Nucléaire : en sécurité, les Québécois ?

La Commission canadienne de sûreté nucléaire, organisme qui surveille les centrales du pays, se veut rassurante : il est très peu probable que des accidents nucléaires comme ceux survenus au Japon se produisent au Canada.

Nucléaire : en sécurité, les Québécois ?
Photo : iStockphoto

Pourtant, les centrales canadiennes ne sont pas plus sûres que les japonaises. La centrale nucléaire de Gentilly-2, à Bécancour, est construite dans une zone sismique stable. Elle résiste moins bien aux séismes que celles du Japon, pays qui connaît plus de 1 000 séismes par an.

Toutes ces installations sont conçues selon des normes internationales pour résister à des catastrophes naturelles plus graves que celles susceptibles de se produire là où elles se trouvent. La centrale de Fukushima Daiichi devait résister à un tsunami de 5,2 m. Or, c’est une vague de 10 m qui l’a frappée. Une telle catastrophe était très peu probable.

Un accident au Canada pourrait être tout aussi dramatique que celui qui s’est produit au Japon, dans l’éven­tualité d’une catastrophe naturelle plus violente que prévu. Ce qui reste, heureusement, très peu probable !

L’énergie nucléaire : tout ce qu’il faut savoir sur le blogue de Valérie Borde >>

 

 

Les plus populaires