Les Innus préparent la guerre

Le 9 mars, les Innus d’Uashat-Maliotenam, près de Sept-Îles, ont mis fin à leur blocus de cinq jours sur la route 138, destiné à freiner le chantier de la Romaine. Mais ils n’ont pas dit leur dernier mot, jure Michael McKenzie, 33 ans, un des instigateurs du blocus.

 

En bloquant la 138, ne risquez-vous pas de vous mettre à dos la population?

Les Innus préparent la guerre
Photo : Khayman / CC 3.0

Le 9 mars, les Innus d’Uashat-Maliotenam, près de Sept-Îles, ont mis fin à leur blocus de cinq jours sur la route 138, destiné à freiner le chantier de la Romaine. Mais ils n’ont pas dit leur dernier mot, jure Michael McKenzie, 33 ans, un des instigateurs du blocus.

 

En bloquant la 138, ne risquez-vous pas de vous mettre à dos la population?

Les Blancs devraient se mettre à notre place. On a refusé deux fois, par référendum, qu’Hydro-Québec construise des lignes électriques sur notre territoire. On a négocié, puis entamé une procédure judiciaire. Le seul atout qu’il nous reste, c’est de bloquer l’économie.

Êtes-vous opposés au Plan Nord?

Non, mais on demande du respect. Pour les Innus, la vraie maison, c’est le territoire. Comment te sentirais-tu si j’allais chez toi et que je grimpais sur ton divan avec mes bottes pleines de boue ? On ne veut plus être obligés de quêter, alors que le gouvernement exploite nos propres ressources. On veut créer un partenariat avec Hydro-Québec et obtenir des redevances pour financer nos projets de développement.

Jusqu’où êtes-vous prêts à aller?

Notre mouvement est pacifique. Si le gouvernement continue d’être arrogant, il pourrait y avoir des actes de désobéissance civile et peut-être une guerre civile. On ne se laissera plus marcher sur les pieds.