Que faire devant l’impasse ?

Les propositions du gouvernement Charest sont accueillies froidement par les fédérations étudiantes. Devant l’impasse, que devraient faire le premier ministre et les porte-parole des regroupements étudiants ? Les analyses des blogueurs Jean-François Lisée et Pierre Duhamel.

 

jflisee

Que faire devant l'impasse ?
Photo: Ryan Remiorz/PC

Les propositions du gouvernement Charest sont accueillies froidement par les fédérations étudiantes. Devant l’impasse, que devraient faire le premier ministre et les porte-parole des regroupements étudiants ? Les analyses des blogueurs Jean-François Lisée et Pierre Duhamel.

 

jflisee

Le blogue de Jean-François Lisée

Étudiants: s’autoriser à appeler au calme

Ainsi, Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de la CLASSE, affirme qu’il «n’a pas le pouvoir d’en appeler au calme». Pour avoir été, dans ma jeunesse, très impliqué dans des mouvements étudiants et dans des groupuscules peu enclins au compromis avec l’État bourgeois, je comprends fort bien la pression qui s’exerce sur la nouvelle vedette de la jeunesse rebelle. Cependant vient un moment où on ne peut plus se cacher derrière son titre de «co-porte-parole» et où il faut assumer plutôt l’ascendant et la crédibilité que sa position génère, chez les militants comme dans le public…

LISEZ LA SUITE DE CE BILLET ICI  >>

 

duhamel

Le blogue de Pierre Duhamel

Les raisons derrière l’impasse

La dynamique du conflit étudiant m’inquiète, car je ne vois pas d’issue entre des intérêts, des logiques et des discours incompatibles. Nous subissons aussi notre première crise s’auto-alimentant en direct et en temps réel sur les réseaux sociaux. Ces derniers s’avèrent de prodigieux instruments de mobilisation, mais aussi de radicalisation et de confusion. Je suis en grand utilisateur et consommateur de réseaux sociaux et je suis à même de mesurer leurs forces et leurs faiblesses, mais jamais ils ne m’ont paru si consternants.

LISEZ LA SUITE DE CE BILLET ICI  >>

 

jflisee

Le blogue de Jean-François Lisée

Étudiants: les victoires de la grève

À mon avis, la grande grève étudiante de 2012 aura été couronnée de victoires. Enfin, pas de « la » victoire, en ce sens que rien n’indique encore que le gouvernement cédera sur la revendication centrale : l’annulation de la hausse des droits de scolarité de 75 % en cinq ans. Mais je compte au moins cinq avantages collatéraux au mouvement qui vient de déferler sur le Québec.

LISEZ LA SUITE DE CE BILLET ICI  >>

 

Les plus populaires