Mon année sans auto

Vivre sans voiture quand on a trois enfants, c’est possible ? Léa Stréliski a fait le test… et est plus zen que jamais !

Photo : L'actualité

On n’avait peut-être pas choisi la bonne année. Mais qui peut prédire une pandémie ? N’empêche que depuis le mois d’août dernier, nous n’avons plus d’auto. Encore trois enfants, mais toujours pas d’auto.

Nous avions une énooorme voiture sept places. Un VUS. Qui tirait du jus, de l’argent et notre espace mental. J’ai raconté l’année dernière pourquoi on avait fait ce saut dans le vide et à quel point j’ai eu un peu le vertige au début. Trois enfants, pas de char, un pari audacieux. Mais notre gros bazou allait éventuellement rendre l’âme et était dans cette phase agréable où toutes les pièces se mettent à péter une à une parce que ça fait plus de cinq ans qu’elles existent. Entre les allers-retours au garage, la frustration de ce que ça nous coûtait, les accidents qu’on évitait de justesse, les contraventions parce qu’on oubliait de changer la voiture de bord de rue, les vignettes, les travaux, les sens uniques, les changements de pneus, les chauffards, le stationnement et j’en passe… Pour des raisons économiques, écologiques et de santé mentale, on a fini par dire : basta.

« On ne veut plus d’auto. » On nous fait croire que cette phrase-là ne se peut pas. Pourtant, rien ne nous oblige à avoir une voiture. Attention, je ne suis pas naïve, je suis au courant que si tu ne vis pas dans un quartier central d’une ville, il y a bien des chances qu’effectivement, cette phrase ne se puisse pas. L’Amérique a été créée sur la promesse du char, c’est le char d’abord, après on verra. Donc, il y a bien des coins de pays où ne pas avoir de voiture fera de toi une personne recluse qui se berce sur le perron. Et meurt éventuellement de faim après avoir grignoté des écureuils. MAIS. Si tu vis en ville, si tu n’en peux plus de tous ces moteurs qui puent et font du bruit et si toi aussi tu te rends compte qu’il y a quelque chose d’aberrant à se promener dans un truc qui vaut plusieurs dizaines de milliers de dollars et perd de la valeur la seconde où tu sors du concessionnaire, en plus de polluer l’air qui nous est vital, eh bien… Saute !

Même en pandémie, nous n’avons pas regretté notre choix. Presque. On y a pensé, je ne vous le cacherai pas. Il y a eu un moment où on s’est dit : est-ce que c’est viable de ne pas pouvoir se sauver ? Est-ce que l’on va devoir se racheter un char ? On a failli. Disons qu’on a magasiné. Un truc qui ne pollue pas. Ou moins. Mais je me suis mise à respirer dans un sac en papier en pensant à la lourdeur de la responsabilité d’être propriétaire d’une automobile. On nous vend le fait qu’une voiture c’est la liberté, mais je vous jure que la liberté, c’est de ne pas en avoir. Il y a, en tout cas pour moi, une liberté à savoir que lorsque j’ai fini de me servir de ma voiture Communauto, je la rends. Elle n’est pas à moi. Je m’en sers quand j’en ai besoin. Le reste du temps, ce n’est pas mon problème. C’est ça que je paie comme service, c’est cette paix que j’achète.

Mon fils de 11 ans préfèrerait que l’on ait une Porsche. Peut-être que vous êtes aussi fan des voitures au point d’en faire une passion. Mais nous, comme famille de cinq, pandémie, pas pandémie, métro, vélo, Communauto, ça nous va très bien.

Laisser un commentaire

Je rêve depuis plusieurs années de ne plus avoir d’auto mais je n’ose pas. J’ai changé de voiture il y a 2 ans et en me disant; cette fois ci c’est la dernière… Ça ressemble à une promesse du jour de l’an. Je n’ai jamais aimé les autos mais c’est tellement pratique, surtout que je n’habite pas dans un grand centre urbain.

Répondre

J’aurais pu écrire ce texte! Sauf qu’ici, on se passe d’une auto depuis plus de 7 ans, même si on a maintenant des enfants de 2 et 4 ans.

Comme vous, je ne dirai jamais qu’une voiture est inutile! Y’a des situations qui nécessitent une voiture. Mais de pouvoir se passer d’en avoir une à soi et de ne pas avoir besoin de voiture dans sa vie au jour le jour, c’est effectivement une grande liberté!

Pour les vacances d’été, on loue une voiture pour 2-3 semaines et c’est pas si cher que ça, surtout quand on compare aux billets d’avion que certaines familles se payent pour leurs vacances…

Détenir une voiture, pour la classe moyenne, c’est de loin ce qui appauvrie le plus… C’est épeurant quand tu fais les calculs… Et cela est aussi vrai pour une voiture électrique 😉

Répondre

Bravo à vous. C’est bon pour l’environnement… et pour le porte-monnaie!
Il faut par contre mettre tout ça en contexte. Moi aussi, j’aimerais me passer d’une voiture.
Mais est-ce que vos enfants font du sports (ski alpin, par exemple)? Est-ce que vous devez vous déplacer pour plusieurs matches de hockey, de soccer, ou aller dans une autre région pour un événement culturel de votre enfant (avant la COVID, évidemment!) ? Aller à un tournoi d’un week-end à Amos en autobus, c’est peut-être écologique, mais c’est compliqué et pas très pratique.
Bref, en grandissant, vos enfants vont peut-être faire en sorte que vous aurez besoin d’un véhicule de nouveau. Là, où je veux en venir, c’est que oui, c’est beau se passer d’une voiture, mais ce n’est pas la réalité pour bien des gens.

Répondre

Voici une couple de jours, madame Stréliski nous faisait l’insigne honneur de nous abreuver de son séjour lacustre dans ces contrées encore sauvages, presque vierges et immaculées qui existent encore dans notre belle province.

Peut-être que dans une prochaine chronique, pourrait-elle nous expliquer de quelle façon une famille de cinq personnes peut se transporter aux confins du Royaume avec le matériel de camping, tout ce qu’il faut pour survivre pendant une semaine (ou plus) avec pour seule compagne une jolie et plutôt petite « Commune-auto-partagée ». Je suis complètement interloqué, abasourdi, stupéfait, pantois, entièrement submergé.

Bref… ? — Faites donc ce que je dis et… pas ce que j’fais.

Je ne sais, s’il ne faut s’étonner outre mesure que Montréal continue inexorablement de subir les effets de la gentrification, que le Plateau et quelques autres quartiers chassent tous ses résidents aux revenus modestes pour le profit de tous ces « bobos » bienpensants qui cannibalisent les lieux, que la ville qui ne cesse de perdre des habitants, que les banlieues souffrent de l’étalement urbain et que tant de familles s’y retrouvent sans voiture parce qu’elles n’ont tout simplement pas les moyens ou avec un char parce qu’il est tout simplement difficile ici de faire sa vie sans.

Répondre

Il y n’y a pas que Communauto! On peut se louer une fourgonnette pour quelques semaines pour les vacances. Ça reste quand même moins dispendieux que posséder une voiture au bout de l’année!

@ Bonsoir C Labrecque,

Merci bien pour vos commentaires. À vrai dire cependant, je n’ai vu dans les chroniques de madame Stréliski, rien qui nous indiquerait tout cela.

Mais entre vous et moi, si vous devez louer régulièrement des autos pour des besoins spécifiques. Notamment par abonnement comme c’est le cas de Communauto, je ne vois pas en quoi vous vous libérez comme ça de votre addiction à l’automobile.

Cela consiste simplement à externaliser sa dépendance. Voilà tout ! C’est comme de consommer dans les bars plutôt que de consommer chez soi !

Le gains obtenus versus le coût total des frais de transports auxquels peut s’ajouter des dépenses annexes pour une famille de cinq personnes sur un an (en temps normal et hors pandémie), tout cela pourrait selon moi être négligeable, cela requerrait certainement — avant de déclarer que c’est moins dispendieux – d’être comptabilisé sérieusement.

Pourquoi présumer de la mauvaise foi de Mme Stréliski? Comme M. Labrecque commente ça se loue une voiture. Personnellement j’ai une voiture mais en 2 ans je n’ai même pas 3000Km au compteur. Ma voiture précédente avait 31000Km après 11 ans. Ça fait cher du kilomètre. Prendre des taxis ou louer au besoin me coûterais moins cher. Si on s’en tient seulement au calcul économique je ne devrais pas avoir de voiture.

@ Jacques,

Vous fondez votre argumentation sur la base de « présupposés » qui selon moi vous disqualifient.

Pour votre gouverne, j’aimerais vous faire remarquer qu’il y avait fin 2019 suivant les données compilées par la SAAQ quelques 6,6 millions de véhicules immatriculés au Québec. Sans surprise ce sont les camions légers et les SUV qui se tirent la part du lion.

En quelques 20 ans, le nombre de véhicules en circulation a pratiquement doublé ; autrement plus que la population.

Je pourrais poursuivre indéfiniment avec les chiffres, mais force est de constater que les choix (éclairés ?) de madame Stréliski ne sont pas représentatifs du portrait automobile des Québécoises et des Québécois.

J’aimerais conclure par une question qui s’adresse tout à vous monsieur Jacques :

Puisque selon vos propos, vous pourriez vous passer d’auto, puisque vous n’en avez pas besoin, puisque vous pourriez grâce à cela sauver de l’argent… alors puisque vous êtes conscient de tout cela… pourquoi avez-vous malgré tout acheté une voiture neuve voici 2 ans ? J’aimerais bien pouvoir comprendre votre démarche dans tout cela.

@ Serge Drouginsky,
Je pourrais me passer d’une auto mais ce ne serais pas sans sacrifices. Même si elle ne me sert peu elle est quand même utilise pour transporter du matériel, entre autre mon kayak. Je me voie mal le transporter sur mon dos pendant des kilomètres. Je constate simplement que ça fait cher du kilomètre car en ville la plupart du temps je marche par préférence, sauf lorsque j’ai du matériel à transporter. Mais il y a de plus grand sacrifice que les sacrifices personnel car notre mode de vie actuel n’est tout simplement pas soutenable il faudra bien renoncer à quelque chose à un moment donner, de gré ou de force.

@ Jacques,

Merci pour vos tous derniers commentaires. Vous posez une question très pertinente quant à la soutenabilité de notre mode de vie. C’est tout en votre honneur de ne pas penser qu’à vous-même.

Et bien moi je considère mon abonnement à Communauto comme un privilège et la liberté d’utiliser ce transport lorsque j’en ai besoin.
Des journées d’escapades planifiées aux commissions, je ne paye pas pour le temps que ça dort au garage ou… à la banque! Bref, très satisfait de mon expérience.

Répondre
Les plus populaires