Marché du travail : recherchons autistes

D’ici 2020, le géant allemand de l’informatique SAP recrutera près de 650 personnes autistes pour mettre à profit leur créativité et leur aisance par rapport au numérique. Leur rôle : concevoir des logiciels.

Photo : Johannes Eisele / AFP / Getty Images
Photo : Johannes Eisele / AFP / Getty Images

Ce programme d’embauche, déjà en place en Inde et en Irlande à titre de projet-pilote, sera élargi aux bureaux de SAP en Allemagne, au Canada et aux États-Unis.

« Les personnes autistes peuvent rester concentrées très longtemps sur des tâches répétitives, explique Anka Wittenberg, responsable de la diversité et de l’intégration à SAP. L’expérience en Inde et en Irlande a été concluante à la fois pour eux et pour nous. »

Au Québec, la décision de SAP suscite quelques réserves. « Quand on se focalise trop sur un type d’emploi, ça ferme des horizons », explique Martin Prévost, coordonnateur à Action main-d’œuvre, association qui aide les personnes autistes à trouver un emploi. Selon lui, de telles initiatives pourraient avoir un effet pervers, véhiculant l’idée que les personnes autistes ne sont compétentes que dans le domaine numérique.

Chaque année, Action main-d’œuvre aide environ 115 personnes autistes à trouver un emploi dans des domaines aussi variés que la rédaction, l’ingénierie, la comptabilité et la manutention.

Les plus populaires