Une société plus âgée, des politiciens plus inquiets

De Halifax à Vancouver, les gouvernements s’adaptent à la nouvelle réalité d’un Canada qui compte désormais plus d’aînés que d’enfants de moins de 15 ans. Tour d’horizon.

vieux-sport
Dans les villes, on aménage de plus en plus de circuits d’exercices pour personnes âgées afin de les aider à rester en forme. (Photo: Oli Scarf/Getty Images)

Au parc Gouin, à Montréal-Nord, un circuit d’exercices a été aménagé pour les personnes de 65 ans et plus, qui représentent 46 % de la population du secteur. Des panneaux d’information leur proposent des étirements et autres mouvements à effectuer à l’aide du mobilier urbain, afin qu’elles puissent rester en forme. Un investissement de 14 000 dollars, qui est loin d’être une exception.

Un peu partout à Montréal comme dans bien d’autres villes canadiennes, on facilite la vie des personnes âgées en réglant les feux pour piétons de façon qu’elles aient le temps de traverser en toute sécurité, en ajoutant des bancs de rue pour qu’elles puissent se reposer, en repensant l’éclairage le soir et en taillant les buissons pour accroître leur sentiment de sécurité.

Dans les instances municipales comme dans les gouvernements provinciaux et fédéral, le phénomène du vieillissement de la population sera au cœur des préoccupations en 2016. « On en parle depuis longtemps », affirme Michèle Charpentier, titulaire de la Chaire de recherche sur le vieillissement et la diversité citoyenne à l’UQAM. Elle rappelle que l’ONU a publié sa première série d’études sur le vieillissement de la population dans les pays occidentaux en… 1956 ! « Mais là, on est vraiment dedans », précise-t-elle.

Pour la première fois de son histoire, le Canada compte plus de personnes de 65 ans et plus (16,1 %) que d’enfants de 0 à 14 ans (16 %). Au Québec, où le vieillissement de la population est plus rapide, on observe ce phénomène depuis 2011.

« La population prend de l’âge et il faut s’adapter », explique Monique Vallée, responsable du développement social et communautaire au comité exécutif de la Ville de Montréal. La métropole consacrera deux millions de dollars à l’adaptation de son mobilier urbain en 2016, dans le cadre de son Plan d’action municipal pour les aînés.

Chriffres_parlent

Dans le domaine de la santé, la ministre fédérale, Jane Philpott, rencontrera en janvier ses homologues des provinces pour commencer à négocier une nouvelle entente financière à long terme. Le Québec et les provinces de l’Atlantique souhaitent que les transferts d’Ottawa soient calculés en fonction de l’âge de la population, et non seulement en fonction du nombre d’habitants — ce qui avantage actuellement des provinces plus jeunes, comme l’Alberta.

Une personne de 65 ans et plus coûte en moyenne 10 636 dollars par année au système de santé, soit près de cinq fois plus qu’une personne de 64 ans et moins (2 189 dollars). Selon les économistes Pierre Fortin et Luc Godbout, le vieillissement fait croître de 1,2 % par année les dépenses en santé du Québec.

Le gouvernement de Justin Trudeau souhaite investir trois milliards de dollars sur quatre ans afin d’aider les provinces à améliorer leur offre de services pour les soins à domicile. C’est bien, mais il faudra élaborer une vision à plus long terme en matière d’hébergement, estime Michèle Charpentier. Par exem­ple, au Québec, il y a 1 800 centenaires. Une cohorte qui ne cesse de grossir. « Il faut une bonne politique de maintien à domicile, car les aînés veulent rester chez eux le plus longtemps possible. À 100 ans, toutefois, c’est impossible. Leur vue a baissé, leur mobilité est réduite. Il faut les héberger quelque part, mais l’offre est mal adaptée », dit-elle.

Autre grand chantier : les régimes de retraite. Ottawa a promis à l’Ontario de l’aider à améliorer le sien. « Les régimes publics ne sont pas assez généreux, c’est presque le seuil de la pauvreté », soutient Michèle Charpentier. Le nouveau ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, anciennement à la tête de l’entreprise de ressources humaines Morneau Shepell, est un expert des régimes de retraite.

Le maintien des aînés sur le marché du travail sera prioritaire, selon Michèle Charpentier. « Il ne faut pas perdre toute cette expertise », dit-elle. D’autant que le vieillissement commence à ralentir la croissance économique du Québec. Une population plus âgée travaille moins, dépense moins et paie moins d’impôts. La démographie a fait passer la croissance « normale » du produit intérieur brut (PIB) de 2 % de 2000 à 2010 à 1,4 % de 2010 à 2014, et on prévoit qu’elle ne sera que de 1,1 % par an jusqu’en 2025.

Michèle Charpentier affirme qu’il faut cesser de voir le vieillissement comme une catastrophe, alors qu’une société plus âgée est généralement plus sûre en matière de sécurité (verra-t-on diminuer les coûts des services policiers ?), plus expérimentée… et, pourquoi pas, plus sage ! « Il faut exploiter le potentiel de nos aînés, dont la vaste majorité est encore en pleine forme », dit-elle, proposant la tenue d’un grand forum sur le vieillissement afin de mettre toute la société à contribution.

*Le titre de cet article a été changé après sa publication.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

33 commentaires
Les commentaires sont fermés.

«Une personne de 65 ans et plus coûte en moyenne 10 636 dollars par année au système de santé, soit près de cinq fois plus qu’une personne de 64 ans et moins (2 189 dollars).

Quand je vois nos politiciens accueillir à bras ouverts des réfugiés de 60 ans et plus, je me dis qu’on est vraiment dirigé par des imbéciles.

D’où proviennent vos chiffres? Combien coutent les plus jeunes qui ne font pas d’exercices, qui sont obèses, sont malades très jeunes (diabète, etc.) ne dorment pas, sont bourrés d’antidépresseurs???

Je me demande aussi d’où proviennent vos chiffres car ils sont très différents de ceux provenant du dernier rapport du Ministère de la santé que vous pouvez télécharger gratuitement à partir de leur site. Nous sommes constamment sur le dos des personnes âgées mais oublions la multitude de rapports effectués en Grande Bretagne, Australie, USA effectués sur des périodes de cinq ans et plus. concernant le nombre de personnes aux prises avec des problèmes d’obésité

Les chiffres démontrent une augmentation phénoménale partout sur la planète et touchent depuis une quinzaine d’années de plus en plus « d’enfants » (moins de 12 ans) et se répercutent aussi rapidement en multitude de problèmes de santé pour les 13-25 ans.

Selon toute vraisemblance, les coûts en santé concernant l’obésité devrait dépasser les coûts ses soins des personnes âgées vers 2015. Le nombre de maladies chroniques rattaché à l’obésité vaut la peine d’être consulté notamment sur Wikipédia, vous tomberez de votre chaise.

Malheureusement les rapports ci-haut cités sont tous en langue Anglaise. Toutes les études sur le sujet sont régidés en participation avec plusieurs universités qui ont participé aux études.

Ce ne sont pas tous les personnes âgées qui sont malade et le temps des soins est bien moindre que ceux qui sont aux prises avec l’obésité.

Et les jeunes assistés-sociaux qui dès qu’ils ont leur chèque du BS vont s’acheter une caisse de 24 bières et des cigarettes? Comment a coûté le fameux Printemps Érable aussi? Nous les « vieux » ne sommes pas des abuseurs des largesses de la société, nous contribuons à la société en continuant de vivre et consommer comme au temps où nous levions pour aller au bureau: autos, restaurants, vêtements, mettez-en! S’il y a aujourd’hui une belle qualité de vie pour tous les groupes d’âge, c’est que nous y avons été largement impliqué pour la construire. Et j’en suis fier.

Combien coûte ceux qui ont fumé et ont mtnt un cancer ? et les comédiens qui font la PUB viennent dire de prendre nicotine, ça ne coûte RIEN, cè le gouv. qui paie. Cela me révolte, combien de médicaments ne sont + payés et on paie pour ceux qui se sont rendus malades par choix…

C’est un sophisme vraiment pathétique. À croire que les réfugiés âgés auraient moins le droit à la sécurité et à la liberté… C’est une pente glissante qui mène tout droit à l’euthanasie pour les vieux.

Je trouve vraiment ahurissant que vous parliez des initiatives des municipalités sans même aborder la démarche MADA. (Municipalité amie des aînés). Vous devriez vous renseigner un peu plus. Votre article gagnerait en profondeur !!!

Les Vieux….quel manque de savoir vivre ;-( Un jour, tu seras vieux toi aussi Alec Castonguay et je souhaite qu’on te manque autant de respect ;-( ceci dit, ces »vieux » ont pour la plupart travailler toute leur vie et payés beaucoup d,impôts. Oui ,je sais ,vous les jeunes, voudriez vous accaparer leurs économies et vous tapper du bon temps…:-( mais,ce ne sera pas le cas parce que les »vieux » d,aulourd,hui vivent longtemps..:-))) C’est à votre tour de travailler et de PAYER DES IMPOTS:-))))

Monsieur Gascon. Non seulement nous avons travaillé durant 45 ans et souvent plus puisque l’éducation étaiit relégué aux oubliettes durant votre enfance et adolescence mais les conditions de travail étaient beaucoup plus difficiles qu’aujourd’hui. La fameuse « Santé et Sécurité » au travail n’est vraiment apparue qu’à la fin des années 70 avec quelques mesures et c’est grâce à notre travail que ces grands avantages sont devenus des obligations pour les employeurs.

Nous avons collectivement travaillé et forcé les gouvernements pour mettre en place tous les avantages dont les jeunes profitent aujourd’hui pour se faire blâmer et cracher dans le dos. Je comprend très bien votre mécontentement mais « heureux les creux, les cieux sont à eux » comme disait mon père. Nous sommes fort loin où les jeunes prenaient leurs parents sous leur garde car ils ne touchaient pas de « pension de vieillesse » (1967) et de RRQ (1965) car cela n’existait tout simplement pas. Mais « leu chärr, leur iPhone, iPad et leur nombril sont plus important que leurs parents. Mais les jeunes ne sont pas tous pareils et j’en connais beaucoup qui aident leurs parents, surtout dans le groupe des 45 ans et plus.

Sous cet angle il est plus facile de comprendre que les personnes âges d’aujourd’hui sont plus malade qu’ils ne le seraient si les conditions sous lesquelles les jeunes travaillent aujourd’hui auraient été les mêmes.

Vous avez raison, les jeunes n’ont pas connu ces combats et les conditions difficiles de notre jeunesse et ils croient que tout s’est fait sans efforts, par magie. Ils ne se rendent pas compte que plusieurs d’entre nous ont perdu leur logement quand les taux d’intérêts ont passé la barre du 20% ni la crise des missiles de Cuba où tout était remis en question et la planète était sur le bord d’armaggedon…

Oh c’est sûr que les « vieux » sont des anges tandis que les « jeunes » n’ont que ce qu’ils méritent (votre mépris). Je suis de la génération X et je n’ai pas de leçon à recevoir d’une génération qui a «tout fait sauf le titanic» avec une mentalité d’«après-moi le déluge».

« D’autant que le vieillissement commence à ralentir la croissance économique du Québec. Une population plus âgée travaille moins, dépense moins et paie moins d’impôts. La démographie a fait passer la croissance « normale » du produit intérieur brut (PIB) de 2 % de 2000 à 2010 à 1,4 % de 2010 à 2014, et on prévoit qu’elle ne sera que de 1,1 % par an jusqu’en 2025. » selon madame Michèle Carpentier, sociologue.

Selon ses propos, la débâcle de 2008 dont les répercussions se poursuivent aujourd’hui, la précarité des emplois dans une province qui fait fuir les capitaux depuis 76 mais surtout toutes les études des spécialistes des marchés qui nous déclarent la même chose « le déclin n’est pas terminé, il est mondial et un crash d’importance devrait survenir prochainement ne sont, selon elle, rien qui n’explique le manque de performance.

J’ai déjà entendu et lu des insignifiances dans ma vie, mais celles de madame Carpentier a encore besucoup de croute à manger et devrait quitter le cadre feutré de son université et de ses colloques au champagne pour mieux comprendre tous les critères que devrait comprendre une étude viable au lieu d’écrire un pareil torchon.

Je trouve triste de coiffer un article très intéressant sur les aînés d’un titre aussi peu respectueux.

Voici la réponse du Dr Carpentier à mon courriel de ce matin.
Bonjour Monsieur Roger,

Suite à votre courriel, je suis allée lire l’article dans l’actualité.

Les chiffres qui sont sont cités et les commentaires économiques ne sont pas de moi : coûts de santé, .vieillissement qui commence à ralentir la croissance économique ?, PIB ? Ce n’est pas mon domaine.

J’ai accordé une entrevue de 10-15 minutes au journaliste. Mes propos avaient trait aux enjeux du maintien à domicile et de l’hébergement des très âgés ( notamment des centenaires), à l’appauvrissement des personnes retraitées qui bénéficient uniquement des régimes publics et surtout à l’importante expertise des seniors « qu’il ne faut pas perdre » et qu’il faut mettre à profit pour le mieux être de la société.

Comme vous, je suis en désaccord avec le traitement et me distancie du titre » Les vieux . ça coûte cher » ,
Je vais écrire à la revue à cet effet.

Michèle Charpentier, LL.M, Ph.D
Professeure à l’École de travail social
Titulaire de la Chaire de recherche sur le vieillissement et la diversité citoyenne
http://chairevieillissement.uqam.ca/

Madame Michèle Charpentier dit en être » en désaccord avec le traitement et me distancie du titre « . Je me demande … POUR QUOI ?? Elle n’a pas été… « mal citée » . Mais plutôt …mal interprétée , par des gens à forte réaction …épidermique. On s’attend d’une professeure …universitaire de surcroît , a fournir des explications , a clarifier le point de vue , a apporter un complément d’information à la …population. Et non pas , parce que cela a déplu a …certains , se « laver les mains ». Vraiment … on fait tout et n’importe quoi pour …plaire et garder son ..poste . Elle a quel âge … cette professeure ??

Oui les vieux, contre qui les gouvernements passent des lois pour les liquider le plus vite possible sous le titre aide à mourir dans la dignité. Quelle farce, Parlons plutôt de suicide assisté ou de liquidation légale des vieux. Curieusement, l’idée vient de femmes qui trouvaient trop lourd de s’occuper de leur mère ou père. Les femmes seraient-elles devenues des dieux avec le droit de vie et de mort ? Je ne crois qu’un homme aurait osé penser à une telle abération.

J’ai 79 ans et je travaille encore, Je paie plus de 50 000 $ en impôts par année, plus les taxes sur la gazoline, plus TPS et TVQ, taxes foncières, des assurances, etc. J’ai payé pour mes parents, pour mes enfants et maintenant je paie pour les CPE, les taxes scolaires et les jeunes qui ne veulent pas travailler ou ne le peuvent pas. Dans ma vie, j’ai passé une seule nuit à l’hôpital.

À moins que les gouvernements viennent me liquider, il est possible que j’aie besoin de soins un jour. Est-ce que j’ai le droit à un petit retour sur ce que j’ai payé tout au cours de ma vie.

La société regroupe des étudiants, des adultes et des vieux. Parmi eux, des travailleurs, des personnes malades, des gens dans le besoin matériel, des gens incarcérés, des vieux, etc. Je paie pour tout ce monde, car ils font partie de la société.

Les gouvernements sont-ils devenus comme des entreprises lucratives ? Lorsqu’un employé n’est plus rentable, bye bye.

Il est désolant de vous lire. Non seulement vous « pester » contre les « jeunes » …en général , vous , vous en prenez au femmes . « Curieusement, l’idée vient de femmes qui trouvaient trop lourd de s’occuper de leur mère ou père. Les femmes seraient-elles devenues des dieux avec le droit de vie et de mort ? Je ne crois qu’un homme aurait osé penser à une telle abération. »
Une chance que depuis la nuit des temps , se sont les femmes qui ont pris soins de leur « mères et leur pères » – et ceux de leur maris. Car si s’était des …hommes – qui auraient du sen occuper – , l’euthanasie aurait été voté en vitesse … Mach 3 , depuis …belle lurette. . Je serais curieuse a savoir, combien de temps vous avez « alloué » a prendre soins de vos parents , de façon… personnelle et « rapproché ». Mais j’ai une petite …idée, juste en lisant votre commentaire.

Déclarer, presque sous forme de reproche, que les « vieux » coûtent cher
et laisser entendre qu’eux seul réquisitionnent les fonds publics est un raccourci trop facile.

Loin de moi l’objectif de déclarer une guerre intergénérationnelle, mais voyons un peu.

Évalue-t-on toutes les dépenses consacrées par génération.
– Ainés : santé
– Jeunes : éducation, infrastructures de loisirs, et quand même un peu santé.

Reprocher, ou à tout le moins rappeler constamment, que les ainés coûtent plus cher
en soins de santé et
ne pas faire l’équivalent pour l’éducation des jeunes
est irrationnel et injuste.

Si les dépenses en éducation sont acceptables
( et je suis d’accord, rien ne m’irrite plus que les coupures en éducation )
alors,
soyez honnête et cessez de me reprocher les soins de santé donc j’aurai sûrement besoin.

Vous avez oublié que les jeunes constituent les plus grands risques d’accidents routiers et qu’en conséquence plus à risque de demander des soins de pointe du service de santé pour incapacité et réhabilitation. C’est sans parler du fait que statistiquement les jeunes sont les plus à risque de commettre des crimes et de se retrouver en prison – on n’a qu’à aller voir la moyenne d’âge dans les prisons… Ça coûte cher des prisons et si on suit le raisonnement tordu, devrait-on rétablir la peine de mort pour sauver de l’argent? Tout ça pour dire que cet article manque grandement de nuance et ressemble plus à une diatribe contre les gens âgés et les aînés qu’une étude sérieuse.

Il ne faut pas avoir beaucoup étudié ou voyagé ou s’être renseigné pour écrire un tel article. Dans les parcs et le long des cours d’eau en Europe, on y trouve plein de ces engins d’exercice utilisés pour le cardio, se mettre informe et ou reprendre notre souffle avant de poursuivre notre marche. Ces engins sont utilisés par les passants de tous âges du plus petit qui s’y en amuse au plus âgé qui se fait les muscles. Ce ne sont pas dépenses pour les vieux, comme vous dites. Et de toute façon, la santé n’a pas d’âge. Allez vous promener dans les hôpitaux et faites le calcul des enfants qui y entrent avec leurs parents (surtout les salles d’urgence). Il n’y a jamais assez de places pour les poussettes. Une société c’est du nouveau-né au plus âgé. Une société c’est la transmission d’une richesse collective du nouveau né au plus âgé. Une société c’est une juste distribution du nouveau né au plus âgé. Enfin, une société évolué et respectueuse de la vie c’est l’apport, non pas chiffré en dollars, de tous ses éléments du nouveau né avec les bonheurs qu’il apporte et ses aînés avec les bonheurs qu’il a apporté et ceux qu’il nous permet de partager. En Suède on remplace le nominatif des sexes par un mot étrange mais qui signifie l’être et non pas le sexe. On devrait peut être s’inspirer de ça pour éliminer à tout jamais les qualificatifs « jeunes » et « vieux ». Ces mots sont toujours utilisés dans un contexte économique, ridiculisant et excluant.

Dommage ce titre car il ne donne pas une idée juste du contenu de l’article. De plus, formulé cela ne fait que renforcer une guerre de générations voulant que les vieux seront des parasites et sont responsables de l’augmentation astronomiques des coûts en santé particulièrement. Je l’ai déjà écrit ailleurs, mais je le redis : il y a plein de gens à la retraite qui sont une source de revenus dont on ne parle pas. Toutes ces personnes (moi comme beaucoup d’autres) qui font travailler des plus jeunes qu’eux, il y en a plein. Non seulement nous ne sommes pas dépendants de l’état, mais nous contribuons à la richesse des autres. Pourquoi ne parle-t-on jamais de cet aspect?

J’aurais dû écrire, au début de la deuxième phrase : « De plus, formuler cela ainsi ne fait que renforcer une guerre de générations… »

Honnêtement, le titre de l’article m’enrage « Les vieux, ça va coûter cher »… Quel propos âgiste!

M. Castonguay.

Suite à la réponse du Dr Carpentier que je viens de reproduire « in extenso » sous le commentaire de monsieur Lapointe, je suggère que la prochaine fois que vous citez quelqu’un il serait important, voire décent de ne pas lui faire porter le fardeau de votre turpidute.

Soyons honnêtes, les vieux ça coûte cher comme l’article le dit, les statistiques le disent et aussi le gros bon sens. Ce n’est pas un reproche comme nombreux baby-boomers semblent le penser à lire les commentaires. Le gros problème: les gens pensent toujours en fonction de leur intérêt propre plutôt que du bien de la collectivité, la société dans laquelle on vie.

De plus, peut-on arrêter de se plaindre à propos de la langue de bois. Un jeune c’est un jeune, un vieux c’est un vieux comme un aveugle c’est bien un aveugle. Pourquoi toujours ces demi-mots : non-voyant, personnes agées? Les vrais mots existent, il faut arrêter d’être choqué quand on voit le terme vieux.

À lire les commentaires, les préjugés sur les jeunes (personnes non-agées est-ce mieux?) sont nombreux, c’est désolant à lire. Quel beau Québec!

En tant que professeure citée dans cet article, j’ai tenu à signifier clairement mon désaccord avec le titre ‘Les vieux, ça va coûter cher’, ainsi qu’avec la thèse économique sous-jacente. En effet, ma conception sociale et mes travaux sur les enjeux du vieillissement s’opposent à une lecture catastrophique accusant les personnes âgées d’être responsables de la hausse des coûts de santé et de la baisse du PIB.

Heureusement, les commentaires des lecteurs me rassurent et me rappellent que les citoyens, incluant les aînés, sont vigilants.

Je remercie L’Actualité d’avoir modifié le titre de cet article.

Madame Michèle Charpentier . Je me demande … POUR QUOI vous tenez a signifier votre désaccord ?
Vous n’avez pas été… « mal citée » . Mais plutôt …mal interprétée , par des gens à forte réaction …épidermique. Qui …décidemment ont du mal a s’assumer. On s’attend d’une professeure …universitaire de surcroît , a fournir des explications , a clarifier le point de vue , a apporter un complément d’information à la …population. Et non pas , parce que cela a déplu a …certains , se « laver les mains ».Il me semble que le rôle d’un prof. est …d’éduquer. Les données probantes…existent. Faut-il vraiment …plaire à tout le monde ?

Au P.M. du Québec, si vous crpyez que les aînés coûtent trop cher, sachez que les soins dont ns avons besoin, ns les avons payés dans nos années de travail, on ne les vole pas.

Le problème m’apparaît mal posé.

Pour une bonne part, les coûts de santé sont reliés aux maladies de fin de vie, celles qui se prolongent sur plusieurs années. À mon sens, cela s’avère quel que soit l’âge de la personne malade. Être malade et mourir coûte cher, mais ô surprise, c’est ce qui attend chacun de nous et ça peut arriver quel que soit l’âge.

Que, statistiquement, l’âge moyen au décès soit supérieur à 80 ans, n’est probablement pas le facteur le plus important dans le coût de la maladie terminale. Ce qu’il faut dire alors, ce n’est pas que chaque personne de 65 ans et plus coûte 10636 dollars, mais que chaque décès coûte en moyenne un montant X qui dépend plus de la nature et de la durée de la maladie terminale que de l’âge au décès.

Ce qu’il faut alors considérer, c’est l’augmentation des coûts de santé dus aux nouvelles technologies, au prix des médicaments et des recherches qu’ils nécessitent, aux salaires dans la profession médicales, etc. Ces coûts sont souvent indépendants de l’âge du patient. Les questions à poser concernent alors la pertinence des traitements à prodiguer compte tenu de leur coût, l’importance que l’on donne au maintien de la vie (celle des autres vs la sienne propre), le niveau de solidarité que l’on souhaite dans notre société, etc.

C’est certain que certains coûts sont dus à l’adaptation du milieu urbain aux personnes âgées. Mais il y a aussi des coûts à tous les âges de la vie: les aires de jeux pour enfants, les écoles, les festivals, les centres sportifs, les transports et routes, etc. Bref, il y en a pour quiconque passe à travers toutes les étapes de la vie, sachant que tout ce qu’on veut limiter par mesquinerie aux gens plus âgés s’appliquera inévitablement à nous-mêmes si on a la «malchance» de se rendre jusque là.

J’aimerais maintenant que quelques experts ( Mme Charpentier ?) ayant accès aux données de base se penchent sur les hypothèses exposées ici et mesurent leur validité.

Mais je n’ai malheureusement pas toutes les données pour soutenir l’hypothèse suivante.

À tous les offusqués qui ont répondu.
OUI …les VIEUX. Le mot est …juste.
J’en suis une,- vieille – et je m’assume.
Comme M. Dionne le dit, les mots existent et ce n’est pas pour rien. À force d’édulcorer tout, on perd les saveurs.
Vous voulez qu’on vous appelle …comment au juste ?
La mémoire est sélective …solide ! Lorsque vous aviez.. 12, 18,… 25 ans…etc . , vous appeliez comment les « matantes » » mononcles » …et tout ce qui dépassé de 20 ans votre propre âge de l’époque ??? Des… VIEUX. OUI.
Je trouve cela pathétique et j’ai l’impression que le passage du temps, n’a pas servie à grand chose… pour certains.
Mais, chose certaine, passé 50 ans … on approche grandement la …vieillesse, et certains ils le sont dedans, avec leur deux pieds, à part de ça.
NON, ne me donnez pas des exemples …d’exception. Ce n’est pas Aznavour, Jean Fonda … &co qui veut.
Oui, les jeunes d’aujourd’hui chérissent leur » chärr, leur iPhone, iPad » .
Nous – les VIEUX d’aujourd’hui – à notre époque nous chérissions d’autres choses, qui – aux yeux des VIEUX de l’époque – paraissait aussi « pas d’allure » -, comme nous trouvons leur « bébelles » aujourd’hui. Ainsi va la vie.
Vous avez oublié ? Ça ne m’étonne pas ! Ça s’appelle …vieillesse ! Et, c’est correct.
Il fout juste …assumer.
Tous ceux qui prétendent « faire » et « valoir » plus que les jeunes … rêvent en couleurs en se « gargarisant » au max.
Blâmer les jeunes d’aujourd’hui parce qu’ils n’ont pas connu – comme vous – les taux d’intérêt à 20 % …frise la malhonnêteté intellectuelle et le « nombrilisme » que vous, vous leur reprochez.
Chaque génération apporte sa contribution à la société. Et le décalage entre les « jeunes » et les « vieux » existe depuis que le monde …existe.
Et à …Gilles. Si à 79 ans, vous gagner autant, pour que vous deviez payer 50000 $ en impôt, je me permets de dire, que vous …volez l’opportunité à un jeune de gagner décemment sa vie. OUI, je sais ; à 79 ans vous vous sentez plus en forme qu’à …45 (?)
Non parlons plus de l’expérience /expertise …et tutti quanti que vous avez. N’est-ce pas ?! Des…irremplaçables, quoi ! :)) Faite profiter les « jeunes » de votre expertise de « vieux », en étant payé comme un… débutant. Ça, ce serait souhaitable et …gagnant pour la société !
À vous lire, moi, une …vieille, je sympathise avec les …jeunes.
Nombrilisme /gonflé …anyone ??
Professionnelle, j’ai bien gagné ma vie. Et j’ai profité de l’époque, de la conjoncture. Mais je me fais un point d’honneur de savoir me « retirer » élégamment, laisser la place – pas à 100 % – mais, suffisamment pour que les « jeunes » puissent construire du bon, du beaux.
Vous savez…on n’a pas nous – les vieux- le monopole du savoir et du …bien faire. Les jeunes sont brillants – comme nous l’avons été à leur âge ! –
Certes est, que je n’aimerai guère l’être l’enfant, ou le petit enfant, des… biens qui se sont exprimés.
À bon entendeur.
PS : par décence, je n’ai rien dit de l’aspect physique, qui, mine de rien, suit le passage du temps. J’espère que je ne suis pas la seule à avoir des miroirs à la maison !
Sans rancune !

Il ne faut pas oublier la somme incroyable de bénévolat assurée par nombre de retraités qui ne font pas que recevoir de l’état mais y contribuent aussi et se gardent ainsi plus alertes et en bonne forme mentale et physique. Je trouve plusieurs de nos jeunes pas mal plus insouciants de leur santé, et donc malades, adeptes des hopitaux bien plus que bien des personnes âgées!

Au QC tout coûte beaucoup d’argent incluant les vieux et les plus jeunes. Je me souviens d’avoir lu qqe part que revenu QC posait t la question suivante: Avez-vous des personnes à charge ? et la personne avait répondu OUI : 600,000 BS, 700,000 ÉTUDIANTS, 125,000 DROGUÉS, 112,000 PRISONNIERS, 75,0000 IMMIGRANTS ILLÉGAUX ET BEAUCOUP D’IMBÉCILES À L’ASSEMBLÉE NATIONALE TANT AU QC ET AU FED. Oui les vieux coûtent des sous et leur nombre va augmenter avec l’arrivé d’autres vieux….