Le meilleur du pire des prénoms de 2014

Certains prénoms sont plus difficiles à porter en société que d’autres. Clitorine fait partie de ceux-là. Estie et Defeck aussi.

Photo © Getty Images
Photo © Getty Images

Imaginez la scène. C’est le jour de la rentrée scolaire, après les vacances estivales, et le professeur appelle les noms des enfants qui formeront sa classe. Mathis ? « Présent. » Emma ? « Présente. » Clitorine ?

Tous les goûts sont dans la nature, a-t-on coutume de dire. Mais de l’avis général, certains prénoms sont plus difficiles à porter en société que d’autres. Clitorine fait partie de ceux-là. Estie aussi. Tous deux font partie de la cuvée 2014 des pires prénoms donnés à des enfants, selon le palmarès des (Z)imparfaites.

Cette liste, établie à partir des registres de la Régie des rentes du Québec ainsi que des suggestions des internautes, fait la part belle aux prénoms courants orthographiés de manière assez singulière, tels que : Lu-K, Lohyck, Phylix, Caçandra, Aulivya, Mathiace, Gabry-Aile, Mathiou, Djeepy, Loucy, Rock’s-Ann, Joe-Nas, Zonathan, Yugo et Isa’Bell.

Nancy Coulombe et Nadine Descheneaux, les fondatrices des (Z)imparfaites, y voient un symptôme de la « désolation du français ». « On a beau dire qu’il n’y a pas de fautes dans un prénom, Kasandra avec un seul « s », ça se prononce Kazandra. Il y a des limites à ne pas franchir », a expliqué la première à Marie-Michèle Sioui, de La Presse.

Les prénoms du palmarès des (Z)imparfaites se distinguent par leur originalité (Marie-Thé, Maniphone, Mael-Soleil, Voullnette, Vaneloppe), leur apparente confusion (Clémentoine, Léophélix, Adève, Cloémie, Richarde), voire leur référence à la pop culture (Eugene-Batman, Thor, Billie-Jeanne, Galadrielle). D’autres sont simplement fantaisistes : Defeck, Étouale, Divine Nana (il s’agit d’un garçon), Love-Denise, Alert, Macarena…

Au Québec, William, d’un côté, et Léa et Emma, de l’autre, trônent au sommet du classement des prénoms les plus populaires depuis 2009. Une tendance qui se reflète à l’échelle canadienne, comme le montre le classement des prénoms en vogue établi par BabyCenter Canada à partir des formulaires d’inscription des internautes.

FILLES

2015-01-05 15_57_19-Canada's top baby names for 2014 - BabyCenter Canada

GARÇONS

2015-01-05 15_56_58-Canada's top baby names for 2014 - BabyCenter Canada

Mise à jour : une version précédente de mon billet laissait entendre que des enfants avaient véritablement été nommés Gougueule et Poutine, notamment, alors qu’il s’agit clairement de suggestions inventées par les lecteurs des (Z)imparfaites pour s’amuser. Mes excuses.

À lire également : Le meilleur du pire des prénoms de 2013

Les commentaires sont fermés.

Selon le registre de la Régie des Rentes, il n’y a pas un enfant qui a été nommé Gougueule entre 2008 et 2013… C’est si facile faire une petite vérification…

Bonjour, Mariève ! En fait, Gougueule est un prénom totalement inventé par les lecteurs des (Z)imparfaites, qui souhaitaient s’amuser un peu en surfant sur cette vague de prénoms insolites. La mention a été corrigée. Merci pour votre message.

En fait, c’est à partir de oui dire car la vraie liste sort en avril pour l’année 2014.

En fait, il faut écrire ouï-dire ou ouï dire mais c’est un « i avec tréma » qui vient du verbe « ouïr » qui signifie « entendre », et non pas le « oui » qui signifie une affirmation.

« entendre-dire » comme dans « j’ai entendu dire », me semble c’pas compliqué la langue française!

Si vous regardez comme il faut le palmarès des (z)imparfaites, vous remarquerez que Gougeule est un nom qui fait partie de la catégorie «inventés par les lecteurs», donc qui n’est pas un vrai nom donné… Même chose pour iföne et poutine. Je veux bien croire qu’il y en a des étranges, mais il y a des limites ! Il faut bien lire la liste avant d’en tirer des conclusions trop hâtives….

Vaneloppe fait parti de la pop culture, c’est le nom d’un personnage dans Wreck-It Ralph.

Pop-culture, LOL! Tous ces nouveaux petits Liam, Clarke, Christopher, Anthony, Ava, Brooklyn et Abigail ne resteront-ils pas pour toujours des Tremblay? Je dis plutôt asservissement (assimilation?) à la culture anglo-américaine dominante.

Et VEDETTARIAT INSTANTANÉ et sans effort! Tout pour que notre rejeton s’attire l’attention sans avoir à développer un talent RÉELLEMENT DIGNE DE MENTION. Vite une recette prêt-à-porter style Hollywood pour faire se braquer les caméras (comme quand, à coup de flashes, on les intoxiquaient nous-mêmes dès la naissance). Par la suite, n’importe quoi «GENRE (sic!)» Star Académie, Loft Story, les «SELFIE» (narcissisme ultime), les tatoos, les piercing, les déguisements et les vêtements griffés, la sexualité pré-pubertaire affichée, le gang, la cyber-intimidation, l’automutilation et, pourquoi pas, le suicide à la limite, pour qu’ils restent sous les projecteurs. Hop! Soyons tendance pour propulser le petit hors de l’anonymat et, sous prétexte d’ORIGINALTÉ, comme le prétendront sûrement sans sourciller les parents inconscients (ou cruels…) de Clitorine et d’ Estie, SURTOUT pas de patronyme hérité de notre culture à nous, à moins d’en triturer irrémédiablement l’orthographe originelle!

Comme tous ces petits révolutionnaires de pacotille le disent à l’envi et à l’unanimité, «MY GOD!», pas assez CHILL!

Ô DÉCADENCE, quand tu nous tiens!

Nice! Pourquoi est-ce que le Québec n’a pas de police des noms, comme la France? Comment Cliotrine a-t-il pu passer sans problème? Espérons que ces parents originaux ou détraqués seront prêts à couvrir les frais pour un éventuel changement de prénom.

Il n’y a pas de Clitorine inscrite dans le registre. Il semble que ce soit une rumeur urbaine.

Je trouve désolant que des parents se pensant drôles ou originaux donnent des noms à leurs enfants qui ne leur feront que du tort plus tard. Certains pays ont des réglementations strictes en ce qui concerne l’attribution de prénoms. À voir ce que j’ai lu ici, le Québec devrait se doter de tels règlements. Triste constat du quotient intellectuel de certains de mes compatriotes!

Vous avez parfaitement raison surtout que ce sont ces pauvres enfants, pas les parents, qui vont en subir les conséquences non seulement à l’école où les enfants sont souvent cruels les uns envers les autres sur les noms et prénoms mais aussi tout au long de leur vie, et on devrait protéger ces enfants contre l’imagination débridée de leurs parents.

Ce que je remarque c’est la proéminence de prénoms à consonance anglophone, surtout du côté des garçons. Je trouve ça déplorable dans notre supposée province francophone.Je ne crois pas que l’inverse soit vrai en Ontario ou dans n’importe quelle autre province. Les anglo ne donnent pas de prénom français à leurs enfants et à mon humble avis ils ont raison..

Si vous faites référence à la liste qui apparaît dans le texte, il s’agit semble-t-il (et heureusement!) d’une liste canadienne de Baby Centre Canada, donc qui comprend le pays en entier et ça expliquerait la prépondérance marquée de prénoms en anglais. Comme pour le reste, les francophones ne pèsent pas beaucoup dans ce pays a grande majorité anglophone ou anglophile.

Macarena est un prénom fémin latino. La fameuse chanson ne portait donc que sur une fille nommée Macarena, tout comme Hélène de Rock Voisine ou Lison de Michel Louvain.

Assetou est un prénom africain. Il n’y a qu’au pays des Pineault-Caron pour faire une association avec « A sait tout ». Les autres pays francophones disent « Elle sait tout » et ne font donc ausune association avec « Assetou ».

Ce palamarès des (Z)imparfaites pourrait être amusant s’il n’était pas rempli de dizaines de noms « étrangers » qui n’ont rien -mais absolument rien- « d’étrange ». Une fois de plus, les (Z) imparfaites alimentent l’ethnocentrisme.

P.S.
1. Clitorine n’apparaît pas sur les registres de la Régie des rentes du Québec
2. Plusieurs noms se voulant originaux ne démontrent que le faible taux d’alphabétisation des Québécois. Être original et ne pas savoir écrire ce sont deux choses différentes.

Cette manie de nommer ses enfants pour s’amuser ou pour déclarer son admiration à une évanescente vedette médiatique. Pourquoi ne pas les appeler Facebookie ou Twit?

Six prénoms féminins sur les 10 premiers qui se terminent par un A. WOW
Avouez que c’est rare en français un prénom féminin qui se termine par un A (faites le tour autour de vous: combien de filles portent un prénom qui se termine par un A à part Sandra, Sonia et Léa)

Les prénoms de filles se terminant en A sont revenus à la mode. C’est tout.

Au Québec, qui n’a pas de tantes ou de grandes-tantes nommées Alberta, Amanda, Rosalba, Gemma, Rosanna, Graciela et/ou Régina ?

Hey! Jack2, C’est vrai, à ce rythme, on va finir avec un hymne national «GENRE» Mambo#5 de Lou Vega:

A little bit of Monica in my life
A little bit of Erica by my side
A little bit of Rita is all I need
A little bit of Tina is what I see
A little bit of Sandra in the sun
A little bit of Mary all night long
A little bit of Jessica here I am
A little bit of you makes me your man

source: http://www.lyricsondemand.com/onehitwonders/mambo5lyrics.html

LOL!

J’aimerais bien savoir ce qui arrive avec les jeunes parents qui ont déjà chacun deux noms de famille ; par exemple, Julie Archambault-Beauregard qui a des enfants avec Sébastien Castonguay-Drapeau. Quels noms de famille donnent-ils à leurs enfants? Quelle est la tendance prédominante? On ne peut quand même pas appeler quelqu’un : Jean-François Archambault-Beauregard-Castonguay-Drapeau…

Jeff ABCD… juste pour rire… la porte était grande ouverte…

Notre famille ne porte qu’un patronyme (10 lettres) et des prénoms francophones… un devoir de mémoire envers ceux qui nous ont précédés.

Ah! OK! Mort-au-bord-de-l’eau avec le-moine-à-l’air! Ben coudon! Ça fera peut-être pas des enfants forts !!!

J’aime les prénoms qui rappellent un lieu géographique (ville, pays, mer, iles, région) mais ils devraient avoir un lien avec l’enfant ou la vie du couple et s’harmoniser avec le patronyme familial. Dès lors, la langue française ne joue plus puisqu’il s’agit de noms de lieux: Brooklyn, Niagara, Laurentia, Cruz, Berlin, Dakota, France, Madison, Tennessee, Sahara, etc.

J’ai connu une famille nomade du Sahara qui ont prénommé leur fils Ténéré du nom du même désert où l’enfant est né.

J’aime aussi les noms de couleurs et de pierres précieuses comme prénoms mais on les retrouve surtout en anglais: Blue, Jade, Ruby, Rose, Violet, Blanche, Esmeralda, Émeraude, Saphir.

J’adore les prénoms des enfants de Corey Hart et Julie Masse: India, Dante, River et Rain.

Juste pour rire: Marie de Montréal, dont le prénom prêche par sa simplicité et sa conformité à notre tradition religieuse, serait-elle parente avec Jésus de Montréal?

Je me suis inspirée du titre de film « Jésus de Montréal ». Je suis effectivement une Marie qui habite Montréal. Et mon fils… a choisi un chemin non-conventionnel qui me ferait pleurer comme une Madeleine 🙂

C’est quand même drôle lorsque la question est posée par Jean Ste-Marie… se cherche-t-on de la parenté? Juste pour rire. 😉

Actualité: Serait-il possible de placer le « choix des pages » (1-2-3…) en bas de page au lieu de le retrouver en haut de page. Le fait que ce soit placer en haut de page, oblige à remonter la page pour voir la suite. Logique?

Ma fille se nomme Prunelle, je lui ai donné ce nom car elle avait le même iris que moi, et j’aimais bien l’idée de dire » je tiens à toi comme à la prunelle de mes yeux ». Plusieurs personnes autour de moi n’aimaient pas ce prénom alors sur son certificat de naissance j’ai inscris trois autres prénoms plus traditionnels en me disant qu’il n’y aura qu’à en changer si elle n’aime pas.Aujourd’hui elle a 32 ans et n’a jamais voulu changer son prénom puisqu’elle l’aimait vraiment. Toute petite elle aimait dire à ceux qui trouvait son prénom bizzare, qu’elle se nommait comme cela car sa maman tenait à elle comme à la prunelle de ses yeux (en fait je l’aime beaucoup plus que mes yeux!!!),et plusieurs de ses amies l’enviaient. Alors il n’est pas toujours question de martyriser des enfants lorsqu’on donne un prénom rare que d’autres trouvent horrible….C’est si facile de critiquer la façon de faire des autres….