Les projets du Lab-École sont dévoilés

Voici en exclusivité à quoi ressembleront les six écoles qui seront construites par le Lab-École de Ricardo Larrivée, Pierre Thibault et Pierre Lavoie. 

Le Lab-École Rimouski (crédit : Lapointe Magne et associés et L’OEUF)

« J’aime ça, une école en forme de maison. C’est comme si tu étais chez toi, mais avec ta prof », dit une élève de Maskinongé, en voyant les plans de sa future école pour la première fois.

Son école, comme cinq autres, aura la chance d’être conçue par l’équipe du Lab-École – l’organisme fondé par l’architecte Pierre Thibault, le chef Ricardo Larrivée et Pierre Lavoie, l’homme derrière le défi portant son nom.

Au terme d’une consultation avec les commissions scolaires, les directions, les municipalités ou des organismes associés, le Lab-École a imaginé six nouvelles écoles qui mettent l’activité physique, l’alimentation et les saines habitudes au cœur de la vie des élèves. Elles verront le jour aux quatre coins de la province, de Gatineau à Shefford.

Pour trouver le meilleur concept pour chaque établissement, le Lab-École a organisé des concours d’architecture. Résultat : 160 projets d’écoles primaires ont été déposés par 135 firmes d’architecture. Les projets gagnants ont été choisis par la direction des écoles, des représentants des municipalités et des architectes.

Les chantiers débuteront dès le printemps 2021 et l’inauguration des premières écoles est prévue en 2022.

Lab-École Gatineau

Lauréats : DMA Architectes

À l’école primaire anglophone Pierre Elliott Trudeau, à Gatineau, un élève sur quatre est issu des Premières Nations. Le concept imaginé par l’équipe de DMA architectes permettra l’enseignement des savoirs autochtones ancestraux et laissera une grande place à la nature dans les apprentissages grâce à une classe extérieure ouvrant sur une serre ou un potager. 

Le concept inclut également une grande place qui servira aux activités pédagogiques, mais aussi culturelles et communautaires du secteur de Hull.

Infos
Fermer
Plein écran

       

      ///

      Lab-École Saguenay

      Lauréats : APPAREIL Architecture et Étienne Bernier Architecture et BGLA

      Cette nouvelle école sera construite dans un secteur de Chicoutimi aux prises avec des problèmes socioéconomiques. Le concept privilégie une école à l’échelle des élèves, avec la création de « mini-écoles » qui formeront un tout. Il permettra aux enfants aux prises avec des problèmes de comportement de rester dans les classes ordinaires, avec l’appui des professionnels de l’école.

      Les intervenants de l’organisme communautaire le Centre des enfants de Chicoutimi seront intégrés à cette nouvelle école afin de maximiser le développement des élèves.

      Infos
      Fermer
      Plein écran

           

          ///

          Lab-École Rimouski

          Lauréats : Lapointe Magne et associés et L’OEUF

          Cette nouvelle école de Rimouski, qui accueillera 500 élèves, sera située en pleine nature, entre champs et forêt. Cette situation géographique unique permettra aux deux étages de l’école d’être de plain-pied.   

          L’école souhaite mettre les parents et les proches des enfants au centre de leur apprentissage en les intégrant à divers projets, tels que le potager, et en les invitant dans la cour d’école.

          Infos
          Fermer
          Plein écran

               

              ///

              Lab-École Maskinongé

              Lauréats : Lucie Paquet et Paulette Taillefer et Leclerc Architectes

              En 2017, l’école Marie-Immaculée, à Maskinongé, a dû fermer ses portes du jour au lendemain après la découverte d’une fissure dans la fondation. Depuis, les élèves de la municipalité de la Mauricie sont répartis entre l’autre école du village et le centre communautaire. 

              L’agrandissement de l’école primaire Saint-Joseph permettra donc de rassembler tous les élèves maskinongeois au même endroit, tout en ajoutant un gymnase partagé avec les citoyens. 

              Infos
              Fermer
              Plein écran

                   

                  ///

                  Lab-École Shefford

                  Lauréats : Pelletier de Fontenay et Leclerc architectes

                  Avec 7000 habitants, les Cantons de Shefford étaient l’une des dernières municipalités de cette taille à n’avoir pas d’école primaire. Les habitants en réclamaient une depuis cinq ans lorsque le Lab-école a retenu le projet, en 2018. Ce nouvel établissement scolaire comportera des classes ordinaires, mais des enfants présentant des incapacités motrices ou des particularités cognitives y seront aussi intégrés. 

                  Afin de faire une place à tous les élèves, la future école sera divisée en plusieurs « mini-écoles », avec au centre un espace vert pouvant notamment accueillir une classe nature et des espaces de jeux extérieurs.

                  Infos
                  Fermer
                  Plein écran

                       

                      ///

                      Lab-École Québec

                      Selon l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle, 36 % des enfants de la maternelle du quartier de Limoilou, à Québec, sont vulnérables dans au moins un indicateur de développement, une proportion nettement supérieure à la moyenne de la ville. Cette nouvelle école, pensée par l’équipe du Lab-école, sera un élément central du plan de revitalisation de ce quartier de Québec. De nombreux partenariats avec la communauté sont prévus et les jardins, les cuisines, le gymnase et les autres ateliers d’art seront ouverts en soirée.

                       En raison de la densité de la population dans le quartier, la construction de l’école misera sur la verticalité, avec des toits habitables. Une telle disposition offrira une vue sur la ville et les montagnes.

                      Infos
                      Fermer
                      Plein écran
                          Laisser un commentaire

                          COMBIEN de coût de construction par élève ? Dans le cas des maisons pour ainés , les estimés fournis par la CAQ sont de 650,000$ par bénéficiaire . En avons nous les moyens $$$ et surtout nos enfants et petits enfants qui auront à payer longtemps….longtemps…!!!
                          Lorsque j’ai fait construire notre maison , nous avions rêvé . Mais lorsque nous avons vu les estimés , nous avons révisé le projet pour tenir compte de nos moyens financiers . POURQUOI notre gouvernement se permettrait t’il de faire des projets dont nous ne permettrions PAS individuellement ou en couple ?

                          Répondre

                          Tout simplement parce que l’éducation, c’est un investissement. On l’a telleemnt dit souvent que ça en devient un cliché mais ce n’est pas moins vrai pour autant.

                          Une école attrayante, où l’espace est bien pensé, où tout est réfléchi pour favoriser la stimulation et l’apprentissage, ça peut effectivement coûter plus cher qu’un carré construit en blocs de béton.

                          Mais ça en vaut surement la peine.

                          Enfin des écoles qui seront de véritables milieux de vie. Reste maintenant à s’assurer que les gestionnaires de ces écoles comprennent bien que ces dernières doivent être ouvertes sur le milieu et en fassent bénéficier la communauté pour certains aspects.

                          Je regarde les projets d’écoles proposés et je me disais que j’aimerais bien retourner au primaire… 🙂

                          Répondre

                          Pierre Thibault a déjà dit qu’une école, ça devrait être le plus beau bâtiment d’une ville/village. Les enfants auraient hâte d’y aller à chaque jour.

                          Je suis assez d’accord avec son raisonnement et je leur souhaite tout le succès possible avec ce projet.

                          Répondre

                          On parle d’école d’environ 350 élèves…. c’est beau les photos avec 4 à 5 enfants dedans les espaces de jeux libres, mais en réalité ce ne sera peut être pas aussi convivial que ça en a l’air!
                          Il manque d’espace pour lancer des balles ou des ballons au mur, terrain de soccer et de basket. Un ballon rebondit beaucoup mieux sur une surface dure que sur du gazon. Et c’est bien beau les potagers mais au Québec, le temps des récoltes se fait à l’été lors des vacances scolaires. J’ai déjà vu une enseignante faire un potager biologique avec ses élèves en essayant d’impliquer les parents. Elle a dû faire l’entretien du jardin elle-même tout l’été !
                          Bonne chance à tous ceux qui participent à ces projets!

                          Répondre

                          Je vois une relation directe entre la mentalité des quebecois et le fait qu’ils ont commencé leur vie d’adulte en troupeau anonyme dans des CEGEP en béton gris qui étaient coupables de créer une population sans personnalité avec une éducation défaillante …
                          Ça a pris tout ce temps pour réaliser qu’il faut développer toutes les facettes d’un enfant pour qu’il devienne un adulte fort et épanoui
                          J’ai confiance…

                          Répondre

                          Wow ! que ces écoles sont inspirantes. Enfin un milieu de vie pour nos enfants et un milieu qui stimulera le goût d’apprendre. L’ouverture des écoles à la communauté est très intéressante et pertinente dans un contexte où nous avons besoin de plus en plus de solidarité et d’inclusion.

                          Répondre
                          Les plus populaires