Le Plateau, ses bobos et ses «maudits Français»

Mythe ou réalité : le Plateau est La Mecque des bobos ?

Photo : Instagram « Les bobos »
Photo : Instagram « Les bobos »

La simple évocation du Plateau-Mont-Royal et de son maire Luc Ferrandez suffisent à déclencher des crises d’urticaire à bon nombre de Montréalais et de Québécois. Dans un billet publié en juillet, mon confrère Mathieu Charlebois se demandait : « D’où vient donc cette haine contre le Plateau, cette conviction qu’il ne s’y fait rien de bon, jamais ? » La réponse lui est revenue comme une balle de la part d’un internaute, Christian F.

« Où est la vie de quartier??! Un ramassis de taudis qui s’enfoncent, entourés de squeegees, de quêteux, de rues où il est impossible de stationner, sans aucun espace vital, peuplés de carrés rouges et de bobos snobs qui croient être à l’aise mais vivent comme des pauvres, dans un quartier de pauvres. »

Cette longue liste de reproches fait la part belle à la soi-disant convergence vers le Plateau de ces bobos (bourgeois bohèmes) chantés par Renaud et parodiés par Marc Labrèche et Anne Dorval dans la série éponyme. Alors, mythe ou réalité : le Plateau est La Mecque des bobos ?

La réponse est… réalité, à en croire ICI Radio-Canada, qui s’est penché sur les clichés qui collent à la peau des Montréalais dans une fascinante série de billets.

Pasquale Harrison-Julien s’est plongé dans les données de Montréal en statistiques pour vérifier si le Plateau attirait bel et bien cette population aisée, jeune et cultivée et à la recherche de valeurs authentiques et de créativité, selon la définition du Petit Robert.

De fait, c’est bel et bien sur le Plateau que réside la population la plus jeune de l’île de Montréal, avec un âge médian de 34,1 ans et le plus fort pourcentage de personnes âgées de 25 à 34 ans. C’est aussi dans l’arrondissement du maire Ferrandez que vivent le plus d’artistes – 9 015 personnes travaillent dans le milieu des arts, de la culture, des sports et des loisirs. Un autre cliché qui se vérifie : le Plateau aime particulièrement le vélo, puisque 11,6 % de ses habitants l’utilisent pour se rendre au travail. Et devinez où le pourcentage de célibataires par rapport au nombre d’habitants est le plus élevé ? Dans le mille, sur le Plateau ! Et les carrés rouges ? Difficile de préciser leur nombre, mais le Plateau accueille la deuxième plus forte population montréalaise de diplômés universitaires (44 085), après celle de Côte-des-Neiges — Notre-Dame-de-Grâce.

Un autre cliché à la vie dure : le Plateau serait le repaire des Français du Québec. Vrai ou faux ? Le magazine L’Express nous donne la réponse dans un reportage publié durant la visite officielle du président François Hollande, cette semaine : 28 % des 100 000 expatriés français vivant à Montréal auraient choisi de s’installer sur le Plateau, ce quartier « passé d’une ambiance populaire et familiale à celle d’un ghetto à bobos ». La journaliste Nathalie Schneider écrit ceci à propos des « maudits Français » :

« Arpentez l’avenue à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, vous y croiserez immanquablement des grappes de jeunes en doudoune Canada Goose et en bottes Sorel, sac à dos Quechua négligemment porté sur l’épaule. Et si vous demandez l’heure à l’un d’eux, vous savez déjà qu’il vous la donnera avec l’accent de Neuilly-sur-Seine ou de Toulouse, en écrasant sa clope sur la chaussée. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site d’ICI Radio-Canada (« Les bobos du Plateau existent, en voici la preuve ») et sur le site de L’Express (« A Montréal, les « maudits Français » font débat »).

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

10 commentaires
Les commentaires sont fermés.

«le Plateau attirait bel et bien cette population aisée, jeune et cultivée et à la recherche de valeurs authentiques et de créativité»
Alors il est où le problème!?!… pfff, ils sont jaloux, voilà tout!

Une population ( les artites) qui vit de subvention, aisée où pas, reste une population de B.S.. Et en quoi vos maudites valeurs sont plus authentiques que celles de la population en générale. Quoique dans un monde oû plus t’es dégénéré plus t’es cool, ça fuck les valeurs un peu.Et la créativité, avec la merde qui se produit au Québec, ça fait un bout quelle est morte.

3 fois au cours des 5 dernières années, l’Academy a retenu un film québécois parmi les 6 meilleurs fait au monde pendant l’année dans une langue autre que l’anglais, i.e. le français,l’espagnol, le portugais, l’italien, l’allemand, le polonais, le russe, l’arabe, le turc, l’iranien, l’hindi, le chinois, le vietnamien, le coréen, le chinois et j’en passe.

C’est ce que vous appelez de la merde?
Lâchez donc les radios-poubelles et achetez-vous donc des livres pour sortir de grande noirceur

Dans les années 70 on en aurait dit tout autant en ce qui concerne Outremont….On atterrissait là entre le centre commercial Wilderton et l`avenue du Parc, Laurier,Côte Ste Catherine et Wiseman. La seule exception : On portait cravate et pattes d`éléphant et on allait souper dans un p`tit resto sur Bernard ou chercher notre poulet,( patates,sauce…hum,, )à la fameuse rôtisserie portugaise rue St Viateur ! Quant au reste : ce sont les mêmes remarques !

Je comprends mal le désir de confirmer ou infirmer la gentrification évidente d’un quartier comme le Plateau, que l’on parle de ses bobos ou de ses Français – pour ce pas oublier sa « clique » de journalistes, publicitaires, gens de comm et du monde culturel qui mettent un spotlight persistent sur un quartier spécifique pour si le reste de Montréal était peuplé de barbares et de méchants pauvres.

Il est où le problème? Oui le Plateau a une place exagérée dans le paysage social et culturel montréalais, puis après? Certains Montréalais sont très contents de vivre loin du Plateau et de se faire ainsi oublier parce qu’ils n’habitent pas le centre de l’univers: on a la paix, au moins. 😉

J’ai grandi et ai fait mon secondaire sur le Plateau il y a des lunes. Ma blonde aussi. J’ai donc connu le Plateau du temps que tu connaissais ton voisin. Du temps que la fille de la voisine d’en face gardait les enfants. Du temps que les gens agés pouvaient y vivre.

Ce nouveau Plateau est très différent. On connais seulement le voisin si 1) il est de la même boîte que toi 2) fréquente les même bar et resto 3) sa blonde est une superbe nana. Tes flos, si t’en a, c’est ton ex qui s’en occupe – toi, t’a pas la place. L’ado d’en face, tu la reluque.
Et avec l’embargo sur les voitures, il est impossible pour une personne agée d’y fonctionner. Comment faire les emplettes quand on est a mobilité réduite dans les rue labyrinthines du Plateau? Pour une personne agée, certainement pas en vélo. L’hiver. Merci Mr le maire.

Cet univers démographiquement uniforme me fait tellement penser au film Logan’s Run; un endroit où il fait bon vivre juaqu’à un âge prédéterminé; suite à ce point, on t’élimine. Un monde oü personne ne peut viellir. En fait, le Plateau est maintenant une espèce de Club Med.

Tant qu’à l’appellation « bobos », je ne l’ai jamais entendue sur le terrain. Ce que j’entends, c’est plateauzoïdes. Plateauzoïdes. Pas « bobos », cette appellation controlée qui doit être valide puisque validée de l’extérieur. Non. plateauzoïdes… Mentionné avec amusement par les autochtones qui demeurent encore sur place.

Plateauzoïdes.

Vous aimez?

Oui, mais ce que les Québécois ne semblent pas avoir vraiment réalisé, c’est que dans 50 ou 100 ans maximum ils seront minoritaires dans leur propore pays, puisqu’ils ne font plus d’enfants et qu’il accueillent une tonne d’immigration.
Ils seront alors une Première Nation comme les autres….
Et à ce moment-là, leurs petits-enfants ou arrières-petits-enfants en voudront à leurs ancêtres de n’avoir pas mieux protégé leur peuple, leur identité, leur langue, leur pays.
Et quand ils seront noyés parmis les populations d’origines moyen-orientales, africaines, asiatiques, caribéennes, sikhs, sud américaines, et j’en passe, ils se diront que finalement ils auraient peut-être dû en accueillir plus de maudits français, parce qu’au moins ils avaient plus de points communs avec eux qu’avec les autres…….