, ambivalent. Si ce conflit a été pour les uns une magnifique source d’espoir et pour les autres une cause d’exaspération, voire de colère, c’est parce que l’enjeu des droits de scolarité, qui ne concernait pourtant directement qu’une minorité de la population, s’est confondu avec le blocage généralisé de la société québécoise. Si le débat s’est envenimé, c’est parce qu’il illustrait à maints égards une impasse plus profonde.

Depuis au moins 15 ans, on assiste à la montée d’un conservatisme économique qui s’enracine dans une vision catastrophiste du Québec, de son économie, de son État: nous serions pauvres, surendettés, surtaxés, en retard sur nos voisins à presque tous les égards. Le manifeste Pour un Québec lucide demeure l’une des expressions les plus claires de ce discours, et depuis sa publication, il ne s’est pas passé une session parlementaire sans qu’un député ou un ministre justifie une décision en invoquant la dette ou la prétendue pauvreté du Québec. Dix ans après la publication de ce document, ses lignes de force sont encore reprises dans les communiqués du gouvernement au pouvoir. Sur les plus grandes tribunes médiatiques, on rappelle chaque jour les raisons de cette soi-disant médiocrité québécoise: trop de programmes sociaux, trop d’impôts, trop de syndicats. Et chaque jour, on propose les mêmes solutions: moins de public, plus de privé, moins de redistribution et de solidarité, plus de «réalisme» et de «flexibilité».


À lire aussi:

Assurer la survie du Québec


Cette logique s’est radicalisée depuis peu, atteignant son point culminant en 2015-2016 lorsque le gouvernement libéral a mis en place les mesures d’austérité les plus draconiennes du monde développé, après le Japon et l’Australie. C’est sur la base de ce calcul que l’économiste Pierre Fortin, pourtant signataire du manifeste mentionné plus haut, a accusé publiquement Philippe Couillard de «jouer avec le feu» en visant trop rapidement l’équilibre budgétaire. En effet, depuis l’arrivée de ce dernier au pouvoir, les médias rendent compte chaque semaine des conséquences humaines de cet entêtement comptable: recours au sociofinancement pour se payer des soins d’hygiène en CHSLD, réductions de services dans les écoles défavorisées, fermeture d’un centre d’accueil, révision à la baisse des heures d’ouverture des bibliothèques dans les cégeps et les universités, etc. Puisque le gouvernement ne montre aucune volonté de générer de nouveaux revenus pour l’État, tout indique que cette situation deviendra la norme. De surcroît, cette politique de déconstruction, qui frappe de plein fouet les personnes les plus vulnérables de notre société, nous est présentée comme la seule possible. Dans l’espace public, il devient de plus en plus difficile de formuler une proposition sans devoir prêter allégeance aux principaux dogmes de cette nouvelle religion politique.

Gabriel Nadeau-Dubois Essai exergue 1

On aurait pu croire que les effets délétères de cette politique d’affaiblissement des formes institutionnelles de la solidarité sociale suffiraient à la décrédibiliser. Or, malgré la multiplication des scandales, les progressistes québécois semblent incapables d’articuler une réponse convaincante. Devant la force des attaques, les personnalités et organisations progressistes adoptent généralement une posture réactive, défensive, modérant (avec raison) le ton catastrophiste de leurs adversaires. Comme si, à force de vouloir sauver les meubles, et par crainte de «faire le jeu de la droite», elles peinaient à admettre l’existence de problèmes réels. À écouter certains débats, on a l’impression qu’il faudrait soit adhérer sans partage au «modèle québécois», soit le combattre avec acharnement. C’est notamment chez les représentants du mouvement syndical, constamment critiqués dans l’espace public, que ce défaut se manifeste avec le plus d’acuité: piégés par les attaques souvent démagogiques de leurs adversaires, ils se voient souvent contraints de se replier sur une position de défense du statu quo et des acquis que celui-ci comporte effectivement pour la population. Est-ce dire que s’ils étaient épargnés par l’austérité, les services publics québécois seraient en parfait état?

En position défensive dans l’arène politique comme dans l’espace public, la gauche québécoise semble avoir perdu sa créativité, son audace. Elle a la plupart du temps peur de dire son nom, et quand elle le fait, c’est généralement en utilisant un langage et des symboles qui n’atteignent plus personne. Dans un absurde revirement de situation, ce sont donc les représentants de la droite, particulièrement dans sa version la plus démagogique, qui se sont emparés du thème du changement social, et ce sont les progressistes qui apparaissent aux yeux de nombreux salariés comme les défenseurs du statu quo. La gauche québécoise, à laquelle j’appartiens, ne doit pas accepter de se faire enfermer dans ce rôle.

VIDÉO | Défi 60 secondes : Gabriel Nadeau-Dubois

[brightcove id=’5071253848001′ width=’800′ height=’450′]

Un blocage semblable me semble à l’œuvre en ce qui a trait au débat sur le statut politique du Québec. Dans le camp des souverainistes, les difficultés électorales des dernières années ont suscité un climat de panique, en particulier au sein de la génération qui a fondé le Parti québécois et qui craint aujourd’hui de ne pas voir l’indépendance se réaliser de son vivant. Ce souverainisme soupirant ou «tragique» génère globalement deux types de stratégies. Les plus pessimistes prêchent un retour au nationalisme conservateur, axé sur la défense de l’identité canadienne-française, quitte à abandonner provisoirement (ou non?) la question de l’indépendance. D’autres versent plutôt dans le volontarisme, arguant qu’il suffirait de «mieux définir» le projet ou d’en faire une promotion incessante, sur toutes les tribunes, pour que les Québécois y reprennent goût. La plus récente course à la direction du PQ, dont le résultat n’est pas connu au moment d’écrire ces lignes, illustre bien la désorientation politique de ce parti. Pendant que les militants des différents camps s’affrontent au sujet de la stratégie référendaire, une majorité de Québécois, à commencer par les jeunes, se désintéressent du projet d’indépendance. Cela s’explique peut-être par le fait que, au-delà de ces différences stratégiques, le projet de pays a, au fil des années, été vidé de sa portée révolutionnaire, de son caractère transformateur pour la société, pour être relégué à un simple changement d’ordre constitutionnel. En vertu d’un phénomène semblable à celui qui affecte la gauche, il semblerait qu’à force de répondre aux campagnes de peur du camp fédéraliste, à trop vouloir rassurer leurs concitoyens, les indépendantistes ont dédramatisé le processus d’accession à la souveraineté au point d’en faire un projet inoffensif, sans substance, sans passion. À cet égard, l’expérience du référendum de 1995 est porteuse d’enseignements: comme l’a montré une étude des sociologues Gilles Gagné et Simon Langlois, le noyau dur des partisans du Oui était bel et bien d’origine francophone, mais ceux-ci ont majoritairement appuyé l’option indépendantiste parce qu’elle «était aussi un projet de transformation de la société». Il y a là une leçon à retenir: on ne suscitera aucun enthousiasme, on ne provoquera aucun élan populaire en promettant un changement de drapeau et un siège à l’ONU. Si elle n’est pas synonyme de changements sociaux réels et concrets, je ne vois pas comment l’indépendance peut redevenir un projet mobilisateur, notamment pour les jeunes. Or, comme Jacques Parizeau l’avait bien compris, on ne fait pas un pays contre sa jeunesse, et celle que j’ai appris à connaître en 2012 ne se reconnaît ni dans le «nous» frileux des conservateurs ni dans l’économisme étroit des gestionnaires. Il y a là une leçon à méditer, qui est peut-être la condition du renouvellement du mouvement indépendantiste québécois, auquel j’appartiens.

On le voit bien, sur l’axe gauche-­droite comme sur l’axe fédéraliste-­souverainiste, le débat n’avance plus. Nous avons depuis de nombreuses années les mêmes discussions, nous ressassons les mêmes arguments. Plus généralement, c’est notre manière de parler de la politique elle-même qui est brisée. Nous la concevons de plus en plus comme un arbitrage rationnel d’intérêts, comme une manière d’arriver à tout prix à un «compromis», et de moins en moins comme un conflit civilisé entre des visions du monde et des identités collectives. L’emploi constant de concepts comme celui de «gouvernance» ou d’«acceptabilité sociale», dans les grands médias comme chez les intellectuels, est symptomatique de cet assèchement intellectuel de notre vie politique: nous la réduisons de plus en plus à des enjeux techniques, comptables, nous la mettons en scène comme une joute entre experts dont le droit et le marché sont les seuls arbitres. C’est sans doute pour cette raison qu’autant de citoyens, particulièrement les plus jeunes, se désintéressent de la chose publique.

Gabriel Nadeau-Dubois Essai exergue 2

Cette technocratisation de la vie publique explique en partie le pourrissement du débat dans certains milieux, au fur et à mesure que la frustration (à maints égards légitime) d’une portion grandissante de la classe moyenne est redirigée vers des boucs émissaires de circonstance: les immigrants, les autochtones, les «BS», les étudiants, etc. En dépouillant le débat politique de sa charge affective pour le confier à des experts, nous avons ouvert la porte à de nouveaux démagogues qui, en politique comme dans le monde des médias, ont construit leur carrière sur la création et l’attisement de fausses divisions: Montréal contre Québec, les automobilistes contre les cyclistes, les «intellectuels de ce monde» contre les travailleurs, les immigrants contre les «de souche», etc. Le triste spectacle que nous offre la campagne présidentielle américaine devrait nous servir d’avertissement quant aux résultats potentiels d’une telle dégradation du débat public.

Il ne fait aucun doute qu’une portion appréciable de la population québécoise est insatisfaite, voire indignée, de la direction que prend le Québec depuis plus de 20 ans. Nombre de sondages l’ont montré: une majorité de nos concitoyens sont inquiets de l’avenir. Cette inquiétude génère périodiquement des poussées de protestation, dont le mouvement «Je protège mon école publique» et l’opposition citoyenne aux projets d’oléoducs sont les plus récents exemples. Or, ces épisodes de revendication collective restent généralement limités à certains milieux ou enjeux, et de mouvement en mouvement, nous peinons à voir se dessiner un projet de société cohérent. Car l’indignation en elle-même ne peut faire qu’un temps. Les mouvements de colère qu’elle déclenche, c’est l’espoir qui a le pouvoir de les transformer en véritable force de changement. Voilà peut-être ce qui nous manque, voilà peut-être ce dont nous avons besoin pour sortir de nos blocages: de l’espoir.

Disons-le: il est fort peu probable que cet espoir émane de notre classe politique actuelle, responsable de la situation présente en plus d’être rongée par le cynisme. Il existe bien sûr des élus qui œuvrent de façon honnête à l’Assemblée nationale, des hommes et des femmes qui ont le sens du service public. Malheureusement, cette bonne volonté ne pèse pour rien lorsque c’est la dynamique politique elle-même qui s’est enrayée. Le Québec a besoin d’un grand ménage politique, et celui-ci ne pourra advenir qu’en s’appuyant sur une large mobilisation sociale. Nous n’avons pas à tout inventer: à plusieurs égards, l’impressionnante campagne de Bernie Sanders aux États-Unis nous donne des pistes à suivre.

Nous sommes un peuple fier, qui a déjà vu grand. Nous sommes un peuple fort. Or, depuis quelques années, nous semblons l’avoir oublié. Comme si nous nous étions arrêtés en chemin, par lassitude peut-être, ou alors parce qu’on nous a répété qu’il était impensable d’aller plus loin. Pour ma part, je sens que nous avons la possibilité et surtout le devoir de nous remettre en marche. Nous sommes un peuple de défricheurs, capable d’ouvrir de nouveaux sentiers. Comme beaucoup de mes concitoyens, j’ai envie de contribuer à cet effort. Mais je sais que pour accomplir ce que nous n’avons jamais accompli, il nous faudra faire ce que nous n’avons jamais fait. Nous avons une tâche énorme devant nous. Il est temps de nous mettre au travail.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

109 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Le problème de la gauche québécoise est qu’elle veut le beurre, l’argent du beurre et le cul de fermière. C’est la politique du give me! Give me! Give me! Mais on cède quoi en contre-partie? Je vais vous en suggérer des politiques de gauches : Fini les subventions aux entreprises et en contrepartie les entreprises ne paient plus d’impôt! Gratuité des études jusqu’à la troisième année du baccalauréat, mais en contrepartie il faut terminer ses études en trois ans (avec une session de grâce et impossibilité de changer de programme – de toute façon les places seraient contingentées)! Logement gratuit aux plus pauvres, mais en contrepartie, ceux-ci s’organisent en coopératives et ils voient à s’occuper de l’entretien de leurs bâtiments (au lieu que ce soit des employés municipaux). La gauche reproche à la droite d’avoir sacralisé les forces du marché alors qu’elle glorifie l’intervention de l’état au-delà de toute logique. Quand on investit davantage pour devenir chauffeur de taxi qu’ingénieur ou qu’avocat, on devrait voir que l’intervention de l’état est détraquée!

Sans doute, cet arrangement qui prend et qui donne peut fonctionner en partie et je ne crois pas qu’on devrait penser les dépenses publiques sans les relier aux finances publiques. Cependant, vos exemples posent problèmes : pourquoi l’impôt est si impopulaire alors que c’est une mesure progressive qui (théoriquement) prend plus de ceux qui ont plus ? Les milliards sur lesquels sont assis les supra-compagnies sont des milliards inefficaces qui ne donnent absolument rien à la société : le trickle-down economics est un modèle tout simplement faux, plus d’argent chez certains n’équivaut pas plus d’investissement dans la société.
Vous semblez penser que les plus pauvres sont capables de s’occuper de l’entretiens des bâtiments. Sans doute ce n’est pas si compliqué, mais rajoutez tous les problèmes typiquement présents chez les pauvres (dépendances, maladies mentales, handicaps etc.) et oui c’est pas si facile ou automatique.
De même, vous pensez que les étudiants devraient, à quelque chose comme 19 ans savoir exactement vers où ils s’en vont dans la vie? Rajoutez encore une fois les problèmes liés aux personnes issues de milieux défavorisés et encore une fois, non, ce n’est pas si facile. Quand on a l’image d’un jeune relativement mature pour son âge, la question qu’Il faut se poser, c’est si cette image est un jeune venant d’un milieu aisé ou non, ayant aucune maladie, aucun handicap quel qu’il soit, aucun problèmes familiaux, etc. Personnellement, les carriéristes de 19 ans me font peur, pas ceux qui font leur bout de chemin.

@M. Garceau. J’aime beaucoup vos exemples. On prend les exemples extrêmes pour justifier des interventions murs à murs. Je reviens sur le logement social, c’est drôle moi je vois les bénéficiaires des logements sociaux comme des gens qui peuvent contribuer à la société, de façon sûrement plus limitée, mais qui peuvent contribuer. Et qui sait, une fois qu’on leur donne la chance de s’occuper de quelque chose peut-être retrouveront-ils un sens de la dignité qu’on semble leur refuser en les infantilisant.

Oui, vous avez raison qu’on infantilise peut-être et si on peut essayer quelque chose de nouveau, allons-y. Je ne suis pas vraiment pour le mur-à-mur, ni à gauche comme à droite (le mur-à-mur de droite, c’est un débrouille-toi tout seul généralisé, peu importe ta situation). Je crois qu’on sur-responsabilise autant en disant parfois qu’on a le monde, les politiciens, le système qu’on mérite comme s’il suffisait de le vouloir pour le changer. Ce n’est pas si simple et pour arriver à des mesures sociales efficaces, il faut tenir compte de toutes les situations, pas justes celles qu’on a la faculté d’imaginer, comme ça, dans l’abstrait.
Cependant, la plupart des filets sociaux efficaces devraient se poser la question suivante : est-ce que cela coûte plus cher d’investiguer sur les cas de chacun ou de rendre le service grosso modo accessible à tous ? Voilà la belle ironie que certains refusent de voir en face : plus de service est parfois plus efficace car il coûte, au total moins cher que d’engager des bureaucrates et des enquêteurs chargés de s’assurer que le citoyen est admissible. Dans beaucoup de cas, de manière pratique beaucoup plus que de manière théorique, c’est l’universalité l’option la moins chère et c’est les milliers d’exceptions qui sont coûteux pour rien.

Le mensonge démagogue de la droite est de peinturer la gauche comme étant celle qui vole les Québécois a l’OS , quand dans les faits la droite est au pouvoir depuis 49 ans , Ce qui est évident quand on regarde la réalité c’est que les particulier paye plus que les entreprises , quand les entreprises payent de quoi , on en viens donc a un débalancment évident des finance publique , au lieux de couper dans les projets spéciaux a caractère spéculatif trompeur et fraudeur qui ne sont profitable qu’a certain privé. Une vrai politique de gauche commence par faire enfermer les fraudeur et complice de vol d’état comme vous et a saisir a 100% tout les avoir de ceux ci pour se rembourser du détournement de fond public a certain privé. Les subventions aux entreprises ne devrait jamais existé au public seulement des prêts avec participation au profit et position de pouvoir maximum devrait être données avec intérêts plus haut que ceux du marché pour que les entrepreneur sérieux se dépêche a les rembourser en priorité. Augmentation des impôts des entreprises a 70% pour rembourser leur fraude dettes publique de 280 plus milliard , avec deux remboursement de 15% après 2 ans et 4 ans. La gratuité Scolaire qui fonctionne ailleur n’est pas relier dans le temps car bien des gens ayant des diplôme se perfectionne , change de domaine et se renouvelle en plus long en étant sur le marché du travail et en ayant une famille. Les problèmes vienne justement du contingentement on protèege certaine profession nécessaire et leur profit en diminuant l’offre disponible créant une fausse rareté qui nous coûte cher. Les HLM on vus les fond qui se chiffre en milliard qui y sont attribuer être détourner vers des projet privé sans relation avec l’habitation aux pauvres et ce au trois palier gouvernmental , municipal , provincial et fédéral. La droite est en charge depuis 49 ans avec pour résultat que les fonds public sont détourné au privé et les revenus public volé par les employé privé mis en charge de les collecter Dans les fait le système a été inverser on fait payer les citoyens pauvres pour les riches de droite qui nous vole tous individuellement et colectivement a chaque seconde. Utlisateur payeur ne fonctionne pas quand c’est une compagnie , malgré que ce sont eux les plus gros utilisateur et pollueurs Il n’y as pus place a la négotiation et au mensonge du passé qui on été prouver être faux et endetter la majorité des citoyens , il est temps de se faire rembourser par ceux qui on été privilégier et aministier a tord par les vieux parti corrompus et mafioser et ramener du réalisme au gouvernement en abbatant et sortant les vieux parti et la droite démaguogue. On se doit de aussi ramener les péages pour le transport de marchandise car les entreprise s’amuse a construire au frontièere des territoire pour ne pas payer de centre ou il devrait payer des impôts et avec la venus de l’internet beaucoup d’etreprise internationnal ne font pas la collecte des impôts et taxes qu’elle devrait malgré qu’il sont utilisateur de produit géolocalisé ( Uber en est un bonne exemple , mais pas le seul ) . Mais bon on as des individus comme toi qui parle d’impôts , quand les vrai riche n’en paye pas mes collecte des subventions et aide a l’employabilité et ré-éducation de plusieeur centaine de millions par entreprises sans fournir rien en retour. Les papier Péladeau , papier Legault , Papier Charest , papier Couillard , Papier Marois démontre toutes des fraudes d’Argent publique et évitement fiscal illégaux de plusisuer milliard anuellement d’argent publique , mais pour toi ce qui compte ce sont les taxes aux entreprises. Correction se qui t’intéresse vraiment c’Est de payer encore moins que le minimum que tu paye déjà en te promenant dans ton auto au gas , sur une route frauder 100 fois , pour aller porter tes enfant a une école prvé qui est financé par le publique a 80% ce que nulle part ailleur sur la planèete on fait.

Bla bla bla…même si nous pourrions diviser vos propos par 16, nous obtiendrions tout près de -20 de réalité.

Patrice Leclerc , Et voilà le problème dans votre monde de droite-dette de fou , l’addition de nouveaux revenus publique , la multiplication des service aux citoyens , qui payent tout eux et la sustraction des fraudeur et voleur de nos milliard publique n’existe pas , malgré des dizaine de commission le prouvant sans jamais récupéré d’argent . Le réalisme pour vous est une croyance que Bla bla bla est un argument inteligent et final , ce qui en est rien et selon votre barême inconu vous donne – infini de réalité …

Près de 40 ans de propagande néolibérale a ancré dans la tête des gens que nous n’avons pas le choix, que nous devons nous soumettre aux prétendus impératifs économiques, comme si l’économie était le résultat de forces naturelles, et non de décisions humaines. « There is no alternative » martelait Mme Tatcher, et nos politiciens québécois, depuis les années 80, nous répètent la même chose, en d’autres mots. Il me semble que la tâche de la gauche serait de proposer d’autres alternatives crédibles, de montrer que l’on peut aborder les problèmes auxquels nous faisons face autrement. Malheureusement, la gauche québécoise, comme l’exprime bien M.Nadeau-Dubois, est en mode réaction. On combat certaines décisions de nos élus, on dénonce leur gestion comptable et l’austérité, mais on ne propose aucune alternative. On se cantonne à un discours basé sur la défense des droits des minorités et sur la justice sociale; on évite trop souvent d’aborder franchement certaines questions, comme celle d’un certain malaise face à l’immigration, accusant ceux qui s’expriment sur le sujet de frilosité, voire de racisme, niant qu’il y ait un problème en s’abritant derrière un discours politiquement correct. On évite de parler de sujets qui préoccupent beaucoup les Québécois, comme l’endettement de l’État ou la création d’emplois – ou alors, on parle d’économie verte et on propose des absurdités, comme l’a fait Mme David, affirmant que QS allait créer 200 000 emplois dans les transports en commun -, alors qu’il existe pourtant des économistes de gauche qui abordent ces questions de manière crédible et novatrice. Du coup, on a abandonné le champ de bataille à la droite et à l’extrême-droite qui elle, n’hésite pas à instrumentaliser ce mécontentement populaire et ce qui préoccupe les gens pour se faire du capital politique.

On accuse la droite de provoquer la polarisation du débat public, mais la gauche participe, elle aussi, à cette polarisation. Le dialogue social est rompu, on s’invective entre Inclusifs et Identitaires, entre les partisans des partis « traditionnels » et ceux de QS ou d’ON, entre les défenseurs du modèle québécois et ceux qui le considèrent comme obsolète, entre fédéralistes et souverainistes on accole à l’autre une étiquette infamante, refusant d’entendre ce qu’il a à dire. On ne recherche plus les compromis nécessaires afin de préserver un climat social uni. Chacun tente d’imposer sa vision comme étant la seule possible.

Nous avons besoin d’une gauche populaire et rassembleuse, un peu à l’image de Podemos en Espagne, qui réussit à rallier aussi bien l’électorat de gauche qu’un électorat qui votait plus à droite auparavant. Ce qui veut dire être à l’écoute des uns et des autres, de leurs préoccupations, de leurs peurs aussi, et d’y apporter des réponses nouvelles. Y compris sur la question de la souveraineté du Québec. Être « maîtres chez nous », slogan qui a porté la révolution tranquille, est un vaste programme où l’accession à notre souveraineté politique n’est que le couronnement d’une émancipation nationale qui pourrait prendre des formes beaucoup plus consensuelles que le sempiternelle débat sur la tenue ou non d’un référendum, et quand. Je crois que la majorité des Québécois, qu’ils soient fédéralistes ou souverainistes, veut que nous sortions de notre marasme actuel. Redonnons au Québec son élan, fédérons les Québécois autour de grands projets et, le souverainiste que je suis en est convaincu, ce mouvement d’émancipation nationale va donner aux Québécois le goût d’être complètement maîtres chez nous éventuellement.

Ça c’est un regard lucide… N’en demeure pas moins que la voix de GND devrait se faire entendre dans un parti politique indépendantiste. Il y serait probablement plus utile pour faire avancer la cause, lui redonner son caractère révolutionnaire… Je le verrais bien député aux prochaines élections. Il dépasse déjà beaucoup d’élus sans substance et sans idéaux qui sévissent à l’assemblée nationale.

Quant à la gauche Québécoise, beaucoup la réduisent à la volonté de se livrer à une orgie de dépenses publiques. Mais c’est aussi se réapproprier nos ressources et nous assurer que le bien public ( l’eau, le minerais, l’hydroélectricité, le pétrole, la forêt, etc.) profite au plus grand nombre et non à des multinationales étrangères qui les pillent à vil prix et les transforment ailleurs… C’est aussi créer ou renforcer les leviers de développement économiques dont nous disposons. La gauche et le nationalisme, sont des propositions qui sont conciliables au sens où elles cherchent à créer la richesse et à mieux la partager…

Ce qui me console dans tout ça, c’est qu’il y a toujours un retour du balancier. Celui-ci s’effectue généralement de force égale à celle qu’elle remplacera. Dans ce cas-ci, nous avons affaire à une apathie générale sans précédent qui sera suivie par une très grande mobilisation du peuple. Il suffit d’attendre un peu, mais il est aussi préférable de préparer le terrain car la prochaine fois sera la bonne.

En ce qui concerne sa “mobilisation sans précédent” le jeune Nadeau ne connais rien à l’histoire des mouvements et mobilisations sociales qui eurent lieux fin des années 60 et durant les années 70.

Les frais scolaires sont les plus bas au monde mise à part la France et encore. Il faudrait continuer à octroyer des bourses et prêts scolaires à des Lisée en devenir (Nadeau) qui ne payent pas leur loyer et font des grands débats inutiles sur les frais scolaires. Ces chérubins de l’ère 2000. Rien de comparable avec les enjeux des années 60 et 70 qui étaient d’ordre social et s’appliquaient à l’ensemble de la société.

Note : Chérubins en théologie exprime “l’esprit céleste qui tient le second rang de la première hiérarchie des anges”.

Un petit morveux qui ne comprend pas les enjeux économiques provinciaux, fédéraux et encore moins mondiaux qui sont inter reliés et devenus indissociables.

Le Québec, nous le savons s’est endetté sous le péquoisme qui ont à leur actif plus de 85% de la dette du Québec qui a rendu la province à genoux devant les grandes entreprises internationales et les prêteurs qui engouffre des milliards en intérêts sur la dette à chaque année.

Son verbiage ne servira nullement à trouver des solutions aux paiements de la carte de crédit “Québec Libre”, libre de quoi au juste, libre de s’enfoncer encore plus creux dans la misère ? Ce petit morveux ne fait que répéter les doléances des syndicats, (les plus grands magouilleurs de la province depuis des décennies) qui lui ont payé un salaire pour radoter ses meilleurs moments aussi reconnus comme étant “ses blancs de mémoire”.

Il ne semble pas comprendre non plus que l’économie mondiale est sur le point de s’écraser. La débâcle de 2007-8 n’était qu’une répétition de ce qui s’annonce et si la province n’est pas prête pour composer avec le problème, les Québécois seront encore plus dans la merde qu’ils le sont aujourd’hui.

Un Québec qui se sépare devra faire face à des contraintes d’importances dont l’arrêt des subventions et nombreux services ainsi que des ressources (tel que le pétrole) mais aussi le savoir faire provenant des autres provinces et du fédéral mais surtout aux créanciers qui leur imposeront des taux d’intérêts liés aux cotes qu’ils obtiendront des Moody’s, Standard and Poor’s ainsi que Finch.

Le Canada obtient une cote AAA, la plus haute chez les trois, et parmi les 11 pays qui la possède alors que le Québec obtient une cote de Aa2 (la plus haute chez les trois, i.e. Moody’s) soit deux points en dessous de celle du Canada. Nous pouvons imaginer un Québec séparé sans l’apport de l’ensemble des ressources canadiennes.

La dette du Québec est le double de la dette fédérale per capita.

C’est le fédéral qui doitpayer pour :

le ministères de l’indutrie et commerce,
du commerce international,
des affaires extérieures,
des douanes et assises,
de la Gendarmerie Royale du Canada,
de la défense nationale,
de la santé (approbation des médicaments et fait de la recherche fondamentale),
des affaires indiennes et du nord,
des pensions et retraites,
des communications,
des aéroports,
de la voie navigable du St-Laurent,
des postes frontaliers,
de Poste Canada,
des 90% des ponts qui enjambent le fleuve,
de l’assurance chômage,
de l’immigration,
des passeports et visa,
des réfugiés et demandes d’asile (même si au Québec c’est la province qui fait le travail, il est payé par le fédéral),
de l’emploi (la même chose que pour les réfugiés et demande d’asile),
de l’assistance à l’étranger,
de plus de 66% des subventions et financement provinciales aux entreprises,
de 66% des frais des subsides en agriculture mais 100% de la recherche et développement,
de la qualité de la nourriture,
des prestation pour logements aux aîné(e)s,
des prestations pour les familles,
et combien d’autres, la liste est tellement longue qu’il n’est pas nécessaire de la produire
de la péréquation

Et avec quel argent devra il payer l’ensemble de ses responsabillités, de gouvernement fédéral.

Avant de cracher sur le fédéral, téléchargez le rapport annuel financier et passer au travers, vous aurez tout un autre vue sur l’apport important qu’il a dans la vie de tous les citoyens, y compris les Québécois qui recoivent depuis des lunes, plus qu’ils payent.

Poste Canada et les Aéroports se paient tout seuls, par les clients
Idem pour les passeports et les visas
Idem pour la voie maritime du St-Laurent
Le Québec ne recoit que 9% du budget de l’Agriculture du Canada (source: Rapport Legault)

« Le Québec ne recoit que 9% du budget de l’Agriculture du Canada… » (sic)

Vous avez « oublié » de préciser que le Québec reçoit 55% de TOUTE la péréquation mais il ne représente QUE 23% de la population!!!

Le fédéral paye pour quelques »peanuts » qui sont en très forte majorité distribués en dehors du Québec. La GRC, en guise d’exemple, est une police canadienne qui n’opère, à toute fin pratique, pas au Québec. Le fédéral paye aussi des sommes colossales (souvent illégales et cachées) pour une très forte propagande canadienne partout au Canada, mais surtout au Québec. Ottawa comptabilise tout ça comme dépense pour le Québec, évidemment.

Le Québec envoi un peu mois que $1 milliard par semaines à Ottawa en impôts et taxes de toutes sortes. Ottawa prend tout cet argent et la dépense partout au Canada, mais, très peu au Québec. À la fin de l’année, ils nous envoient une petite péréquation, avec tambours et trompettes, pour bien nous dire, et dire a tout le monde, comment ils sont gentils, et comment on est imbécile.

Je vais faire un marché avec vous, Monsieur Wentworth. Québec garde son argent, et Ottawa garde sa péréquation.

OK?

JL

Monsieur Lafond

La péréquation pour 2016 (2015-2016) de 18$ milliards pour laquelle le Québec recevra 55%, i.e. 9.9$ milliards.

http://www.journaldemontreal.com/2016/01/20/petrodollars-et-perequation Vous pouvez bien entendu vérifier auprès du rapport financier de gouvernement du Canada, le chiffre réel de 10.4$ milliards. J’ai du prendre un lien qui vous est facile puisque naviguer dans les documents du fédéral vous demanderais beaucoup trop d’effort, sa lecture et compréhension aussi.

La partie de la péréquation de 2014-2015 que le Québec a reçu était de 9.3$ milliards.

Vous ne tenez pas compte pas compte des nombreuses subventions dont 50% des travaux d’infrastructures au Québec et tous les autres programmes pour les entreprises.

Vous oubliez aussi le prix du pétrole provenant de l’Alberta qui est 40% moins dispendieux que celui provenant de l’international.

Monsieur Jack2.

Le fonctionnement de Postes Canada se paye par lui-même mais le gouvernement du Canada payent la totalité des immobilisations et équipements dont le système informatique jusqu’aux boîtes postales ainsi que des subventions pour les villages éloignés, sans s’y limiter.

C’est exactement la même chose pour la Voie Maritime, le gouvernement fédéral s’apprête à dépenser plus de 22$ milliards (seulement au Québec) pour la mise à niveau des installations qui s’effritent depuis sa construction en 1951, son élargissement mais surtout son approfondissement dont les travaux à ce titre est essentiellement au Québec. Les 22$ milliards ne sont que pour la phase I du projet qui en comptent trois.

Le rapport ne concerne que le Bureau des passeports et non, notamment le bureau d’enquête qui y est rattaché sans s’y limiter et encore une fois, ce rapport ne fait que constater les frais de fonctionnement et aucunement des immobilisations et équipements.

« Je vais faire un marché avec vous, Monsieur Wentworth. Québec garde son argent, et Ottawa garde sa péréquation.

OK? » (sic)

Diplômé en sciences molles pas de maths???

Et le fédéral le prend où son argent ? Aucun cadeau là, seulement un percepteur de taxes (souvent hors de sa juridiction) et qu’il distribue pour bien cajoler ses courtisans à travers le Canada, selon des priorités que souvent le fédéral s’invente pour occuper le plus de terrain possible. Combien de vache à lait grassement subventionnées par le fédéral au Canada, combien de politiciens, bureaucrates gravitent autour de la manne fédérale au Canada. Ça jamais personne ne le remet en question. En cette veille du 150è anniversaire de la constitution canadienne, il y en a qui devrait aller relire comment on avait pensé cette confédération et quel palier de gouvernement faisait quoi.

Monsieur Péloquin. Comme biens d’autres, rien de précis, que des grands coups d’épé dans l’eau. Si vous voulez parler de constitution, je me ferai un plaisir de commenter. Si au moins vous pourriez expliquer ce qui n’allait pas avec la constitution de 1867, sans oublier qu’à cette époque il n’y avait que le Québec, l’Ontario, le Nouveau Brunswick, la Nouvelle Écosse ainsi que l’Île du prince Édouard. Beaucoup d’eau a coulé dans le fleuve St-Laurent depuis de temps.

Les eus et coutume du les besoins du temps. L’Ontario de l’époque n’était qu’une bande de terrain le long du fleuve St-Laurent, difficile a naviguer alors que le Québec, exitant depuis 1535 mais habité de façon permanente depuis 1608, était beaucoup plus grande à cause de son commerce de fourrure.

Il y avait 650,000 citoyens sur le territoire au Québec (Haut Canada en 1791, alors qu’il y en avait que 6,000 en Ontario (Bas Canada) sur des postes de traite.

Avec le nombre de rébellions sur le territoire du Haut Canada, il est clair qu’une mobilisation vers l’Ontario pris place suite à l’Acte Constitutionnel de 1791 qui permis aux habitants du Haut-Canada d’aller s’installer en permanence au Bas Canada jusqu’en 1840 lors de l’Acte de l’Union.

Ce fut en fait la plus grande démobilisation au Québec, en faveur de l’Ontario dans l’Histoire du Canada.

La police et les gouvernement était pas militarisé ni anti citoyen dans les années 60 , 70 …

La gratuité scolaire et nouriture est founris au étudiant gratuitement dans 20 pays et ce nombre continue de grandire.

Qui est Wentworth Roger ? Un faux nom , fuasse identité d’un organisme de droite fédéraliste avec un vieux discour démaguogue et mensonger de droite ? QUi mélange tou et met la faute sur ceux qui on essayer de changer le schose démocratiquement et pacifiquement qui ce sont vus attaqué par la mafia en place et les privilégier psycohopathe qui se croit individualiste tand que les citoyens paye pour eux ?

Exact le PQ est pire que le PLQ et La CAQ , ayant tous le même agenda néolibéral , destructeur et endetteur public au service de quelque financier et privilégier.

La dette du Québec ? Tu veut dire la fraude articficielle ou on paye pour tes privilèege de 1% …

J’avoue ne pas comprendre vos « solutions » si vous pensez que GND n’en présente aucune. Attendre que le système flanche et repartir à zéro? Ou je ne sais pas, anoblir les grands-grands bourgeois, histoire qu’on les appelle par leur vrai nom, soit nos maîtres ? Ils ont bien leur savants serviteurs qui parlent une langue AAA ! Comme quoi, je ne comprend pas le monde dans lequel vous vivez, étant probablement un brin chérubin par contagion. Chose certaine, l’économie (même mondiale, même au bord de la catastrophe) devrait être à notre service, pas l’inverse. Qu’en dites vous ?

Faites-moi rire avec la dette du Québec!
HQ vaut plus de 100 milliards
La SAQ vaut plus de 5 milliards
Le Fonds des générations étaient à 7 milliards la dernière fois que je l’ai vu
C’est plus de la moitié de la dette qu’on pourrait régler d’un coup en vendant tout ca
Le Québec a un surplus budgétaire de 1,5 milliards alors que l’Ontario et la riche Alberta sont dans le rouge de 10 milliards. Sans parler d’Ottawa des Libéraux en train de sombrer à 30 milliards

Faudrait arrêter avec le Bonhomme 7 heures. Fait longtemps qu’il n’hante plus les ruelles du Québec

@ M. Jack « HQ vaut plus de 100 milliards », en fait HQ vaudra la somme que quelqu’un sera prêt à payer pour. Mais si demain matin, le gouvernement décide de vendre HQ, vous serez le premier à crier au meurtre et à interdire le gouvernement de faire une telle chose, donc HQ ne vaut rien puisqu’on ne pourra pas la vendre!

Non , H-Q étant des sociétés indépendantes a part entière appartenant a l’état elle est évaluer en valeur et elle valentt plus de 100 milliard. H-Q fait que les 8 million plus de Québécois-es sur un si gand teritoire et avec une si petite population ne payent pas 20$ du kw/h …

ILs ont vendu une partie d’Hydro Ontario

HQ est un actif énorme pour le Québec, une garantie pour les emprunts

Donc selon toi il faudrait vendre a rabais nos actif payant pour rembourser la fraude et vol de nos avoir publique par manque de collection d’impôts et taxes par aministie et privilèege du PQ PLQ et CAQ a certain privilégier ?

La dette du Québec est une arme et attaque Économique frauduleuse pour nous garder provincial …

Ah… Tiens… Vous êtes prêt à vendre tout ça???

Eh ben…

De plus, allez demander aux Grecs combien valent VRAIMENT leurs institutions lorsqu’ils sont forcés à faire une vente de feu because la faillite imminente.

On peut tu récupérer l’argent frauder , voler et détourner par et pour 1% et mafia en collusion avec PQ , PLQ et CAQ avant de vendre ce qui rapporte de l’argent collectivement et est payer

@ Moulinneuf le 10 août 2016 à 15 h 27 min:

Même si on réussissait à récupérer les sommes présumément « volées » et dont, à mon humble avis, on exagère le total pour mousser son agenda politique, le gouvernement ne pourrait que survivre 1 à 1 1/2 semaine avec cette somme qui ne serait PAS recurrente.

@ François 1

Sur un an c’est 13 milliard sur 30 ans c’est 400 milliard … Et c’est juste l’argent volé e construction ( les gouvernement ne sont pas de centre de profit pour privé et pour contrat d’amis ferné malgré qu’avec PQ PLQ et CAQ c’est le cas a 100% ) , on parle pas de l’argent évader frauduleusement non plus connus et aminsitier de 150 milliard annuellement.

Juste en Éducation les Étudiant on prouver la fraude des Entrepreneurs et des aministrateurs a 10 milliard , et ce sont des chiffre récurant au 4 ans …

Le gouvernement est pas senser survivre , ni être un maitre , mais toujours servir les citoyens qui sont ceux qui paye.

Mais bon avec des complice et gens aveugle comme toi qui ne croit pas les fait , chiffre et commission on doit se considérer chanceux d’avoir juste 280 milliard et donc 30 million en intérêt pour rien a payer chaque jour …

@ Moulinneuf le 12 août 2016 à 18 h 35 min:

Personne n’est capable d’évaluer précisément l’argent présumément « volé » aux différents gouvernements. PERSONNE et surtout pas des étudiants!

C’est trop facile de lancer des chiffres tout bonnement, comme ça, dans les airs en ne donnant comme « preuve » que des extrapolations plus ou moins valables dépendant de l’agenda politique de ceux qui nous les sortent.

De plus, en admettant que les gouvernements récupèrent cet argent ‘volé », ils ne le feront qu’UNE SEULE fois et non à tous les ans. De plus, vous êtes-vous seulement posé la question suivante: pourquoi certains gens fraudent l’impôt? Et comment y remédier?

L’enfer fiscal qu’est devenu le Québec sous la coupe des socialistes favorise ce genre de chose et selon moi, la SEULE façon d’y remédier, c’est de BAISSER les impôts et les taxes. POINT!!!

Là où je diverge d’opinion, quand il explique le désintéressement à l’indépendance : » Cela s’explique peut-être par le fait que, au-delà de ces différences stratégiques, le projet de pays a, au fil des années, été vidé de sa portée révolutionnaire, de son caractère transformateur pour la société, pour être relégué à un simple changement d’ordre constitutionnel. »
Or, l’indépendance permettrait d’exercer tous les pouvoirs et de s’approprier nos ressources en se dotant d’une constitution.
Là où je partage: « Nous sommes un peuple fier, qui a déjà vu grand. Nous sommes un peuple fort. Or, depuis quelques années, nous semblons l’avoir oublié. Comme si nous nous étions arrêtés en chemin, par lassitude peut-être, ou alors parce qu’on nous a répété qu’il était impensable d’aller plus loin. Pour ma part, je sens que nous avons la possibilité et surtout le devoir de nous remettre en marche. Nous sommes un peuple de défricheurs, capable d’ouvrir de nouveaux sentiers. Comme beaucoup de mes concitoyens, j’ai envie de contribuer à cet effort. Mais je sais que pour accomplir ce que nous n’avons jamais accompli, il nous faudra faire ce que nous n’avons jamais fait. Nous avons une tâche énorme devant nous. Il est temps de nous mettre au travail.

Voici dans l’ensemble un très bon texte de Gabriel Nadeau-Dubois qui reflète à la fois pessimisme et espoir. J’aimerais cependant ajouter que je ne partage pas tous les points qui sont ici soulevés.

Lorsqu’en 2012, j’estimais que le gouvernement libéral avait perdu toute légitimité pour gouverner le Québec, surtout après les évènements de Victoriaville. Alors, je trouvais que les revendications des étudiants étaient quant à elles légitimes, notamment pour ce qui était de l’ensemble des frais de scolarités….

Je ne citerai là qu’un seul point qui rejoint la sphère économique sur lequel il faut je pense ajouter un bémol : « Puisque le gouvernement ne montre aucune volonté de générer de nouveaux revenus pour l’État, tout indique que cette situation deviendra la norme. »

J’étais plutôt d’accord avec les arguments présentés par l’économiste Pierre Fortin quant à l’obsession du gouvernement de parvenir au plus vite à l’équilibre budgétaire ; il faut admettre qu’un déficit contrôlé peut pour une collectivité territoriale représenter un levier de croissance économique.

Je dois cependant contester cet argument de Nadeau-Dubois qui voudrait que le gouvernement « ne montre aucune volonté de générer de nouveaux revenus », ce n’est pas ce que j’observe. Une saine gestion des finances publiques ne génère pas automatiquement de nouveaux revenus immédiats (ce que peut faire la taxation par exemple), elle permet de dégager des disponibilités qui quant à elles peuvent être investies.

Ces investissements ou si on préfère cette meilleure allocation des disponibilités financières, permettent quant à eux de générer plus de revenus ; ce faisant ces allocations génèrent de nouveaux revenus qui seront réinvestis et ainsi de suite…. C’est le principe de la roue ou du rouet si cher à Gandhi qui ici s’applique.

Si je suis très sensible au sort des personnes souffrantes ou âgées qui requièrent des soins, je pense que l’État n’a pas à se substituer aux services de proximité et de solidarité que nous pourrions ou devrions rendre à tous points de vues à celles et ceux qui à un moment ou un autre ont besoin. Une meilleure proximité ou une proximité renouvelée de toutes sortes de services et de soins, génèrent des revenus et des emplois. Alors pourquoi s’en passer ?

Cela m’embête de le dire : peu importe qui exerce le pouvoir ici au Québec, notre structure est tellement bureaucratique à tous les niveaux qu’elle tient plus de l’oligarchie, qu’elle n’est emblématique d’une réelle démocratie. Sur ce point d’ailleurs je rejoins GDN lorsqu’il pose cette excellente question : « Est-ce dire que s’ils étaient épargnés par l’austérité, les services publics québécois seraient en parfait état? »

Voilà selon moi le genre de questions que nous devrions tous nous poser. En voici une autre à deux volets : Avons-nous vraiment les services publics que nous méritons et que devrions-nous faire pour bénéficier de ces services que nous voulons ? — Ce sont sur les bases de tels choix et de quelques autres qui en philosophie permettent de former les contours de la société dans laquelle nous aimerions vivre, tout en assurant sa pérennité et son développement.

Pour le reste et quant à moi les termes de « gauche progressiste » ou encore de « souveraineté » sont purement et simplement surannés. Il est temps de s’en débarrasser, alors pourquoi se donner la peine d’en rajouter ?

Quand on appelle couper dans les service citoyens par détournement de fonds publique pour payer des projets privé spéclateur et fraudeur a certain privé et 1% de la saine gestion des finances publique , tu démontre que tu est un voleur n’ayant pas sa place dans le débat , malgré que tu est plus polie et plus imagintif que tes collègues droite dette …

@ Réponse à Moulinneuf,

Je vous cite : « (…) tu démontre que tu est un voleur n’ayant pas sa place dans le débat »

Hormis le fait que vous écrivez dans une langue française plutôt approximative, bien que je respecte le droit de chacun de s’exprimer selon ses croyances ou ses convictions, vos propos prouvent essentiellement que vous haïssez toutes celles et ceux qui ne sont pas comme vous.

Vous croyez sans doute que vous savez tout mieux que les autres. Il y a pourtant un mot pour définir la nature de vos propos, cela s’appelle de « l’endoctrinement ». Comme toutes les personnes endoctrinées vous adhérez à une forme idéologique que vous êtes parfaitement incapable de comprendre et vous manquez radicalement de discernement, même les partis de gauche se méfient de gens comme vous.

— C’est pour cette raison qu’on vous drogue au sens propre comme au sens figuré.

Si je peux me permettre de vous donner un conseil : terminez votre secondaire 5 si vous êtes encore à l’école ou si vous avez déjà quitté, retournez-y ! Car avec des propos agressifs et aussi peu structurés que les vôtres, vous vous exposez à connaître une fin triste et amère. Je pense que c’était un devoir moral de ma part que de vous en avertir.

Malheureusement vos frères d’arme « gauchistes » ne pourront rien pour vous. Ils seront même contents de se débarrasser de cette personne que vous êtes qui pèche premièrement par son ignorance de tout.

Si vous avez besoin d’aide, consultez votre CLSC, malgré les coupures budgétaires, vous pourrez toujours rencontrer quelqu’un qui vous écoutera avec bienveillance et avec attention. Preuve qu’il existe malgré tout encore au Québec des services sociaux qui sont rendus par des personnes compétentes qui font tout ce qu’elles peuvent pour prendre encore soin des gens.

Mais évidemment en bon gauchiste qui se respecte vous estimez sans doute que tout devrait être gratuit, qu’on devrait vous rémunérer gracieusement à ne rien foutre et qu’il est urgent de faire payer les banques, ceux qui font partie du 1% et ces gens qui comme moi qui sommes coupables de vol par association.

Et dire que j’ai passé de longues heures à étudier Karl Marx, Friedrich Engels, Léon Trotsky et quelques autres pour me faire chier dessus par des gens qui savent tout comme vous !

Et le socialiste Bernie Sanders, évidement, lui ce serait pas un voleur parce qu’il parle de socialisme aux américains ! Fuck off !

— Passablement pitoyable tout ça ! Et pour moi aller vivre dans un autre pays que le tien, ce n’est même plus une option. C’est un objectif.

Pour quelqu’un qui n’as pas sa place dans le débat , vous semblez vous attardez plus a ma personne et vos mensonges sur mon niveau d’écriture qu’a débatre le sujet principal.

Il y a des tonnes de gens qui ne sont pas comme moi , j’hais pas personne qui pense rationellement diférement de moi et émettent une logique qui se tiens , jmais vraiment personne mais est a me défendre de fou comme toi , certaine de mes idéologie vienne de gens de droite , qui je peut vous le dire sont très intéligent et respecté quand eux écrive , tout comme moi , contrairement au droite dette sans crédibilité comme toi , qui attaque la personne , car il sont sans contenus réel.

Non je ne croit pas tout savoir je ne suis pas droite-dette , je croit que chaque groupe de gens a son lot a aporter pour faire progresser et avancer la société , ce sont les extrémiste et irréaliste qui comme vous on accèes au débat qui sont problématique. Les gens de gauche on aucun problèeme avec moi. Je suis même d genre a adorer vous faire parler de vos folie , car vous faite la preuve seul que votre idéologie est anarchique et destructrice pour la société et profitable a certain élus/élite.

Je ne suis pas comme vous lecteur et recopieur de scripte mensongé , je m’intéresse a toutes les idéologie saine et progressiste. Même les plus folle peuvent servir de base a construire un société progresiste juste et égal pour tous et toutes.

Je ne prend pas les conseil d’incconus a fausse identité sans valeur , je leur règle leur compte définitivement pour leur petite menace.

Juste pour vous ramener a la réalité , je ne suis pas gauchiste , je partage leur progressisme et espoir d’avenir meilleur , mais il on tendance a êtres des gens de parôle et discourt plus qu’action concrête.

Tu semble te croire , atord , que je suis celui qui a besoin d’aide et que tu est capable d’aider les autres , détrompe toi si j’ai besoin d’aide je vais consulté des pofessionels qui eux sont éduqué a détecté les gens comme toi.

Je croit que les Québécois-es payent pour un sevrice citoyens complets auqu’elle il on droit a 100% sans parasite et détournement de fond et fausse surfacturation , n’étant pas gauchiste je ne tolèere pas la présece de voleur et fraudeur comme bénéfique dans le sytèeme même si comme PQ , PLQ CAQ il se disent gauchiste et travaillant pour la société , quand il ne font que détourner les fond et travailler a leur compte et propres intérêts.

Oui je croit que les Banques devrait recommencer a payer leur part , 280 miliard de dette me donne 100% raison , mais c’est tout le systèeme financier et des profession que tu considèere d’élite qui profite d’un système qui les avantages et qui est a changer. Pour moi un budget est senser être toujours balancer et les gros utilisateur se doivent de payer leur part aussi.

Non, coupable de vol directe. Et de division et d’accusation contre ceux qui veulent vous enlever le privilèege de nous voler tous individuellement et collectivement.

Je veut bien croire que tu as lus de leur textes , mais des études et compréhension vus ton aversion envers leur idéologie et hargne enver ceux que tu faussement croit être de leur idéologie est pas mal un indicateur que tu as pas fini tes études ni une compénsion avancé et discipliner et éducative de leur idéologie.

Karl Marx 1883
Friedrich Engels1895
Léon Trotsky 1940

Tu as pas non plus rien de récent qui as pas 76 ans et qui prédatte , calculatrice , informatique et internet.
dans ton vieux texte accusateur recopié dont tu ne comprend même pas la disqualification et preuve que tu n’as pas ta place dans cette discussion en 2016 …

Je te chie pas dessus , je suis d’opinion que les voleurs et surtout menteur sans pensé idnividuelle comme toi on pas leur place dans aucun débat moderne.

bizzare Bernie Sanders est un capitaliste-socialiste et il as jamais été accuser de voler qui que ce soit lui. Mais bon on parle de politique progresiste de gauche au Québec » Le blocage Québécois » bien sur que tu est mélanger avec sujet d’ici et doit tout ramaner au texte des think thank USofA traduit et copié colé.

Oui les voleur qui se pousse avec l’argent qu’il on volé au société vons dans des endroit sans extradition , ce qui aujourd’hui deviens de plus en plus limité … Nous notre objectif est une société juste , progressiste et égal pour tous , ou les gens comme toi sont derrière des bareaux ou a rembourser ce qu’il on volé , sans négotiation aucune.

Ton départ seras pas une grande perte et on pourras saisir tes avoir a 100% in absentia 😉

« Il y a des tonnes de gens qui ne sont pas comme moi , j’hais pas personne qui pense rationellement diférement de moi » Une tonne de gens, ça fait combien de personnes, à 200 livres chacun nous obtenons que 10 personnes.

Vous dite ne pas haîr personne, je vous crois sur parole puisqu’avec votre verbiage et insultes vous les détester. Je ne crois pas que beaucoup d’entre nous aient perdu leur temps à lire vos railleries, vous pétez de la broue à tort et à travers comme un ados qui n’a perdu sa sucette.

Patrice Leclerc
«Vous dite ne pas haîr personne,»

Non j’ai écris » j’hais pas personne qui pense rationellement diférement de moi »
Les droites-dette avec faux nom et ausse identité comme toi irrationelle , sans contenus sams valeur qui s’en prnne au plus faible de la société pour s’enrichir en priorité , même sans aidé , oui je t’hais vicéralement. mais tu est une minorité qui m’évite quand tu me connait vraiment …

«votre verbiage et insultes vous les détester.»

J’écris pas asser en scripte de droite dette pour que u te reconaisse et comprenne ? Je suis pas une personne d’écris et de discours , mais d’action définitive et permanente.

«que beaucoup d’entre nous »

Vous être très peu nombreux , malgré votre niveaux vocal énorme et présence médiatique encore plus grosse a rien dire de valeur , qui est ce Nous ? Tu as quoi comme vrai nom et a qu’elle group radical destructi droite dette démaguogue tu t’identifie ? PQ ?

«vous pétez de la broue à tort et à travers comme un ados qui n’a perdu sa sucette»

Tes parent te donnait encore hier des sucettes alcoolisé ? Tu as qu’elle age ? Qui est tu vraiment ? qu’elle est ton vrai nom , ta localité , ta profession , ton éducation ? tes affiliation ? Tu est milliardaire toi bien sur ?

@ Cher monsieur Moulinneuf,

« La fierté et la bêtise sont faites du même bois. » — Proverbe Allemand. Cette citation est également adressée à Gabriel Nadeau-Dubois.

Vous avez raison en partie sur un point, j’aurais pu rajouter quelques auteurs de références plus contemporaines : En voici quelques-uns : Yánis Varoufákis, James K. Galbraith, Paul Krugman, Joseph E. Stiglitz, Maurice Obstfeld, Jacques Attali, Dominique Strauss-Kahn et Thomas Piketty.

Puisque vous n’êtes apparemment pas à gauche… mais à droite (mais pas « dréteux ») : permettez-moi de vous recommander Friedrich Hayek (un indispensable), Ludwig von Mises ; mais encore tous les économistes de l’École de Chicago, en particulier un incontournable : Milton Friedman. Vous pouvez aussi ajouter Robert C.B. Miller qui est membre du Mises Institute.

Si vous avez d’autres bons auteurs à nous proposer. Surtout n’hésitez pas !

Un petit détail encore : Marx, Engels ou encore Trotsky ne sont pas à propre parler des « idéologues » comme vous dites. Le premier était historien, jursiste et économiste, le second industriel et capitaliste et le troisième de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein était un révolutionnaire, un visionnaire, un chef militaire hors pair, un homme politique pragmatique remarquablement intelligent… rien à voir avec de l’idéologie. Son concept de « Révolution permanente » étant plutôt paradigmatique. Je suis assez sûr d’ailleurs qu’avant la fin de ce siècle nous y reviendrons.

Quand vous vous serez calmé et que vous aurez pris le temps de lire tout ça. Surtout revenez-nous, cela nous fera grand plaisir de jaser plus amplement avec vous. Je suppose que nous parlerons enfin le même langage.

Un petit mot encore, quand bien même par vos propos vous auriez cent fois raison (ce dont je doute franchement) l’usage de la politesse dans un monde civilisé n’est pas une option. C’est un prérequis pour lequel vous ne vous qualifiez pas.

Finalement, j’aimerais vous signaler que cela fait quelques dix ans que je participe au débat sur les blogues. Je comprends que vous estimez qu’il serait légitime de me faire taire, puisque je n’aurais selon vos dires plus ma place en 2016. Sachez pourtant qu’il existe un moyen très simple pour me faire taire une bonne fois pour toute…

… Il ne vous reste plus qu’à deviner quoi.

PS1 : Vous m’accusez de recopier mes textes. Donc de plagia ! D’être qui plus est un voleur… Pourrais-je savoir si vous pourriez produire des preuves de tout ce que vous dites, s’il vous plait ? Ou doit-on vous croire sur parole considérant qu’il appert que tout ce qui vient de vous ne peut être que vrai ?

— Croyez bien que je vous envie d’être la vérité tout bonnement incarnée.

PS2 : Bernie Sanders n’a effectivement besoin de voler personnes. Ses revenus annuels sont à plus de six chiffres qui de par sa longue carrière de politicien sont assez confortables — me semble-t-il — pour le dispenser de voler qui que ce soit. Quant à saisir 100% de mes avoirs, c’est une bonne idée… si ce n’est que j’ai bien peur que même à ce chapitre vous ne soyez en toute fin cruellement déçu, quand tout ce que je possède ne puisse malheureusement pas rendre service à grand monde.

— À mon humble avis, cher monsieur Moulinneuf, votre tempérament carrément colérique vous aveugle et donc…. À bon entendeur salut !

@ Patrice Leclerc,

Votre gentillesse et votre bienveillance vous honore et pour vos propos, je vous dis de tout cœur : merci.

La prémisse majeure non dites de ce très bon texte est qu’il existe des solutions politiques. Hors, il n’y a que des problèmes politiques. La solution de l’un est le problème de l’autre. Le ou la politique n’est rien d’autre qu’une gestion de problèmes. On tente d’avoir un maximum de bons problèmes à gérer et un minimum de mauvais problèmes. Mais ça reste toujours des problèmes à gérer. Les solutions sont maintenant technologiques.

Le politique a perdu son pouvoir de définir le futur et ce sont les firmes de hautes technologies qui viennent à définir ce que sera demain. Les technologies de ruptures définissent plus notre mode de vie que n’importe quelle politique. Pokemon Go est un exemple. Il n’y a rien de plus à attendre ajourd’hui d’un politicien au Québec qu’il soit un bon gestionnaire, à l’instar des maires aux pouvoirs municipaux. Les théories socio-politiques ne définissent plus le réel.

Et c’est peut-être mieux ainsi.

L’enseignement le plus concret que j’ai tiré du Printemps érable, c’est le testament politique de Jean Charest:
« Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes pour la violence ».
Plus d’alternative à la pensée dominante, plus de liberté, plus de démocratie.
Une seule voie (ou voix, comme vous préférez), celle du plus fort.
Comment en est-on arrivé là?
Michel David a raconté lors de quelques entrevues, que des députés libéraux lui avaient rapporté que, lors de la première rencontre de Jean Charest avec sa députation en 1998, il s’était adressé à eux en disant:
« À partir de maintenant, il va vous falloir apprendre à haïr ceux d’en face. »
Nous n’étions plus des adversaires, nous devenions des ennemis.
Un adversaire on travaille à la convaincre, un ennemi on travaille à l’abattre.
Peu à peu, le parlementarisme s’est effrité laissant la place à une arène sauvage où les attaques féroces on remplacé les discussions musclées entre élus civilisés.
La culture de la haine entre les partisans de politiques opposées s’est peu à peu implantée jusqu’à contaminer la société.
Ce retour de la pensée binaire dont on pensait être guéris depuis la Révolution tranquille a refait surface pour culminer dans ce que j’appelle le testament politique de Jean Charest:
« Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes pour la violence ».
Tout à coup, on devenait daltonien.
Ce n’était plus l’enfer est rouge, le ciel est bleu, mais le ciel est rouge, l’enfer est bleu.
Il est vrai qu’il faudra travailler à établir le dialogue avec les jeunes générations et que ce ne sera qu’un travail de longue haleine parce que le jour où elles ont pris l’initiative du dialogue sur un point crucial d’intérêt commun, le testament politique d’un homme en mission les a cruellement et brutalement renvoyées aux pires années de Duplessis, de Taschereau, de James McDonald et même au meilleure pages du Rapport Durham dont elles n’ont probablement aucune idée de leur place dans le cours de notre histoire.
Ce n’est pas de perdre un référendum dont les souverainistes ont peur et que craint l’ensemble de l’électorat.
À la lumière des événements de 1980 et de 1995, c’est plutôt une peur de la violence que pourraient exercer sur nous le gouvernement fédéral, allant jusqu’à nous prendre en otage en s’attaquant à notre sécurité financière individuelle là où il exerce un contrôle direct.
Une telle violence s’appliquerait indifféremment à toute la population, selon toute vraisemblance.
Bien peu sont préparés à y faire face seuls, malgré l’amour profond de la nation et le désir brûlant d’un pays francophone en terre d’Amérique.
Nous sommes toujours dans l’application rigoureuse des recommandations du Rapport Durham qu’il faut lire pour mieux comprendre la marche de nos gouvernements actuels, loin depuis longtemps et pour longtemps des idéaux sociaux-démocrates auxquels nous n’avons jamais cessé d’aspirer.

En réaction aux commentaires de M. Roger Wentworth Roger:

« Le Québec, nous le savons s’est endetté sous le péquoisme qui ont à leur actif plus de 85% de la dette du Québec qui a rendu la province à genoux devant les grandes entreprises internationales et les prêteurs qui engouffre des milliards en intérêts sur la dette à chaque année ».

Vraiment, il y a des gens qui ne font que répéter le même message que ceux qui pratiquent la « chasse de sorcières »

Voici une autre vision des choses sur la dette :

1- Le Québec a investi massivement dans ses infrastructures depuis 1960 pour rattraper les retards sous Duplessis.
Comme un jeune couple qui acquiert sa première maison, le Québec a vu sa dette s’accroître de manière importante. Mais comme le jeune couple fait bien d’acquérir un actif tôt dans sa vie, le Québec a bien fait de s’endetter pour se donner les infrastructures requises : Hôpitaux, écoles, usines d’épuration, autoroute, universités, centre de recherche, musés, etc.
Nous sommes plus endettés que nos voisins car nous avons acquis notre maison plus tard qu’eux tout simplement.

2- La dette du Québec coûte entre 2 et 4% d’intérêt par année. Par contre, les investissements réalisés avec ces emprunts, génèrent plus que 4% voir de 7 à 9% (comme le rendement de la Caisse de Dépôt).
Il est inopportun de gérer notre dette nationale comme nos ancêtres géraient leur dette personnelle et qui considéraient une dette comme un signe de pauvreté.
La preuve c’est que le Gouvernement du Québec ne diminue pas sa dette qui lui coute 4% avec les $ du Fond de Génération, il confie ces sommes à la CDP qui en obtient un rendement proche de 10%.
Bien utiliser un prêt, le faire fructifier; c’est ce que tous les créateurs de valeur font. D’autant plus, que le citoyen investit beaucoup moins qu’avant, il spécule.
Alors il est important que le public utilise l’épargne du citoyen (en lui payant un intérêt) pour investir dans le développement de notre société.

3- Les peurs de décote sont vraiment la dernière raison à tenir en compte dans la gestion d’un État.
Pourquoi ? SI la cote du Québec est abaissée, le rendement des obligations d’épargne du Québec sera plus élevé d’autant, ce qui générera des revenus supérieurs pour ses acquéreurs, lesquels (en majorité Québécois) paieront plus d’impôt sur leur revenus de placement. Cessons de nous voir comme des pauvres qui empruntent des riches étrangers.
Constatons que la CDP investit plus de 3MM par année en dehors du Québec avec des argents qui sont des épargnes Québécoises.

Oui GND a raison, nous devons nous donner un projet à la hauteur de nos talents et pour cela il faut cesser de porter oreille à ceux qui pratiquent la « chasse de sorcières ».

Enfin si vous voulez en savoir plus sur la dette du Québec, je vous invite à consulter cette vidéo :

http://iris-recherche.qc.ca/publications/dette2014

Désolé Mr Dancause , mais les investissement en infrastructure avec PQ PLQ et CAQ en politique au Québec ce font a perte depuis des années et sont maintenant de propriété privé avec ristourne au vieux parti et emploi aprèes politique au dirieant qui on voler et détourner les fond publique.

On en serait pas a 280 milliard et plus de dette si on avait continué a investire et être propriétaire des infrastructure que l’on paye a 500% dans cette aire de fraude total qui est fait par PQ , PLQet CAQ en collusion et complicité total pour enrichir leur financier commun.

De plus une chose que les comptable ne font pas est de voir si l’argent dépensé a bien servi en entier au projet mentionné et si il est complété on a mis de milliard sur l’autoroute 30 pendant 40 ans en exemple elle est toujours pas fini , le projet a tété diminué d’envergure et on continue de payer pareil …. Avec PQ PLQ et CAQ

Monsieur Dancause

“Le Québec a investi massivement dans ses infrastructures depuis 1960 pour rattraper les retards sous Duplessis”

Vrai mais la dette publique dont 85% est attribuable aux péquoistes ne débute qu’en 1976, veuillez vous rapporter au graphique en question. Vous faites fausse route puisque toutes les infrastructures étaient en place bien avant son arrivée. Même le projet de la Baie de James fut payé grâce à l’émission de bons sur 20 et 30. Les derniers paiements effectués par Hydro-québec furent en octobre 1991 et ne font aucunement partie de la dette.

Votre déclaration au fait que “Nous sommes plus endettés que nos voisins car nous avons acquis notre maison plus tard qu’eux tout simplement” est conséquemment tout aussi fausse que vos prémices.

Votre calcul des intérêts sur la dette est aussi fausse car vous ne vous servez que les données des cinq dernières années alors que la dette, elle, ne sera pas payée avant 40, voire 60 ans.

Pour ce qui est de la plus value que vous donnez aux intérêts sera inversée lors de la prochaine débâcle économique mondiale. Il est reconnu par l’ensemble des organismes telles que la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International, l’OCDE et autres que la prochaine débâcle ne servira qu’aux pays qui ont peu de dette, le tout étant très facile à comprendre.

Lors de la dernière débâcle, répétition de celle qui nous attend, des millions de personnes ont perdu leurs emplois permanents et bien rémunérés, et depuis, les emplois qui sont apparus sont de piètre qualité et la rémunération est rachitique. Avec quel argent, les Québécois pourront-ils épargner alors que les ménages ont une dette actuelle de 174%.

Vous rêvez en prismacolor que vous avez mis sur votre carte Walmart et n’est pas encore payée. Il est évident que votre manque de connaissances et d’information sur notamment les petites récessions du début des années 80, de la bulle de l’informatique de la fin des années 90.

Votre déclaration sur les répercussions du taux d’endettement “Les peurs de décote sont vraiment la dernière raison à tenir en compte dans la gestion d’un État.” est incontestablement frivole et dépourvue de toute réalité.

Allez donc voir l’état dans lequel sont la Grèce, l’Espagne, l’Italie ainsi que le Portugal. Une chose en commun est les taux faramineux de chômeurs, de l’ordre de 35% à près de 60%. Pensez-vous que les citoyens de ces pays achètent des bons de leur pays. Non seulement j’en doute fortement mais c’est impossible d’épargner lorsque les citoyens ne peuvent même plus de vêtir et payer leur logement ou propriété.

En ce qui a trait au vidéo que vous proposez, je connais très bien le personnage qui se cache derrière les informations qui n’ont rien de réel. La dette du Québec est du double de celle du Canada alors que le vidéo dit le contraire. La comparaison avec les autres pays ne tient pas debout non plus. Je suis persuadé que ceux qui l’on fabriquée font des comparaisons entre le total des dettes que du taux d’endettement “per capita”. C’est totalement ridicule.

Le site dont vous nous référez comme étant votre source est celui de l’Institut de recherche et d’informations socio-economiques, cette entité sous le contrôle de monsieur G. H. est composé de 6 à 10 employés selon la base de données du gouvernement du Québec et a un Conseil d’administration de 17 personnes.

Le siège social est situé dans l’appartement d’un triplex ou monsieur “H” demeure, rue Cobourg dans le chic quartier de Montréal-Nord. Son présumé siège social était précédemment situé dans le fameux “Village” sur la rue Beaudry à Montréal où est situé une trentaine d’O.S.B.L. à saveur plus so-chiale l’une que l’autre, qu’il dû quitter pour non-paiement du loyer.

Il devrait être présenté à votre ami Nadeau, qui est reconnu tant au niveau so-chiale (par ses liens qu’il avait avec la CSN) et manque de paiement de son loyer.

Le PQ a mené les Québécois vers un précipice, suivez messieurs H et Nadeau ils vous feront faire un pas vers l’avant.

La rationalité doit primer en politique. Et cela implique d’équilibrer le budget. Plus important est l’adaptation de notre mode de vie et des modes de production à l’environnement. Comme l’explique Karel Mayrand ici http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/477223/jour-du-depassement-l-endettement-ecologique-annonce-t-il-la-fin-de-la-croissance

L’évolution de l’habitat est l’élément crucial parce qu’elle pourrait permettre à la fois de réduire les inégalités et de développer un mode de vie pérenne: faible consommation de matériaux et d’énergie.

La définition et le développement d’un projet d’habitat pour tous requièrent un important travail social et politique. Un tel projet est tout ce qu’il y a de plus concret mais sa réalisation pourrait prendre 100 ans. Alors que la politique telle qu’on la connaît est centrée sur le court terme.

L’indépendance n’appartient pas à l’idéologie de gauche,

Qu’est qui est si difficile à comprendre là-dedans ?

On fait le pays et « ensuite » on fera la bagarre gauche-droite. Si comme QS on met l’indépendance au service de notre idéologie, l’indépendance ne se fera jamais; ni à gauche ni à droite.

Actuellement , en réalité tout les peuple indépendant l’on fait pour leur citoyens et son donc de gauche , il y a jamais de pays indépendant qui a été fait par gens de droite et pour l’économie de certain 1% …

La vrai question est qu’est ce qui as bloqué les parti de droite depui 49 ans a nous sortir de provincial a Pays ? vus que aucun parti de gauche n’as jamais été le pouvoir.

Il faut faire un pays par , pour et avec les citoyens qui en sont les maîtres , sinon juste changé de Canada a Québécor pour garder un système de maître est pas vendeur.

Non ,nous on fait un pays sans faux nom et fausse identité comme toi. Toi tu parle de division et tes fabulationde péquiste mensongé et de peut-être retarder le pays comme PQ ou être fédéraliste ou Nationaliste on indépendantiste selon sondge comme la CAQ. Ou absent a 100% comme ON.

Exact l’indépenandance ne seras jamais faite par des faux nom et fausses identité comme toi qui est droite-dette.

Le texte ratisse assez large, je vais donc me concentrer sur quelques points précis :

Si elle n’est pas synonyme de changements sociaux réels et concrets, je ne vois pas comment l’indépendance peut redevenir un projet mobilisateur, notamment pour les jeunes.

Le problème avec cette vision de l’indépendance, c’est qu’elle est condamné à l’échec. la gauche seule, ou la droite seule, ne peuvent pas faire l’indépendance, il faut une coalition des deux. En conséquence, si les indépendantistes promettent mer et monde à un des deux camps, ils vont nécessairement vers la défaite.

C’est quoi l’indépendance dans les faits ? Tout simplement, abolir les institutions fédérales canadian et les remplacer par des institutions québécoises sous le contrôle du peuple par le biais de l’assemblée nationale. Quelles seront les conséquences concrètes de ce changement ? C’est pas une questions à laquelle on peut répondre facilement par « On va avoir plus d’argent pour les hôpitaux ! » par exemple, parce qu’il faut séparer le court terme, du moyen terme et du long terme. Il se pourrait fort bien qu’à court terme on en ait moins, qu’après 5 ans ce soit comme avant et que dans 10 ans ce soit beaucoup mieux que ça aurait été si on était resté dans le canada. L’indépendance ce n’est pas la fin de la politique au québec, mais le début !

Le changement le plus important avec l’indépendance c’est justement la prise de pouvoir qui permettra au gouvernement québécois de rendre effectives ses politiques sans interférence du canada. Pour savoir si un tel changement est souhaitable, chaque électeur devra se poser les questions suivantes : 1-Le québec est-il une nation à part entière, 2- Est-ce que l’état fédéral défend nos intérêts nationaux ? 3- quelles seront les conséquences à court, moyen et long terme de notre choix (d’un côté ou de l’autre)

Le problème, c’est que c’est pas le genre de questionnement dont est capable l’électeur lambda. Les conséquences importantes d’une décision d’un côté ou de l’autre se mesurent dans le long terme et comportent beaucoup d’incertitudes même pour les experts en la matière, et de plus les électeurs ont une tendance naturelle à donner beaucoup de poids aux conséquences à court terme, qui sont à la fois celles qui sont les moins incertaines, et celles qui sont le moins favorable aux indépendantistes. Par exemple la péréquation, on sait bien que c’est toujours juste 1.5% du PIB du québec, et qu’on le regagnerait en 2-3 ans maximum, mais reste que sur le coup ça va avoir des conséquences.

Maintenant, comment malgré ces difficultés rendre le projet indépendantiste mobilisateur ? Cela passe nécessairement par un procès en règle du status-quo canadian actuel, des désavantages qu’il cause par rapport à la répartition des ressources entre les paliers de gouvernement, et de l’impossibilité de le réformer. N’en déplaise aux inclusifs à tout prix, cela passe également par l’identité. Pourquoi défendre la création d’un état pour la nation québécoise si on considère que les nations ne devraient pas exister ? (On remarquera que paradoxalement ceux qui défendent cette position ne plaident jamais pour le rattachement du canada aux états-unis).

Ultimement, à mon avis les québécois doivent faire l’indépendance parce que LES PEUPLES QUI VONT SURVIVRE SERONT CEUX QUI SE SONT DOTÉS D’UN ÉTAT. C’est sûr qu’aujourd’hui, les raisons immédiates de l’indépendance sont plus difficiles à voir qu’avant. Après tout on est plus en 1970 où tout était contrôlé par les anglais. Par contre, il faut garder à l’esprit que la phase de croissance de l’humanité ayant commencé avec la découverte du pétrole en 1850 tire à sa fin, et que bientôt nous devrons gérer la décroissance de l’humanité et les conséquences reliés aux changement climatiques. Présentement nous fonçons vers le mur à tête baissée par force d’inertie. Je crois que nous serons mieux équipés pour l’impact si nous avons un état complet contrôlé selon nos intérêts que si nous laissons aux anglais le choix de choisir comment allouer nos ressources selon leurs intérêts.

On le voit bien, sur l’axe gauche-­droite comme sur l’axe fédéraliste-­souverainiste, le débat n’avance plus. Nous avons depuis de nombreuses années les mêmes discussions, nous ressassons les mêmes arguments. Plus généralement, c’est notre manière de parler de la politique elle-même qui est brisée. […] En dépouillant le débat politique de sa charge affective pour le confier à des experts, nous avons ouvert la porte à de nouveaux démagogues qui, en politique comme dans le monde des médias, ont construit leur carrière sur la création et l’attisement de fausses divisions

Je suis d’accord avec son premier constat : On tourne en rond présentement. Je crois que c’est évident pour tout le monde. Là où je suis en désaccord, c’est sur la cause. Le débat politique ne manque pas d’émotion, il y en a trop au contraire. C’est tout ce qui reste même. C’est pour cela que tous les débats politiques virent à l’hystérie. Ce n’est pas un phénomène unique au Québec d’ailleurs, on le voit un peu partout en occident. Suffit de se rappeler 2012, finalement on avait que très peu parlé de la gestion désastreuse des budgets des universités. Très vite le débat a sombré dans l’émotion. Les carrés rouges contre Charest ! les carrés vert contre l’oppression communiste !

On aurait pu penser que la rationalité aurait pu prospérer dans notre ère où l’information est gratuite, abondante et facilement accessible, mais c’est loin d’être le cas. Premièrement, l’abondance d’information nous noie. On ne sait plus trier l’important du futile, l’intox de la vérité, et l’analyse de la démagogie. De plus, la production infinie d’information, d’analyses et de contre analyses fait en sorte que chacun peut s’informer à l’intérieur de sa propre chambre de résonance formée par tout ceux qui partagent nos préjugés. Ainsi les carrés verts parlent au carré verts, les fédéralistes aux fédéralistes, les indépendantistes aux indépendantistes, et les solidaires à personne parce qu’ils sont tout seuls (je blague).

Cela crée deux phénomènes. D’abord les gens n’intériorisent que les faits et analyses qui cadrent avec leurs biais personnels. Cela tue toute pensée critique. Ensuite, les gens perdent la capacité de voir les choses selon le point de vue de l’adversaire, ce qui encourage les réponses émotionnelles puisqu’on devient incapable de comprendre l’autre camp.

Tout les propagandistes savent qu’on manipule les masses plus aisément par l’émotion que par la raison. C’est pour cela qu’ils contribuent à créer toujours plus d’analyses et de contre analyses : pour nous faire perdre notre temps.

GND espère qu’un mouvement cohérent pourra naître et ainsi changer la direction que prend notre politique. Espoir vain, car aucune coalition ne peut naitre d’un univers intellectuel atomisé, divisé, et qui donne énormément plus d’importance à la parole qu’à l’écoute.

Donc ce que tu dit c’est que il ne faut pas compter sur toi pour l’indépendance , pas une grosse surpirse la 😉

Les fédéraux depuis 1995 ont décidé qu’ils devaient non plus combattre l’indépendantisme, mais l’éradiquer, le détruire et le rayer de la carte une fois pour toutes. Pour paraphraser Jean Chrétien : « C’est la guerre et tous les moyens sont bons ». Largement appuyés par les médias, les fédéralistes attaquent sans relâche sur tous les fronts.

En peignant un portrait misérabiliste du Québec, trop endetté, trop pauvre, trop fermé, trop analphabète, pas assez ouvert, trop ceci et pas assez cela, les indépendantistes n’ont d’autres choix que d’être sur la défensive. Ils perdent énergies et ressources à dénoncer cette sombre image de la réalité et peinent à démontrer qu’elle est mensongère. Les fédéralistes utilisent aussi l’arme du multiculturalisme, dont l’idéologie même nie fondamentalement les nationalismes ; ils font ainsi passer les nationalistes pour des bigots, bornés et xénophobes. Or, le multiculturalisme est toxique parce qu’il encourage les immigrants à ne pas s’intégrer et cette idéologie, totalement dépassée, n’a que peu à voir avec la diversité culturelle. Cette dernière, peut à juste titre être considérée comme un enrichissement dans une société qui partage des valeurs et des buts communs : une société qui forme une véritable nation et non un amalgame informe, constitué d’une multitude de ghettos ethniques.

Quand les indépendantistes doivent se défendre constamment de vouloir former une nation raciste et fermée sur elle-même, quand ils doivent aborder le projet d’indépendance comme si c’était avant tout une question d’ordre comptable, ils se trouvent de facto en position défensive. Ils se positionnent par nécessité en mode réactif et sont en situation de faiblesse au niveau stratégique. Au-delà de la démagogie généralisée, il devrait pourtant être évident qu’aucun indépendantiste n’a pour projet de s’appauvrir ou d’appauvrir le Québec en devenant souverain. On sait de plus que les indépendantistes sont en moyenne plus instruits que les fédéralistes (même si cette différence tend à s’estomper avec les années). L’indépendance ne se fera pas sur des questions de gros sous et de petite monnaie, elle se fera quand une majorité de Québécois sera suffisamment fière pour s’assumer et suffisamment confiante pour s’affirmer.

M. Nadeau Dubois, vous écrivez en parlant de la « crise » étudiante de 2012 : « si le débat s’est envenimé, c’est parce qu’il illustrait à maints égards une impasse plus profonde ». Il me semble que c’est faire preuve d’un certain aveuglement. Cette crise a été provoquée de toutes pièces et mise en scène par Jean Charest pour garder le pouvoir. Après tous les scandales et toutes les rumeurs de corruption et de collusion qui minait son gouvernement, il n’avait aucune chance d’être réélu. Son état-major a donc décidé que la seule façon pour le PLQ d’être réélu était de provoquer une crise totalement artificielle qui permettrait au premier ministre de se positionner comme l’homme fort de la situation et le défenseur de la loi et l’ordre. Essentiellement, les stratèges ont mis en scène le scénario du livre (et du film) « Wag the dog ». En s’attaquant à un groupe généralement militant comme les étudiants, ils avaient le partenaire parfait pour jouer le rôle du « méchant ». En augmentant d’un coup et sans avertissement les frais de scolarité de 75%, la réaction de crise était assurée. La grève était inévitable et c’était l’objectif prévu et voulu. Charest n’a jamais eu l’intention de négocier avec les étudiants ! D’ailleurs, suite à un week-end intensif de négociations, la seule ouverture qu’on ait vue lors du conflit, a provoqué la rétrogradation de Mme la ministre Michelle Courchesne . Elle a été remerciée quasi sur le champ, pour avoir osé déroger du scénario prescrit. L’entente préalable a été déchirée et les étudiants se sont retrouvés manipulés, une fois de plus, en allant s’asseoir à une fausse table de « négociation » sous les auspices de la toute nouvelle ministre de l’Éducation Mme Normandeau.

Mlle Calina. Le mouvement de contestation était beaucoup plus large que celui des coût des études et l’ensemble des médias en ont fait état. Lorsque j’étais à Montréal, je me suis permis une intrusion dans une marche au Centre-Ville où en effet chaque personne revendiquait quelque chose de différent, la pauvreté, le logement social, le coût des aliments, les logements non salubres et combien d’autres.

C’est beau de voir les péquistes en anonyme parlé des autre comme des fédéraliste , le but de créer un pays est être fédéraliste , le choix deviens donc est tu fédéraliste Québécois ou Fédéralsite Canadien , mais bon avec le PQ c’est toujours la faute des Fédéralsite Canadien si eux les soit disant Fédéralsite Québécois sont toujours bloqué , même uan dpar le passé et en 2012 il on recu le contrat de changer les chose de la majorité qu’il on trahis et abandonner a 100% pour continuer a nous garder provincialiste …

M. Moulinneuf, il faut deviner, plutôt que comprendre, les idées que vous tentez de défendre à travers la logorrhée dont vous nous affligez. Vous insultez tous ceux qui ne pensent pas comme vous et vous vous en prenez à tous les partis, sauf un. J’en déduis que c’est ce dernier parti que vous encouragez. Il se trouve malheureusement que votre parti est le meilleur allié de la droite et du gouvernement Couillard. Il lui permet de régner sans partage sur notre destinée et d’imposer des politiques d’austérité destructrices, basées sur une idéologie néolibérale dépassée que même le FMI est à réviser.

Savez-vous au moins que Françoise David a toujours combattu la loi 101, que Khadir a déclaré il n’y a pas si longtemps que pour lui l’indépendance ne voulait pas dire la séparation. Au moins, quand Yvon Deschamps disait que les Québécois veulent un Québec indépendant dans un Canada uni, il faisait de l’humour ; Khadir malheureusement n’en fait pas, il ne fait que se moquer de vous et des nationalistes comme vous qui croient à tort que QS veut faire du Québec un pays.

Donc vous ête Devin péquiste , autremendit charlatan quoi. Je sait qu’il y as pas
de problème avec les idées que j’apporte et défend , mais bien aec votre manque de réalisme et des mensonges a répétition qu’on vous bourre au #PQ. Mais non juste ceux qui pense pas comme vous et font des commentaire en anonyme. Désolé Mr Mme mais il y as 22 parti et vous sembler n’en connaitre que quatre ( je me sen généreux , même le PQ vous semble rien y connaitre. J’encourage QS , ON ( moins depuis leur suivage de PQ ) les vert , les conservateur , les régioniste , etc … J’ai même supporté le PQ avant qu’il ne deviene rempli de traire et menteur qui font le contraire de leur parole.

Votre parti a été 18 mois au pouvoir et y a juste sigé les chèques a Bolduc et garder et protéger la fraude PQ PLQ CAQ …

Le seul parti Qui as pris le pouvoir a part des Libéraux est le PQ / CAQ ( son chef est un tri minsitre péquiste ) et le bordel et les libéraux on continué comme si rien n’avait changé.

La demande de changement de système de crutin , refuser par PQ , demande de changement de système politique de maitre a un de démocratie directe , , refuser par PQ , demande de pays , retarder , refuser , renier , mis de coté par seulement PQ , etc …

Il y a 3 parti néolibérale complice a 100% selon assnat.qc.ca : les pire PQ , leur complice PLQ et leur club école CAQ.

Et avec raison René Lévesque aussi la faite ré-écrire car anglophobe, modification anglophobe rajouté aprèes son départ qui crée un conflictuelle , qui est dommageable pour le francais , et pour l’économie du Québec

Non , Khadir dit exactement que le choix de se séparer ( ouach nom de perdant péquiste , le Canada a été fondé par le Québec , on est pas en couple ) reviens au Québécois-es , ce qui n’empêche pas de faire l’indépendance d’Ottawa et d’enrichir et construire un meilleur Québec.

Yvon Deschamps ce moquait des girouettes péquistes qui bloque le Pays Québec.

Vous êtes lavé du cerveau a croire que QS ne comprend que 2 personne , et tu te fait le perroquet des mensonge des raciste , xénophobe et islamophobe qui divise le PQ de l’intérieur et le rend innaceptable pour 80% des Québécois-es et ainsi nous garde provincial.

Un mot: Venezuela!

Venezuella Pays communiste qui subit les contre cout de sa dépendance absolu au pétrole … Argument aussi imbécile que leur ancien Un Mot : Grèce … le Québec est 21eme – 29 eme pays au monde sur plus de 200 comme GDP …

Premièrement, le Québec est une PROVINCE d’un pays prospère que s’appelle LE CANADA. Il n’est donc pas surprenant que cette PROVINCE occupe la 29e è place dans le monde comme GDP. Par contre, NOTRE PAYS, le beau et grand CANADA occupe, LUI, à 3è place.

D’habitude, les gens intelligents veulent AVANCER ET NON RECULER!!!

Pour ce qui est du Venezuela, c’est d’abord et avant tout un pays SOCIALISTE où TOUTE l’économie a été et est toujours planifiée et régentée par l’État et qui a fait le CHOIX de devenir dépendant de sa politique étatiste et dirigiste, comme d’autres pays socialistes l’on fait avant eux (i.e.: URSS sous Staline, Chine sous Mao, Cuba sous Castro, Corée-du-Nord sous Kim Jong-il, etc…) avec les résultats catastrophiques que nous connaissons tous: famine, besoins primaires non comblés, taux de mortalité effarant, morts par dizaines de milliers, emprisonnement pour des motifs politiques, déplacement forcé de population, etc… TOUTE planification étatique est vouée à l’échec. TOUTE!

On fait la ligne pour du papier de toilette au Venezuela comme on la faisait en URSS pour un quignon de pain rassis. Même politique, mêmes résultats.

Certains autres pays ont failli y passer mais ils se sont réveillés à temps dont la Suède et autres pays scandinaves.

Votre forme de séparation ferait RECULER le Québec d’une cinquantaine d’années et je dis NON MERCI!!!

Exact , pour le moment le Québec est une des province Fondatrice du Canada qui a aidé financièeement en équipement en découverte de territoire en technologie et en population a créer les autess province qui forme le Canada.

Tu Semble croire a tord que grace au Canada le Québec est 21 – 29 eme pays a lui seul. De plus le 3eme pays par GDP est le Japon , le Canada se classe 10eme grace au Quebec qui lui sert de vache a lait depuis 200 ans , et comme les droite-dette compare le Canada a la grece 47 eme et venezuella 48 eme , qui sont de beaucoup plus populeux et que le Canada seul tomberait 39 – 45 sinon plus bas et c’est 21 29 eme si on prend a charg les dette imposer du Canada.

Exact Dans le Canada le Quebec recule et s’endette massivement pour construire le Canada et rien avoir en retour , même le paimenet dus sur la contribution passé est vus comme est reconstruite en péréquation et don des autre province …

Tout les pays sont des États et ce ne sont pas des pays socialiste mais communiste , merci de démontrer ton mensonge et ta folie de droite dette , si le Venezuella avait pas été seulement dépendant du Pétrole il s’en sortirai mieux aujourd’hui.

La Suède et Scandinacie sont socialiste … jamais il n’on été communiste qu’il on combattu directement …

Je veut pas de séparation , je veux l’indépendance , je veut Construire le Québec en pays indépendant et enrichir les Québécois-es car la fédération du Canada nous endette , nous met complice des polueur et fait que des Québécois-es meurt pour le profit pétrolier a grande échelle ( Lac Mégantic )

Voilà la vrai différence entre PQ et ON povincialiste et QS Québeciste , QS ne veut pas appauvirir les Québécois-es ni se fermer du reste du Canada , on veut juste en être indépendant que ce soit en province ou en pays indépendant.

C’est ca le Blocage Québécois , on doit continuer a tout endurer et payer dans le Canada car des gens comme toi se mente et nous mente.

S’cusez…Notre pays, Le beau et grand Canada n’est pas 3e mais bon DEUXIÈME meilleur pays au MONDE:
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2016/06/29/001-canada-indice-progres-social.shtml

http://www.journaldemontreal.com/2016/01/21/le-canada-est-presque-le-plus-meilleur-pays-au-monde

http://www.rcinet.ca/fr/2016/01/20/le-canada-est-maintenant-le-deuxieme-meilleur-pays-au-monde/

Etc… et la forte appartenance du Québec à ce merveilleux pays fait en sorte qu’il en bénéficie LARGEMENT.

Pour ce qui est de l’indépendance, je vous rappelle que Pauline Marois nous a promis cinq (5) ans de bordel économique advenant l’indépendance du Québec, or, quand on connaît le tendance de nos politiciens à nous dorer la pilule pour nous faire avaler leur amas gélatineux de mensonges, on se demande bien à combien de véritables années de « bordel économique’ noua aurons vraiment droit.
Admirez ce qui se passe actuellement en Angleterre suite au Brexit (monnaie dévaluée, chômage en nette hausse, sociétés que se préparent à quitter l’Angleterre, prix des maisons en forte baisse, prix des denrées en forte hausse, gouvernement qui se prépare au pire, etc…) et vous aurez une PETITE idée de la catastrophe qui nous attend si nous entrons à votre cage à homards.

SVP renseignez-vous ADÉQUATEMENT avant d’avancer vos sottises.

Monsieur François 1. Vous avez tout à fait raison « D’habitude, les gens intelligents veulent AVANCER ET NON RECULER! » Le mot clé de votre énoncé étant « D’HABITUDE ». Mais les habitudes au Québec se limitent aux verbiages des Bock-Côté et Nadeau-Dubois.

J’espère que vous pourrez vous en sortir d’une façon ou d’une autre, compte tenu de votre âge que je ne connaîs pas. Pour moi, à 67 ans et ayant ma résidence principale à Ottawa, nous conserverons notre condo à Québec si toutefois nous pouvons l’atteindre sans acheter un véhicule blindé de l’armée canadienne pour s’y rendre dans quelques années.

Au soutient de vos énoncés, vous pouvez constater que le Québec vient au 33e rang des véritables pays au nombre de 185 en 2015, le Canada vient en 21e place. Le GDP du Québec était de 45,047 CAD ou 34,777 USD pour fins de comparaison. https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_GDP_(nominal)_per_capita

« À titre d’exemple, sa dette (celle du Québec) brute équivaut à 54,3 % de son produit intérieur brut, alors qu’elle représente 45 % du PIB de l’Ontario — la province arrive au second rang avec cet indicateur de comparaison. » http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2015/03/11/002-dette-quebec-plus-elevee-pays-indicateur-comparaison.shtml

Pendant ce temps le Canada détient la dette la plus basse du G7 https://www.fin.gc.ca/afr-rfa/2013/report-rapport-fra.asp

Mais encore une fois il faut tenir compte que le Québec obtient un GDP à ce niveau grâce à l’influ des milliards provenant du Canada et que ce même Québec devra subir les conséquences d’une indépendance qui viendra changer son portrait en terme de cote de crédit et valeur de ses ressources naturelles, puisque le Québec est une province qui compte en très grande partie sur ses richesses naturelles, dont le prix est en baisse vertigineuse depuis 10 ans, de la pêcherie de saumons de la grosseur des sardines ainsi que de la foresterie dont les arbres sont rachitiques.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2015/03/11/002-dette-quebec-plus-elevee-pays-indicateur-comparaison.shtml Nous pouvons constater que la dette représente 94% du PIB. Ce pourcentage estle résultat de la dette du Québec à 54.3% et l’endettement des ménages québécois, représentant près de 40% du montant du PIB.

17.8% de la dette nationale appartient au Québec (en chiffre réel) et 23% par capita. Le presque million d’emplois qui sera rapatrié vers le Canada causera un taux de chômage de près de 14.9% supplémentaire à celui déjà existant sans tenir compte de la déconfiture que créera la disparition des services déployés dont j’ai énuméré qu’une brève liste, il y a quelques jours mais aussi des sièges sociaux tels que Bell, Air Canada, Canadien National et combien d’autres entreprises tel que ce fut le cas lors de la prise de pouvoir par le PQ en 1976 et les quatres années précédentes.

Il n’y a pas seulement le GDP qui doit être considéré, il y a le taux de chômage mais surtout la dette du Québec qui est le double (par capita) de celle du Canada (2015-2016). A ce titre l’OCDE la placerait au 27e rang des premiers 100 au monde, dont les républiques de bananes débutent au 34e rang.

En ce qui a trait à l’endettement des familles québécoise, l’OCDE la placerait au 8e rang des plus endettés de la planète ainsi qu’au 95e rang des derniers sur 100 pour leur balance commerciale. La question de la dette par famille est confirmée, notamment par Statistiques Canada http://www.statcan.gc.ca/pub/75-001-x/2012002/article/11636-fra.htm

Malheureusement il m’est impossible de produire certains liens électroniques conduisant aux dits rapports puisqu’ils sont disponibles qu’aux membres.

Vous pouvez étudier dans tous les sens les nombreux problèmes dont le Québec est affligé et les péquoistes devront cesser de pointer le Canada pour le degré de turpitude pour laquelle ils sont les seuls imputables.

85% de la dette du Québec implique directement les péquoistes qui ont réussi à eux-seuls en moins de 30 ans au pouvoir à mettre à genoux le Québec devant ses créanciers et veulent que les Québécois fassent de l’aplaventrisme (sic) avec leur ‘indépendance ».

L’Institut des statistiques du Québec qui reprends les chiffres du FMI, de la Banque Mondiale, de l’OCDE et autres ainsi que ses propres études et données : http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/economie/comparaisons-economiques/interprovinciales/ se trompe t’elle, elle aussi.

Tu viens juste de finaliser de prouver que tu est as enlever de la discussion , BRexit se voulait la sorti ‘un pays indépendant membre d’un accord financier territorial en Europe selon la volotné du peuple d’Angleterre a qui on as menti que l’argent auvé serait remis en serice au citoyens en Angleterre.

Les politiciens ont menti pour sortir du Brexit???

Et Parizeau qui a promis de garder le passeport Canadien, la monnaie Canadienne, les institutions Canadiennes, les frontières Canadiennes, le Commonwealth BRITANNIQUE, et même les fonctionnaires Canadiens pour faire entrer les Québécois dans sa cage à homards???

Vous appelez ça se SÉPARER vous?

Oui Il on décarer transférer argent au NHS et fermer immigration deux des mensongesqui ne dépende pas de l’EU dont il fait sortir l’Angleterre :

http://www.theguardian.com/politics/2016/jun/25/leave-campaign-rows-back-key-pledges-immigration-nhs-spending

1. Parizeau est mort , c’est minable et pathétique de lui faire dire tes mensonges
2. Il as jamais promis de garder passeport du Canada ,
3, #PQ et Maroie parlait de garder argent du Canada , pas Parizeau qui as quitté le PQ , pas les indépendantiste
4. Les Institution du Québec dans le Canada ( Poste Canada comme exemple , pas grand chose au Canada qui est pas une création du Québec )
5 On Vas pas déclrer la guerre au USofA et le Territoire du Québec ancestrale part de L’Alberta et vas jusqu’au Labrador Donc de concéde du terrain pour de l’Argent est tèes correct , contrairement au Indiens du Canada le Québec as les papier de propriété payer et inclus pour le Canada.
6. Non on parle de faire parti du commonwealth comme État indinpendant comme L’Australie , 7.Tu veut dire les Fonctionnaire Québécois qui travaille au Canada.

Je ne comprend pas ton mensonge et peinture de la cage a homard , le homard est pas un produit ou le Québec est trèe compétitif , car justement on n’y investit pas et cache le fait qu’on as le notre pour pas concurencer le homard du reste du Canada.

C’est toi qui parle de se séparer , en mentant. Le Québec est fondateur du Canada et une grande majorité de Québeciste fondateur et constructeur on conclus que le Cnada nous nedette et vole et avec raison et qu’on veut reprendre notre part et dus et faire le Québec indépendant des dette et polution et mensonges des Canadiens

Le Québec indépendant resterait propriétaire du Canda dont il recevrait des paiement pour ses actifs massif qui lui apparienne hors Québec ou le Canada peut nous racheter en payant les trilliard que ca vaut.

Merci de me donner la chance de te rappeller a la réalité et les fait et les papier de propriété et de paiement passé sur plus de 200 ans du Québec au Canada. Le Québec a fait un très beau pays avec le Canada qui lui appartiens , il peut maintenat faire le Québec avec l’expérience acquise de sa premièere propriété.

@ Moulinneuf le 12 août 2016 à 19 h 23 min:

je cesse de vous répondre car vous êtes tellement mal informé que vous en devenez une caricature.

Très bon article. La solution serait-elle la fameuse convergence des partis souverainistes ON-PQ-QS, avec des compromis de chaque part.
Un plan de matche clair vers la souveraineté dans le prochain mandat (étapes claires), des mesures sociales communes (réinvestissement en éducation et dans les secteurs les plus affectés en santé et dans les CPE, évaluer le salaire minimum à 13 ou 15$ l’heure, etc.), des mesures écologistes (blocage du pipeline Énergie Est, électrification des transports du Québec, etc.). Je voterais pour cette convergence et on augmenterait les chances de battre le PLQ et la CAQ. On ne présente qu’un candidat dans 30-40 comtés les plus divisés; on les partage stratégiquement entre les 3 partis proportionnellement aux pourcentages de votes de chaque partis (ex.: environ 65% au PQ, 30% à QS et 5% à ON. Pragmatisme progressiste indépendantiste.

Non , le PQ est justement un parti de compromis qui nous a toujours grder provincial et ON est un suiveux de PQ absent de la politique car justement sans identité propre et unique.

Tout ce que seul QS offre et fait quoi et que le PQ et ON refuse de faire par compromis pour nous garder provincialiste …

Ce ne sont pas le PLQ et CAq qui sont as enlever pour aoir un pays , ce sont le PQ et ON … Eux sont clair il sont contre et ne font pas de compromis.

D’accord que des Candidat de QS partout , il vont tenir parole , pas particpé au vol , dons illégaux , détournement de fond et pas retarder e Pays et quitter après 1 ans pour un offre au privé et nous couter 700k en élection partielle car il sont pas au poste que eux voulait en opposition au PQ.

100% QS = 100% Pays Québec par et pour les Québécois-es.

Ou est PKP ? Déserté …
Ou est Drainville ? Déserté …
Ou est Bédard ? Déserté …
Ou est Zakaib ? Déseté …

Tous des PQ …

Ça fait 50 ans (!) que les séparatistes veulent faire voter « oui » à un peuple que ne veut pas entrer dans leur cage à homards.

Qu’est-ce que vous ne comprenez pas là-dedans?

Tout a déjà été tenté. TOUT!

Les péquistes de l’époque, dont Jacques Parizeau, ont même lâchement abandonné René Lévesque parce qu’ils le considéraient trop amorphe…trop mou.

Il s’est tenu deux (2) référendums que vous avez PERDU alors que les forces souverainistes convergaient dans une merveilleuse symbiose. Et ne venez surtout pas nous dire que le deuxième référendum a été « volé », argument bidon qui sert d’excuse faiblarde des séparatistes pour tenter d’expliquer leur deuxième déconfiture.

Le Québec vit financièrement aux crochets du reste du Canada depuis plus de 50 ans et si l’on regarde la façon dont nous gérons nos champs de compétences strictement provinciales, on constate immédiatement que nous avons de très graves problèmes (éducation, santé, corruption, infrastructures, etc…) lesquels nous peinons à régler.

Le Québec est beaucoup trop à gauche et trop interventionniste pour pouvoir se sortir de ses problèmes. beaucoup trop!

Donc ce que tu it c’est qu’il faut enlever les séparatiste mensonger et mettre de vrai Québeciste. Je suis 100% d’accord.

Qu’est-ce que vous comprenez pas dans le destin du Québec est de passer de province Canadienne as contrôlle de maitre a Pays indépendant par et pour les Québécois-es ?

Sauf d’enlever les provincialiste du PQ et traitre pro compromis et de faire le pays pas jsute parler de le faire et toujours retarder , en commencant par mettre en prison fraudeur du PQ PLQ et CAQ , récupérer fond publique et enrichir les Québécois-es directement.

Faux , Les Péquiste de l’Époque trouvait René Lévesque trop multiculturaliste pas trop mou. Il n’y as plus de vrai péquiste aujourd’hui on as droit au plus grand fraudeur et voleur du Québec , PKP et as des retardatire indéfiniment qui on pas de plan pour rien.

Exact le PQ as tenus deux référendum perdant , il faut donc se déarasser du PQ et des péquiste perdant et ne plus se concentrer a diviser et requalifier ce qui est un Québécois pour garder le même systèeme de maitre et perdant.

Tu as raison le Québecistes indépendantiste doive cesser de vivre dans le passé et construire un pays par et pour les Québécois-es sans PQ ni péquiste pour gagner.

Désolé mais c’est l’inverse le reste du Canada vit au crochet du Québec qui subventionne tout ailleur a perte et ce sans retour , le Canada est une création du Québec et a plus de 150 ans , ton commentaire est celui d’un enfant qui s’approprie le véhicule des parent car il a mis 20$ de gas , Quan dil a ni les titre de propriété , ni les titre d’Assurance , ni fait de paiement et vis dans son monde fantasque.

Pas besoin de régler toutes les fraudes et détournement de fond et destruction de systèeme publique par néolibérau fédéral Canadien et provincial PQ PLQ CAQ ON pour faire un pays , avec 100% de notre argent on risque de pas avoir de manque d’emploi ni de manque de fond pour nos ministère.

Le Québec est mené a l’extrême droite et a jamais eu de gouvernement de gauche , juste centre Gauche avec René Lévesque et on as vus la destruction et démolition qui s’en est suivi avec pour résultat que des compagnie étrangères a part de député et ministre PQ PLQ CAQ et ON on plus d’avantage que nos compagnie qui eux payent tout ici emploi du monde ici et réinvestisse ici.

Mais bon tu semble dire sorton du passé au Péquiste qui mente et y vive , mais tu y reste ti aussi et est sans solution pour le future que ce soit dans le Canada comme province d emaitre ou dans un Pays indépendant par et pour les Québécois-es en démocratie directe avec Québec Solidaire.

Le Québec à l’extrême droite… Quand on sait que nous sommes LES PLUS TAXÉS ET LESPLUS IMPOSÉS en Amérique, on croit rêver.

Je remercie le ciel à tous les jours que des gens mal informés comme vous ne dirigent pas la province de Québec et que nous soyons tous encore sour la chaude protection de notre pays, Le Canada.

Les séparatistes PERDENT du terrain à tous les jours et votre Messie, PKP, vous a abandonnés à votre propre sort et ce ne sont certainement pas les candidats à la course actuelle à la chefferie péquiste qui vont changer les choses.

Vous êtes en fin de parcours et vous êtes à peu près les seuls à ne pas vous en rendre compte.

Exact car les taxes serve a payer des cadeau en priorié a des industrie privé et certain nantis par attaque économique pour endetter les citoyens du Québec.

Le mesonge de dire qu’on est les plus taxé et imposé est faux. Les entreprise paye plus dans les États des États-Unis et les taxes personnelle en Amérique son parmi les plus basse au Québec, seul certain riche dans certain état rogue des états-unis paye mois.

Nous avons aussi fait le choix d’avoir plus de service au citoyens et payer moins cher collectivement et que tous soit couvert

Tu remerci que des gens qualifié , responsable et qui dise la vérité soit bloqué d’empĉher la fraude et vols et destruction du bien communs au profit de certain privé ? Le Canada est la proprité du Québec pas juste notre pays , un fait que tu semble volontairement oublié. Comme fondateur de celui ci on peut décider d’en être 100% indépendant et de toujours recevoir des paiement pour actif dont nous somme propriétaire.

Je ne suis pas séparatiste , je suis Québeciste et indépendantiste dans le Canada ma propriété. pour le moment. PKP est un déserteur du PQ , le PQ est un parti d’extrême droite provincialsite. Je te donne raison les péquiste et le PQ sont as enlever de la politique au Québec , pour que le Québec avance et devienne pays indépendant. Exact 4 sur 5 veulent rester dans le systèeme de maitre fraudeur au Québec et garder le Québec provincial au Canada et la 5eme as pas de parole …

Comment peut-on être en fin de parcour quand nous on viens jsute de commencer a être visible et a joindre le combat ? Tu n’arrive même pas a déterminer qui je suis ni qui nous somme …

Continue a démolir et t’attaquer au péquiste et au PQ , plus vite on les enlèeve plus vite on as un pays Québec et on commence a s’enrichir.

Mon commentaire porte davantage sur « les commentaires » formulés à la suite de l’article de GND. 1) Serait-il possible de n’autoriser que les commentaires qui portent le véritable nom de leur auteur et non les Moulinneuf de ce monde et 2) pourrions s’assurer qu’ils sont formulés dans un fançais convenable et compréhensible… Le débat public serait plus sain si les auteurs avaient le courage d’exprimer leur point de vue à « visière levée ».

Moulinneuf est mon vrai nom …
Je compose un français convenable et compréhensible …

Est-ce pour ca que tu utilise 3-5 nom différent avec le même IP ?

Monsieur Plante. Monsieur Moulinneuf a peut être un français défaillant et une qualité de language discutable mais ce n’est pas selon moi un véritable problème tant et aussi longtemps qu’il ne déborde pas. C’est plutôt ses crises infantiles qui sont désagréables et le manque de connaissances et d,information sur l’histoire contemporaine dont il tient des propos sans aucun fondement.

Le répéting du même verbiage devient à ce point morose qu’il devient sans intérêt de le lire. Je crois cet état de fait, malheureuse mais monsieur Moulinneuf devrait peser ses mots et s’en tenir aux faits réels et non à des quand dira t’on ou de cette « recherche à la sorcière dont il fait pourtant trait avec beaucoup d’à propos

IJe crois que ce jeune homme à des choses intéressante à dire s’il prendrait une autre méthode pour les transmettre que d’effectuer une trainée d’attaques personnelles qui n’ont pas de place dans un véritalble « débat d’opinion ».

Nous pouvons ne pas être de même opinion, mais nous avons tous le devoir de respecter celles des autres. C’est ainsi qu’un véritable débat d’idée prend toute sa signification. La tolérance à toujours meilleure goût.

Au faux nom Wentworth Roger ,

Mon francais n’est pas défaillant ni de qualité discutable , je ne cois pas que de me forcer pour des faux individus soi conclusif a un changement de fausse personalité mensongère a une de vrai identité participante.

Je ne fait aucne crise infantiles , je répond a votre ton employé. Je cherche vos corrrection d »information et d’histioire contemporaine sur mes propos fondé que vous dites inccorecte et n’en trouve aucun. Vus que mes sources son reconnus crédible , véridicte et factuelle , je ne peu que coire que les votre son de think thank et hurluberlus dscrédité qui vous font croire que je suis celui dans le faux.

Mais l’inétêt n’est pas de lire et répondre , mais de comprendre , a la base de la compréhension il faut aussi être factuelle et veridicte , et vus votre faux nom , commentaire non sourcé et copié-colé de mensonge erroné de droite dette prouvé faux , je doute que vous arriviez a faire la disctinction.

Mais vous ne voulez pas débatre , vous voulez dicté vos mensonges et je l’ai compris a vous lire sous vos nombreux pseudonyme que le débat est impossible.

Vous n’avez même pas d’opinion propre a vous même. Il est faux de dire qu’il faux respecter et endurer vos mensonges, justement l’assainissement des débats de gens qui ne sont que des copié colé est primoridal , car une fois ceux ci enlever il reste des progressistes , avec leur vrai nom qui ne sont pas d’accod sur tout mais font avancé les chose vers le meiux.

Allons déclarons la paix , venez au poste de police de longueil avec vos carte d’identité , une fois vos fausse identité établi je vous promet logis et nouriture 😉

Au moins, vous la connaissez la solution. Vous l’avez écrite: »trop de programmes sociaux, trop d’impôts, trop de syndicats. Et chaque jour, on propose les mêmes solutions: moins de public, plus de privé, moins de redistribution et de solidarité, plus de «réalisme» et de «flexibilité». »
L’Ontario est plus riche que nous. Ils payent moins d’impôts, les salaires sont plus élevés, les services publiques sont meilleurs. Pourquoi? Parce qu’il y a moins de syndicats, moins de gauchisme, moins d’impôts, plus de solidarité venant des individus, et non du gouvernement, etc.
C’est pourtant facile à comprendre.
La richesse collective, est la somme de toutes les richesses individuelles. Alors, le premier à encourager et à préserver, c’est la richesse individuelle.
Les ennemis de la société, les méchants, les profiteurs, les boulets, ne sont pas les individus riches. Ce sont les individus pauvres. Ceux qui on besoin d’aide, en fait, ceux qui on besoin qu’on leur foute la paix pour les préserver, sont les individus riches.
Les individus pauvres ramasseront les miettes. Et, le plus qu’il y aura d’individus riches, le plus qu’il y aura de miettes pour les individus pauvres.
Voilà Monsieur GND.
Allez travailler maintenant. Aller gagner de l’argent neuf. Allez créer votre richesse individuelle. C’est la meilleurs façon que vous pourrez aider les individus de notre collectivité québécoise. …

Jacques Lafond c’est bien comment ta non compréhension lui atribue ce qu^’il dit être le problème …

Moins de public fait que des gens a problèeme deveinne de plus gros problèeme locaux et même dangereux …
Plus de privé , veut en faite dire plus de produit pour riche seulement , que les pauvres et classe moyenne crève …

L’Ontario est plus subventionné que L’Alberta et a des tonnes de dette.
Pas selon les Ontariens qui y vivent.

Oui tu ment par droite-dette …

La richesse colective viens des biens collectif , les richesse individuelle , dans le splus haut niveaux sont justement des ennemis du bien collectif …

Actuellement oui les gens riches sont ceux qui cache et fraude ailleur a coûts de plusieur milliards …

Bien sur les riches sont ceux qui contribue a la société en allant investir , leur vol de beins communs en association avec vieux parti ailleurs. …

Le trickle down est de la fantaisie … Il y a ajamais eu autemps de riches au USofA et jamais eu temp de pauvre laissé pour compte , ou sont les maginifique miette et service privé pour tous ? On parle de centaine de million de laissé pour coumpte pas de dizaine de millier ici …

Commencer donc par utilisé votre vrai nom …

Cette rhétorique qui s’appuie sur le paradigme gauche-droite, comme si nous vivions encore dans un monde binaire où chacun peut-être étiqueté, participe plus à bloquer l’avenir qu’à l’éclairer. Cessez de regarder dans le rétroviseur. Alors que des changements sociaux et économiques profonds ont eu lieu et sont en cours, on nous ramène encore des arguments et références aux années 60 et 70. On comprend que la population décroche à force de se faire rabâcher les mêmes analyses depuis 30 ans. Pitié, réveillez-vous tous ! Les problèmes, défis et solutions sont ailleurs !

Les droite dette sont rester pogner en 1940 au plus proche et vous refuser de mettre au pouvoir les progressiste avec des solution de 2016 …

Le projet des péquoistes depuis leur fondation était et fut répété à des millions d’occasions comme étant un “projet de société”. En fait, ce que proposait le PQ était infaisable et le demeure. M. Parizeau a déclaré au lendemain du premier référendum que le PQ n’avait rien préparé du point de vue transfert des responsabilités du fédéral vers la province, ni même l’ébauche d’un budget. Cette entrevue avec Radio-Canada est disponible dans leurs archives.

Les indépendantistes pensaient et pensent encore à tort qu’avec les impôts versés au fédéral, ils pourraient payer l’ensemble des responsabilités dont je n’ai fait qu’une maigre liste, il y a cinq minutes.

Les péquoistes n’ont fait que dire ce que 50% des citoyens voulaient entendre en jouant sur les émotions et non sur ce qui fait tourner l’économie. Ils ont privé et privent encore des multinationales étrangères à venir s’y établir, ce n’est pas nouveau et c’est fortement documenté depuis 1972. Pouvez-vous imaginez le bordel mur à mur qui attendait les Québécois au tournant d’un “oui” au référendum.

Les indépendantistes pensent à tort qu’ils pourront s’emparer des biens du fédéral et que les provinces se mettront à genoux. Ah oui, Ah bon !

Si les plus vieux n’étaient pas suffisamment instruits pour comprendre l’ensemble des problèmes qui leurs étaient caché et le gouffre sans fond dans lequel ils se précipitaient, les plus jeunes sont plus réveillés car plus instruits et informés.

Pouvez-vous imaginer ce que la dette du Québec serait présentement, vous n’avez qu’à consulter le lien électronique que j’ai mentionné, hier pour vous en convaincre.

Parizeau n’était plus Péquiste a sa mort , il faudrait améliorer vos texte de peur pour être actuelle et factuelle et pourquoi toujour le faire en anonyme , travailer vous chez Québécor ?

Je vous ferez remarquer que ce fut la même chose avec monsieur Bouchard. Le PQ était un Parti d’opportunistes et non de personnes convaincues. Seul monsieur Lévesque était un homme vrai, franc, honnête et intègre. Les rapaces qui l’entourèrent voulaient sa « job » et grands nombres n’ont fait que des gaffes coûteuses dont certaines ont encore à ce jour des répercussions.

Et je vous dit menteur , Lucien Bouchard est toujours en vie et ne c’est pas/jamais déclaré non péquiste. ( sortez la preuve contraire directe ) Le PQ est toujours un parti d’pportuniste. Voilà pourquoi je sait , pas de croyance ici , que le PQ est as enlever de la politique au Québec , pour que le QUébec recommence a avancer est ne soit plus bloquer d’être un pays riche par et pour les Québécois-es et non le Québécor un simple changement de nom avec même problèeme et système.

Je n’ai jamais dit que monsieur Bouchard était mort. En plus de ne pas savoir écrire vous ne savez pas lire. Lisez le mémoire « Pour un Québec Lucide » de 2005, https://fr.wikipedia.org/wiki/Pour_un_Qu%C3%A9bec_lucide Il n’y a que les points saillants, mais la démonstration est suffisamment éloquente qu’après avoir été au Bloc Québécois, puis conservateur pour finalement atterrir au PQ nous indique qu’il est un vire-capot (opportuniste).

Vous pouvez aussi lire un sommaire de son mémoire « Pour un Québec Solidaire » « https://fr.wikipedia.org/wiki/Manifeste_pour_un_Qu%C3%A9bec_solidaire. Les deux écrits tentent à démontrer la pauvreté intellectuelle des Québécois sans s’y limiter. Vous trouverez en bas de page le lien qui vous conduit au texte intégral de « Pour un Québec Lucide ». Il est très loin de glorigier les Québécois.

En ce qui concerne mon nom, s’il vous déplaît à ce point, je ne peux rien y faire c’est le seul que je détient depuis ma naissance.

@ faux nom Wentworth Roger

«Je vous ferez remarquer que ce fut la même chose avec monsieur Bouchard.»

1. Il est pas mort. 2.Il ne c’est jamais distancé ou dit non péquiste.

Je ne fait pas la même analyse erroné que votre lecture sélective fait et oui il est opportuniste , mais un opportuniste qui est PQ et Bloc et Conservateur dont il ne c’est jmais di ne plus être.

Encore une fois vous semblez croire que je n’ai pas lus analyser , compris et épondu a ses écris de facon rpofessionel , votre analyse erroné et conclusion douteuse vins de votre copié colé de think thank de droite. On peu avoir un position différente sans porter de jugement sur une société et srtuotu il ne c’est jamais dit ne pas être Québécois. Donc ce sont les perroquetage de vos réponsé écrite sans réflexion et compréhension le vrai problèeme ici.

Venez en faire la preuve au poste de police de longueil , je vous attend avec un lettre d’excuse si vos carte d’identité y prote ce nom , sachant le contraire je risque de vous attendre longtemps …

De grâce, Moulinneuf, allez suivre de cours de grammaire française et de ponctuation AVANT de venir étaler votre ignorance ici…

Ce qu’on espérait c’est un parti qui nous représente comme Québécois, pas un parti politique banal qui n’a rien a offrir de plus que les autres parties. Désolant, on est mieux dans l’opposition, une bonne paye et une critiquse de temps en temps sans suivit.
L’intérêt est perdu depuis Bouchard et s’il fallait que Lévesque sache ce qu’on a fait de son parti……………..
Merci

Pourquoi espérer ? Québec Solidaire existe .. le PQ ca le dit Parti MAfia du Québec avec un chef de la mafia …

Lévesque , Parizeau , Falardeau , etc son mort Canadien car il on crus au mensonges du #PQ …

À entendre l’auteur, la droite est démagogue, la gauche est vertueuse. Retour au petit catéchisme, le diable et le bon Dieu, le noir et le blanc, le zéro et l’infini. Désespérant.

Donc en clair tu te considèere de doite et avait rien d’inteligent a opposer et contribuer car tu es vraiment droite-dette, juste ton habituel na na na je vous vole , temps que vous m’arrêter pas ma continuer gagne de cave …

Après plus de 40 ans de tergiversation et de propagande de la séparation le PQ selon PKP, Lisé, Cloutier et Hivon avouent ne pas être prêt pour convaincre les québécois des bienfaits de la séparation.

Mais selon les adeptes de La Secte tout va très bien au PQ

Solution simple se débarasser a 100% du PQ et des péquiste comme avec Union National , RIN , parti consevrateur et mettre les seul gens de parole et honorable de QS au pouvoir pour vraiment changer le système et non juste jouer avec les taxes et impôts pour que les pauvre payent encore plus pour les riches.

Avec la qualité de son analyse et son discours « vrai », Gabriel Nadeau-Dubois ne cesse de nous inspirer depuis les manifestations des Carrés Rouges. Nous étions alors si fiers de nos jeunes. Et de nous-mêmes.

En quelques semaines, des Québécois de toutes provenances avaient choisi de quitter la morosité et le doute pour marcher dans la même direction. Jeunes et vieux : tous ensemble dans les rues pour affirmer notre refus de l’étroit chemin tracé par nos dirigeants. Ils ont ri (Jean Charest & Cie) des jeunes, des casseroles et de nous… mais la fierté existe encore. Et nous sommes prêts.

Tu oublie la trahison du PQ et des péquiste a 100% qui avait promis régler l’éducation et on tout garder pareil et on acheté les autre jeunes en charge du changement.

Allez vous faire foutre avec votre SOUVERAINETÉ ET LE SOIS-DISANT « BLOCAGE QUÉBECOIS ». Vous nous avez foutu dans un beau bordel lors du printemps arabe et c’est nous les travailleurs qui avons payé pour votre gros party. Quant à votre souveraineté, commencez par informer le bon peuple payeur combien cela va leur coûter pour faire votre souveraineté incluant la baise de leur niveau de vie qui n’est pas si mal présentement. Chaque fois que le PQ vient au pouvoir, c’est pour mettre le Québec dans le rouge. À quant un nouveau partie qui prendra enfin les décisions de remettre les choses en place, avec discipline, honnêteté, sans corruption et collusion tout en respectant la majorité des payeurs de taxes de toutes sortes. Faut bien rêver quant même…!!

Donc tu aime le système de maitre actuelle ou les fraudeur et 1% te font payer leur luxes et te laisse dans la merde ? Et semble-til sans grande éducation.

Pourquoi tu blâme GND pour le printemps Érable ? Pas Arabe , C’est le gouvernement PQ PLE et CAQ qui as protéger et garder la fraude et mauvais sytèeme de fruadeur pour certain maître et financier des vieux parti PQ PLQ et CAQ

Je sait pas ou tu as vus un gros party et de plus je doute que ton petit salaire de simple employé paye grand chose.

Selon les économiste fédéraliste Canadien , pas les Québéciste indépendantiste , le Québec serait une économie de 70% des frais payer actuellement avec une augmentation d’emplie direct au Québec de 300%.

Comment enlever les système frauder et détourner du Canada qu’on paye ailleur qu’au Quéec vas diminuer le niveau de vie ? Le Canada ne fait qu’engrenger l’Argent du Québec our le redonner sans retour dans le reste du Canada , Après la séparation le territoire et avoir du Québec vas inclure toute les industrie majeu qui vont devoir nous rembourser nos fondation de celle ci et ce dans tout le Canada.

Donc la solution est de se débarasser du PQ et des péquistes pour avoir un pays Québec par et pour Québécois-es et sortir du systèeme de maitre Canadien provincial ou le PQ nous garde toujours , 100% d’Accord avec ca.

Exact le but du PQ est de nous endetter , pas de faire un pays Québec et d’enrichire les Québécois-es.

Québec Solidaire existe et est seul parti honnête et avec vrai plan pour enrichire tout les Québécois-es leur redonner le vrai pouvoir avec démocratiedirecte et faire le pays Québec par et pour les Quéécois-es et non le Québécor pour les 1% du PQ.

Justement , le temps de rêver est fini , l faut mettre les pragmatiste , réliste , honnêtte et enrichisseur de QS au pouvoir pour que les Québécois-es gagne vraiment , que les Québécois-es soit l priorité et retrouve leur pouvoir politique avec démocratie directe.

Vous pouvez bloquer le texte proposé hier et encore une fois aujourd’hui mais le texte sera reproduit sous un autre blogue plus tard. Si vous n’aimez pas faire face à la vérité monsieur Nadeau, ce n’est certes pas mon problème mais démontre votre degré de narcissisme.

Pas Monsieur Nadeau qui fait la modération , il t’on bien laissé écrire des tonne de mensonges sous le faux nom d’un think thank de droite USofA , tu devait vraiment être déraillé dans ceux ci , huff ing ton Post publie pas mal de mensonge de fou en blogue tu devrait essayer d’y publier la vaec ton vrai nom …

@ Wentworth Roger,

De temps en temps, il m’arrive d’ëtre d’accord avec vous. Le narcisisme de Nadeau-Dubois est un fait avéré 🙂

« De temps en temps, il m’arrive d’ëtre d’accord avec vous. » (sic)

Une petite faiblesse passagère?

@ François1,

Ô nooonn ! Ma faiblesse est permanente.

Ce que j’ai toujours admiré chez vous, c’est votre clairvoyance, la qualité exceptionnelle de vos commentaires en tous temps, autant de choses qui établissent votre intelligence exceptionnelle et votre supériorité en tout. Sans oublier vos analyses politiques et économiques qui sont tout simplement prodigieuses. Ce qui dépasse le médiocre et vulgaire besogneux que je suis.

Cela ne vous épuise-t-il pas toutefois, d’être en toutes choses dans une classe à part et au-dessus de tout ?

Pour votre gouverne, monsieur Wentworth (ou du moins celui qui se présente sous ce pseudonyme) est au courant de nos différences d’appréciations ; quand au moins, il a une qualité dont vous ne disposez hélas pas, celle de construire et d’étayer ses argumentations.

Vos propos donnent finalement raison à Gabriel Nadeau-Dubois, il existe bel et bien un caractère distinct purement québécois : le génie. Exception faite de l’ensemble de mes propres et médiocres propos, toutes les réactions géniales à ce billet de blogue en font effectivement foi.

Il y d’abord Dieu…. puis les québécois de souche…. puis le reste de l’humanité.

La messe est dite. Ainsi soit-il ! Bonne fête nationale des Acadiens. Cela vaut-il encore la peine d’en rajouter ?

C’est effarand le nombre de textes soumis dont vous ne voulez pas publier, ils vous dérangent, comme je vous le disais hier, ils paraîtron sous un autre blogue de toute façon car je conserve tous mes textes en archives. Bonne journée monsieur Nadeau.

Si il y en as de trop , peut-être son t’il trop long , comporte des attachement , ou votre connexion est mauvaise , les texte son soit en attente , soit publié et/ou rejetté Mais donné le nom de ce bloque pour que je puisse lire d’autre mensonge de droite et copié collé ….

Ouf! Je lis les commentaires de gauche et de droite et je me rend compte qu’ on a bien fait nous les québecois de dire NON , au 2 référendums et que les forces indépendantistes du Québec ne sont pas au même diapason! Les extrémistes ont la paroles facile et des commentaires aussi irréalistes que loufoques ! Notre pays se défend bien au niveau international et les vaches sont bien gardées !!!! Bonne chance à la gogoche qui veulent faire de l’ économie un tunnel sans fin ! Vous êtes vraiment pauvres !

La lecture , sans compréhension est souvent une perte de temps. Est-ce que les Québécois-es on dit non au pays ou il on dit non au Québécor avec le PQ ? Les gens veulent pas partir d’un motel a une tente , et c’est la raison de la défaite total du PQ. Qu’elle diapason ? Je serait intéresser de savoir qu’elle sont les mensonges que tu te compte pour rester dans un provnce frauder a l’OS surtout au fédéral mais aussi appauvri au provincial. Je ne croit pas que tu aillejamais rencontré d’extrémiste de ta vie. Le Canada était #1 , on dégringole depuis 25 ans , On as vus ca a lac Mégantic , la protection du citoyen avant le profit KABOUMMMMMM . On as pas eu de gouvernement de gauche depuis 50 ans. Non vous nous appauvrisser , nous on veut s’enrichir collectivement. Mais bon trèes irrationnele et copié colé comme comentaire habituelle …