Poules à louer

Les cocottes seront permises dans deux arrondissements montréalais !

(Photo: iStockPhoto)

En mai, 50 ménages de Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal, accueilleront dans leur cour arrière deux poules, livrées avec un poulailler, du grain et de la litière pour six mois. Et la promesse de manger des œufs frais le matin !

Ce projet-pilote, baptisé POC (Production Observation Connexion), est une initiative d’Alvéole, dont la mission originale est d’implanter l’apiculture en milieu urbain. Ses dirigeants voient dans l’aviculture une continuité dans cette mission, puisque poules et abeilles permettent la récolte facile d’un aliment.

Jusqu’à présent, seuls deux arrondissements montréalais permettent de garder des poules. « On espère que ce projet en convaincra d’autres d’assouplir leurs règlements », dit Étienne Lapierre, cofondateur d’Alvéole.

Les deux poules pourront passer l’hiver dans leur poulailler, si leur propriétaire le munit d’un système de chauffage. Sinon, les cocottes seront placées dans une ferme partenaire.

L’initiative d’Alvéole fait tout de même des sceptiques. « Les poules ont besoin d’espace, d’ombre et d’une hygiène rigoureuse », dit Louise Arbour, de Poules en Ville, qui fait la promotion de la garde de volaille en milieu urbain. « Les installations de POC devront respecter ces critères. »

Les ensembles sont vendus 1 149 dollars ; le système de chauffage, 299 dollars.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Ça va faire cher et compliqué de l’oeuf…

D’autant plus que, selon un reportage récent, plusieurs de ces poules « citoyennes » devaient être prises en charge par un organisme animalier parce qu’abandonnées dans des conditions lamentables une fois l’automne venu.

Mangez, à l’aveugle, un oeuf frais versus un oeuf de quelques jours et dites-moi sérieusement si vous y voyez une différence.

Ce n’est qu’un autre truc de marketing pour donner bonne conscience à certains citadins en mal de considération écologique.

À chacun son métier!!!

Quelle fameuse idée, genial comme concept. Bravo

Denise, expliquez-moi en quoi vous trouvez cette idée géniale SVP.

Vous pouvez vous procurer des oeufs frais et parfaitement comestibles dans n’importe quelle épicerie et/ou dépanneur et/ou marché public et ce, sans subir ou faire subir à vos voisins les très nombreux inconvénients d’avoir des poules à élever.

Quel est le deuxième arrondissement qui permet d’avoir des poules? Seul Rosemont­­­­– La Petite-Patrie est nommé dans l’article.

C’est très dispendieux pour quelques douzaines d’oeufs par été. D’autant plus que la plupart du temps, ça produit plus qu’on ne peut en consommer. Deuxièmement, la volaille est réputée pour attirer la vermine. Si vous décidez de garder ces petites cocottes pondeuses, attendez vous aussi à prendre d’autres pensionnaires moins agréables: la plupart des poulaillers sont visités par les rats.