Pilules, barmans et Instagram

Des labos mobiles pour tester la qualité des drogues dans les festivals de musique, une formation pour prévenir le harcèlement sexuel dans les bars, et des hôtels qui alimentent les comptes Instagram de leurs clients.

Photo : Lisa Maree Williams / Getty Images

Est-ce vraiment de l’ecstasy ou… du fentanyl ? La drogue qui circule dans les festivals de musique étant souvent de mauvaise qualité, des voix s’élèvent dans différents pays pour réclamer des analyses sur place. En Australie, l’expérience a été tentée pour la première fois au festival de Canberra, à l’été 2018, avec la bénédiction des autorités locales. À Sydney, 500 personnes ont manifesté en janvier afin que la première ministre de Nouvelle-Galles du Sud débloque les fonds nécessaires pour tenir ces labos mobiles, mais elle s’y oppose, craignant d’encourager la consommation. Cinq festivaliers sont morts dans cet État en autant de mois. (Claudine St-Germain)

* * *

Barmans à l’affût

New York, « la ville qui ne dort jamais », vise la tolérance zéro en matière de harcèlement sexuel dans ses boîtes de nuit et ses salles de spectacle. Pour y arriver, le conseil municipal étudie trois projets de loi, qui, s’ils sont adoptés, pourraient rendre obligatoire l’affichage de panneaux indiquant que « Le consentement est obligatoire » et que tout geste déplacé doit être signalé au personnel. Tous les employés, des barmans aux agents de sécurité, devraient aussi suivre une formation afin de prévenir les agressions et d’intervenir adéquatement auprès des victimes. De plus, de l’équipement de surveillance vidéo devrait être mis en place dans les bars pour garantir que les incidents pourront être documentés.

La Ville de New York n’est pas la seule à réagir ainsi au mouvement #moiaussi : une enquête du quotidien USA Today révèle que près de 500 nouvelles lois visant le harcèlement sexuel ont été adoptées aux États-Unis depuis deux ans. (Annick Poitras)

* * *

Instagram, quel boulot !

La chaîne hôtelière internationale Ibis a testé un nouveau service l’automne dernier : le gardiennage de compte Instagram. Pendant un mois, les clients qui réservaient une nuitée dans les hôtels de Zurich et de Genève, en Suisse, pouvaient confier leur compte à des « instagrammeurs » chevronnés, qui publiaient à leur place photos et stories, les laissant ainsi « profiter de leur voyage sans devoir se soucier de réussir la photo parfaite », selon le communiqué de presse de la chaîne.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie