Quand reprise économique rime avec divorce

L’embellie économique fait bondir le nombre de divorces aux États-Unis, ce qui donne un coup de fouet à l’industrie de la construction.

Après avoir atteint un creux historique lors de la dernière récession, le taux de divorce est reparti à la hausse aux États-Unis.

Et qui dit séparation dit formation de nouveaux foyers. Il s’en est créé 5,3 millions chez nos voisins du Sud au cours des quatre dernières années, révèle l’agence Bloomberg. De 2009 à 2013, le marché de la construction a ainsi crû de 67 %, ce qui a stimulé au passage la demande de meubles, d’électroménagers et de matériaux divers.

Pourquoi les Américains sont-ils soudainement plus nombreux à rompre et, par le fait même, à relancer le marché immobilier ? La réponse réside dans l’amorce de la reprise économique au pays.

Pendant la crise, les couples américains dont le mariage vacillait ont préféré tenir bon plutôt que d’affronter en solo le marasme financier. Le nombre de divorces a même atteint son niveau le plus bas en 40 ans en 2009, au plus fort de la récession, selon le Bureau du recensement des États-Unis.

En 2012, le nombre de divorces a augmenté pour une troisième année consécutive, touchant 2,4 millions de foyers. Il avait déjà doublé de 1940 à 1981.

«Quand l’économie revient à la normale, les dynamiques familiales suivent, a déclaré Mark Zandi, économiste en chef chez Moody’s Analytics. Les taux de natalité et de divorces grimpent. Ils risquent même d’augmenter fortement au cours des prochaines années, car les ménages qui avaient décidé d’attendre avant d’apporter des changements à leur vie passent maintenant à l’acte.»

Si cette reprise du marché de l’habitation semble pouvoir profiter à certaines industries canadiennes, dans une de ses études économiques, Desjardins ne crie pas victoire pour autant :

«Cela entraînera des effets positifs pour l’économie canadienne, mais les bienfaits directs pourraient ne pas être aussi importants qu’on pourrait le penser […] Non seulement l’évolution de la construction sera progressive au sud de la frontière, mais les producteurs américains de matériaux disposent de capacités inutilisées assez importantes après plusieurs années de vache maigre, ce qui réduit les besoins en importations.»

Laisser un commentaire

La question que se pose est la suivante: les couples, se sont-ils precipités en se marriant ou sont-ils juste trop égoistes pour régler leur problèmes ?