L’école passe au courriel

Les 25 000 élèves de la commission scolaire Lester-B.-Pearson, dans l’ouest de l’île de Montréal, n’ont plus besoin d’écouter la radio, les jours de tempête, pour savoir si leur école est fermée. Depuis février, ils reçoivent un message téléphonique ou un courriel de leur établissement !

La commission scolaire anglophone Lester-B.-Pearson a adopté le système de communication américain Connect-ED, qui permet à ses 60 écoles et centres de formation d’envoyer en quelques minutes des messages d’urgence (tempête de neige, retard ou accident d’autobus, etc.) ou tout autre renseignement, comme la date de la prochaine activité parascolaire ou les jours des examens. « Avec cette technique, nous sommes assurés que l’information se rend aux parents, dit Marcus Tabachnick, président de la commission scolaire. Dans le passé, les élèves oubliaient parfois les mémos en papier dans leur sac d’école. » Reste que le système coûte cher : 80 000 dollars par année !

« Cela représente une économie d’environ un million de feuilles de papier par an », se défend Marcus Tabachnick.
Bombardera-t-on les parents de messages pour rentabiliser l’outil ? « Non, nous n’en enverrons pas plus de trois par mois, dit-il. Nous ne sommes pas une entreprise de télémarketing. »

Les plus populaires