Le Liver King veut que vous viviez comme un homme des cavernes

Un influenceur musclé utilise des cascades masculines et militaires pour convaincre ses abonnés que nos corps sont faits pour le mode de vie paléo. La vérité est un peu plus compliquée.

Liverking (Instagram) / Montage : L’actualité

L’auteur est communicateur scientifique pour l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill. Il est titulaire d’un baccalauréat en biochimie et d’une maîtrise en biologie moléculaire. En plus d’écrire de nombreux articles, il coanime le balado The Body of Evidence. 

Faire exploser un lit à l’aide d’un char d’assaut est certainement un choix. Le lit explose au ralenti. D’abord, on voit la terre se soulever derrière. Puis, une boule de feu éclate, projetant en l’air les oreillers et laissant sur le sol une carcasse en bois. Il ne s’agit pas d’un épisode des Stupéfiants (Mythbusters en anglais), mais plutôt d’une vidéo Instagram du Liver King (le roi du foie), qui encourage son million d’abonnés à se débarrasser de la literie moderne en raison des produits chimiques qu’elle contient.

Sur son dernier album d’humour, Robin Williams déclarait que la définition de la pornographie était simple. « L’érotisme, c’est utiliser une plume ; la pornographie, c’est utiliser le poulet entier. » Détruire un lit avec un véhicule blindé ? Ça commence à ressembler à de la pornographie.

Nous souhaitons souvent avoir des réponses simples aux questions pressantes de la vie : que dois-je manger ? comment dois-je faire de l’exercice ? quels dangers dois-je éviter ? Le Liver King — de son vrai nom Brian Johnson, un homme de 44 ans musclé et charnu, à la barbe touffue de naufragé — recourt à l’excès théâtral et accrocheur pour marteler sa solution : la vie ancestrale. Le corps humain, affirme-t-il, est adapté à son lointain passé. La modernité nous empoisonne. Pour être en bonne santé, nous devons vivre comme des hommes des cavernes. Attendez-vous à le voir au balado de Joe Rogan très bientôt.

Il y a un soupçon de vérité dans le mode de vie du Liver King — l’exercice est salutaire, les produits alimentaires très raffinés sont souvent moins bons, et prendre l’air est bénéfique —, mais celui-ci se perd dans ses impressionnants bols d’organes, de moelle osseuse et de foie, qu’il encourage ses téléspectateurs à consommer quotidiennement pour trouver force et bonheur.

Le cœur du problème

Le Liver King résume ses préceptes avec des mots simples : dormir, manger, bouger, bouclier, connexion, froid, soleil, combat et lien. Chacun est représenté par un symbole de style primitif, comme si l’influenceur s’était rendu à Lascaux pour trouver un graphiste.

Nos ancêtres, nous répète-t-il sans jamais préciser de quelle époque de notre histoire il parle, étaient en très bonne santé et vivaient longtemps. Nous devrions donc nous tourner vers leur sagesse si nous voulons être en bonne santé nous aussi.

Cela peut sembler complètement absurde, car nous avons cette idée que nos ancêtres, plus précisément les chasseurs-cueilleurs du paléolithique, étaient en très mauvaise santé et sont tous morts jeunes, mais cette question fait l’objet de nombreux débats. Leur espérance de vie moyenne est facilement tirée vers le bas par le fait qu’il était courant que les enfants de cette époque meurent. Mais même si les chasseurs ancestraux qui ont survécu à l’enfance vivaient jusqu’à environ 70 ans, ce serait une erreur de supposer que nos corps se sont adaptés à leur mode de vie et ont ensuite cessé d’évoluer. Depuis, nous avons connu des mutations génétiques qui nous ont aidés à suivre la transformation de notre régime alimentaire, lequel comprend des féculents et la consommation de lait de vache après l’enfance, bien que l’ampleur de cette adaptation soit encore sujette à débat.

En se basant sur l’idée qu’il se fait d’un chasseur-cueilleur, l’autoproclamé « Roi du foie » épouse une version extrême du paléo, un régime à la mode qui était lui-même semblable au programme de perte de poids à faible teneur en glucides du Dr Robert Atkins. Ce régime est basé sur la présomption que nous savons que tous nos ancêtres mangeaient la même nourriture, ce qui est faux. On regroupe ainsi des populations dont la consommation de viande était très variée et on fonde notre théorie sur une connaissance incomplète de leurs habitudes alimentaires. 

De plus, il existe de plus en plus de preuves qu’une consommation élevée de viande rouge prédispose au cancer, et l’absence apparente de fruits et légumes dans le régime du Liver King peut créer des carences en micronutriments, en substances phytochimiques et en fibres. Ce n’est pas pour rien que le paléo est généralement classé comme l’un des pires régimes par les diététiciens, alors que le régime méditerranéen, plus diversifié, reste en tête. En outre, en matière de durabilité et d’accessibilité financière, le paléo n’est pas génial : la viande coûte cher.

Mais si vous pensez vraiment que le seul moyen d’obtenir le physique de Brian Johnson est de consommer énormément de viande (à cause de ses vidéos dans lesquelles il presse les œufs d’un poisson géant dans sa bouche et tire des galettes Beyond Meat avec un fusil de chasse), deux observations s’imposent. D’abord, des commentaires récurrents au sujet de ses vidéos insinuent le recours à une aide pharmaceutique, le plus drôle étant la question « Où faites-vous pousser vos stéroïdes ? » posée à la suite d’une capsule présentant les 250 hectares de son ranch

De plus, il y a beaucoup d’athlètes végétariens et végétaliens. La consommation de viande n’est pas une condition préalable au fait d’être rapide et fort.

Le principe qui sous-tend la philosophie alimentaire de Brian Johnson va cependant au-delà d’un simple régime paléo : il pense que manger un organe renforcera l’organe correspondant dans son corps, un concept qu’il définit ainsi : « Le semblable soutient le semblable. » Votre cerveau a besoin d’un coup de fouet ? Mangez un cerveau de vache ! Ce n’est pas vrai. Les organes sont composés de tissus, eux-mêmes constitués de cellules, et ils sont tous décomposés en leurs éléments constitutifs de base dans notre intestin. Il n’y a pas d’essence de pancréas qui revitalisera notre propre pancréas lorsqu’elle sera ingérée. « Le semblable soutient le semblable » n’est pas si différent de la devise de l’homéopathie « le semblable guérit le semblable ». C’est de la pensée magique.

Se nourrir de tous ces organes, cependant, signifie consommer beaucoup d’aliments crus. Le Liver King fait cuire un steak de temps en temps, mais vous pouvez le voir saler puis mâcher un foie cru sur Instagram. La viande crue peut contenir des bactéries et des parasites qui risquent de vous rendre malade ou même de vous tuer. À mon avis, il n’y avait pas beaucoup d’hôpitaux à l’âge de pierre.

Crise de foi(e) en la modernité

La glorification du passé se fait au détriment du présent. Le « Roi du foie » nous met en garde contre les dangers des fréquences électromagnétiques, telles que les signaux des téléphones portables et le Wi-Fi, même si le poids de la preuve soutient qu’elles ne représentent aucune menace pour la santé humaine. Torse nu sous un soleil de plomb, Brian Johnson explique à la caméra que sa famille n’utilise pas de crème solaire, car les aliments riches en nutriments sont suffisants, avant d’abattre à la mitraillette une armée de bouteilles de crème solaire. La nourriture ne nous protège pas contre le cancer de la peau. L’influenceur exprime ainsi de la chimiophobie pure, qu’il étend au fluor, aux vaccins, aux plombages au mercure et aux plastiques.

Ce lit qu’il a fait exploser avec un tank ? Il s’inquiétait de ces infâmes produits chimiques perturbateurs d’hormones et des matériaux ignifuges. « Il pourrait y avoir dans le matelas des matériaux ignifuges, des produits chimiques fluorés appelés PFAS ou des phtalates, lesquels, lorsqu’ils sont injectés dans les animaux à une dose élevée, font des ravages », m’a dit le Pr Joe Schwarcz, le directeur de l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill. « Mais on peut difficilement imaginer qu’ils représentent un risque important dans la literie. » Un risque qui ne vaut certainement pas la peine d’être détruit avec un véhicule de guerre de 42 tonnes.

Armé d’un diplôme en biochimie, Brian Johnson affirme audacieusement sur l’un de ses sites Web que 90 % des Américains présentent des carences en magnésium et en vitamines A, D et K. Je ne sais pas d’où viennent ces chiffres sensationnalistes. Environ la moitié des Américains ingèrent moins de magnésium qu’ils ne le devraient, mais les symptômes liés à une carence en magnésium seraient rares. L’apport en vitamine D est un sujet compliqué, la plupart des Américains consomment suffisamment de vitamine A, et la carence en vitamine K est très rare.

Mais si vous êtes convaincu que la plupart des Américains souffrent d’une « carence critique » en vitamines et minéraux et que vous êtes un peu réticent à l’idée de chasser le gibier, le Liver King propose pas moins de 29 suppléments ancestraux, de la thyroïde de bœuf à l’œil de bœuf en passant par desmélanges d’organes spécifiques pour l’homme et la femme. Le contenu de chaque bouteille est censé « soutenir » la santé de tel ou tel organe, conformément à la philosophie de Johnson et à l’exigence légale selon laquelle aucun de ces produits n’est destiné à « diagnostiquer, prévenir, traiter ou guérir une maladie ».

La saveur du mois sur Instagram

Au royaume du Liver King, la santé est un choix personnel. Sur ce point, il ne se distingue pas de la plupart des influenceurs de l’univers du bien-être. Dans une publication, il déclare : « Nous pouvons choisir la vulnérabilité aux maladies, les allergies, la dépression, l’anxiété, la solitude et le manque d’ambition », ou nous pouvons choisir de changer et d’être en bonne santé. Nos choix jouent un rôle, oui : si je décide de consommer de la viande transformée à chaque repas, je m’expose à un risque plus élevé d’avoir un cancer. Mais la santé ne dépend pas uniquement de la responsabilité personnelle. Le statut socioéconomique, les caractéristiques génétiques et les comportements des autres ont une influence directe sur la forme physique et mentale que Brian Johnson souhaite nous voir atteindre. En excluant ces facteurs de l’équation, il rejette la responsabilité de la mauvaise santé sur les malades. Et cela, malheureusement, sert bien ses intérêts.

Je ne vais pas mentir : il est épuisant de voir notre cuisine pop produire des influenceurs santé en utilisant sans cesse la même recette. Les étapes sont simples et lucratives : séparez les groupes alimentaires en anges et démons. Mettre en opposition la bonté inhérente de Dame Nature et la toxicité des matériaux fabriqués par l’homme. Exaltez les mérites d’une tradition ancienne, tristement oubliée mais aujourd’hui redécouverte. Faites bonne figure. Assurez-vous que l’appareil photo de votre téléphone est toujours pointé sur vous. Répétez votre slogan. Et surtout, vendez votre propre gamme de suppléments alimentaires.

L’étape suivante consiste à passer d’influenceur à gourou, un pas que le Liver King n’a heureusement pas encore franchi. Cela signifie devenir un expert en tout, instaurer une dynamique sociale malsaine, saper la confiance en toute autre source d’information, et quelques autres caractéristiques utilement compilées par les hôtes du balado Decoding the Gurus.

Si le fait de regarder le Roi du foie simuler une chasse en retournant un pneu géant et en se servant d’une masse vous incite à faire plus d’exercice, c’est remarquable. La motivation se fait rare de nos jours, et l’exercice est ce qui se rapproche le plus d’un médicament miracle. Mais si vous retenez seulement le message que la santé ne peut être atteinte qu’en dépouillant votre vie de toute trace de modernité — à l’exception, dans le cas du « Roi du foie », de l’équipement de vidéographie qui l’entoure constamment, de la casquette de baseball presque toujours vissée sur sa tête, de l’ordinateur portable qu’il utilise, du ventilateur de plafond dans sa chambre et de l’artillerie automotrice Abbott FV433 dont il semble être épris —, vous êtes devenu la proie d’un autre influenceur dont la philosophie s’appuie davantage sur des vœux pieux que sur la science.

Voilà la vérité toute crue.

Message à retenir :

  • Le Liver King est un influenceur qui affirme qu’une vie saine consiste à manger principalement de la viande (y compris beaucoup de foie) et à simuler des chasses, car notre corps est adapté à l’âge de pierre.
  • Ses habitudes alimentaires ressemblent à une version extrême du paléo, régulièrement considéré comme l’un des pires régimes en raison de ses risques pour la santé et de ses carences nutritionnelles potentielles.
  • Il montre de nombreuses similitudes avec d’autres influenceurs en santé : classer les aliments dans une bonne ou une mauvaise catégorie, présenter la santé uniquement comme un choix individuel et utiliser des cascades pour attirer l’attention.


La version originale (en anglais) de cet article a été publiée sur le site de l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill.

Les commentaires sont fermés.

Mais évidemment, la folie fait partie de ce monde, et à une échelle plus élevée que l’on pense. Et des brebis égarées, y en a plus qu’une par troupeau. On n’a qu’à regarder les manifestations où le QI de groupe frôle le niveau d’un enfant de 10 ans.