Robyn Maynard : Ne jamais oublier l’esclavage

La discrimination à l’égard des Noirs est systémique depuis toujours au Canada, dénonce l’activiste montréalaise, dont l’essai NoirEs sous surveillance paraît cet automne aux éditions Mémoire d’encrier.

Photo : Stacy Lee

On comprend mieux la discrimination envers les Noirs quand on connaît l’histoire de l’esclavage au Canada, dites-vous. Pourquoi ?

Quand on sait que l’esclavage a duré 200 ans et que les Noirs étaient alors considérés comme enclins à la criminalité et peu intelligents, on comprend à quel point ce racisme est profondément ancré dans notre société. Ces idées se sont perpétuées dans l’inconscient collectif jusqu’à aujourd’hui.

Pourtant, le Canada a la réputation d’être un pays multiculturel et tolérant…

L’esclavage a été rayé des livres d’histoire après son abolition, en 1834. Le Canada a voulu créer la perception qu’il avait toujours été un pays de tolérance et a mis l’accent sur des manifestations comme l’accueil des esclaves qui fuyaient les États-Unis pour retrouver la liberté. Mais c’est le fruit d’une sélection de la mémoire nationale. Dans les faits, le Canada a une histoire de violence étatique à l’égard des Amérindiens, victimes d’un génocide, et des Noirs.

Photo : Jacquelyn Martin / La Presse canadienne

Jusqu’à quel point l’esclavage était-il répandu?

Le Canada n’était pas une société esclavagiste à la façon des États-Unis, dont le système économique était basé sur l’exploitation des esclaves dans les plantations. Mais en Nouvelle-France et sous l’Empire britannique, c’était relativement commun d’être propriétaire d’esclaves pour les travaux domestiques.

Vous soutenez que cette violence tolérée socialement prend d’autres formes aujourd’hui, notamment celle de la brutalité policière. Ce problème est-il aussi important qu’aux États-Unis ?

La violence policière par armes à feu est plus importante aux États-Unis qu’ici. Mais on constate que la population noire est surreprésentée en prison, à un taux comparable à celui des États-Unis, soit trois fois plus que sa proportion dans la population totale. Au Canada, les Noirs représentent environ 3 % de la population et 9 % de la population carcérale. Il faut savoir que la police de Montréal a utilisé des cibles représentant des hommes noirs pour ses exercices de tir jusque dans les années 1980.

Quelles autres formes prennent les injustices aujourd’hui ?

Le fait que le Canada soit perçu comme une mosaïque multiculturelle rend les injustices encore plus invisibles. Pourtant, les personnes noires continuent d’être parmi les plus pauvres au pays et de subir de la discrimination à l’embauche, même dans la fonction publique. Les mères noires sont davantage surveillées par les services sociaux et se font davantage retirer la garde de leurs enfants. C’est une autre forme de violence étatique. Et ce ne sont que des exemples.

Dans la même catégorie
11 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je comprends Jacqueline Martin activiste dans son approche sur le racisme!
Mais les autochtones selon moi sont aussi sinon plus ostracisés. On a tenter de leur enlever leur langue, on les parqué dans des réserves, on a signé des ententes qui ne furent pas respectées etc.
Pour aussi parlé d’esclavage; les Chinois, dans la construction des chemins de fer le terrain dans cette région était montagneux, ce qui rendait le travail difficile et dangereux. Il y avait une pénurie de travailleurs. Entre 1881 et 1884, environ 17 000 Chinois sont venus en Colombie-Britannique pour travailler à la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique. Les travailleurs chinois travaillaient pour 1 $ par jour; avec ce dollar, ils devaient payer leur nourriture, leur campement et leurs ustensiles de cuisine. Les travailleurs blancs n’avaient pas à payer pour cela, même s’ils étaient mieux payés (1,50 $ à 2,50 $ par jour). On confiait aux Chinois les travaux les plus durs et les plus dangereux, même s’ils étaient moins bien payés. Ils nettoyaient et nivelaient la plate-forme de la voie ferrée. Ils dynamitaient des tunnels à travers le roc. Il s’est produit des accidents, des feux, des désastres, des glissements de terrain et des explosions qui ont tué plusieurs d’entre eux. Il n’existait pas vraiment de soins médicaux, et de nombreux travailleurs chinois se soignaient avec des herbes.
Alors esclavagisme remonte aussi loin que les Romains, les Égyptiens, les Phéniciens, les Vikings et j’en passe.
Ce que je déplorer dans tout ça c’est l’attitude de certaines personnes qui dès qu’elles sont confrontées à une certaine situation déplaisante, on crie immédiatement au RACISME!

À savoir : les Chinois sont aussi des Noirs. Tout ce qui n’est pas blanc est noir. Politiquement. Dans la suprématie blanche, il n’existe que deux races sur la planète terre : blanche ou noire. Avez-vous déjà jeté un coup d’oeil sur la classification des groupes culturels composant la population canadienne dans le formulaire d’emploi du gouvernement ? Minorités ethniques : tous les Blancs qui viennent de partout dans le monde. Minorités visibles : tous les non Blancs.

Quand on confond aussi aisément le nom de l’auteure avec celui du photographe, je ne suis pas surpris de lire dans ce commentaire qu’on confond tout aussi aisément esclavage et prolétariat.

Selon la ville de Montréal, le % de citoyen noir est de 10%, donc la population carcérale noire serait sous représenté. Je crois que c’est raciste de dire que les blancs sont raciste, c’est non seulement une généralisation fautive mais, de toute évidence, mal étudiée.

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6897,67887653&_dad=portal&_schema=PORTAL

Il est clairement indiqué qu’au CANADA, 3% des citoyens sont Noirs versus 9% de la population carcérale… il faut comparer des pommes avec des pommes…

Elle n’a jamais dit que les blanc étaient racistes, simplement qu’il y avait encore de la discrimination envers les noirs au Canada. En passant votre statistiques concernent seulement Montréal, alors que Mme Maynard parle de la population canadienne: « Au Canada, les Noirs représentent environ 3 % de la population et 9 % de la population carcérale. »

@ M-A Lebeau
« Elle n’a jamais dit que les blanc étaient racistes, simplement qu’il y avait encore de la discrimination envers les noirs au Canada. » (M-A Lebeau).

Je vous invite à relire le texte au début où cette dame déclare clairement que « ce racisme [les noirs sont peux intelligents et criminels] est profondément ancré dans notre société. Ces idées se sont perpétuées dans l’inconscient collectif jusqu’à aujourd’hui. »

C’est de raciste de dire que les blancs sont racistes même quand on s’est fait réfusé un emploi à cause de notre couleur de peau? !!! N’importe quoi

« Au Canada, les Noirs représentent environ 3 % de la population et 9 % de la population carcérale »

Toute proportion gardée,c’est pire qu’aux États-Unis. Mais ca Trudeau n’en parle jamais. Ni l’opposition non plus.

Qu’il est triste de constater que pour une question de poucentage le discours perd tout son sens. On se fout du pourcentage de noirsou autre, le but que nous devons atteindre est cent pour cent de respect entre nous peu importe notre couleur.

Je suis en accord avec cet article. Mais depuis la disparition officiel en 1834, ne sommes nous pas tous devenus d’esclave à contribuable?