Mirabel : la vitalité entre ciel et terre

Ses avions, ses grands espaces et son formidable envol.

De notre partenaireLogo partenaire

C’est ainsi que pourrait se présenter cette championne québécoise des faibles taxes municipales. Si le secteur de l’aéronautique continue d’y déployer ses ailes avec vigueur, l’économie de la ville s’assoit également sur la grande vitalité de ses commerces et de ses industries, ainsi que sur ses terres agricoles qui couvrent plus de 87 % de cet immense territoire. Jumelés aux faibles taxes résidentielles, ces deux secteurs n’en finissent plus d’attirer les familles. Et qui dit familles dit disponibilité d’une main-d’œuvre plutôt jeune, donc attrait pour les entreprises, elles-mêmes faiblement taxées… La boucle est bouclée!

En 10 ans, Mirabel a vécu un boum démographique sans précédent et gagné pas moins de 20 000 habitants. Plus de 55 000 résidants ont donc choisi d’y élire domicile, attirés par les lieux ou par…  les ruches! En effet, si la ville est largement connue pour son industrie aéronautique, elle abrite également Intermiel, une entreprise qui a su diversifier ses produits jusqu’à obtenir, en 2015, le titre convoité de meilleure entreprise apicole au monde. Rien de moins!

Ainsi, les Mirabellois, comme les abeilles, profitent d’un cadre de vie à la fois urbain et champêtre s’étalant sur un territoire presque aussi vaste que celui de l’île de Montréal. Et ces inlassables ouvrières partagent volontiers le ciel de la ville avec les aéronefs assemblés, testés et livrés sur place qui sortent des hangars d’Airbus, de Bombardier ou de Bell Helicopter Textron. Sur la route du miel, ces ouvrières ailées croisent aussi de nombreux avions-cargos chargés des colis confiés aux transporteurs aériens installés sur le territoire.

Une cohabitation aérienne faite pour durer. Le gouvernement du Canada et Aéroports de Montréal viennent en effet d’annoncer un investissement de 107 millions de dollars pour le développement de l’Aérocité internationale de Mirabel. Il s’agit d’une façon de s’assurer que les Nolinor, Cargojet, FedEx et autres UPS restent longtemps au cœur de ce parc industriel. La municipalité ne s’en cache pas : elle espère aussi attirer de nouveaux transporteurs de marchandises afin qu’ils viennent à leur tour s’installer et profiter des équipements de haute technologie du pôle aérologistique. Les futures aires de trafic à grande capacité qui seront développées dans les prochaines années pourront accueillir de plus gros porteurs encore. Il y a de quoi séduire les autres acteurs de cette industrie…

Si l’avenir de la ville est lié au transport logistique et à l’aéronautique (un emploi sur quatre), son histoire se raconte au gré des nombreux styles d’habitations qu’on y croise. Mirabel est née de la fusion, en 1971, de 14 municipalités qui sont devenues, pour la plupart, des secteurs de la ville; c’est pourquoi il existe encore de nombreuses maisons centenaires au charme incontesté logées au cœur d’anciens villages dont l’histoire remonte au 18esiècle. Au fil des ans, on voit poindre de nouvelles constructions, incluant des projets résidentiels haut de gamme. Ces nouveaux développements présentent l’avantage d’être situés à proximité de tous les services. Adaptées à toutes les bourses et à tous les goûts, ces habitations diversifiées permettent à la ville de densifier son territoire de façon harmonieuse.

C’est sans doute là que se trouve la force de Mirabel : faire en sorte que l’éloignement devienne proximité en offrant la nature aux urbains qui ont choisi d’y habiter. Si toutes les routes et les voies ferrées ne mènent pas à Mirabel, elles sont néanmoins nombreuses à desservir la ville. Les années futures verront débarquer leur lot de voyageurs avec la construction prochaine d’une nouvelle gare qui reliera Montréal à Mirabel. Sa mise en service est prévue en 2020.

On est cependant loin du concept de ville-dortoir. Mirabel dévoile ses charmes au naturel en cultivant sa centaine de parcs et d’espaces verts. Parmi ceux-ci, elle compte même deux parcs régionaux d’envergure : le parc régional éducatif du bois de Belle-Rivière et le parc du Domaine-Vert. De plus, la municipalité propose une panoplie de services et d’activités de toutes sortes afin que toutes les générations trouvent de quoi combler leurs désirs : 7 bibliothèques, 6 centres culturels, 3 arénas, 10 terrains de golf, 20 cabanes à sucre, 14 écoles primaires, et le prestigieux centre commercial Premium Outlets Montréal, dont les dizaines de boutiques de prestige et les soldes attirent des gens de partout. Des chiffres qui donnent le vertige et qui témoignent de la vitalité de ce coin de pays.

Ville résolument tournée vers l’avenir, Mirabel a su tirer parti de ses spécificités géographiques et industrielles, mais aussi de ses abeilles, pour le plus grand bonheur de ses habitants. Il n’est donc pas surprenant qu’on « M y vivre, y habiter, y travailler et y investir»!

Fondation : 1971
Gentilé : Mirabellois, Mirabelloise
Population : 55 020 habitants
Situation géographique : entre Montréal et les Laurentides, hors MRC

ville.mirabel.qc.ca

Dans la même catégorie
Commentaires
Laisser un commentaire