Quel avenir pour l’immigration ?

Nombre de démographes et d’économistes estiment que la croissance du Québec devra passer par l’immigration, ne serait-ce que pour pourvoir les centaines de milliers de postes qui seront laissés vacants par le départ à la retraite des baby-boomers.

Quel avenir pour l'immigration ?
Photo : iStock

Ils voient ainsi d’un bon œil l’augmentation du nombre d’immigrants accueillis au Québec, qui est passé de 44 684 en 2006 à 53 981 en 2010.

Dans un ouvrage paru en mars, les essayistes Benoît Dubreuil et Guillaume Marois, respectivement philosophe et démographe, avancent au contraire que l’immigration n’a qu’une incidence marginale sur l’économie et la démographie du Québec.

Le gouvernement Charest a tranché. À la mi-avril, il a annoncé qu’il limiterait à 50 000 le nombre d’immigrants qui seront accueillis dans la province, et ce, jusqu’en 2015.

De leur côté, les Québécois demeurent divisés sur la question. 


Dans quelle mesure seriez-vous d’accord ou non pour que le Québec augmente le nombre d’immigrants qu’il accueille chaque année ?


Tout à fait / Plutôt d’accord                                                          33 %

Tout à fait / Plutôt en désaccord                                                  57 %

Je ne sais pas                                                                               10 %

Sondage CROP-L’actualité mené par l’intermédiaire d’un panel Web auprès de 1 000 adultes du 16 au 21 mars 2011.