Merci aux profs

Dans un semblant de normalité, mes fils ont revu leurs amis. Et les profs étaient là, pour tenir leur groupe. Je ne sais pas ce que sera la rentrée, mais les profs seront là, parfois pris encore entre l’arbre et l’écorce.

Photo : L'actualité

Cette satanée année scolaire est terminée. Nous avons survécu. La boucle est bouclée. Mes enfants ont pu revoir leurs amis et leurs profs au parc. À distance. À peu près. Ils font ce qu’ils peuvent. Tout le monde fait ce qu’il peut.

Merci aux profs. Merci de vous être inquiétés. Merci de vous être adaptés. Merci de les avoir accompagnés. Je sais que vous vous ennuyez d’eux. Je sais que vous les suivez comme on les suit. Je sais que vous vous êtes habitués à leur face, à leur caractère. À leur manière d’apprendre.

Mes fils ont revu leurs amis. Enfin un sentiment de normalité. Et les profs étaient là, pour tenir leur groupe. Je ne sais pas ce que sera la rentrée, elle n’est pas dépourvue de questions, d’angoisses et de cette grosse bassine d’inconnu dans laquelle on baigne tous.

Mais les profs ont poursuivi leurs efforts. Et c’était rassurant. J’ai vu ma fille de maternelle faire ses Zoom avec les autres mini faces de sa classe. Oui, bien sûr il y a quelque chose de surréaliste à voir une réunion d’enfants de 5 ans. On dirait qu’ils jouent aux adultes. Ou se préparent enfin à prendre possession du monde.

Ils ont fait leurs exercices, autant que possible. Les profs les ont corrigés en mettant soigneusement des commentaires, même si on sait que ces travaux servaient surtout à assurer un filet, pour qu’ils sentent qu’ils en avaient un.

Mon père aussi est prof. Ses élèves sont un peu plus grands que ceux de maternelle, il enseigne à l’université. Quand sa session d’hiver a été interrompue par le début de la crise, il a continué à donner des cours à distance. À se filmer, à faire ses suivis par vidéoconférence. Et les élèves, en fin de session, lui ont dit que ça avait été rassurant. D’entendre sa voix. De voir qu’il était calme. Qu’il en avait vu d’autres.

Le rôle du prof, du bon prof, de la poule qui couve sa vingtaine de poussins. On vous voit les profs. On sait que vous avez été là, parfois, même souvent entre l’arbre et l’écorce. À savoir que vous envoyiez des devoirs chez des parents déjà dépassés. Malgré tout, à travers tout ça, vous avez maintenu le cap et nos petits sont rendus au bout.

On est passé à travers et à la rentrée on sera là. Tous ensemble.