Quelles valeurs pour nos enfants ?

Quelles valeurs souhaitez-vous transmettre à vos enfants ? Et comment vous y prenez-vous concrètement pour le faire? Nous avons posé ces questions à six personnes ndash connues ou moins connues. Originales ou fondées sur le gros bon sens, leurs réponses rejoignent les résultats du sondage CROP-L’actualité sur les valeurs des Québécois publié dans le magazine (Le grand écart des valeurs, février 2008). Et montrent que rien ne vaut mieux que de prêcher par l’exemple !

Steven Guilbeault

 
Steven Guilbeault

Steven Guilbeault
Porte-parole et cofondateur d’Équiterre.
Père d’un garçon de 4 ans et de deux filles de 9 ans et de 8 mois.

Les valeurs qu’il privilégie : La simplicité, le partage et la coopération, le dépassement de soi, le respect de soi, des autres, de l’environnement…

Comment il les transmet : Transmettre des valeurs, c’est se donner la peine d’expliquer aux enfants ce qu’elles signifient. Mais c’est d’abord une façon de vivre. Nous n’avons pas d’auto, nous évitons la surconsommation et l’accumulation. Avec la famille, les amis, nous avons un réseau d’échange de vêtements d’enfants. Nous mettons aussi l’emphase sur les jouets usagés ou recyclés, sur le sens de la fête plus que sur les cadeaux… Toutefois, ce n’est pas absolu et nous sommes flexibles! Il y a des pressions sociales, les enfants nous font des demandes qui sortent de tout ça et parfois, on cède.

Le partage, là encore, ce n’est pas juste une notion théorique, ça se vit au quotidien. Nous avons fait un don en famille récemment à une banque alimentaire : tout le monde y a contribué, petits et grands, dans la mesure de ses moyens. Le partage est aussi inscrit dans le projet de l’école de notre aînée, où la coopération prime sur la compétition. Nous pratiquons également beaucoup d’activités physiques en famille, en expliquant aux enfants qu’il faut viser le développement de ses compétences, le dépassement de soi, plutôt que la performance et la victoire. Nous les encourageons tout en leur apprenant à reconnaître leurs forces et leurs faiblesses.


 

Christian Boissinot
Professeur de philosophie au cégep François-Xavier Garneau, à Québec, et rédacteur en chef du magazine philosophique Médiane (www.revuemediane.ca).
Père d’une fille de 6 ans et d’un garçon de 9 ans.

Les valeurs qu’il privilégie : Après une petite discussion avec ma tendre moitié, voici nos valeurs, sans ordre particulier : le respect – de soi, des autres, de la vie, de l’environnement-, le dépassement de soi, la famille.

Comment il les transmet : Autant que faire se peut, en prêchant par l’exemple! En consacrant du temps à la famille, quitte à laisser de côté certains de nos hobbys ou intérêts. En écoutant attentivement nos enfants, en discutant abondamment avec eux de tout et de rien à table, en famille, télé fermée, musique classique, chandelles allumées… En les mettant en contact avec les grandes – et moins grandes – oeuvres du génie humain, qui permettent de réfléchir avec eux au sens de la vie. En les mettant en contact, aussi, avec la vie et la nature (nous avons deux chiens, deux aquariums, faisons des excursions en forêt, pensons au recyclage, évitons de surconsommer…). En ne tolérant jamais de comportement irrespectueux et en enseignant la politesse. En les encourageant à persévérer et à apprendre de leurs échecs, pour qu’ils ne perdent pas de vue leurs objectifs et leurs rêves. En étant exigeants, tout en acceptant les remises en question (des parents au premier chef!) En leur prodiguant un amour, une affection et un soutien inconditionnels.


 

Marie Grégoire
Vice-présidente chez HKDP communications, ex députée de l’Action démocratique du Québec (ADQ).
Mère d’un garçon de 12 ans.

Les valeurs qu’elle privilégie : L’ouverture, l’effort, la générosité et le partage.

Comment elle les transmet : Je crois que les valeurs se partagent par l’exemple et la cohérence. J’espère transmettre la générosité en vivant des moments d’engagement avec mon fils – auprès de nos proches mais aussi dans le cadre d’activités plus organisées. Et cela se passe de génération en génération. Ma mère vit avec nous et nous réalisons plusieurs projets de partage ensemble. À l’école de mon fils (mise en place avec d’autres parents de la Vélo Fête, création du journal…) mais aussi dans la communauté, les paniers de Noël notamment.

Pour l’effort, je dis toujours que tout ce qui mérite d’être fait mérite d’être bien fait…. entre autres pendant les devoirs. J’encourage mon fils à poursuivre ce qu’il a commencé en lui donnant tout le soutien nécessaire. De la rigueur donc (c’est mon côté plate !)… mais non sans humour. Quant à l’ouverture aux autres et aux nouvelles situations, ça se transmet en en parlant, mais aussi par notre manière d’être avec les autres et de ne pas juger.


 

Isabelle Hudon
Présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.
Mère d’un garçon de 12 ans.

Les valeurs qu’elle privilégie : Voici les principales valeurs que je m’efforce de transmettre aux enfants de la maison – mon fils, mon neveu qui habite chez moi durant la semaine et les enfants de mon conjoint lorsqu’ils nous visitent – : intégrité, générosité, respect / tolérance.

Comment elle les transmet : Je crois que la meilleure façon de transmettre les valeurs est de prêcher par l’exemple. En aucun temps il ne faut les forcer mais plutôt les intégrer à notre mode de vie, les expliquer en citant les conséquences et surtout les retombées. C’est très pédagogique : j’opte pour l’art de répéter en toutes occasions !

J’échange beaucoup avec mon fils sur les différentes situations de ma vie, de notre vie et de la vie en général, en mettant en lumière celles où nos valeurs sont importantes pour vivre, voire survivre. Je dis lui toujours que l’important c’est d’être authentique, à savoir d’être qui nous sommes non pas pour plaire à qui que ce soit mais pour être pleinement heureux et serein. Et pour cela, qu’il faut d’abord s’accepter et s’aimer soi-même.

Je m’efforce aussi de lui faire comprendre que même si nous vivons dans une organisation familiale différente, une famille recomposée, nous n’en formons pas moins un clan où tous et chacun sont respectés et peuvent s’affirmer. Même si la famille a évolué, les valeurs de base demeurent. J’ajouterais qu’en avançant dans la vie je constate que c’est le plus beau cadeau que ma mère m’ait offert : me transmettre de fortes valeurs.


 

Marie-France Laliberté
Mère au foyer.
Une fille de 7 ans et deux garçons de 12 et 16 ans.

Les valeurs qu’elle privilégie : Le respect de soi d’abord, puis des autres; l’amour et le partage; l’éducation au sens large : tant scolaire que familiale.

Comment elle les transmet : D’abord par la communication. Pour la favoriser, nous avons des moments « obligatoires » pour être ensemble, en famille : les repas, le patinage, les fins de semaine à la campagne…

Le respect de soi, c’est être authentique : nous encourageons nos enfants à réfléchir à leurs passions, à les nommer et à les nourrir. C’est aussi prendre soin de son corps avec une alimentation saine et de l’exercice. Quant au respect des autres, il commence dans notre petite communauté familiale, par exemple en laissant à la petite sœur le droit de s’exprimer à son niveau d’enfant de 7 ans, même si ce qu’elle dit n’intéresse pas a priori ses grands frères. Et ne jamais oublier que les parents doivent eux-mêmes donner l’exemple et modifier leur comportement si nécessaire : les valeurs sont un guide, une ligne à suivre.

L’amour, le partage, la chaleur humaine, ça compte aussi beaucoup chez nous. Exprimer ses sentiments, ne pas se retenir, s’embrasser, danser comme des fous dans le salon, prendre soin de l’autre… J’investis également beaucoup dans l’éducation. Étant à la maison, c’est sûr que j’ai plus d’énergie pour m’y consacrer, qu’il s’agisse du choix des écoles, des horaires de sorties, des devoirs, des amis, des tâches ménagères que chacun doit accomplir… Nous veillons à garder un encadrement très serré, même s’il ne s’agit pas de discipline militaire! Au contraire, nous favorisons la liberté d’expression, la discussion et le sens critique.


 

Martin Larocque
Comédien, conférencier et chroniqueur pour le magazine Enfants Québec.
Père de trois garçons de 5, 7 et 9 ans.

Les valeurs qu’il privilégie : C’est une belle question qui nous a permis, à ma blonde et moi, de faire le point. Parmi les valeurs qui comptent pour nous : le respect de la différence, la famille et le dépassement de soi.

Comment il les transmet : Avec le gros bon sens! Et en tâchant d’être constant et cohérent. Nous n’enseignons pas ce que nous savons, mais plutôt ce que nous sommes.

L’importance de la famille, je la vis au quotidien. En faisant le repas, le lavage, en consolant, en mettant des plasters, en embrassant, chatouillant… bref en étant là, disponible, même si je suis moins présent aujourd’hui que lorsque j’étais père à temps plein (pendant un an, à la naissance de mon troisième).
Pour le respect de la différence, j’apprends à mes enfants qu’il faut s’interroger au lieu de juger. Quand ils rentrent de l’école en rapportant un fait impliquant un des leurs, nous n’acceptons pas d’emblée leurs conclusions et faisons exprès pour leur donner une autre version possible. Ce qui les obligent à revoir leurs positions.

Quant à la persévérance…. Ma blonde dit souvent que l’important dans la vie ce n’est ni de gagner ni de participer mais de donner le meilleur de soi-même. On encourage les enfants en ce sens. Par exemple, si l’un d’eux fait le ménage de sa chambre et qu’il en est fier, nous lui disons de se rappeler de ce sentiment de fierté la prochaine fois…

Et vous, quelles valeurs auriez-vous choisies? Écrivez-nous à l’aide du formulaire au bas de cette page.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie