Recherchons perles rares

Vous rêvez de plonger en plein cœur d’intrigues d’argent et de politique ? Les partis politiques ont grand besoin d’agents officiels, ces travailleurs qui gèrent toutes les opérations financières de la campagne électorale d’un candidat dans sa circonscription.

Les partis politiques ont grand besoin d’agents officiels
Photo : iStockphoto

Attention, la tâche est lourde, les horaires ingrats et la rémunération souvent virtuelle. Ceux qui ont déjà vécu l’expérience n’hésitent pas à qualifier leur rôle de « véritable fardeau », selon un rapport publié en août 2008 par Léger Marketing, qui a discuté avec une centaine d’agents partout au pays, à la demande d’Élections Canada.

La pression a monté depuis le scandale des commandites, qui a débouché sur un resserrement des règles de financement des partis politiques. Par exemple, depuis le 1er janvier 2007, un reçu doit être remis pour toute contribution de plus de 20 dollars.

Conséquence : les agents ne se bousculent pas au portillon. Un can­didat sur cinq a eu des difficultés à trouver cette personne de confiance lors des dernières élections fédérales, en 2008, d’après la société Phoenix Strategic Perspectives, d’Ottawa, qui a interrogé 877 candidats.

OFFRE D’EMPLOI : AGENTS OFFICIELS

DESCRIPTION DES TÂCHES

Enregistrer les contributions, autoriser les dépenses, gérer la petite caisse et l’attitude parfois dictatoriale du directeur de campagne du candidat.

COMPÉTENCE REQUISE

Savoir se débrouiller en comptabilité.

LIEU DE TRAVAIL

Local de campagne du candidat (souvent un local commercial désaffecté, meublé avec les moyens du bord).

RÉMUNÉRATION

Souvent nulle. Dépend des moyens financiers de chaque circonscription. Les beignes et le café sont généralement offerts gracieusement.

RISQUE

Condamnation à des travaux communautaires,à des amendes ou à la prison en cas d’infraction à la Loi électorale du Canada.

DISPONIBILITÉ

Dès les prochaines élections fédérales.