Vivre sans superflu pour sauver la planète

Pour éviter des pertes irréversibles dues au réchauffement climatique, les gens doivent adopter maintenant un mode de vie plus sobre, soutient une experte des Nations unies de passage au Québec. 

MONTRÉAL — Pour la planète, chaque degré Celsius de plus compte — et même chaque fraction de degré, soutient la climatologue française Valérie Masson-Delmotte. Et selon elle, contenir le réchauffement climatique est quasiment impossible sans une forme de «sobriété» dans la consommation, en particulier dans les pays riches.

Par sobriété, elle veut dire: vivre sans le superflu. Elle croit que les gens devraient réfléchir à leur niveau de consommation et sur cette «aspiration à toujours en vouloir plus».

Elle donne en exemple la possibilité d’adopter une alimentation qui permet d’être sobre en carbone, notamment en réduisant la quantité de viande que l’on mange, car cet élevage est responsable d’importantes émissions de gaz à effet de serre (GES).

Valérie Masson-Delmotte, qui est la coprésidente du groupe de travail sur les sciences du climat du GIEC (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), un organisme des Nations unies, était de passage au Québec cette semaine. Elle était l’invitée de Polytechnique Montréal, dans le cadre d’une grande conférence intitulée «Changements climatiques: subir passivement ou réinventer nos sociétés?». Elle a rencontré quelques journalistes avant celle-ci.

Le GIEC a sonné l’alarme l’automne dernier avec son plus récent rapport qui tirait cette conclusion: sans revirement majeur, il sera impossible de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius. Les émissions de GES générées par l’homme ont déjà fait grimper la température mondiale de 1 degré depuis la Révolution industrielle. «Il est probable» que le réchauffement atteigne 1,5 degré Celsius entre 2030 et 2052, s’il garde son rythme actuel.

«Mais si on émet plus de GES, ce sera avant», prévient la scientifique.

Pour convaincre les gens et les États d’agir — rapidement — Mme Masson-Delmotte insiste sur la nécessité d’éduquer et d’informer. Elle parle de gestes concrets comme d’apposer des étiquettes sur les voitures, indiquant aux consommateurs leur quantité d’émissions de GES et leur consommation d’essence.

Elle se réjouit aussi de la prise de parole — de plus en plus grande — des scientifiques sur la place publique.

«Il y a cette question de la place de la science dans la société. On (les scientifiques) a un devoir de neutralité, une approche rigoureuse, objective, factuelle, puis en même temps, il y a aussi cette aspiration à accompagner cette transformation (…) en appui à la prise de décision. Une aspiration à avoir un rôle en termes de conseil scientifique et d’être utilisés comme des ressources.»

Mais «pas pour prendre les décisions à la place de la société, mais en appui à la vie démocratique», souligne la femme qui est aussi chercheure principale au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE).

Et que faire si les gouvernements font malgré tout la sourde oreille?

«Si on n’écoute pas le constat scientifique, si on ne s’appuie pas dessus pour la prise de décision, je suis vraiment très inquiète sur les progrès de nos sociétés», confie-t-elle.

Mais malgré tous les efforts, les climatosceptiques sévissent toujours.

Pour la scientifique, ceux qui nient la réalité du changement climatique et ses effets ne sont pas les plus inquiétants. Elle redoute bien plus «l’indifférence et le fatalisme» des gens envers le sort de la planète.

Les climatosceptiques qui adoptent ce qu’elle considère une «attitude caricaturale» ne sont pas la majorité, dit la chercheure.

Elle craint plus les indifférents, ceux qui choisissent d’autres priorités et qui se concentrent sur le court terme, ainsi que les fatalistes: ceux qui croient que les humains sont tellement embourbés dans leurs habitudes de consommation et de vie «qu’il est impossible de tourner le volant».

Pourtant, «il y a un immense potentiel d’action dans tous les secteurs d’activités», juge-t-elle.

D’ailleurs, la climatologue rappelle que la moitié du dernier rapport du GIEC était dédiée aux solutions, comme l’efficacité énergétique et l’électrification des transports.

Si on veut contenir le réchauffement à 1,5 degré, ce n’est pas impossible, soutient-elle, mais ça demande des transitions «d’une ampleur et d’une vitesse et sans précédent historique».

Il faut revoir l’aménagement des villes, la gestion des terres, les grandes infrastructures, le tout assorti d’une baisse significative des émissions de GES. «Et si elle n’a pas lieu d’ici à 2030, cette petite fenêtre d’opportunité qui reste, elle sera fermée», dit-elle. On pourra voir des pertes irréversibles sur les écosystèmes, la biodiversité, la hausse du niveau des océans, la production d’aliments, parmi bien d’autres changements.

Nous ne sommes plus à l’étape de la discussion sur les dangers, dit la climatologue, mais à celle des solutions.

Pour les experts du GIEC, limiter la hausse à 1,5 degré passe par une réduction des émissions de CO2 de 45 pour cent d’ici 2030 et la réalisation d’une «neutralité carbone» en 2050 — autrement dit, il faudra cesser de mettre dans l’atmosphère plus de CO2 qu’on ne peut en retirer.

Histoire d’être conséquente, Polytechnique Montréal dit avoir veillé à compenser les émissions de gaz à effet de serre liées au voyage en avion de la chercheure qu’elle a invitée.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Je crois comprendre que rien de sérieux ne sera fait pour réduire les émissions de gaz effet de serre. Croyer vous vraiment que la population accepterait que le niveau de vie baisse radicalement? Regardez au Canada lors des dernières élections provinciales , des gouvernement anti- environnement ou indifférent à l’environnement ont été élu. Les libéraux au fédéral seront vraisemblablement battue aux prochaines élection cet automne par les conservateurs qui ne veulentbrien entendre de cette enjeux. On parle de crise pétrolière au Canada alors que notre pays a doublé sa production de brut depuis 10 ans.
Aux USA Trump est au pouvoir et denie complètement le problème et cela a peu près dans lindiference. La bataille anti Trump se fait principalement sur d autres enjeux. En France une bonne partie les gilets jaunes manifeste contre les taxes sur l essence.
Les changements climatiques sont deja en marche. En plus de rien faire pour réduire l acceleration du phénomène rien n est fait pour préparer les villes c est adire les infrastuctures et le système économie pour y faire face.
Dans queques décennies la civilisation telle que nous la connaissons subira à son extinction. Reste à savoir si l humanité survivra.