Même la Cour suprême s’en mêle !

La justice est en voie de devenir l’apanage des riches. C’est la juge en chef de la Cour suprême du Canada, Beverley McLachlin, qui le dit !

Même la Cour suprême s'en mêle !
Photo : A Fraser / PC / The Ottawa Citizen

La magistrate originaire de l’Alberta a prononcé un discours véhément à l’Université de Toronto, le 10 février dernier, alors que des experts canadiens, américains, britanniques et australiens étaient réunis pour discuter des problèmes d’accès à la justice pour la classe moyenne.

La juge en chef s’en est pris notamment aux taux horaires exorbitants des avocats, exacerbés par leur monopole sur les services juridiques. «Si vous êtes les seuls à pouvoir offrir un service essentiel à la population, je crois qu’il est de votre devoir d’y voir. Il ne suffit pas de s’occuper des riches et des sociétés commerciales. Il faut trouver le moyen de pourvoir aux besoins de toute la société.»

Les experts réunis ont discuté de différentes pistes de solutions pour élargir l’accès au système judiciaire. Par exem­ple : instaurer une assurance juridique universelle (analogue à l’assurance médicaments) ou fournir un service télé­phonique de dépannage juridique (à l’image d’Info-Santé). En outre, la Cour et la magistrature devraient s’adapter davantage aux particuliers qui choisissent de se représenter seuls, plutôt qu’aux avocats.

Les experts ont également insisté sur la prévention. Les problèmes juridiques auxquels doivent faire face le plus souvent les personnes de la classe moyenne sont liés aux créances personnelles et aux disputes familiales. On pourrait éliminer bien des déboires en forçant les sociétés de crédit à imprimer sur le relevé de leurs clients des avertissements sur l’endettement. Ou encore, en diffusant davantage d’information vulgarisée sur les contrats de mariage, la séparation de biens ou la garde des enfants.