Les climato-pas-vites sont parmi nous!

Pour 39 % des Canadiens, la calotte glaciaire fond à cause… des pingouins qui ont des problèmes de flatulences? Allez savoir.

Photo: derdento/Pixabay
Photo: derdento/Pixabay

Croire que les changements climatiques n’existent pas ou qu’ils ne sont pas causés par l’humain, en 2016, avec toutes les données scientifiques accessibles, ce n’est plus être «sceptique»: c’est ne pas être vite-vite.

Et les climato-pas-vites sont parmi nous, au Canada, au Québec. Une nouvelle étude pancanadienne publiée à la fin février permet de le constater.

On y apprend que 79 % des Canadiens estiment que les changements climatiques existent. C’est bien, mais ça nous laisse quand même une personne sur cinq qui se dit «ça a ben de l’allure» quand Éric Duhaime sort sa preuve que le réchauffement climatique est une arnaque: «Faisait frette à matin, hein?»

Pourtant, la planète se réchauffe bel et bien, et le climat est aussi instable que l’humeur de Kanye West. Ce sont là des faits à ranger dans le classeur des certitudes, avec la mort, les impôts et le fait que Mathieu Bock-Côté n’a jamais écrit une phrase de moins de 10 mots.

Au point où nous en sommes, j’ai l’impression qu’on vient de m’annoncer que 21 % des Canadiens ne croient pas à la gravité et sont convaincus que ce sont de petits gnomes invisibles qui tirent les objets vers le sol.

Le bon côté, c’est que ça reste mieux que chez nos voisins du Sud, où ce nombre atteint 37 %. On peut donc encore voir l’Américain moyen comme un cousin un peu nono, prêt à voter pour un politicien qui dit tout haut ce que ceux qui ne pensent pas trop disent aussi tout haut le reste du temps. Quand on met la barre bien bas, on se rassure facilement.

L’étude révèle du même souffle que 61 % des Canadiens jugent que la hausse du mercure s’explique «en partie ou surtout» par l’activité humaine. Pour 39 %, la calotte glaciaire fond à cause… des pingouins qui ont des problèmes de flatulences? Allez savoir.

Pourtant, la science ne niaise pas avec la puck: les changements climatiques, c’est autant notre faute que La tournée des idoles. Il n’y a rien d’autre à blâmer que l’espèce humaine pour le climat maniaco-dépressif et la carrière sans fin de Michèle Richard.

Les détails de l’étude nous apprennent aussi que le déni de la science du climat n’est pas équitablement réparti partout au pays.

Dans la circonscription albertaine de Fort McMurray—Cold Lake, à peine 33 % des répondants se disent en accord avec l’affirmation selon laquelle le réchauffement est surtout ou en partie provoqué par les activités humaines.

Et vous savez ce qu’on produit à Fort McMurray? Si vous avez répondu des bobbleheads de David Suzuki et des bacs de recyclage, vous n’y êtes évidemment pas: Fort McMurray est au centre du plus grand gisement de sables bitumineux au Canada.

À force de se rentrer la tête dans le sable (bitumineux, à n’en pas douter), les Fort-McMurr… ay… iens? gens de Fort McMurray ont attrapé un cas grave de «c’est-pas-ma-faute».

Ça se comprend bien, au fond. Qui a envie de regarder ses petits-enfants dans les yeux en leur disant: «Si jamais tu dois développer des branchies pour pouvoir habiter à Montréal, ce sera de ma faute»?

Reconnaître que les changements climatiques sont notre création, c’est aussi se dire que c’est à nous d’essayer d’inverser la situation. Mais comment? Quand on leur pose la question, les deux tiers des Canadiens appuient le concept du «cap and trade» (plafonnement et échange). Pas étonnant: personne ne sait exactement ce que c’est, mais on sait que ça ne nous demande RIEN. On peut laisser «les autres» s’occuper du problème. Parfait! Embarque dans le char, chérie, on s’en va brûler du gaz pour rien pour fêter ça!

De la même façon, les urbains sont plus prompts que les campagnards à reconnaître que c’est l’humain qui a le doigt sur le thermostat. Et ça se comprend bien ça aussi.

Facile pour moi, qui habite à deux pas d’un métro, de déclarer que c’est pour sauver la planète que je n’ai pas d’auto, que je composte, recycle et marche jusqu’à mon travail. Tout ce qui me permet de réduire mon empreinte écologique m’est fourni sur un plateau de carton recyclé.

La vérité, c’est que si j’habitais à Normétal, j’aurais une automobile et sans doute une motoneige. Pas parce que je serais un pollueur sans cœur qui ferait brûler ses vieux pneus juste pour faire suer Steven Guilbault. Par nécessité. Parce que le transport en commun, là-bas, c’est de faire monter son labrador sur le siège du passager quand on fait deux kilomètres pour acheter une pinte de lait.

Bref, changer, c’est difficile et je comprends ça. Reconnaître qu’on doit changer, ça aussi ce n’est pas facile. Je comprends ça.

Mais ça ne change rien aux faits, mon ami le Canadien climato-pas-vite. Les changements climatiques existent, et ils sont de ta faute. C’est tout. Maintenant, monte dans ta chambre réfléchir à ce que tu as fait. Tu redescendras quand tu seras capable de prendre tes responsabilités, comme une personne raisonnable.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

30 commentaires
Les commentaires sont fermés.

DANGER !! Cet article est pure propagande. »si tu ne crois -pas- que l’homme est responsable des changements climatique, c’est que t’est pas vite vite du cerveau » Hé oh!! ne croyez pas cela,, Ne laissez personne, surtout les journalistes-a-la-spectaculaire, ni même ceux qui travaille dans le domaine a grand coup de subventions, vous laver le cerveau!!! Suivez la »trace de l’argent » d’abord. Aimeriez-vous perdre votre emploi ou mieux, ruiner votre avenir et perdre tout appuis financier? Dites la vérité et cela arrivera pour sur-et-certain… IL Y A RÉCHAUFFEMENT… MAIS LE GRAND-GROS RESPONSABLE, C’EST CELUI QUI EST SI FORT ET PAS D’AUTRE.. C’EST LE SOLEIL!!! Le CO2 ne représente qu’une infime partie de l’atmosphère et a été dans le passé, naturellement et sans qu’on y soit, bien plus élevé que maintenant, sans compter qu’il favorise le développement du végétal, donc la vie. Il ne commande pas le réchauffement, il en est la conséquence !! Mon Dieu! Faites vos propres enquêtes. Ceux qui n’ont rien a perdre parlerons mais les autres sont des pantins du système…….Et vous M. Charlebois, quel est votre intérêt personnel? Car c’est très gravissime votre façon de faire et d’affirmer ainsi. Manipuler l’opinion ainsi! NON…. il semble que le pas-vite-vite qui ne connaît pas ce domaine est davantage VOUS monsieur Charlebois…

Zut! Vous m’avez démasqué!

Je dois mettre au grand jour les intérêts qui me guident: je suis à la solde du grand lobby de la roue de bécyke. On me paye des milliers de dollars à chaque mois pour que j’écrive que les autos, c’est pas bon.

C’est ce lobby, que dis-je, cette mafia du cuissard, qui m’a faxé le texte hier matin. Je n’ai eu qu’à le transcrire dans le site et le publier.

Maintenant que j’ai révélé au grand jour cette gigantesque machination, je n’ai d’autre choix que de m’enfuir dans la nature en espérant qu’ils ne me retrouvent pas.

Dites à ma femme et mes enfants que je les aime, et de faire attention aux chemtrails.

Vous avez probablement raison. Je suggère à tous les lecteurs le visionnement de la conférence de Vincent Courtillot donnée à l’université de Nante. Sur Youtube, tapez CO2 L’arnaque du réchauffement climatique.

Le soleil est le grand gros responsable du réchauffement. Vous avez raison. D’ailleurs vous me rappelez cette histoire à propos des cigarettiers. Tout ce lobby anti-tabac, ces études qui prétendent que c’est la cigarette tue les gens. Faux! C’est le cancer du poumon qui les tuent, pas la cigarette. Même chose pour le réchauffement, c’est le soleil, n’est-ce pas Constant?

Le gaz a effet de serre principal pour plus de la moitié sur notre terre est LA VAPEUR D’EAU….A ce niveau, les AVIONS et leur trainées sont bien plus problématique du réchauffement que toutes autres activité produisant du CO2… Le CO2 ne représente que 0.03% du contenu de l’atmosphère!. Les mers sont le grand estomac du CO2. Les plantes aussi. Donc les végétaux, maillon indispensable a la vie, produisent davantage et toute la chaine alimentaire en profite,… L’homme avide des augmentations du coût de l’énergie et les taxeurs aussi,.. par manipulation des craintes des peuples,.. dont cet article est belle démonstration… pour le profit rien n’est trop beau.

Ouin, ça me fait penser à l’histoire du jeune qui regarde la parade militaire et sa mère lui dit « regarde ton père, c’est le seul qui a le pas! »

Et pourtant les trainées de condensation des avions ont comme effet de … réduire … le réchauffement climatique. C’est ce qui a été observé à la suite des événements du 11 septembre 2001 alors qu’aucun vol n’a survolé le territoire américain. C’est du à un phénomène d’obscurcissement global du ciel.

Ref: http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2011-09-11-21h02/11-septembre-2001—impact-climatique-des-trainees-de-condensation-des-avions-13759.php

Ceci étant dit, augmenter le nombre de vols d’avion n’est sûrement pas une bonne idée, L’émission de CO2 issue de la combustion du carburant contribue certainement au réchauffement bien plus que l’obscurcissement peut l’atténuer.

Tout cela indique que le réchauffement est la somme de bien des facteurs, certains – la plupart – positifs tandis que quelques uns peuvent l’atténuer. Cela justifie que je fasse partie des 61% de canadiens qui croient que le réchauffement dépend « en partie ou surtout » de l’activité humaine puisqu’il n’est pas impossible qu’une fraction, si minime soit-elle, de ce réchauffement soit due à des facteurs naturels. Mais compte-tenu des données actuelles, ne rien faire devient un crime contre l’humanité future.

Avec le Canada qui ne produit même pas 2% des GES au niveau mondial, ce ne sont pas 383 politiciens canadiens et leur entourage qui vont se payer la traite à Paris qui va changer grand chose.

Il faut avoir une approche globale dans le réchauffement climatique. Il ne s’agit pas que de réduire les émissions ici, mais de réduire les émissions à l’étranger, à commencer par fournir des technologies plus propres aux pays en développement.

On pourrait aussi participer à la recherche permettant de trouver des alternatives intéressantes au charbon, source de plus de 40% des émissions de CO2 dans le monde, surtout pour les pays qui ont un potentiel hydroélectrique relativement limité (c’est-à-dire pratiquement tout le monde). Les autres sources d’énergie propres (éolien, solaire, etc.) sont plutôt coûteux et ne sont plutôt inintéressants pour ces populations qui regardent leur portefeuille avant tout.

Dans le passé, avant les Hummer, le climat de la terre a déjà été bien plus chaud qu’aujourd’hui… Des explications?

Apparemment, Mars se réchauffe également. D’autres explications?

Vous pouvez lire le rapport du GIEC de 2013, réunissant les conclusions de dizaines années de travail de plus de 4000 scientifiques sur la planète (on parle d’un consensus scientifique), le phénomène y est expliqué. Que cela nous plaise ou non, la crise climatique qui sévit actuellement est dû à l’activité de l’homme. Dire que le climat a déjà été plus chaud ou l’est ailleurs n’apporte aucune explication scientifique…et ne change rien à la conclusion du GIEC. Il y a un temps ou les pistes apportées par les climatosceptiques étaient intéressantes à creuser mais elles ont visiblement été réfutées par une masse de matière grise trop imposante pour qu’on refuse s’y résoudre. Pourquoi ne pas mettre vos énergies (et esprit critique) aux profit des solutions pour ralentir ces changements climatiques plutôt qu’à vous battre contre des années de science. https://www.ipcc.ch/report/ar5/wg1/docs/WG1AR5_FAQbrochure_FINAL.pdf (si vous manquez de temps, reportez-vous à la section FAQ)

FAUX!!!

Le fait que le climat ait été plus chaud il y a des milliers d’années juxtaposé au fait qu’il se réchauffe également ailleurs dans le système solaire prouve hors de tout doute qu’il existe d’autres phénomènes que les Hummer pour l’expliquer et que nous n’y sommes pour presque rien.

Climategate, ça vous dit quelque chose???

Plusieurs enverdeurs utilisent l’excuse du climat pour s’attaquer au capitalisme et espèrent que celui-ci ploiera sus leurs coups de butoir.

Il est tout à fait insensé de gaspiller des milliards de beaux $ pour stopper un phénomène parfaitement naturel.

Il n’y a absolument rien de naturel dans le réchauffement observé aujourd’hui. Bloomberg (surement un membre de la conspiration écologique dont vous parlez) a compilé les données scientifiques sur les effets de différentes sources de changements climatiques: le soleil, les volcans, l’orbite de la terre et d’autres sources humaines : http://www.bloomberg.com/graphics/2015-whats-warming-the-world

D’autre part, vous faites référence à des périodes passés où la température était plus élevée, ces changements se sont produits sur des millénaires, pas sur une centaine d’année.

Je suis originaire de Normétal et notre famille, comme de nombreuses autres, n’a jamais eu de motoneige et mon père, mineur, se rendait à la mine à pied. Nous allions toutes à l’école à pied également, un bon dix minutes de marche. Une fois par deux à trois semaines, le samedi, nous allions dans les grands magasins de La Sarre (20 minutes d’auto environ), pour les vêtements surtout ou à la quincaillerie. Bref, l’empreinte écologique des gens du village était pas pire du tout. Tout ça pour défendre ce petit coin de pays que je n’ai pas vu depuis belle lurette. J’ai quand même bien aimé votre billet, merci de votre humour.

Le plus drôle dans tout ça c’est la taxe sur le carbone dont vous avez judicieusement évité de parler: ceux qui parlent beaucoup et ne font rien sont contre. Mais dans la seule province (la Colombie-Britannique) où on fait quelque chose et où il y a une taxe sur le carbone, la majorité est pour…. Comme quoi ceux qui se pensent les plus verts dans l’est du pays aboient plus fort mais agissent peu… Les chiens aboient, la caravane passe…

Un autre environnementaleux qui s’ imagine que nous les québecois ont va changer la planète!!! Oui c’ est vrai que la grande majorité du monde pas vite comme vous le dite si bien ne croit pas tous ces énergumènes qui nous assomme de jour en jour avec des études par-dessus études sur la température, la fonte des glaciers etc… Quelques semaines plus tard ses études sont contestées par d’ autres chercheurs et nous les pas si vite on reste sur notre appétit!

Quand les chercheurs seront en diapason et qu’ ils nous démontreront avec des preuves scientifiques à l’ appui que c’est l’ HUMAIN qui est vraiment la cause de tout cela; je joindrai les environnementalistes, mais en attendant j’ aime mieux être septique car la terre ne cessera pas de tourner autour du soleil!

Quand les chercheurs seront en diapason… Ce sont 4% des études qui contestent la thèse du réchauffement causé par l’activité humaine. Donc 96% vont dans un même sens. Proche de l’unanimité. Bon, Ok, il y a le lobby des environnementaleux comme vous dites. Mais peut-on douter une seule minute que les moyens du lobby de l’industrie pétro-chimique est inversement proportionnelle à ces pourcentages?

Vous avez tout à fait raison et même plus. Si on compte les scientifiques dont l’expertise est le climat, et pas tous les types de scientifiques, on en est à 99%. Difficile d’être plus consensuel, surtout quand on pense à l’argent dépensé par le lobby du pétrole pour nous faire croire le contraire. Mais certaines personnes ne veulent rien entendre. Peut-être qu’un dessin serait plus efficace? http://www.informationisbeautiful.net/2009/climate-change-a-consensus-among-scientists/ . A noter que ces chiffres datent de 2009, le constat est encore plus clair maintenant. Les résultats du sondage sont vraiment désespérant.

Tous les gens qui ne croient pas que l’augmentation du gaz carbonique n’est pas la cause du réchauffement de l’atmosphère ne sont pas des morons.
Mais tous les morons ne croient pas que l’augmentation etc.

Ce billet est ramassis de préjugés et de mépris. Son seul objectif est d’intimider et de discréditer tous les sceptiques qui oseraient temettre en question le dogme du réchauffement climatique de cause anthropique. Quand on en est rendu à utiliser ce genre de procédé c’est qu’en fait on est en manque d’arguments rationnels. Ce qu’on lit ici ce sont des propos d’idéologue, de croyant et non ceux d’un individu rationnel s’appuyant sur des faits.M.Charlebois, nier l’influence du Soleil sur les changements climatiques ( présents ou passés, prepondérante ou pas) , s’apparente également à un grave déni des faits.

Le seul dogme est le climatoscepticisme. Il n’y a aucune étude scientifique qui montre que le réchauffement climatique n’existe pas.

Il y a une poignée d’études qui tentent de démontrer que le réchauffement n’est pas causé par l’homme, mais aucune d’entres elles ne souffre de graves lacunes méthodologique. Ces études ne rencontrent pas les standards modernes de la science.

Y croire néanmoins revient à du dogmatisme.

Vous avez parfaitement raison M. Charlebois de parler de climato pas vite. Ça avance mais c’est pas vite. Maintenant au moins ce n’est plus » Le réchauffement ? Ou ça ? » mais plutôt » Le réchauffement ? C’est pas moi ! »

Voici ce qu’on pouvait lire en 2009 surun blogue de L’Actualite:
» le CO2 est supposé réchauffer notre planète. Sommes-nous seulement certains que le climat se réchauffe Monsieur Lisée? Selon les vraies données nettoyées des manipulations perverses des réchauffistes, le climat de la Terre est stable ou se refroidit même un peu! …. »
Par François 1 le 25 novembre 2009 à 15 h 37 min

En effet c’est pas vite. Mais ça avance. Bingo.

Meme le climatologue reconnu Michael E. Mann reconnait maintenant que les modeles climatiques (sur lesquels les previsions catastrophiques sont basées) ne collent pas aussi bien à la realité que ce qui était attendu et que la fameuse « pause » depuis les 10-15 dernières années sème un doute qui doit être investigué sur la validité des modeles. Il est le co-autheur de ce papier paru dans nature qui conclue: “There is this mismatch between what the climate models are producing and what the observations are showing,” “We can’t ignore it.”
http://www.nature.com/news/global-warming-hiatus-debate-flares-up-again-1.19414?WT.mc_id=FBK_SB_NNews_0216

L’article scientifique complet est disponible par sci-hub
http://sci-hub.io/10.1038/nclimate2938

Je suis moi-meme microbiologiste, l’une des premieres choses inculquées durant une formation scientifique, c’est que le scepticisme est toujours de mise en science